Le IADE est-il un IDE comme un autre ?

Gaetan CLEMENCEAU
Messages : 360
Enregistré le : jeu. janv. 25, 2007 3:20 pm
Localisation : CHOLET (49)

Message par Gaetan CLEMENCEAU » lun. févr. 12, 2007 11:57 pm

-N'y aurait-il pas trop d'IADE formés pour les CHU ? (et par les CHU ? se pose alors la question de l'équité au concours)
- Mauvaise réinsertion des IADEs diplômés en réa, alors que nous avons préférentiellement notre place au SMUR (selon les textes) alors que nous savons que notre trop faible présence y est à cause de choix politique médicale et ou administrative.
- Trop faible mobilité de ces mêmes IADES de ces CHU/CHR vers des périphériques.
- Disparité évidente entre région et même différents établissements de même région (on le sait, en clinique, trop peu d'IADE).
- Manque de combativité locale(auprès du chef de service DAR-urgences SMUR, Direction des soins et Directeur tout court) pour affirmer notre professianalisme au bloc opératoire et obstétrical, SSPI, SMUR, Réanimation notamment pour les transports intra-hospitaliers des patients lourds de réa ou du déchocage-urgences vers l'imagerie médicale ou le bloc.
Notre place est parfois développé en suivi douleur (pcea, péri,..)dans certains établissements.
Éric DELMAS

Message par Éric DELMAS » mar. févr. 13, 2007 6:50 am

Les IADE sont quasiment tous formés par des CHU.
Les derniers chiffres que j'avais en tête semblaient montrer qu'il y avait le bon nombre d'IADE en public et privé non lucratif mais, qu'il n'y avait que 20% d'IADE en clinique par rapport au nombre de salles d'op.
Cette situation est une volonté des MAR libéraux qui font ainsi des économies d'échelle car ce sont eux qui les rémunèrent.
Le N+1 prévoyait de mettre à niveau les clinique mais les MAR exigeaient qu'alors ce soit les structures qui rémunèrent les IADE et non plus les MAR (qui bien sûr ne voulaient rien lâcher non plus).
Donc, pour la mise en place du N+1 qui serait le meilleur moyen de notre reconnaissance, il faudrait trouver près de 2000 IADE (pour une capacité de formation annuelle inférieure à 500 et avec un pic des départs en retraite prévu pour 2007 - 2012).
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mar. févr. 13, 2007 11:50 am

Gaetan CLEMENCEAU a écrit :-N'y aurait-il pas trop d'IADE formés pour les CHU ? (et par les CHU ? se pose alors la question de l'équité au concours)
l'inéquité peut être au niveau du financement. Je reconnais un problème à ce niveau. Mais sur le concours proprement dit, chacun a sa chance. Au même niveau. Les établissements privés semblent moins consommateurs de personnels mais le public perd ses forces vives qui partent à la retraite ou vers le privé.
- Mauvaise réinsertion des IADEs diplômés en réa, alors que nous avons préférentiellement notre place au SMUR (selon les textes) alors que nous savons que notre trop faible présence y est à cause de choix politique médicale et ou administrative.
Je pense plutôt médical. Car de nombreux SMUR sont rattachés aux services des urgences avec un chef de service pas toujours MAR. Remarque, quand c'est le cas, il arrive que les IDE soient mis en lieu et place des IADE initiaux(SMUR Necker 75). Parfois, c'est la cohabitation (SMUR Garches 92) etc.

Mais le texte est vicieux. Car préférentiellement c'est fait pour nous faire "plaisir" suite à 2000. voir la genèse
Mais ça ne veut pas dire obligatoire.
Car là, ça veut dire augmenter le quota des formations. ce qui au vu des écoles imposerait deux rentrées décalées, un peu comme à l'APHP avec les écoles de panseuses.
- Trop faible mobilité de ces mêmes IADES de ces CHU/CHR vers des périphériques.
évitons de se voir imposer le choix !
ça pend aux nez des médecins dans quelques années.
En dehors de Cholet, as-tu des opportunités ?
Les choses ne sont pas toujours évidentes. Et les grosses structures sont sûres d'être pérennes. Pas sûr pour les plus petites.
On verra ça après le discours d'aujourd'hui de Xavier Bertrand sur l'hôpital 2010, mais je crois fort au regroupement dans les grosses structures. ça me semble inéluctable.
Même si je préfère les petites structures à taille humaine (comme on dit) que les usines à gaz.
- Disparité évidente entre région et même différents établissements de même région (on le sait, en clinique, trop peu d'IADE).
- Disparité évidente entre région et même différents établissements de même région (on le sait, en clinique, trop peu d'IADE).
ça va surement changer dans pas longtemps avec le N+1 qu'évoque Eric et la T2A.
- Manque de combattivité locale(auprès du chef de service DAR-urgences SMUR, Direction des soins et Directeur tout court) pour affirmer notre professionnalisme au bloc opératoire et obstétrical, SSPI, SMUR, Réanimation notamment pour les transports intra-hospitaliers des patients lourds de réa ou du déchocage-urgences vers l'imagerie médicale ou le bloc.
c'est peut-être (et surtout) à nous d'aller nous affirmer. Ne rien attendre des autres. Mais savoir se montrer incontournables, indispensables, indéboulonnables...
Nos acquis actuels, s'ils sont insuffisants, j'en conviens, sont toutefois le fruit de notre mobilité, de notre volonté et de notre combat.
Je ne connais pas ton ancienneté dans la profession Gaëtan, mais Eric et moi (ainsi que d'autres bien sûr) faisons partie des grognards !
Nous avons arpenté les pavés et les salles de réunions.
Nous avons combattu pieds et poings contre les CRS et le ministère.
Nous avons fait le siège devant les portes du dit ministère.
Nous avons eu plusieurs réunions, avec moult conseillers et ministres.
Nous avons fait quelques coups d'éclats qui ne nous ont pas valu la sympathie des forces de l'ordre et des RG, mais qui nous ont également montré à leurs yeux comme autre chose que des charlots en charlotte !

Je me souviens d'une des plus belles rumeurs que l'on avait fait parcourir dans les rangs des CRS. Les IADE seraient armés de seringues avec du sang contaminés. Je peux t'assurer que dans les rangs des CRS, le trouble était perceptible, et l'angoisse aussi. A tel point qu'ils ont revus à la hausse leur équipement à la robocop immédiatement.
Un mec des RG m'avait abordé en me demandant si on avait vraiment des "armes" contaminées...Il n'a pas eu de réponse de ma part. Il a dû essayé ailleurs...

Bref, n'attendons que de nous.
Ne bougeons que par nous, et pour nous.

Il sera interessant de voir la force qu'aura l'ordre infirmier à ce sujet.
Sera t-il capable de mobiliser tous les acteurs IDE (au sens large) pour obtenir une réelle valorisation ?
J'attends de voir.
Éric DELMAS

Message par Éric DELMAS » mar. févr. 13, 2007 4:11 pm

L'Ordre n'est ni un syndicat revendicateur, ni un meneur de manif.
Par contre, il peut apporter les moyens pour réaliser les études démontrant la nécessité de valorisation et son apport est indiscutable du fait de sa position.
Ensuite, c'est aux autres acteurs de se mobiliser pour utiliser ces travaux aux fins de revendications.
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mar. févr. 13, 2007 6:54 pm

j'ai dû mal m'élocutionner...
Je l'entendais comme tu le dis.
Est-ce que par ses actions de référentiels, d'études, d'audit...il pourra mettre en exergue le mal des IDE et proposer des solutions ?

C'est ainsi que je voulais le formuler. Encore eut-il fallut pour que j'y parvinsse que je prisse plus d'attention à mon propos et que j'écrivisse différemment ... :wink:

Qui a dit écrivisse à la nage...Image
Éric DELMAS

Message par Éric DELMAS » mar. févr. 13, 2007 7:38 pm

Il le fera d'autant mieux que sa commission ad hoc aura pour l'épauler de dynamiques associations d'IADE prêtes à lui apporter la substance de sa réflexion.
Il SOFIA de s'y mettre.
Gaetan CLEMENCEAU
Messages : 360
Enregistré le : jeu. janv. 25, 2007 3:20 pm
Localisation : CHOLET (49)

Message par Gaetan CLEMENCEAU » mar. févr. 13, 2007 11:31 pm

Je repose simplement ma question, car la présence de nombreux IADE à AMIENS en réanimation (et non pas en SSPI ou SMUR) me surprend. Est-il le fait d'un choix de l'établissement au vue de leur démographie par anticipation, le choix de ventiler leur budget promotion professionnelle (pour retrouver le même l'année d'après) ou bien de remplir l'école d'IADE (dépéndant de ce même CHU) ?
Un autre argument à l'équité du concours et sa totale indépendance, est qu'une promo après la mienne 2001-2003, ce sont 10 IDE du CHU, et n'ont pas les 5 habituels des années précédentes qui ont réussis le concours (avec à peu près le même nombre de candidat CHU et extérieur)
Pour ce qui est de notre reconnaissance envers nos responsabilités et notre investissement, je partage complètement le discours de notre cher administrateur, et la possibilité suppléméntaire avec l'ordre d'affirmer, de communiquer auprès de nos tutelles : ministère de la santé, DRASS, DDASS, ARH, direction d'hôpitaux, mais aussi MAR via la SFAR, syndicats de MAR public et privé. Allons, retournons au combat, par toutes les armes (lobby SOFIA, SNIA et autres s'ils le veulent, Ordre infirmier et surtout nous mêmes dans chaque ville de Franc).
Eric et Arnaud, dîtes-nous comment est né, s'est développé les frondes successives de 1988 à nos jours, (sans d'ailleurs la communication internet à l'époque) dont on pourrait prendre exemple un même jour, tous ensemble les IADES de france à travers des actions écrites, des mouvements efficaces.
Éric DELMAS

Message par Éric DELMAS » mer. févr. 14, 2007 6:51 am

On pourrait penser que certains CHU laissent leur démographie d'IADE dépasser elurs capacités d'embauche dans l'objectif d'avoir sous la main le personnel nécessaire quand les départs en retraite se multiplieront.
Malheureusement, l'expérience montre que le plus souvent ces pics (souvent suivis de creux) dans la démographie IADE sont liés à une totale incompétence prévisionnelle des besoins.
Et oui, prévoir avec deux ans d'avance est bien souvent au-dessus des capacités des services du personnel de la plupart des CHU.

Concernant 88, tout est parti d'une merveilleuse idée de la ministre de la santé de Chirac (86 - 88) Michèle Barzach qui s'est dit qu'il était idiot d'exiger le bac ou son équivalent pour présenter le concours d'entrée en école d'infirmier. Elle a donc supprimé cette mesure et l'a remplacé par une obligation de cotisation sociale de trois ans si l'on travaillait dans le secteur sanitaire et social ou de cinq ans si l'on travaillait ailleurs.
Une manifestation de protestation s'est alors mise en place au printemps à l'initiative de l'UNASSIF.
À la fin de la manif, la dispersion s'est faite sans qu'aucun projet de suite ne soit envisagé.
Une soixantaine de personnes déçues s'est alors proposée de se réunir pour envisager une suite.
Le changement de gouvernement amena un nouveau ministre (Claude Évin) qui ne changea rien à ces dispositions et le groupe envisageat d'organiser une première manifestation en septembre.
Pour plus de détails (même si le sujet n'est pas fini), je vous propose de lire le document que j'ai publié sur mon site : http://www.infiweb.org/wp/?p=209
Si nous n'avions pas internet, nous avions le minitel et les tracts.
J'ai beaucoup participé à la partie technique de la communication de la coordiantion infirmière de l'époque. Après avoir créé le "Réveil de l'Infirmière" journal du Collectif infirmier de l'Hôtel-Dieu de Paris, je me suis occupé du minitel quand la coordination infirmière à explosé. Le ministel de la Coordination de Paris s'appelait à l'époque 3614 Assos75.
C'est de là qu'était née ma conviction de la nécessité d'améliorer la communication infirmière.
Aussi, quand en 96 j'ai découvert les prémices d'internet à Laennec (Merci Didier Journois), j'ai créé Infiweb après avoir envisagé un site purement IADE avec un collègue rencontré au congrès de Caen (William Fourché). Lui a alors créé le site du SNIA avant d'en être viré pour excès d'audace éditoriale.
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mer. févr. 14, 2007 1:28 pm

Je me souviens avoir eu une conversation avec toi Eric, à Broussais.
Tu évoquais un site IDE généraliste, alors que je pensais un site IADE.
Je me serais volontiers engagé dans le second choix à l'époque.
Puis tu es parti vers d'autres cieux, et moi aussi.
Et on se retrouve sur la toile 11 ans après.
finalement nous avons atteint nos objectifs.
Chacun à son niveau.
:wink:

Mais ce n'est qu'un combat, continuons le début !! :D
Éric DELMAS

Message par Éric DELMAS » mer. févr. 14, 2007 4:15 pm

J'ai très vite pensé qu'il fallait aider l'ensemble de la profession et pas seulement une catégorie car nos intérêts sont liés comme le requin et son rémura. :lol:
billowy
Messages : 10
Enregistré le : mar. juil. 10, 2007 9:09 pm

Message par billowy » ven. juil. 13, 2007 11:21 pm

Gaetan CLEMENCEAU a écrit :-N'y aurait-il pas trop d'IADE formés pour les CHU ? (et par les CHU ? se pose alors la question de l'équité au concours)
- Mauvaise réinsertion des IADEs diplômés en réa, alors que nous avons préférentiellement notre place au SMUR (selon les textes) alors que nous savons que notre trop faible présence y est à cause de choix politique médicale et ou administrative.
- Trop faible mobilité de ces mêmes IADES de ces CHU/CHR vers des périphériques.
- Disparité évidente entre région et même différents établissements de même région (on le sait, en clinique, trop peu d'IADE).
- Manque de combativité locale(auprès du chef de service DAR-urgences SMUR, Direction des soins et Directeur tout court) pour affirmer notre professianalisme au bloc opératoire et obstétrical, SSPI, SMUR, Réanimation notamment pour les transports intra-hospitaliers des patients lourds de réa ou du déchocage-urgences vers l'imagerie médicale ou le bloc.
Notre place est parfois développé en suivi douleur (pcea, péri,..)dans certains établissements.
Bonsoir,
J’ai lu avec intérêt les posts de chacun.
Ce sujet est riche, merci à tous.
Je voulais vous faire part d’une inquiétude qui me hante depuis quelques mois.
Le propos :
J’ai fait fonction de cadre au lancement de la TAA. J’étais tout content de pouvoir apporter un concentré de compétences, d’expériences…Pendant deux ans, le service d’Urgences/SMUR et Réa a été bombardé de procédures diverses, de nouveau matériel, d’un nouveau véhicule, de formations à la pelle, de … plein de trucs dont je suis super fier.
Pourquoi ?
Parce que ma formation d’IADE m’a apporté tout ça et j’ai pu transmettre le maximum.
J’ai du ensuite stopper cette fonction lorsqu’un DSI a confondu IADE avec super secrétaire administratif…
Depuis 2 ans, je suis retourné au bloc et recherche un autre emploi (plutôt SMUR ou Bloc/SMUR).
C’est là que ça se complique…

J’ai contacté plus de 20 C.H. dans le Sud-Ouest :

- Il n’y en a plus guère emploieront des IADE au SMUR à moyen ou long terme (Bordeaux, et encore ce CHU a formé trop d’IADE cette année et ne sait pas où les placer…ce qui laisse peu de chance aux candidatures externes) et Tarbes qui résiste!
- Agen remplacera tout départ d’IADE par des IDE.
- Cahors, en pénurie au bloc et en vue d’un agrandissement de celui-ci va rapatrier tous ses IADE au bloc (Le pire c’est que le DSI est un ancien IADE).
- Albi, vient de changer de DSI (une ancienne IADE aussi). Elle attend que l’actuel cadre (que beaucoup connaissent pour son implication des IADE dans les SMUR) parte en retraite dans 2 mois pour faire une razzia et rapatrier les IADE au bloc.
- Toulouse, fera la même chose qu’Agen (le chef de service argumente que tant qu’il n’y aura pas de MAR pour sortir en SMUR avec 1 IADE, il n’y aura pas d’IADE recruté). Autant dire aucun…

.Bref, ça fait peur tout ça…

Les arguments des recruteurs ;

- Bah vous comprenez, les IADE sont à mettre en priorité dans les SMUR mais pas de façon obligatoire.
- Bah…Dès que j’ai le financement…mais pour le moment, je ne l’ai pas…
- Bah, moi je suis médecin urgentiste. Les IADE m’ont formé il y a quelques années, mais maintenant je suis thèsé, j’ai la CAMU et la Cata, alors…Je n’en ai plus besoin des IADE (Bon, j’ai une moyenne annuelle de 9 IOT par an, alors parfois c’est dur tout seul. Mais j’en suis fier…). Et en plus, les IDE posent moins de questions et frétillent tous en entendant le pimpon du SMUR…
- Vous comprenez, les IADE dans les textes ne peuvent intervenir qu’en présence du MAR…
- Je dois faire tourner mon bloc en priorité (mais je ne fais aucune politique de recrutement attractive comme du bloc / SMUR…)
- Vous comprenez, si nous étions dans le pôle réa, bloc, on pourrait financer les IADE au SMUR. Mais nous sommes sur le pôle Urgences / SAMU / SMUR et les urgentistes trouvent que l’IADE coute trop cher…

J’arrête là, je vais vomir…
Les IADE ont connu leurs 30 glorieuses (gardes de 24h devant le décodeur de canal pour maxi 4 départ / jour…). Je dépose le patient au déchoc et je laisse le reste aux IDE du déchoc.
Même s’il y a du taff aux Urg, je reste devant le décodeur, je suis IADE…
Bref plein de choses entendues dans mes oreilles ou vécues.
Le résultat c’est que nous sommes EXIT !!!

Alors que faire ?

Etre indispensable dans les rares CHU mais pas du tout partout ailleurs ?
Se laisser humilier par les IDE et leurs Urgentiste amnésiques et arrogants ?
Subir de plein fouet la T.A.A ?

Aidez-moi à comprendre où à faire le deuil…
Expliquez-moi pourquoi la seule profession paramédicale à être formée à la médecine d’urgence et de catastrophe ne se trouve plus dans les SMUR…
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » sam. juil. 14, 2007 11:58 am

parce que les IADE sont irremplaçables au bloc, pas en SMUR.
je suis comme toi. Je préconise fortement le IADE en SMUR.
Mais les faits sont là.
La profession vieillie aussi, et il faut remplacer les IADE du bloc qui s'en vont en retraite.
Or, les IDE en SMUR, coûtent moins cher pour finalement le même ratio présence/reconnaissance, puisque le médecin (urgentiste ou MAR) tire la couverture à lui et est le seul interlocuteur valable pour les directions et les ministères.

de plus, les IDE estiment qu'elles valent largement un(e) IADE alors que très souvent elles ne savent pas pourquoi elles font tels ou tels gestes ni telles ou telles doses de X ou Y.

Mais peut-être faut-il y voir aussi la responsabilité de certaines organisations qui "normalement" chargées de nous défendre, ne l'ont pas fait.

j'ai bien peur, que malheureusement, les IADE ne paient aussi les errances de leur comportement du passé (je prends exemple sur le SMUR de Necker période 1985-1994) où les IADE refusaient les secondaires, jugés moins nobles que les missions à l'étranger.
résultat : le SMUR emploie de moins en moins de IADE et les IDE arrivent en masse.

Je ne sais pas si les IADE acceptent de les former...

Au bout du compte, je pense que cette période est finie.
Nous n'irons au SMUR que de manière exceptionnelle.
à ce titre deux anecdotes :

à propos de la province : Montélimar. 1989.
Un MAR me disait que là bas (sa région d'origine), il y avait très peu de IADE.
Moi (sortant d'un SMUR récemment et encore IDE) " Et ils vont au SMUR ?"
- Non ils sont trop précieux pour les perdre dans un SMUR...

Deuxième histoire :
Un urgentiste, résolument anti IADE refusait que ces derniers soient dans les camions.
- Ils ne servent à rien, ils n'apportent rien de plus.
Un jour, l'iDE prévu est arrêté pour maladie.
Pas de remplaçant.
Le cadre du DAR (à l'époque c'était rattaché) trouve un IADE et l'adresse au SMUR.
L'urgentiste maugréer, râle...mais il ne peut faire autrement.

Première sortie.
C'est tout juste si le médecin dit au IADE qu'il faut partir.
intervention
le médecin essaie de jauger le IADE afin de le ridiculiser et de valider sa théorie.
plusieurs sorties se passent.

fin de la garde.
Le médecin téléphone au cadre IADE du DAR.
" Je ne veux travailler qu'avec des IADE dorénavant !! "

la vérité est entre les deux .
le mix.
bloc et smur.
Comment en effet croire que 2 ans de plus n'apportent rien en connaissance et en pratique ?
Ce serait comme de dire que leur CAMU ne sert à rien.
C'est le cas ?
Ah bon, pardon !

:P
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Répondre