ONI toute l'actualité

Répondre
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

ONI toute l'actualité

Message par Arnaud BASSEZ » dim. févr. 08, 2009 5:41 pm

Je vous propose de diffuser ici, toute l'actualité de ce qui fait maintenant notre organe représentatif "suprême", l'ONI

Ces infos, vous pouvez les recevoir d'une source interne (si vous siégez dans un ordre départemental, régional ou national) ou bien , celles que vous pourrez lire dans les journaux et autres sites pro ou pas.

Afin que tous puissions être informés de façon optimum.
(création du site internet national, diffusion de questionnaires nationaux, code de déontologie, référentiels...)

Il n'est plus temps maintenant de se dire pour ou contre l'Ordre. Celui-ci existe. Démocratiquement élu, même si certains trouveront à redire sur les modes d'informations de sa création (imparfait cela est sans doute vrai) aux professionnels.
La majorité ayant tranché, l'existence de l'ONI est une réalité.
Maintenant place à l'information de tous.
Que l'on soit pour ou contre, nous avons en commun nos diplômes de professionnels de santé, à des degrés divers de compétence.
C'est maintenant ceci qui doit nous guider.
je le dis d'autant plus facilement, que je n'étais pas favorable à cet ordre qui à mon sens, généralisait la profession, en noyant les spécialisés, dont les IADE en premier plan (charité bien ordonnée...)

Il convient maintenant, en bon démocrate, de garder un oeil sur l'oni et de lui prêter au moins un minimum de crédit et de juger sur les actes.

Merci de citer vos sources.

Le 07 Fevrier 2009 - (Infirmiers.com)
Suite aux élections du 25 novembre 2008 (élection des 52 conseillers nationaux) et du 14 janvier (bureau de l’ordre avec à sa tête Mme Dominique Le Bœuf), le conseil national s’est réuni pour sa première séance plénière le 5 février 2009

Communiqué de presse du conseil national de l’ordre des infirmiers

Cette première séance fondatrice a réuni les 52 conseillers ordinaux nationaux autour des valeurs qui animent l’ordre :

• Assurer à la population des soins infirmiers de qualité, adaptés aux besoins de santé de la population, et réalisés par des personnels qualifiés et compétents

• Assurer la promotion de la profession infirmière, le suivi démographique et anticiper les nouveaux rôles infirmiers

• Garantir aux infirmiers une réelle place d’acteur responsable dans la politique de santé.
Les débats des conseillers nationaux ont été largement nourris par les travaux engagés depuis le mois d’avril 2008 par les conseils départementaux et régionaux.

Dans le cadre fort de ces engagements, le Conseil national s’est donné deux priorités pour les mois à venir :

• Initier le plus rapidement possible le « chantier » du code de déontologie pour doter la profession de repères nécessaires à la qualité de ses pratiques quotidiennes, à la fois relationnelles et techniques.

• Mettre en place une organisation ordinale proche, opérationnelle efficiente au service de tous les infirmiers et pour l’excellence des soins.

L’actualité professionnelle infirmière reste un sujet de préoccupation majeur pour le CNOI et notamment :

• Le projet de loi HPST qui a fait le choix de faire disparaitre les infirmiers de toutes les fonctions, reconnaissance de responsabilités et représentativité, pourtant essentiel à la qualité et la sécurité des soins, que ce soit au sein de l’hôpital comme en ambulatoire.

Par exemple, le fait que la Commission des Soins des Etablissements de Santé soit totalement ignorée choque particulièrement la communauté infirmière hospitalière.

• Le projet d’universitarisation partielle de la formation infirmière subissant « le poids de l’histoire française ». Le Conseil national de l’Ordre des infirmiers a voté à l’unanimité le refus du grade licence, exception française, ne correspondant pas aux modèles européens et francophones de filière LMD en sciences infirmières.

• Le projet actuel de référentiel de formation souffrant en l’état d’une approche approximative dans le choix des ECTS dont le CNOI peine à voir l’adaptation avec les besoins de santé de la population et le niveau de qualification en soins infirmiers nécessaire pour y répondre avec compétence et sécurité.

• La permanence et la continuité des soins qui font partie intégrante de la pratique infirmière.
Ces sujets seront instruits suivis et traités par le CNOI avec une seule ambition : améliorer la sécurité et la qualité des soins pour tous les patients que les infirmiers soignent, éduquent et suivent au quotidien quels que soient leur lieu et mode d’exercice

Conseil National de L’ordre des Infirmiers
Adresse provisoire : 116 rue de la Convention 75015 PARIS
Mail : ordre-infirmier.national@orange.fr.
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
cedr1c
Messages : 176
Enregistré le : ven. mai 16, 2008 10:54 am
Contact :

Message par cedr1c » dim. févr. 08, 2009 10:50 pm

Oui, que l'on soit pour ou contre, ce sera intéressant de pouvoir communiquer sur les actions de celui ci.
Perso, je vous tiendrai informé de mes lettres de rappel pour avoir ma cotisation (sujet épineux non abordé dans le premier laïus de cet ONI.

Pour l'instant, sur ce qui est de la noyade des spécialités, on touche au niveau de la psychiatrie (ex presque spécialité) à un ordre qui nous met dans le paquet et un rapport Couty qui souhaite nous différencier...pendant ce temps, on ne risque pas d'avancer.
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mer. juin 03, 2009 2:45 pm

Une décision peut-être importante pour les cadres qui siègent à l'ONI
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » ven. juin 05, 2009 8:00 pm

Le 05 Juin 2009 - (APM International) : Les sénateurs ont voté mercredi l'article du projet de loi portant réforme de l'hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) qui réforme le fonctionnement des ordres paramédicaux.

Cet article, inséré par l'Assemblée nationale, prévoit diverses mesures d'adaptation du fonctionnement des ordres professionnels des infirmiers, des masseurs-kinésithérapeutes et des pédicures-podologues.

Il modifie une quinzaine d'articles du code de la santé publique permettant aux trois ordres des professions paramédicales d'exercer leur mission de service public en créant pour les employeurs publics et privés une obligation de transmission à l'ordre national des listes nominatives des professionnels exerçant en leur sein.

Il déclasse les articles fixant les modalités d'élections, la durée des mandats et la périodicité des élections, étend aux ordres des professions paramédicales les dispositions relatives au statut de l'élu ordinal applicables aux professions médicales et institue un seuil démographique pour la constitution des conseils départementaux au sein des ordres des professions paramédicales.

En commission des affaires sociales, les sénateurs ont modifié quelques points de cette mesure. Ils ont jugé préférable que soient fixées par décret les conditions de l'inscription automatique aux tableaux de l'ordre national des infirmiers et de l'ordre national des masseurs-kinésithérapeutes et ont également précisé les critères d'inscription à l'ordre requis pour les infirmiers, à savoir, comme pour les médecins, la compétence, la moralité et l'indépendance.

La commission a supprimé la création d'un seuil démographique pour autoriser la mise en place de conseils départementaux au sein de l'ordre national des infirmiers, comme de l'ordre national des masseurs-kinésithérapeutes. Elle considère que l'inscription de ce seuil dans la partie du code consacrée à l'Ordre national des infirmiers ne présente pas d'intérêt puisqu'il s'agit d'un ordre auquel sont inscrits environ 500.000 professionnels, soit bien au-delà du seuil fixé.

Pour les masseurs-kinésithérapeutes, l'instauration de ce seuil reviendrait à supprimer l'échelon départemental de l'ordre, ce qui serait inéquitable au regard des règles fixées pour d'autres professionnels, comme les chirurgiens-dentistes, moins nombreux que les masseurs-kinésithérapeutes mais pourvus de cet échelon dans leur organisation ordinale.

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a fait adopter mercredi en séance publique un amendement qui vise à aligner les missions des conseils départementaux de l'Ordre des infirmiers sur celles des autres ordres en ce qui concerne l'inscription au tableau.

Il étend à l'Ordre national des infirmiers la possibilité (offerte aux autres ordres nationaux paramédicaux) de moduler la cotisation.

"Cette possibilité permettra de tenir compte des disparités de rémunération entre un mode d'exercice salarié de la profession et un mode d'exercice libéral, qui donne droit à déduction du montant de la cotisation du revenu imposable", a expliqué la ministre de la santé.

Cet amendement prévoit en outre que les conditions d'inscription automatique de pédicures-podologues au tableau de l'ordre se font dans des conditions fixées par décret, tel que cela est également prévu pour les infirmiers, et pour les masseurs kinésithérapeutes.

Il autorise le regroupement de conseils départementaux de l'ordre des infirmiers, des masseurs kinésithérapeutes et des conseils régionaux de l'ordre des pédicures podologues dans les cas où la faiblesse de la situation de la démographie de ces professions rend difficile le fonctionnement des instances ordinales locales.

La ministre de la santé a notamment cité le cas des Alpes-de-Haute-Provence et de la Corse pour les masseurs-kinésithérapeutes.

L'amendement du gouvernement précise que les conseils nationaux des ordres paramédicaux sont obligatoirement consultés par l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) sur les dispositions conventionnelles relatives à la déontologie de ces professions paramédicales.

Le groupe communiste a rappelé son opposition à la création d'un ordre infirmier et a protesté contre l'obligation d'adhésion à cette instance.
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » jeu. juin 18, 2009 7:33 pm

L'appel à cotisation pour l'Ordre infirmier devrait être lancé fin juin, a indiqué mercredi la présidente du conseil national de l'Ordre infirmier, Dominique Le Boeuf.

Le conseil national de l'Ordre infirmier a organisé mercredi sa première conférence de presse, qui avait lieu dans ses nouveaux locaux, rue Sainte-Anne dans le centre de Paris.

Ces bureaux devraient accueillir à la fois le conseil national, le conseil régional d'Ile-de-France et le conseil départemental de Paris, a précisé la présidente de l'Ordre national, Dominique Le Boeuf, qui a souligné le clin d'oeil du nom de la rue au groupe Sainte-Anne, une des principales organisations à l'origine de l'Ordre infirmier.

Interrogée par APM sur les prochaines échéances de l'Ordre, la présidente a indiqué que le conseil national avait décidé mardi lors de sa séance plénière le lancement d'un appel à cotisation "le plus rapidement possible, c'est-à-dire à partir de la fin du mois de juin".

L'exercice budgétaire de l'Ordre devrait s'étendre du 1er mai au 30 avril, a-t-elle précisé, le premier appel à cotisation couvrira donc la période jusqu'au 30 avril 2010. Interrogée sur la possibilité d'un paiement mensuel, elle a précisé qu'elle "envisagerait" toutes les solutions, y compris celle d'un paiement en ligne.

Elle a réaffirmé que les 75 euros de la cotisation qui vont "représenter à terme [sur un an] 36 millions d'euros" n'ont "rien d'exagéré": "c'est le nécessaire, rien que le nécessaire pour (...) assurer toutes les missions réglementaires de l'Ordre au service d'à peu près 490.000 infirmiers", a-t-elle commenté. Cette cotisation est "bâtie sur un raisonnement budgétaire", a-t-elle renchéri.

Elle a critiqué l'intervention d'Annie Podeur, la directrice de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (Dhos) qui lui avait adressé un courrier en avril pour demander de revoir le montant de la cotisation à la baisse .

Dominique Le Boeuf a relaté qu'elle avait écrit à Annie Podeur pour lui dire que "cela n'était pas son rôle" et pour rappeler l'indépendance de l'Ordre. Elle a précisé que le comité de liaison de l'ensemble des ordres professionnels français avait de même écrit à la ministre de la santé pour lui faire part de sa "vive émotion" quant à cette intervention.

RECENSEMENT DES INFIRMIERS?

Une des premières tâches de l'Ordre sera de "compter" le nombre d'infirmières pour pouvoir mieux "valoriser la profession", a expliqué la présidente. Elle a déploré le "flou" qui existe sur le recensement et la répartition sur le territoire, qui entraînait un "manque de visibilité" pour la profession. L'inscription au tableau de l'Ordre permettra d'avoir des données plus précises, a-t-elle expliqué.

Interrogée par APM, elle a indiqué que l'Ordre attendait les premières remontées de données pour la fin de l'année. Elle a ajouté qu'une discussion était menée actuellement au niveau du comité de liaison inter-ordres pour étendre le répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS) aux paramédicaux.

Une autre mission de l'Ordre sera d'assurer le "développement" et la "promotion" de la profession.

Dominique Le Boeuf a regretté que les infirmiers aient été si peu intégrés dans le projet de loi portant réforme de l'hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) notamment dans la gouvernance des établissements et dans l'offre de soins de premier recours.

Elle a aussi déploré que des amendements modifiant le fonctionnement des ordres paramédicaux (cf dépêche APM CBMF4003) aient été adoptés dans le cadre de cette loi "sans concertation" avec l'Ordre infirmier. "Cela laisse percevoir le formidable challenge pour les infirmiers et l'Ordre pour faire comprendre à nos interlocuteurs ministériels que [nous] sommes assez autonomes et assez responsables", a-t-elle souligné.

La présidente de l'Ordre a également regretté la suppression de l'équilibre des collèges libéraux, publics et privés "sans concertation". "Si on ne change pas le texte, on pourra avoir des départements avec des conseillers ordinaux uniquement issus du secteur hospitalier ou du secteur libéral", a-t-elle déploré.

L'évolution de la profession infirmière qui "reste encore à construire" est un des autres sujets sur lesquels l'Ordre va se mobiliser, a-t-elle poursuivi. L'instance devrait s'investir sur "l'expertise infirmière" et la "définition des pratiques avancées", a-t-elle ajouté.

PLUSIEURS COMMISSIONS

Le conseil national réuni mardi a également décidé de mettre en place plusieurs commissions. Une commission se penchera sur les nouvelles technologies et le partage d'information et un pôle métier sera mis en place, a énuméré Dominique Le Boeuf. Un groupe de travail devrait notamment se pencher sur la place et le rôle de l'infirmier en santé mentale dans le cadre de l'élaboration de la future loi en préparation sur ce thème.

Une commission "jeunes professionnels" devrait également être mise en place. Marilyne Pecnard, 31 ans, la plus jeune conseillère ordinale nationale, est pressentie pour la présider. Un pôle de communication interne et externe sera créé pour communiquer auprès de la presse, des infirmiers et des usagers. Des pôles "ressources humaines" et "financier" seront aussi constitués.

Concernant le règlement des litiges, la présidente de l'Ordre a précisé que l'instance ordinale avait déjà reçu "plusieurs dossiers complexes". Un pôle juridique "important" sera mis en place à l'Ordre "pour accompagner les évolutions réglementaires de la profession" et "toutes les dimensions de l'exercice".

La "conciliation" va en outre se mettre en place au niveau des départements et les conseillers ordinaux y seront formés, a-t-elle ajouté. Les chambres disciplinaires vont s'installer et la nomination des magistrats est prévue pour septembre.

LE CODE DE DEONTOLOGIE POUR FIN 2009

L'Ordre prépare par ailleurs son code de déontologie qui devrait être terminé pour la fin 2009, a précisé Dominique Le Boeuf. Des groupes de travail composés de conseillers ordinaux se réunissent tous les 15 jours à trois semaines. Il sera adressé aux départements fin septembre, a-t-elle ajouté, précisant qu'il serait relu également par des personnalités qualifiées.

Le code de déontologie, "préparé au niveau du conseil national et édicté par décret en Conseil d'Etat" devrait être un "guide" et un "repère" pour les infirmiers, a expliqué pour sa part la présidente de la commission déontologie, Kine Veyer.

Ce code de déontologie "va être très important": il sera un "petit guide en format poche" dans lequel l'infirmière pourra y trouver toutes les réponses aux "questions qu'elle se pose dans sa pratique", a renchéri Dominique Le Boeuf. Il viendra "renouveler les règles professionnelles qui commencent à dater" et qui n'évoquaient pas notamment la question du droit des patients, a-t-elle souligné.

David Vasseur, vice-président en charge notamment de la formation, a rappelé la position de l'Ordre sur la réforme du diplôme. L'Ordre s'est prononcé pour "aller au-delà du grade de licence et rentrer dans une filière infirmière", a-t-il précisé.

Pour attirer les jeunes dans cette profession, il faut avoir une "vision plus large" que celle "rétrécie" d'un système "franco-français", a ajouté par ailleurs Dominique Le Boeuf, précisant que l'Ordre allait intégrer la Fédération européenne des ordres. "Nos patients sont mobiles et ils doivent avoir la même qualité de soins infirmiers qu'ils soient en Allemagne, en Italie ou en France", a-t-elle lancé.

PARIS, 17 juin 2009 (APM)
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mer. nov. 25, 2009 6:59 pm

Il y a des news sur l'ONI dans la rubrique myriade.
N'hésitez pas à la consulter.
De même que la rubrique Triade, sous-titre : l'Ordre infirmier qui regroupe les documents relatifs à l'ONI.

Je suis preneur de tout ce que vous trouverez utile de m'envoyer.
En pour ou en contre, comme toujours.
c'est la ligne de conduite définie depuis longtemps ici.
Modifié en dernier par Arnaud BASSEZ le ven. nov. 27, 2009 9:01 pm, modifié 1 fois.
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
cedr1c
Messages : 176
Enregistré le : ven. mai 16, 2008 10:54 am
Contact :

Message par cedr1c » mer. nov. 25, 2009 7:46 pm

définie :wink:
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mer. nov. 25, 2009 7:53 pm

je ne suis pas sûr que ce soit un participe passé...
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
cedr1c
Messages : 176
Enregistré le : ven. mai 16, 2008 10:54 am
Contact :

Message par cedr1c » mer. nov. 25, 2009 10:56 pm

Thomas WUEST
Messages : 77
Enregistré le : sam. oct. 31, 2009 1:14 pm
Localisation : Alsace

Message par Thomas WUEST » jeu. nov. 26, 2009 2:56 pm

On s'éloigne du sujet là ...
cedr1c
Messages : 176
Enregistré le : ven. mai 16, 2008 10:54 am
Contact :

Message par cedr1c » sam. nov. 28, 2009 2:30 am

Il me semblait avoir mis un lien, concernant un lieu ou se trouve des infos. Tu l'as retiré, Arnaud?
Éric DELMAS

Message par Éric DELMAS » sam. nov. 28, 2009 8:27 am

Je viens de recevoir mes documents (carte et caducée) et je trouve qu'il y a un point qui mérite une réaction afin de voir reconnue la totalité de la profession infirmière.
LE moins que l'on puisse dire est que la profession n'est pas reconnue à sa juste valeur par l'ensemble des professionnels de santé, des responsables administratifs et politiques et même par la population.
Il me semble donc que la profession devrait donner l'exemple en marquant sa reconnaissance pour ses propres spécificités, c'est-à-dire les trois spécialités qui nécessitent formation supplémentaire et imposent des responsabilités qui ne sont pas celles du reste de nos collègues.
J'ai donc envoyé un courriel au Conseil national pour lui demander de bien vouloir marquer cette reconnaissance à l'occasion des prochaines émissions de documents professionnels.
Les spécialités ne sont pas de simples grades ou fonctions mais bien des particularismes distincts disposant notamment de diplômes d'État spécifiques.
On peut éventuellement hésiter pour les cadres qui sont désormais partiellement extérieurs à la profession, puisque positionnés de façon transversale à toutes les professions de santé non médicales.
cedr1c
Messages : 176
Enregistré le : ven. mai 16, 2008 10:54 am
Contact :

Message par cedr1c » sam. nov. 28, 2009 11:45 am

Plus concrètement, Eric, tu souhaiterais qu'il y ait marqué Infirmier Anesthésiste sur ta carte professionnelle?
yves benisty
Messages : 203
Enregistré le : jeu. déc. 21, 2006 5:59 pm
Localisation : ici

Message par yves benisty » sam. nov. 28, 2009 12:15 pm

Je suis du même avis qu'Éric. J'avais déjà fait la remarque lors de l'enregistrement sur le fichier adeli. Mais ça n'est pas le seul exemple : à la macsf, la profession d'iade n'existe pas. "C'est pas dans l'ordinateur".
Plus on est de fous, moins il y a de riz (proverbe chinois).
cedr1c
Messages : 176
Enregistré le : ven. mai 16, 2008 10:54 am
Contact :

Message par cedr1c » sam. nov. 28, 2009 1:08 pm

Que cela ne soit pas reconnu comme profession, soit (puisque l'on parle de la profession infirmière avec ses spécialités), mais que cette spécialité ne soit pas prise en compte, c'est autre chose.
Répondre