Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire

Répondre
Patrick GRIVIAUD
Messages : 46
Enregistré le : jeu. nov. 09, 2006 10:16 pm
Localisation : LYON

Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire

Message par Patrick GRIVIAUD » sam. févr. 05, 2011 4:04 pm

Voilà encore un rapport qui traite de l'évolution nécessaires des métiers de la santé
http://www.laurenthenart.com/fichiers_a ... hier_1.pdf

Extrait (pages 47):

La mission a déjà relevé que, dans le cadre de la réforme LMD appliquée aux professions paramédicales, les études d’infirmier sont désormais reconnues au niveau licence. Progressivement, ce sont l’ensemble des professions paramédicales dont les études durent trois ans minimum après le bac qui seront rénovées et qui ont vocation à entrer dans le modèle LMD. S’il semble nécessaire que certains professionnels paramédicaux accèdent à un niveau universitaire plus élevé que la licence, il ne paraît pas justifié d’élever systématiquement l’ensemble des diplômes actuels au niveau du master.
La problématique des spécialisations infirmières (puériculture, bloc opératoire et anesthésie) constitue un exemple pertinent. Ces spécialisations impliquent, par rapport au métier d’infirmier, un niveau supérieur de compétences, de technicité, de qualification et un champ d’exercice particulier. Elles constituent des métiers distincts de celui d’infirmier et il serait logique que leur diplôme soit reconnu à un niveau supérieur à la licence ; toutefois, elles ne représentent pas, dans leur dimension actuelle de formation, de qualification et d’exercice, une nouvelle profession de santé de niveau intermédiaire au sens où l’entendra la mission (cf. infra). Mais bien entendu, elles pourraient le devenir avec l’intégration de pratiques avancées dans le domaine.





Encore une fois, nous a-t'on demandé notre avis :?:
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2253
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » sam. févr. 05, 2011 6:38 pm

Le rapport est en ligne (3e en partant du bas, à l'heure où j'écris ces lignes),
depuis quelques jours et il est vrai que je n'en ai pas fait mention en page d'accueil.

Tu as raison, on ne nous demande pas notre avis, pour autant la dernière réunion au MESRva dans le sens : nous reconnaître une spécificité en nous masterisant, et charge à nous d'accepter ce que prône le LMD.

Je cite Bruno Franceschi
Sur le référentiel de formation, l’essentiel semble fait (selon le MESR, on est très proche du master sur le contenu), des ajustements ont été discutés notamment sur l’aspect recherche qui doit absolument ressortir à la fois dans l’enseignement dispensé mais aussi pour les stages (stage recherche notamment) et évidemment pour le mémoire de fin d’étude et sa soutenance.

Certains thèmes d’enseignements sont à « approfondir » notamment pharmaco, biologie (génétique), statistiques…
Si c'est le petit effort à fournir pour être reconnu en master pour ensuite aller décrocher les grilles afférentes, moi ça me va.
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2253
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Message par Arnaud BASSEZ » mar. févr. 08, 2011 5:32 pm

La lecture du rapport de Laurent Hénard (député UMP), Yvon Berland (président de l’Observatoire national de la démographie des professions de santé) et Danielle Cadet coordinatrice générale des soins de l’hôpital Lariboisière (AP-HP), offre une vision de l’organisation actuelle des professions de santé plutôt consternante.

Ils évoquent en effet « un système rigide et cloisonné » face à un environnement constamment en mouvement. Surtout, à l’instar de nombreux autres observateurs ces dernières années, ils déplorent l’important hiatus existant entre les différents temps de formation des uns et des autres, avec d’une part des médecins et des pharmaciens comptant entre six et onze années d’études quand les auxiliaires médicaux réalisent en majorité trois ans de formation. Entre ces deux extrémités, beaucoup ont vanté la nécessité de créer des métiers dits intermédiaires (quand d’autres voix ont plutôt plaidé pour une revalorisation des diplômes des auxiliaires médicaux et autres préparateurs en pharmacie).

Sans surprise, les auteurs du rapport reprennent cette idée à leur compte. « Il ne s’agit pas de remplacer le médecin, mais de redistribuer certaines tâches », prévient d’ores et déjà Laurent Hénard, dont le rapport feint d’affirmer qu’un consensus existe sur ces questions mais qui n’ignore pas que sur le terrain une telle évolution fera naître de nombreuses contestations.

Il faut faire les choses bien !

D’ailleurs, témoignant d’une certaine prudence, le rapport se garde de formuler des mesures très concrètes et de préciser le profil des nouveaux métiers qui pourraient être créés. Les auteurs n’en dessinent pas moins quelques pistes à l’intention du ministre de la Santé, ce dernier ayant déjà annoncé qu’une (très) longue concertation devait être mise en place. Ainsi, le rapport de Laurent Hénard préconise que la formation de tous les professionnels de santé (et non uniquement des médecins et des pharmaciens) soit placée sous l’égide de l’Université et donc centralisée, quand une régionalisation s’était imposée pour de nombreux diplômes paramédicaux ces dernières années.

Au-delà de ce changement majeur, le mode d’emploi établi multiplie principalement les déclarations générales. Ainsi, est-il rappelé l’importance « d’adopter une démarche pragmatique et une méthode participative » en vue de la création de ces nouveaux métiers et de veiller à ce que ces derniers ne contribuent pas à complexifier le dispositif existant plutôt qu’à l’assouplir.

Sujet complexe

Le caractère très généraliste de cette feuille de route devrait permettre d’éviter que ne soient soulevées contestations et critiques de la part des syndicats, qui sont cependant particulièrement sensibles à ces questions. La création de nouveaux métiers est en effet loin d’être reconnue par tous comme la réponse idéale face à l’inégale répartition des professionnels de santé et aux problèmes de démographie en général.

Par ailleurs, il semble que les problématiques posées par la mise en place de nouveaux diplômes soient extrêmement différentes en fonction des secteurs, que l’on pense par exemple aux enjeux que supposerait la création de nouveaux métiers dans le domaine de la pharmacie.


Léa Crébat source : JIM
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Répondre