3000 IADE pour des clopinettes

Répondre
Avatar du membre
La Grosse Bertha
Messages : 212
Enregistré le : mer. mai 27, 2015 8:30 am

3000 IADE pour des clopinettes

Message par La Grosse Bertha » ven. mars 25, 2016 11:04 am

Est-ce que 9500 IADE devant le Ministère le 22 mars ça aurait changé quelque chose?

A l'évidence: NON!

Avec parfois 10 fois plus de manifestants qu'en 2000/2001, nous n'obtenons rien de plus!!!

Un nouveau dicton pour les IADE:

Si à Noel pris pour des cons , A Pâques on l'a dans l'fond...reste plus qu'à en trouver un pour la réception des travaux d'été...

Grille IADE réchauffée, bonne à jeter...

...J'ai lu les compte-rendus des différentes orgas IA sobrement résumés ICI, donc je ne m'étais pas trompée de beaucoup en affirmant qu'il n'y aurait rien qui tomberait dans l'escarcelle des IADE united mais surtout reducted au rôle de "petites mains" auquel tiennent tant tous les syndicats SUD compris...
. Du reste il n'y avait pas besoin d'être bien malin pour le deviner. Les 'expériences passées suffisent.

On connait depuis TRENTE ans la mauvaise volonté et autres réticences des pouvoirs publics s'agissant de notre reconnaissance statutaire et son expression financière dans un cadre limited à l'exécution de soins uniquement (exception faite de Léon Schwarzenberg vite remercié en tant que Ministre, et éventuellement Bernard Kouchner).

Et donc toujours les mêmes recettes qui ne fonctionnent pas à la PPH, les besoins d'obtenir les avals de tels ou tels, quand on dit vouloir obtenir une autonomie et une reconnaissance, il me semble qu'il faut se prendre en main pour s'affranchir sans attendre de bénédiction des MAR, des urgentistes, des politiques, élus divers et variés (j'allais dire avariés), associations, Vatican, liste non exhaustive. Tant que les IA laisseront leur destin aux mains d'autrui, il ne faudra pas s'attendre à des miracles, bien au contraire!

Tant que nos orgas n'auront pas pigé que le dialogue social n'existera JAMAIS pour nous sauf à le susciter en explorant d'autres moyens cette fois pressifs, avant que l'exaspération ou la violence voire l'abandon prenne le dessus, NOUS N'OBTIENDRONS mais alors...QUE DALLE.

La crédibilité syndicale et associative IADE est également à ce prix. Syndicats si vous ne changez pas de stratégie, nous mourrons avec vous...

Enfin je dis ça je dis rien, si ça se trouve je ne suis ni syndiquée ni IADE moi non plus! :wink:
Une chose est sûre, bientôt pensionnée et à deux doigts de la pauvreté...
Ouf suis A la retraite! Avec 1688 balles! Snif!
Un petit qu'à fait le matin est une bonne entrée en matière pour la journée...
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2253
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: 3000 IADE pour des clopinettes

Message par Arnaud BASSEZ » mar. avr. 05, 2016 7:21 pm

Copier coller d'un propos sur facebook IADE en lutte

Voici les prérogatives et thématiques qui seront discutées lors des prochaines journées à la DGOS.
Dixit la DGOS : "Lors des réunions des 15 et 16 mars, nous sommes convenus d’un certain nombre de thématiques pour lesquels la contribution des IADE pouvait être précisée en lien avec les MAR et les urgentistes. C’est précisément l’objet de ces réunions.
Concernant le champ de l’anesthésie :
  • Contribution des IADE à la visite pré-anesthésique sous la forme d’une check-list en double lecture par le MAR ;
    Prise en charge de la douleur aiguë post-opératoire par adaptation des prescriptions initiales du MAR ;
    Possibilité pour les IADE de contribuer aux consultations douleur et aux Comités de Lutte contre la Douleur des établissements de santé ;
    Poses complexes de voies veineuses périphériques en dehors du bloc opératoire. La question de la pose par les IADE des picc line (cathéters veineux centraux) écho-guidées sera soulevée.
Concernant les transports sanitaires :
  • Réalisation des transports infirmiers inter-hospitaliers (T2IH) des patients intubés, ventilés et/ou sédatés par les IADE ;
    Sous la responsabilité du médecin urgentiste (et non plus seulement des MAR), maintien de la place des IADE dans les transports SMUR avec la possibilité pour eux d’exercer au sein des SAU, notamment lors de la prise en charge des patients en déchocage ;
    Expérimentation d’équipages IADE dans les SMUR, répondant à un cahier des charges précis et faisant l’objet d’une évaluation scientifiquement validée".
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
La Grosse Bertha
Messages : 212
Enregistré le : mer. mai 27, 2015 8:30 am

Re: 3000 IADE pour des clopinettes

Message par La Grosse Bertha » mar. avr. 05, 2016 9:51 pm

Manque la préparation du café !..., un peu de sérieux quoi :roll:

Que voulez-vous faire de plus qu'une IDE dans les CLUD puisqu'un "bac+7" n'a pas le droit de prescription y compris pour du paracétamol accessible à tout un chacun?
De toute façon la France accuse un retard sur la prise en charge des douleurs chroniques le débat ne se situe pas au niveau de l'IA mais de lobbies anti cannabis thérapeutique par exemple, qui privent de malheureux souffrants de médications qui ont fait leur preuve notamment dans les pays frontaliers.

Les gens en sont réduits à fumer des chichons pour éviter les nausées morphino-induites récalcitrantes - pour ne pas dire constantes - (sans parler des contractures de SEP, glaucomes...)en se fourvoyant dans le marché occulte du THC et cela dans dans un pays se prétendant à la pointe de la médecine!

La morphine en administration chronique ? Peu de gens la supportent et dépérissent contrairement à leurs tumeurs qui trouvent toujours de quoi se nourrir, alors que viendrait foutre un IA dans ce système? Surveiller les pupilles? MDR!

Alors aprés les autorisations de sortie de SSPI alors que la présence IADE n'est que recommandée, surveiller les myosis et la dépression respi rarissimes en douleur chronique (sera décédé d'occlusion avant) ...s'agissant des urgences, les hostos dotés d'IA en SMUR n'ont pas attendus les trouvailles des dépositaires de marques déposées IADE united (dans la misère ) pour œuvrer de la sorte parfois depuis 30 ans(!) ...quelle va être la prochaine balle à blanc tirée de cette cartouchière ridicule?

Eh les gars vous êtes vraiment à côté de la plaque dans vos syndicats!!!
Ouf suis A la retraite! Avec 1688 balles! Snif!
Un petit qu'à fait le matin est une bonne entrée en matière pour la journée...
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2253
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: 3000 IADE pour des clopinettes

Message par Arnaud BASSEZ » mer. avr. 06, 2016 7:29 pm

C'est assez paradoxal de voir une volonté de travailler dans la douleur chronique et en parallèle se battre pour conserver la présence IADE dans les SMUR symbole s'il en est de l'urgence et donc de l'aigu.

Moi je pense que nous n'y avons pas de rôle à jouer. Nous sommes les rois de l'aigu. On ne peut pas être partout. Et donc le chronique ne doit pas être de nos prérogatives à mon avis. Ce qui n'empêche pas les IADE d'y travailler, mais pas de façon "prioritaire", comme dans les smur, où notre présence s'impose bien plus.
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
La Grosse Bertha
Messages : 212
Enregistré le : mer. mai 27, 2015 8:30 am

Re: 3000 IADE pour des clopinettes

Message par La Grosse Bertha » jeu. avr. 07, 2016 7:17 am

Le SMUR c'est tout bénéf pour les IA et vice versa, une évidence,générateur de polyvalence qui, à terme, à force d'apprendre, manier le stheto, fait peur aux docteurs! :evil:

L'intersyndicale a choisi la logique de rester dans le rôle de petites mains avec le soutien de papa-maman, stratégie stérile depuis bientôt 30 ans, au lieu de donner un cadre légal à ce que nous savons prescrire (de fait) et faire dans les limites de ce pour quoi on œuvre et de ce que l'on apprend, y compris sur le terrain.

Ce choix sans horizon est ridicule, mortifère, il est représentatif de revendications d'IA "moyens" de CHU où le rôle de petites mains leurs vont comme un gant, et où les pontes de l'A-Rea ne se rendent plus compte du qui fait quoi avec la pléthore d'étudiants. Grosso modo s'occuper des commandes de pharmacie et de matos que le cadre fraîchement débarqué ne connaît pas...(ou trop occupé à sa promotion?)

Pas étonnant donc de les voir se résigner à gratter les fonds de tiroirs comme s'ils allaient y trouver une lampe avec son génie pour donner du corps à des revendications désormais dénuées d'âme. :roll:
Ouf suis A la retraite! Avec 1688 balles! Snif!
Un petit qu'à fait le matin est une bonne entrée en matière pour la journée...
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2253
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: 3000 IADE pour des clopinettes

Message par Arnaud BASSEZ » ven. avr. 08, 2016 10:42 am

Il y a bien longtemps, en 1999, j'étais déjà partisan de sortir du corps infirmier pour intégrer un corps spécifique. J'en avais proposé l'esquisse lors d'une AG à la bourse du travail, à Paris, du temps où j'étais au CNIA. (pas SNIA).

Que n'avais-je pas dit là ? La grande majorité refusait de quitter le tronc infirmier qui nous paralyse depuis si longtemps, car nous augmenter fait automatiquement augmenter les autres catégories par effet de cliquet (c'était le cas). En clair, les puer, les IBODE, les IDE ont eu des compensations qu'elles n'ont pas été chercher dans la rue !
Pire, suite à notre mouvement, le gouvernement a répondu en augmentant le nombre de médecins de travail !!!

C'était la récompense du "on est d'abord IDE, je ne renie pas mon passé, je veux rester infirmier(e)." Même si ça nous bloque.

Mon modèle de toujours c'est l'AANA américaine. Mais nous sommes trop frileux pour nous y aventurer. Il suffit de lire les commentaires de ceux qui se félicitent ou se rassurent, d'avoir le soutien de la SFAR... comme si la SFAR avait un quelconque intérêt envers nous. Il suffit là encore de lire les commentaires de son actuel président, du temps où il était vice président, du temps où il était à l'hôpital du Kremlin Bicêtre, du temps où il est à Rennes et qu'il m'a répondu par mail lorsque je lui adressais une mise au point sur notre profession, qui pour lui se résume au mieux au remplissage des tiroirs.

Quand donc allons nous comprendre qu'il faut nous émanciper de tout soutien médical, et que seul le législateur compte. Alors il est vrai que le législateur convie toujours les médecins pour parler de notre cas. Mais quelle autre profession se permet de parler, de museler, de tenir en laisse une autre profession ? Nous payons nos années d'ancillaires ancestraux ! Et certains semblent s'y complaire dans ces relations morganatiques.

On me rétorque à chaque fois que sortir du corps infirmier, c'est se couper de tout soutien, de la base. Quelle base ? Les IDE ne bougent jamais, sauf en 1988 (j'y étais, ma première manif, un vrai bonheur, même si le comportement de la CGT envers la coordination infirmière n'a pas été tout blanc...avec barrage, cordon de sécurité "musclé" contre les IDE qui voulaient passer devant...).
Sortir du corps infirmier nous exposerait à devenir les SF de l'anesthésie. Cela reste à prouver, car je ne vois pas le rapprochement, ni sémantique ni dans les faits.
On me dit aussi, que les CRNA américaines ont le vocable "nurse". Certes, mais il est tellement plus valorisé là bas, que ce n'est pas un frein que de le conserver.

Il va falloir être bien attentif à ce qui va se produire. Les réunions ont déjà commencé avec DGOS et les médecins.
- 6 avril
- 2 mai
- 6 juin
- 23 juin

Si on se fait baiser, il faudra certainement demander des comptes à ceux qui "bossent depuis des mois" sur le dossier. Si on réussi à avoir quelque chose de concret et valorisant, il faudra leur rendre hommage.
Pour l'instant, l'heure est à la ballade. On nous a demandé d'être master pour pouvoir discuter de nos grilles. Nous le sommes. Maintenant on nous demande de prouver que ce que nous faisons sont des pratiques avancées. Et ensuite que va t-on nous demander pour retarder encore et toujours le dossier ?

Mais il parait que la manière forte et les OCP ne sont pas la bonne méthode. Alors on balance, via les députés des questions au gouvernement sur la situation des IADE, et on se félicite de voir la question posée, oubliant que les députés de l'opposition font feu de tout bois contre le gouvernement, sachant que lorsqu'ils seront aux manettes, ils nous oublieront aussi sec et nous serons encore les dindons de la farce.
De plus, la réponse est la même, à la virgule près, de la part du cabinet de Touraine. Cabinet qui porte bien son nom, puisque c'est là où on y place les étrons et que l'on tire la chasse. Et nous partirons dans les égouts.
Nous ne sommes que peu de choses, utilisés par les uns pour mettre uniquement le gouvernement en difficulté, principalement d'ailleurs en attaquant les femmes ministres. Il semble que les députés de l'opposition aient plus de courage à s'attaquer aux femmes qu'aux hommes (Taubira, Touraine, Vallaud-Belkacem, Pellerin). Ne nous leurrons pas. Ce "lobbying" n'ira pas loin. Les exaltés qui s'enflamment et qui sortent leur IADE united à tout bout de champ, vont être bien déçus.

Je suis pour une méthode forte, voire extrême (à la scandinave). Elle n'est pas retenue. Elle n'est pas dans les gênes. Dans la culture. (culculture) OK. Très bien.
On me permettra donc de ne pas être à mon tour en accord avec le positionnement majoritaire, et de ne pas m'y rallier. Le mouvement se décide sur une base de discussion, avec des gens malins (au ministère) qui vont nous faire certainement un coup tordu. Et la caste médicale ne lâchera pas ses prérogatives.
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2253
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: 3000 IADE pour des clopinettes

Message par Arnaud BASSEZ » mar. avr. 12, 2016 10:55 am

Pour bien montrer la différence culturelle entre un pays évolué (les USA) et le nôtre.
Je le mets en anglais, sans traduire, car nous devons aussi démontrer notre savoir dans ce domaine. Master oblige, nous devons être capable de converser et de lire en anglais sans difficulté. C'est d'ailleurs une de mes résolutions concernant ce site, c'est de mettre en ligne les articles pertinents, même s'ils sont en anglais. J'ai surligné et/ou mis en gras ce qui me paraît intéressant.

Ceci provient du site des "IADE" de Virginie. Il aurait pu venir de n'importe quel autre état américain.

http://www.vana.org/inside-vana/
Certified Registered Nurse Anesthetists (CRNAs)

Nurse anesthetists have been providing anesthesia care to patients in the United States for nearly 150 years.

The credential CRNA (Certified Registered Nurse Anesthetist) came into existence in 1956. CRNAs are anesthesia professionals who safely administer approximately 32 million anesthetics to patients each year in the United States, according to the American Association of Nurse Anesthetists (AANA) 2008 Practice Profile Survey.

CRNAs are the primary anesthesia providers in rural America, enabling healthcare facilities in these medically underserved areas to offer obstetrical, surgical, and trauma stabilization services. In some states, CRNAs are the sole providers in nearly 100% of the rural hospitals.

According to a 1999 report from the Institute of Medicine, anesthesia care is nearly 50 times safer than it was in the early 1980s. Numerous outcomes studies have demonstrated that there is no difference in the quality of care provided by CRNAs and their physician counterparts.*

CRNAs provide anesthesia in collaboration with surgeons, anesthesiologists, dentists, podiatrists, and other qualified healthcare professionals. When anesthesia is administered by a nurse anesthetist, it is recognized as the practice of nursing; when administered by an anesthesiologist, it is recognized as the practice of medicine. Regardless of whether their educational background is in nursing or medicine, all anesthesia professionals give anesthesia the same way.

As advanced practice nurses, CRNAs practice with a high degree of autonomy and professional respect. They carry a heavy load of responsibility and are compensated accordingly.

CRNAs practice in every setting in which anesthesia is delivered: traditional hospital surgical suites and obstetrical delivery rooms; critical access hospitals; ambulatory surgical centers; the offices of dentists, podiatrists, ophthalmologists, plastic surgeons, and pain management specialists; and U.S. military, Public Health Services, and Department of Veterans Affairs healthcare facilities.

Nurse anesthetists have been the main providers of anesthesia care to U.S. military men and women on the front lines since WWI, including current conflicts in the Middle East. Nurses first provided anesthesia to wounded soldiers during the Civil War.

Managed care plans recognize CRNAs for providing high-quality anesthesia care with reduced expense to patients and insurance companies. The cost-efficiency of CRNAs helps control escalating healthcare costs.

Across the country, nurse anesthetist professional liability premiums are 33% lower than 20 years ago (or 62% lower when adjusted for inflation).

Legislation passed by Congress in 1986 made nurse anesthetists the first nursing specialty to be accorded direct reimbursement rights under the Medicare program.

Approximately 41% of the nation’s 44,000 nurse anesthetists (which includes CRNAs and student nurse anesthetists) are men, compared with less than 10% in the nursing profession
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Répondre