Madame TOURAINE, dépêchez-vous la fièvre monte!

Répondre
Avatar du membre
La Grosse Bertha
Messages : 209
Enregistré le : mer. mai 27, 2015 8:30 am

Madame TOURAINE, dépêchez-vous la fièvre monte!

Message par La Grosse Bertha » jeu. oct. 13, 2016 9:38 am

Au lieu d'ouvrir discrètement le robinet des salaires IADE , il va vous falloir lâcher les écluses pour la FPH et le privé :mrgreen:

dépêchez-vous au Ministère, avant qu'il ne soit trop tard!

http://www.infirmiers.com/actualites/ac ... nonce.html

http://www.actusoins.com/280061/grande- ... embre.html

http://www.leparisien.fr/espace-premium ... 192225.php
Ouf suis A la retraite! Avec 1688 balles! Snif!
Un petit qu'à fait le matin est une bonne entrée en matière pour la journée...
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2234
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: Madame TOURAINE, dépêchez-vous la fièvre monte!

Message par Arnaud BASSEZ » mar. nov. 08, 2016 11:45 pm

Publié le 08/11/2016
Mouvement des infirmières : une participation qui s’annonce massive

Paris, le mardi 8 novembre 2016 – Les chiffres tant des syndicats que du ministère concernant la participation des infirmières et des aides-soignantes à la grève ce mardi 8 novembre ne sont pas encore connus.

Néanmoins, plusieurs signaux laissent deviner une mobilisation importante. D’abord, plus d’un millier de personnes étaient ce matin à Paris autour de la gare Montparnasse, départ d’un cortège qui s’est ébranlé jusqu’au ministère de la santé où une délégation devait être reçue. Le défilé comptait de nombreuses banderoles évoquant le mal être des infirmières et leur désir de consacrer plus de temps au dialogue avec les patients. Mêmes slogans à Reims où les infirmières du bloc opératoire du CHU avaient bloqué l’entrée du service (sauf pour les urgences) et distribuaient des tracts. Des rassemblements similaires ont eu lieu ou sont prévus à Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes ou Toulouse. Si le fonctionnement des services ne devrait pas être perturbé par ce mouvement, la mobilisation consistant principalement en des débrayages de quelques heures ou au port d’un brassard, les unités de chirurgie ont fréquemment dû reporter certaines interventions programmées. Des agents du CHU de Montpellier évoquent ainsi une annulation de 70 % des opérations prévues aujourd’hui.

Une unité presque historique

L’ampleur du mouvement est lié, nous l’avons souligné hier, au nombre d’associations ayant participé à l’appel. Représentant les infirmières hospitalières et libérales, concernant tout autant les puéricultrices que les agents de bloc, 18 organisations ont lancé le même mot d’ordre, ainsi que l’ensemble des grandes centrales syndicales. Une telle unité n’avait jamais été constatée depuis plus de deux décennies. Des soutiens de toute part se sont ajoutés à ce mouvement initial. Ainsi, les praticiens hospitaliers ont affiché leur sollicitude, ainsi que l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) ou encore l’Association des amis de Jean-Louis Mégnien dédiée à la lutte contre le harcèlement moral et la maltraitance des salariés dans les hôpitaux. « L’association (…) partage leurs inquiétudes sur les conditions de travail de plus en plus difficiles dans les hôpitaux publics, facteurs d’épuisement professionnel et des autres risques psycho-sociaux, dont le harcèlement moral. Il est grand temps que les pouvoirs publics se saisissent de ces questions et arrêtent d’imposer aux hôpitaux publics des politiques qui vont à l’encontre de la qualité des soins que nos concitoyens sont en droit d’attendre » écrit l’organisation ce matin dans un court communiqué.

Les pompiers solidaires des infirmières… et des policiers

Enfin, parallèlement aux infirmières, dans certains départements, les pompiers s’associent à la grève. La mobilisation locale d’un nombre croissant de ces unités de secours ces dernières semaines apparaît comme un signal préoccupant supplémentaire sur l’état des services publics. Se faisant aujourd’hui l’écho du désarroi des infirmières, les pompiers ont pu hier partager la colère des policiers. Dans certaines unités, un soutien clair a ainsi été affiché avec les forces de l’ordre : les pompiers ont ainsi voulu rappeler qu’ils pouvaient eux aussi être la cible d’insultes et d’attaques intolérables. Aujourd’hui, ceux parmi les pompiers qui font grève veulent dénoncer des conditions de travail de plus en plus difficiles liés à un manque de moyens et de ressources. Ainsi dans le Vaucluse, s’ils n’obtiennent pas ce mardi la promesse du remplacement de l’ensemble des départs à la retraite ou encore l’augmentation de postes de sapeurs pompiers, les pompiers menacent d’une grève illimitée.

Aurélie Haroche

Copyright © http://Web . Jim .fr
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Répondre