Dialogue recto-social, la voie de la douleur et cela lévo bien!

Répondre
Avatar du membre
La Grosse Bertha
Messages : 209
Enregistré le : mer. mai 27, 2015 8:30 am

Dialogue recto-social, la voie de la douleur et cela lévo bien!

Message par La Grosse Bertha » dim. mars 19, 2017 11:23 am

la chimie et la loi mécanique de Coulomb au service de la concertation sociale...

petits rappels étymologiques:: dextro/recto=droit(e), rectiligne, dextrogyre, tandis que lévo=gauche,

Autres Références :
Robert Chesebrough

Charles Coulomb

INTRODUCTION

inventée par la droite sociale, adoubée par la gauche libérale 8)

NOMS-clé et dates: sieurs et dame LARCHER 2007, REBSAMEN 2015, EL KHOMRI 2016

Maux-clé et rapports sociaux:

Ministre de la santé; Grand Mannitol, jamais disposé à recevoir une délégation officielle d'infirmiers-anesthésistes, hormis Bernard KOUCHNER, 1993, 2001? la pire: Dame BACHELOT, 2010, considérant que les IADE étaient déjà des aristocrates infirmiers...
Droit de grève: droit inaliénable de la Constitution française
Directeur: Décide souverainement de ce qu'est la sécurité, notamment en prévision d'un mouvement social (à quoi sert un préavis de grève, sinon assigner à tour de bras pour assurer la continuité de service?)
Chirurgien: décide de se rendre chez le Directeur
Cadre: applique la sécurité du Directeur avec plus ou moins de zèle (pas tous pas tous...)
MAR: roi soleil de l'anesthésie,
IADE; auxiliaire privilégié du roi soleil 8) , travailleur de l'hombre donc à prédominance féminine, subalterne très sollicité de l'anesthésie et de l'urgence médicale, dépatouillant à peu près tout l’hôpital mais le plus souvent considéré en tant qu'entité négligeable par certains pontes de la discipline, rémunéré au niveau du seuil de pauvreté en début de carrière en tant chef de famille type mono salaire avec deux enfants, en dépit d'une formation de sept ans, dont un MASTER.
Syndicaliste: acteur du dialogue recto-social généralement chargé de distribuer la vaseline avec plus ou moins de tact voire d'entrain.

le dialogue social, auquel est soumis l'IADE de façon récurrente depuis trois décennies, sans résultat probant, notamment économique, le nerf de la guerre.

un aspect qui, s'il en est, par définition, devrait différencier les démocraties des systèmes autoritaires, républiques bananières, de l'arbitraire etc...

Que dire de notre système biaisé où la formule consacrée au "dialogue social", la porte de sortie honorable, le "gagnant-gagnant", éprouvé par la droite sociale et contextualisé, modernisé :shock: (d'où cette dérive linguistique parfaitement légitime de "dialogue recto-social"), ...par la gauche progressiste de ce pays avec l'entremise des syndicats, interlocuteur qui au passage de la négociation aura perdu le sens de la règle qui devrait prévaloir ne serait-ce que par honnêteté ou pour la paix sociale, si tant qu'elle soit au cœur du problème?... Cette règle à l'évidence ce n'est pas "gagnant-gagnant" avec "porte de sortie honorable", comme on pourrait s'y attendre dans un pays riche à tous points de vue comme la France et notamment lorsqu'une population de professionnels tels que les infirmiers-anesthésistes est concernée, depuis des décennies, pour ne citer qu'eux...des humains au service d'autres humains, de jour comme de nuit, à Noel, Pâques, Toussaint, sacrifiant vie de famille, éducation des enfants, santé, soumis au burn out, au suicide, récupérant souvent sur des brancards pendant des systèmes alambiqués de continuité de service, avant de rempiler sous l’œil frais et vigilant d'autres en charge de l'organisation, répondant toujours "présents" lors des attentats et situations de catastrophe, payés trois sous, incapables de se faire reconnaître une quelconque pénibilité sauf en contrepartie d'un blocage indiciaire, incapables d'obtenir une reconnaissance par définition et obligés pour vivre décemment de vendre leurs compétences dans les cliniques...les "ménages", oui un IADE peut en cacher un autre, comme pour les (arrière) trains.

Apparemment juste un peu de pitié un peu de charité de la part des progressistes, s'est substituée à la règle du compromis, et rien pour les pensions, minables, des IADE, nada! Juste une pièce et va t'acheter un casse-dalle pour qu'on t'entende plus!

Un casse-dalle à 3-4 € par jour, voila les mesures du ministère Marisol Touraine pour clore le conflit social IADE.

Il n'y aurait pas une ONG, à défaut de syndicat, pour dénoncer ça?


Les enjeux financiers sont pourtant dérisoires, comparés à d'autres, à certains profits bancaires, investissements pour la relance économique, accueils de populations indigentes que les IADE, 9700 au total, entre autres, soigneront, accessoirement, avec des baisses d'effectifs prévus par une bonne moitié de nos prétendants président, .... etc...bref tout est opposable aux IADE., crise, grands équilibres, et autres excuses.

Décidément "tout est bon dans le cochon" pour ne jamais rémunérer correctement une infirmière-anesthésiste, lui reconnaître la pénibilité et la vérité de son travail, lui donner des conditions d'exercice dignes du millénaire et d'un grand pays Moderne bercé par la Révolution, pays des lumières, des rebelles, des héros , des Jaurès, des Jeanne d'Arc, des De Gaulle, des Jean Moulin, Léon Blum, bref lui permettre de simplement se reposer sans hypothéquer son salaire, récupérer après une garde, ou une astreinte déguisée, encore faudrait-il légiférer, mais là aussi cela semble être une montagne à déplacer...y compris pour certains syndicats, les notres! Vous vouliez protéger les 35H?

eh bien c'est loupé, les IADE perdront sur deux plans dans peu de temps.

Quelle va être la porte de sortie encore cette fois pour le dialogue recto-social de gauche engagé depuis plus d'un an avec des partenaires sociaux, professionnels, technocrates, liste non exhaustive...

la réponse est "nada", et c'est probablement deux ou trois syndicats "de service", minoritaires, dévoués à des causes qui sont parfaitement étrangères aux IADE, qui avaliseront l’aumône décidée par un gouvernement de "progressistes". Mesures Insuffisante diront-ils, sans scrupule, mais une avancée sociale tout de même, en se défendant, et puisque les autres ne signent jamais rien et que le ministère est capable de remettre en question les chiches avancées!

Tout laisse penser à un système bien rodé, parfaitement éprouvé, les agents concernés sont souvent pris à la gorge et finissent par enterrer leurs chimères, illusions, d'avoir un traitement juste, puis baisser la tête, courber l'échine, et bientôt sollicités pour réélire leurs représentants syndicaux, qui continueront même pour les pires des pires, à recueillir des voix le plus souvent en nombre délirant!

Un comble!

Pour être conforme à l'idée qu'on se fait de la démocratie, le dialogue social devrait donc répondre à une culture de compromis, à objectif "gagnant-gagnant", et lorsque les IADE demandent du point de vue salarial à être alignés par rapport aux autres professionnels de même niveau de formation, sans les contraintes la plupart du temps, l'Etat, employeur, et certains de ses valets syndicalistes, répondent par ce qui ressemble à du mépris, c'est à dire du dérisoire, par rapport à cette justice salariale, pour mémoire et à ce jour, une centaine d'€ par le truchement de petits points d'indice, d'un saupoudrage de NBI et de prime, mesurettes indignes et surtout impalpables pour ceux qui partiront à la retraite, à plus ou moins longue échéance.

Proposer et avaliser des propositions à 700% en deçà de l'alignement salarial demandé et en ignorant les autres problèmes, ce n'est à l'évidence pas du compromis, mais du foutage de gueule, comme d'habitude, parlons simple!

CONCLUSION


Les syndicats qui nous ont conduit à cette situation de concertation à rallonge aboutissant à 5 semaines d'élections monopolisant les médias, ne pouvaient pas ignorer cette issue d'enflage caractérisé, tellement les IA les avaient avertis, prévenus, alors à quel jeu s'adonnent-ils, faut-il, s'étonner en évoquant que personne ne s'est sérieusement attelé au problème "assignation", qui nous prive d'un droit de grève soi-disant inaliénable, comment ne pas penser à un simulacre de démocratie, j'attends juste leurs consignes de votes pour les échéances électorales prochaines, la direction CGT, par exemple, va t-elle pousser à force de consignes pour reconduire la marionnette en pire de HOLLANDE et son dialogue recto-social probablement remis à jour sous l'autel du libéralisme dandy mais sans fard, du progressisme réaliste, rapports où tout ce petit monde semble se complaire ou....ou pour une fois, laisser les gens se déterminer eux-mêmes, ne pas se déplacer ou voter blanc?

Bertie, Un IADE sidéré, écoeuré...

Source : Paul Aurelli, Jean Gautier, Conseil économique et social, « Consolider le dialogue social », 2006.

La notion de dialogue social présuppose que les parties en présence aient une culture de compromis, ce qui en France n’est pas toujours le cas, du côté patronal comme du côté syndical. L’intervention de l’État, jugée parfois excessive, fait l’objet de débats récurrents quant à sa légitimité. La loi du 31 janvier 2007 institutionnalise une procédure de négociation tripartite gouvernement/syndicats/patronat au niveau national pour les réformes portant sur des questions économiques et sociales de portée générale.




http://www.ladocumentationfrancaise.fr/ ... cial.shtml

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dialogue_social
Ouf suis A la retraite! Avec 1688 balles! Snif!
Un petit qu'à fait le matin est une bonne entrée en matière pour la journée...
Répondre