le commentaire de la semaine

Répondre
Avatar du membre
La Grosse Bertha
Messages : 215
Enregistré le : mer. mai 27, 2015 8:30 am

le commentaire de la semaine

Message par La Grosse Bertha » mar. déc. 04, 2018 8:22 pm

S'agissant du mouvement social de Gilles et John, je cite:

"les syndicats sont vendus, Laurent BERGER (cfdt)...il ne vaut pas un clou"...

C'est quand même un gaulliste qui le dit :lol:

https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video ... 22190.html
Ouf suis A la retraite! Avec 1688 balles! Snif!
Un petit qu'à fait le matin est une bonne entrée en matière pour la journée...
Avatar du membre
Arnaud BASSEZ
Administrateur - Site Admin
Messages : 2280
Enregistré le : sam. nov. 04, 2006 4:43 pm
Localisation : Paris
Contact :

Re: le commentaire de la semaine

Message par Arnaud BASSEZ » mer. avr. 07, 2021 11:01 am

YES THEY CAN !!!

Et pendant ce temps, aux USA, le Wisconsin remplace tous ses médecins anesthésistes par des CRNA (IADE américaines) comme le relate un article sur medscape.com. (traduction en bas de l'article en anglais).

Wisconsin Hospital Replaces All Anesthesiologists With CRNAs

"Watertown Regional Medical Center in Wisconsin has replaced all of its anesthesiologists with certified registered nurse anesthetists (CRNAs), sparking outrage on social media and reigniting debate about the role of advanced practice nurses.

On March 28, an undated letter was posted on Twitter announcing that the anesthesiology staff at the small Midwestern hospital would be replaced by CRNAs. The letter migrated to Facebook and several doctors used it as an opportunity to express concern.
"This is not good news for the residents of Watertown, WI. Watertown Regional Medical Center (courtesy of the private equity-backed, contract medical group Envision) removed all of its anesthesiologists for a 100% CRNA model. In a nutshell, they replaced physicians with nurses," the tweet with the letter reads.
The letter was posted by an unnamed doctor described as an Emergency Physician/Army Vet/Patient-Physician Advocate. The person responding to a direct message sent to the owner of the Twitter account declined to identify himself or herself or to speak to Medscape Medical News.
Over at Watertown Regional Medical Center, a Wisconsin community hospital that sits between Madison and Milwaukee, no one was available to talk officially about the letter. Several requests for comment also went unanswered at Envision, a large medical staffing agency that works with the hospital and will oversee the anesthesiology team.
Adam Dachman, MD, a surgeon at the hospital, speaking for himself, said he has no problem using nurse anesthetists.
"It's a misconception that physicians are required to administer anesthesia," he told Medscape Medical News.
Beyond the hospital, the tweet triggered a conversation on a closed Facebook group linked to Physicians for Patient Protection. That nonprofit group supports "physician-led care." Robert McNamara, MD, saw both the tweet and the Facebook post. He is the chair of emergency medicine at the Lewis Katz School of Medicine at Temple University in Philadelphia, and head of Temple's physician group. He said the move, and others like it, are being driven by cost-cutting.
"The root cause is that private-equity-backed corporations are taking over anesthesia services, and they are deciding to increase profits by replacing the most expensive thing in their equation — that's the anesthesiologist," he told Medscape Medical News.
Envision Physician Services advertises for both anesthesiologist and CRNA positions, and both are featured in a company video promoting its services. The company describes itself as "the largest anesthesiology provider in the country."
The long-running battle over physician supervision of nurse anesthetists is also being fought in the courts and at the Department of Health and Human Services (HHS).
In March, the New Hampshire Supreme Court ruled that the state Board of Medicine acted properly when it decided that nurse anesthetists could not call themselves "anesthesiologists" because the term implies the practice of medicine.
At HHS, the Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS) is considering whether to continue allowing CRNAs to practice without the supervision of an MD.
The physician-supervision rule was waived along with hundreds of other regulations in March 2020 in response to the COVID-19 pandemic. CRNAs want to make the waiver permanent. In contrast, the American Society of Anesthesiologists (ASA) and others want CMS to return to requiring physician supervision by default. (States can opt out of this waiver, and about 18 have.)
After the federal government asked for comments on extending the waiver, hundreds responded. The CRNA comments outnumber those from physicians or patients supporting anesthesiologists.
"It's not a popularity contest," said ASA President Beverly K. Philip, MD. "It is, at its core, an issue of safety."
On the HHS website, a search on the term "CRNA" turns up more than 2000 comments filed in response to the extension of the physician supervision waiver.
Robert S. Lagasse, MD, an anesthesiology professor at the Yale School of Medicine in New Haven Connecticut, is also the vice-chair of the hospital's quality management department. He wrote in a comment that physicians need to be on hand to deal with the complex patient, adding that unsupervised CRNA care will "be associated with physicians being distracted by calls to rescue nurses practicing beyond their capabilities without back-up."
Ending the waiver is supported by the American Medical Association but not the National Rural Health Association. That group urged CMS to "eliminate these burdensome barriers related to physician supervision." So do a majority of the comments. Many are copies of the same letter, but some include personal notes. Several came from retired members of the military, like retired Lt. Col. Paul Crum of Louisville, Kentucky.
"I worked as the lone CRNA twice in austere environments in Afghanistan and now work in an independent setting," he wrote. "If a CRNA can work alone in combat, then use common sense… [a] CRNA can work in a hospital without supervision."
Agencies will have the rest of 2021 to review the regulations. The Biden Administration has informed governors that the public health emergency declaration, set expire in April, will likely be in place until the end of the year.
Tinker Ready is a health and science journalist based in Cambridge, Massachusetts.
For more news, follow Medscape on Facebook, Twitter, Instagram, and YouTube
__________
Traduction
___________


«Le centre médical régional de Watertown, dans le Wisconsin, a remplacé tous ses anesthésiologistes par des infirmières anesthésistes certifiées (CRNA), suscitant l'indignation sur les médias sociaux et relançant le débat sur le rôle des infirmières en pratique avancée.

Le 28 mars, une lettre non datée a été publiée sur Twitter annonçant que le personnel d'anesthésiologie du petit hôpital du Midwest serait remplacé par des CRNA. La lettre a migré vers Facebook et plusieurs médecins en ont profité pour exprimer leur inquiétude.

"Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les résidents de Watertown, WI. Le centre médical régional de Watertown (avec la permission du groupe médical sous contrat Envision, soutenu par des capitaux privés) a retiré tous ses anesthésiologistes pour un modèle 100% CRNA. En un mot, ils ont remplacé médecins avec des infirmières », lit-on dans le tweet avec la lettre.

La lettre a été postée par un médecin anonyme décrit comme un médecin d'urgence / vétérinaire de l'armée / défenseur des patients-médecins. La personne répondant à un message direct envoyé au propriétaire du compte Twitter a refusé de s'identifier ou de parler à Medscape Medical News.
Au Watertown Regional Medical Center, un hôpital communautaire du Wisconsin situé entre Madison et Milwaukee, personne n'était disponible pour parler officiellement de la lettre. Plusieurs demandes de commentaires sont également restées sans réponse chez Envision, une grande agence de personnel médical qui travaille avec l'hôpital et supervisera l'équipe d'anesthésiologie.

Adam Dachman, MD, chirurgien à l'hôpital, s'exprimant en son nom, a déclaré qu'il n'avait aucun problème à utiliser des infirmières anesthésistes.
«C'est une idée fausse que les médecins doivent administrer une anesthésie», a-t-il déclaré à Medscape Medical News.
Au-delà de l'hôpital, le tweet a déclenché une conversation sur un groupe Facebook fermé lié à Médecins pour la protection des patients. Ce groupe à but non lucratif soutient les «soins dirigés par un médecin». Robert McNamara, MD, a vu le tweet et le message Facebook. Il est président de la médecine d'urgence à la Lewis Katz School of Medicine de l'Université Temple de Philadelphie et chef du groupe de médecins de Temple. Il a dit que le mouvement, et d'autres comme lui, sont motivés par la réduction des coûts.

«La cause première est que les sociétés financées par le capital-investissement prennent en charge les services d'anesthésie, et elles décident d'augmenter leurs bénéfices en remplaçant la chose la plus chère de leur équation - c'est l'anesthésiologiste», a-t-il déclaré à Medscape Medical News.
Envision Physician Services fait de la publicité pour les postes d'anesthésiologiste et de CRNA, et les deux sont présentés dans une vidéo d'entreprise faisant la promotion de ses services. L'entreprise se décrit comme «le plus grand fournisseur d'anesthésiologie du pays».
La bataille de longue date sur la supervision médicale des infirmières anesthésistes est également menée devant les tribunaux et au ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS).

En mars, la Cour suprême du New Hampshire a statué que le State Board of Medicine avait agi correctement en décidant que les infirmières anesthésistes ne pouvaient pas se qualifier d '«anesthésiologistes» car le terme implique la pratique de la médecine.
Au HHS, les Centers for Medicare and Medicaid Services (CMS) réfléchissent à l'opportunité de continuer à autoriser les CRNA à pratiquer sans la supervision d'un médecin.

La règle de surveillance médicale a été levée avec des centaines d'autres règlements en mars 2020 en réponse à la pandémie COVID-19. Les CRNA veulent rendre la dérogation permanente. En revanche, l'American Society of Anesthesiologists (ASA) et d'autres souhaitent que la CMS revienne à exiger la supervision d'un médecin par défaut. (Les États peuvent refuser cette dérogation, et environ 18 l'ont fait.)
Après que le gouvernement fédéral a demandé des commentaires sur la prolongation de la dérogation, des centaines ont répondu. Les commentaires du CRNA sont plus nombreux que ceux des médecins ou des patients soutenant les anesthésiologistes.
"Ce n'est pas un concours de popularité", a déclaré la présidente de l'ASA, Beverly K. Philip, MD. "C'est, au fond, une question de sécurité."
Sur le site Web du HHS, une recherche sur le terme «CRNA» fait apparaître plus de 2000 commentaires déposés en réponse à la prolongation de la dispense de surveillance médicale.

Robert S. Lagasse, MD, professeur d'anesthésiologie à la Yale School of Medicine de New Haven dans le Connecticut, est également vice-président du département de gestion de la qualité de l'hôpital. Il a écrit dans un commentaire que les médecins doivent être disponibles pour traiter le patient complexe, ajoutant que les soins CRNA non supervisés "seront associés au fait que les médecins sont distraits par des appels pour secourir des infirmières exerçant au-delà de leurs capacités sans soutien".

La fin de la dérogation est soutenue par l'American Medical Association, mais pas par la National Rural Health Association. Ce groupe a exhorté la CMS à «éliminer ces barrières lourdes liées à la supervision des médecins». Alors faites la majorité des commentaires. Beaucoup sont des copies de la même lettre, mais certaines contiennent des notes personnelles. Plusieurs provenaient de militaires à la retraite, comme le lieutenant-colonel à la retraite Paul Crum de Louisville, Kentucky.

«J'ai travaillé en tant que seul CRNA deux fois dans des environnements austères en Afghanistan et je travaille maintenant dans un cadre indépendant», a-t-il écrit. "Si un CRNA peut travailler seul au combat, alors faites preuve de bon sens ... [a] CRNA peut travailler dans un hôpital sans supervision."
Les agences auront le reste de 2021 pour revoir la réglementation. L'administration Biden a informé les gouverneurs que la déclaration d'urgence de santé publique, qui expirera en avril, sera probablement en place jusqu'à la fin de l'année.

Tinker Ready est un journaliste spécialisé dans la santé et les sciences basé à Cambridge, dans le Massachusetts.
Pour plus d'informations, suivez Medscape sur Facebook, Twitter, Instagram et YouTube
La santé est un état précaire qui ne laisse augurer rien de bon.

https://www.facebook.com/SOFIA-soci%C3% ... _todo_tour

formateur AFGSU PARIS
Répondre