Un ordre, désordre.

lundi 9 avril 2007
par  Arnaud Bassez
popularité : 1%

Le Groupe Sainte Anne, est un collectif qui rassemble l’ensemble des organisations favorables à la création d’une instance ordinale dédiée aux infirmièr(e)s.

Son espoir était si intense, qu’il se prit à croire les promesses politiques.

C’est ainsi que le 5 octobre 2006, à l’adoption en première lecture par le Sénat du projet de loi sur la création de l’ordre, le groupe s’était réjouit devant les engagements du ministre de la Santé qui avait affirmé que les décrets d’application seraient publiés avant la fin de l’année.

Alors que des retards persistaient dans le vote définitif de la loi, le collectif était encore confiant envers les promesses de Philippe Bas, alors ministre délégué à la Sécurité sociale, qui affirma le 14 décembre 2006 que le projet de décret instituant le Haut conseil des professions médicales n’attend que l’adoption de la loi pour être soumis à la concertation. Il en est de même pour tous les décrets d’application de la proposition de loi.

La confiance du Groupe Sainte Anne n’allait pas tarder à s’amenuiser au fil des jours.

Le texte évoquant un Haut conseil des professions médicales en était le responsable, ce, sans aucune concertation.

La séance du 14 décembre 2006 à l’Assemblée nationale permis l’adoption définitive de la loi sur l’Ordre infirmier, qui fut promulguée le 21 décembre et publiée au Journal Officiel le 27 décembre 2006.

Il y fut annoncé toutefois que l’ensemble des organisations membres de ce haut conseil avait été consulté, ce que réfuta le groupe Sainte Anne.

La préparation du décret en vue de remplacer le Conseil supérieur des professions paramédicales par une structure interdisciplinaire, fut à l’origine des inquiétudes du groupe Sainte Anne. Quand le contenu fut disponible, les craintes du collectif semblaient fondées.

Certaines missions dévolues à l’Ordre infirmier étaient remises en cause.

Le 8 février, l’association pour un ordre des infirmiers et infirmières de France (APOIIF) s’étonnait , de voir arriver les décrets d’application sans qu’il n’y ait eu aucune concertation.

Le décret d’application partage la profession entre secteur privé, public et libéral, ce dont s’indigne et s’oppose le Groupe Sainte Anne.

La première version du texte dote l’Ordre infirmier de 39 membres, dont 46 % représenteront le secteur public, 31 % les salariés du privé et 23 % les infirmiers libéraux.

Le Groupe Sainte Anne, principalement soutenu par le secteur libéral, souhaite un réajustement de la proportion des collèges où la part réservée au libéral serait de 30 % à égalité avec celle du secteur privé, tandis que la part du secteur public serait rabaissée à 40 %.

Pourtant de tels chiffres laissent songeur lorsque l’on pense à la représentativité réelle du public. 40 % semble bien peu, et 30 % pour les libéraux bien trop.

Ce sera finalement :
- 46 % pour le secteur public,
- 31 % pour le secteur privé
- 23 % pour les infirmiers libéraux.

Toutefois, partisans ou opposants à l’Ordre, constatons qu’une fois de plus, la profession infirmière est bien maltraitée par les responsables politiques de tous bords.

Cependant, il ne faudrait pas que des utopistes, ayant crû aux promesses politiciennes, soient au bout du compte responsables d’un Ordre dénué de responsabilité, de sens et de propos.

La profession, trahie des deux côtés, aurait alors quelques raisons d’avoir du ressentiment pour les politiques, mais aussi pour ceux qui seraient à l’origine du désastre.

Car lorsqu’on lit le document du député Beaugendre (disponible ici), on y lit :

Fonctions du Conseil national de l’Ordre infirmier

(...)

- Se positionner sur le dossier de la mise en place
des Validations des Acquis de l’Expérience (IBODE, IDE, IADE…).

(...)

Il faut se montrer particulièrement vigilant devant de tels propos. Il est HORS DE QUESTION de valider une quelconque VAE pour avoir des ersatz de IADE exonérés du concours, à la formation douteuse, aux connaissances brumeuses, à la compétence non sanctionnée par un diplôme d’État.

La profession dans son ensemble, je le souhaite, saura alors se mobiliser, si de telles dérives semblaient vouloir se faire jour, car ces succédanés seraient nos futurs collègues et aussi les pourvoyeurs d’une surveillance aléatoire qui pourrait bien un jour tomber sur nous ou un membre de notre famille.

Ayons foi en l’avenir.

C’est tout ce qui nous reste.

NDLR : Les décrets d’application viennent d’être publiés au Journal Officiel du 14 avril 2007.

Arnaud BASSEZ

IADE

Formateur AFGSU

Administrateur


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 12 février 2019
par  Arnaud Bassez

IADE et profession intermédiaire

La SOFIA propose à la lecture, un travail du bureau sur la pratique avancée et la profession intermédiaire pouvant concerner les IADE de France et dom-tom.
Vous pouvez répondre et argumenter ce travail sur la boite mail
sofia.iade.france chez gmail.com remplacez chez par @
Inscrivez-vous en (...)

vendredi 18 mars 2011
par  Arnaud Bassez

L’appel de Cochin

Il est des heures graves dans l’histoire d’une profession où sa sauvegarde tient toute dans sa capacité de discerner les menaces qu’on lui cache.
La profession que nous attendions et désirions, dans laquelle pourrait s’épanouir une France digne et forte, cette exercice professionnel, nous savons qu’on (...)

samedi 18 septembre 2010
par  Arnaud Bassez

Un sondage bien profond

L’enquête nationale IADE a été publiée, il convient de la mettre en lumière car elle recèle des éléments qui méritent une analyse et une discussion. Il faut saluer ici, l’initiative de cette enquête, toujours difficile à mettre en place.
Les auteurs auraient pu y insérer le total des réponses, ce qui (...)

dimanche 12 septembre 2010
par  Arnaud Bassez

Compression, pince, hémostase, tracé plat.....

Voici les établissements publics ayant moins de 1500 séjours en chirurgie en moyenne sur les années 2007 à 2009 et donc pouvant être concernés par les "compressions de sites", surlignés en vert ceux qui sont très proches du seuil et qui ont donc un sursis, car pouvant encore raisonnablement espérer (...)

mercredi 3 février 2010
par  Arnaud Bassez

Premiers résultats de l’enquête 2009 sur le burn out en anesthésie-réanimation

Article du magazine Réanoxyo n° 3 de décembre 2009. Cette revue, de très bonne tenue, est celle éditée par le club des anesthésistes-réanimateurs et d’urgentistes militaires.
Article issu du CARUM (Le Club des Anesthésistes-Réanimateurs et Urgentistes Militaires) et du JIM. 
Les infirmiers et médecins (...)

samedi 11 octobre 2008
par  Christophe Leroy

Synthèse du Rapport d’évaluation d’impact du LMD pour les professions paramédicales

Ce texte est une synthèse du rapport (volumineux)d’évaluation d’impact du LMD pour nos professions. Je me suis efforcé de rester objectif et de ne pas avoir oublié de notions importantes dans ce dédales de propositions, souhaits,volontés, et références à d’autres textes ou missions antérieures. De ce (...)

vendredi 25 avril 2008
par  Arnaud Bassez

Passage ONIveau

Le 24 avril 2008, à 12 heures, s’est achevée la première consultation pour l’élection départementale de l’Ordre infirmier.
Ce sont 68 370 professionnels infirmiers qui se sont exprimés sur un total de 498 020 inscrits au fichier ADELI au 31 décembre 2007. Ce qui porte le taux de participation à 13,73 %. (...)

mercredi 3 octobre 2007
par  Arnaud Bassez

Carabins et carabines en ligne de mire

Les internes sont en grève afin de protester contre le projet de la réduction de la liberté d’installation sur le territoire français.
Nb : pour en savoir plus sur le conflit
libération
challenges
AFP
les échos
la tribune
isnih (syndicat des internes)
isnar (autre syndicat des internes) (...)

lundi 1er octobre 2007
par  Arnaud Bassez

ONI soit qui mal y pense

L’ordre national infirmier (ONI) engendre des espoirs d’un côté et des désespoirs de l’autre.
Essayons de faire le tour des ordres professionnels plus anciens, par le prisme de l’Histoire, seule digne de foi.
L’Ordre infirmier sera traité en dernier, car le dernier en date.
NB : les titres de chaque (...)

mercredi 26 septembre 2007
par  Arnaud Bassez

Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2008

(Version présentée par le Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique le 24 septembre 2007)

samedi 15 septembre 2007
par  Arnaud Bassez

TVA sociale

Les rapports concernant la TVA sociale et notre système de protection sociale
Source : portail de Matignon et celui de la Cour des comptes
Arnaud BASSEZ
IADE
Administrateur
Formateur AFGSU

vendredi 18 mai 2007
par  Arnaud Bassez

Mise sous tutelle

Voici les ministres concernés à divers titres, par le dossier LMD et IDE dans son ensemble.
Mme Christine LAGARDE, ministre de l’économie, des finances et de l’emploi
Mme Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales
M. Xavier BERTRAND, ministre du (...)

samedi 28 avril 2007
par  Arnaud Bassez

Ségo, Sarko : égaux ?

Vu sur le JIM (journal international de médecine) qui publie une interview des deux prétendants au trône de France.
C’est le docteur Jean-Marie Le Guen député de la neuvième circonscription de Paris qui répond à la place de Ségolène Royal, tandis que Nicolas Sarkozy s’exprime par lui même. Je ne garde (...)

mercredi 18 avril 2007
par  Arnaud Bassez

On vous donne un Ordre. Faites-le !

Les décrets d’application de l’Ordre Infirmier sont parus.
Évitons de tomber dans la caricature comme sur le site de sud santé Henri Mondor
Comme cela a été le cas pour la création récente d’un ordre des masseurs kinésithérapeute, la fédération SUD Santé Sociaux appellera les infirmières et infirmiers a (...)

lundi 9 avril 2007
par  Arnaud Bassez

Un ordre, désordre.

Le Groupe Sainte Anne, est un collectif qui rassemble l’ensemble des organisations favorables à la création d’une instance ordinale dédiée aux infirmièr(e)s.
Groupe Sainte Anne 46 Associations et Syndicats Infirmiers 1 Élections des conseillers de l’Ordre National des Infirmiers Mode d’emploi.
Son (...)

mercredi 21 mars 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : Le Menu Détaillé

Le LMD est au cœur de la profession infirmière, et de son évolution. Toutefois, pour certains, le LMD reste une nébuleuse opaque et floue. Voici donc une tentative de réponse.
La réforme du LMD (Licence, Master, Doctorat) vise à restructurer l’ensemble des diplômes universitaires pour harmoniser et (...)

jeudi 15 mars 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : La Meilleure Division ?

Alors qu’hier les infirmières sous l’appel de la CNI ont envahis la place de la Bastille à Paris, un nouvel appel est lancé par la CGT qui a vu le succès du mouvement. La date retenue par la CGT est le 29 mars pour un rassemblement de tous les fonctionnaires (dans le tas, il y aura bien quelques (...)

dimanche 11 mars 2007
par  Arnaud Bassez

Des sous pour payer les sous payés

Les élections actuelles, mettent à jour le malaise des solutions que nos candidats envisagent pour l’hôpital dans son ensemble et son personnel soignant en particulier.
Le relâchement du numerus clausus actuel envoie un trop grand nombre d’étudiants dans les facultés de médecine, qui après un double (...)

dimanche 4 mars 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : Le Malaise Débute !

Ca devait bien arriver. À force de nous prendre pour des chaises, le ministre ne devra pas s’étonner s’il s’assoit à côté !
Car la révolte gronde au sein de masses ! C’est véritablement un scandale et probablement une contrepéterie (Pierre Desproges).
Toutefois, derrière ce trait d’humour, perce le trait (...)

mardi 20 février 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : La Missive Dérangeante

Voici une lettre écrite par un collègue IADE.
Vous pouvez la télécharger ci-dessous et l’envoyer au ministère * Ministre de la santé et des solidarités - Xavier Bertrand
MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES 14, avenue Duquesne 75007 PARIS
aux corps constitués (Sénat, Assemblée Nationale, (...)

lundi 19 février 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : Le Ministre Dédaigneux

Xavier Bertrand, porte-parole du candidat UMP Nicolas Sarkozy et ministre de la santé et des solidarités, vient de déclarer que le LMD était passé par pertes et profits pour la profession infirmière dans son ensemble.
Alors qu’il s’était engagé à porter à ce projet européen (accords de Bologne) toute (...)

mercredi 14 février 2007
par  Arnaud Bassez

Hôpital 2012

Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, a présenté les principales lignes du plan Hôpital 2012. Doté de 10 milliards d’euros sur cinq ans, dont 5 milliards d’euros versés par l’État.
Il y a quatre priorités.
améliorer les conditions de travail du personnel (création de crèches dans les hôpitaux pour (...)

jeudi 25 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

Lettre à Oxymag

On me demande la lettre publiée dans Oxymag n° 91 de novembre/décembre 2007.
la voici :
Les infirmiers anesthésistes français manquent d’une représentation professionnelle non syndicale efficace et sont loin de se sentir considérés à la juste hauteur de leurs compétences et des responsabilités qu’ils (...)

mercredi 17 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

SOFIA, j’ai les noms !

les homonymes de la SOciété Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
vu sur http://www.thefreedictionary.com/ le site de référence
SOFIA Society of Film Archivists
SOFIA South Florida Information Access
SOFIA State of World Fisheries and Aquaculture
SOFIA Stratospheric Observatory for (...)

mercredi 17 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

IADE quoi ?

Vous l’avez compris, l’idée des rubriques repose sur la répétition en suffixe de notre acronyme IADE. (d’ailleurs IADE au pluriel ne prend pas de S, un acronyme étant invariable)
Pour ceux qui ne se sont pas posés la question de ce que veulent dire les rubriques à l’origine, voici un bref aperçu (...)

Brèves

Mêmes joueurs jouent encore

vendredi 30 octobre

Fuir n’est pas une solution. Il faut savoir s’imposer

(Alice Parizeau)

— -

Retour vers le futur. On prend les mêmes et on recommence. Mais au delà de la seconde vague, ou de la remontée de la première selon, les IADE doivent nécessairement se poser la question de l’après et du projet de loi que proposent un groupe de député LREM, porté par la députée Rist.

Proposition de loi 3470, visant à améliorer le système de sant par la confiance et la simplification

Ce projet de loi doit être pris à bras le corps par la profession, car on décide sans nous concerter. Être profession médicale définie oui, mais pas sous contrainte ou contrôle excessif qui ne ferait pas évoluer notre profession, mais la cantonnerait dans une dépendance niant le quotidien des IADE de France.

En attendant, les "infirmiers de réanimation" comme l’a écrit l’auteur des textes du président Macron, vont retourner auprès des réanimations dont les gérants, médecins intensivistes éloignés de l’exercice anesthésique, veulent officialiser un métier qui n’existe pas ; l’infirmier de réanimation impliquant la naissance de la FNIR

Derrière cet acronyme, se trouve la Fédération Nationale des Infirmiers de Réanimation qui rassemble des infirmiers DE de réanimation de différentes associations professionnelles et collectifs :

  • la Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR)
  • la Société de Réanimation de Langue Française (SRLF)
  • la Société Française des Infirmiers de Soins Intensifs (SFISI)
  • le Groupe Francophone de Réanimation et d’Urgences Pédiatriques (GFRUP)
  • le Collège Inter régional des Réanimateurs du Nord Est (CIRNE)
  • l’association Infirmier en REAnimation Diplômé d’Etat (IREADE)
  • le groupe Infirmiers de Réanimation

Les objectifs de la fédération sont :

  • la promotion de la qualité et de la sécurité des soins infirmiers en réanimation ;
  • la validation par les pouvoirs publics et les tutelles d’une formation diplômante pour accéder au statut d’infirmier de soins critiques / réanimation ;
  • l’instauration et le maintien d’un ratio d’infirmiers diplômés spécialisés en réanimation, comme élément de contrainte à l’autorisation d’exercer une activité de réanimation pour l’ensemble des services ;
  • la mise en place par les pouvoirs publics d’une valorisation financière des infirmiers de réanimation basée sur le diplôme d’infirmier de soins critiques réanimation et conditionnée au suivi de formation continue en réanimation.

La SFAR et la SRLF s’engagent avec la FNIR.

Parlons législation puisque c’est en général le langage que tiennent les sociétés savantes médicales à l’encontre des IADE, quand ceux-ci tentent de se faire entendre.

  1. Il n’y a pas de diplôme d’Etat d’infirmier de réanimation.
  2. Il n’y a pas de d’infirmier(e) de réanimation, seulement des infirmiers qui y travaillent, et sur une durée qui n’excède pas quelques années, par effet d’usure, de lassitude, ou pour en savoir plus en faisant le concours IADE !

Le décret du 29 juillet 2004 du code de la santé publique définit l’ensemble des soins infirmiers. Suite aux exigences européennes, la profession a élaboré un référentiel de formation, par l’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier.

Il va falloir que la SFAR nous explique, pourquoi elle soutient les infirmiers affectés en réanimation, quand elle se fait un devoir de s’opposer dès que les IADE tentent simplement de faire reconnaître leur travail et existence au quotidien.

Il va falloir que la SRLF nous explique l’intérêt des infirmiers de réanimation, quand les IADE ont compétences pour gérer ce type d’exercice qui fait partie de leur formation de 2 ans, à laquelle aucun infirmier de réanimation ne peut prétendre, car « le livret d’adaptation à l’emploi proposé par la SRLF est une base de travail proposée aux différentes équipes de réanimation. Il pourra être utilisé comme référence mais n’est pas une garantie de formation égale dans chaque unité. cette garantie ne pourra être obtenue qu’à partir de la reconnaissance officielle de la nécessité absolue de cette formation et des moyens nécessaires pour la mener à bien dans les services. La formation déclinée dans le livret correspond à une durée d’adaptation à l’emploi de huit semaines pour un infirmier sans expérience de réanimation (équivalent du stage pré-professionnel, soit 280 heures). » peut-on lire dans les « Recommandations pour une formation spécifique et une reconnaissance du métier d’infirmier de réanimation ».

280 heures, à comparer avec les 2 années pleines et les 3290 heures de cours et apprentissages des IADE.

De plus, le ministère et donc la France n’auraient aucun intérêt à investir sur ce type de formation, car le personnel qui travaille dans les réanimations n’y reste pas suffisamment pour pérenniser les acquis. En effet, quel est l’âge moyen des IDE de réanimation en France ? Combien de mère de famille sont encore dans ces structures après la naissance de leurs enfants ? A l’échelle nationale, dans les services de réanimation, le turn-over est de deux ans en moyenne.

Les IADE sont les seul(e)s ayant compétences en anesthésie, en soins d’urgence (appelé critiques) et ranimation. (selon le terme de ranimation et pas de réanimation qui suppose que l’on ré-anime à nouveau.) La réanimation n’étant qu’une appellation d’un service de l’hôpital dans lequel exerce des infirmiers diplômés d’État, qui peuvent avoir pris leur premier poste, ou venir de médecine, de gériatrie, de pédiatrie, de pneumologie, de psychiatrie... En somme toutes les spécialités médicales divisées en services.

- Mais en tant que spécialités infirmière, il n’y en a que trois.

  1. Infirmier(e) anesthésiste diplômé d’État
  2. Infirmier(e) de bloc opératoire diplômé d’État
  3. Infirmier(e) puériculteur(rice) diplômé d’État

Chacune ayant ses spécificités et ses domaines de compétences et d’exercice, au même titre qu’un médecin gastro-entérologue ne serait se prétendre compétent pour délivrer un acte médical d’anesthésie. Sinon, il nous semble qu’une certaine société à acronyme à 4 lettres, se ferait largement entendre, via son bras armé syndical, et pas que.

Il ne peut être délivré un diplôme d’État à une profession qui ferait doublon avec une autre, qui le possède depuis le Décret n°91-1281 du 17 décembre 1991, mais qui exerce ces fonctions depuis 71 ans (voir histoire des IADE).

De plus, qu’adviendrait-il de ces infirmier(e)s qui quitteraient le giron de la réanimation par fatigue, lassitude ou envie de s’améliorer en ayant réussi le concours infirmier anesthésiste diplômé d’État ? Quid de ces professionnels du soin occupant un poste dans une autre spécialité ? Devraient-ils abandonner leur diplôme d’État, car n’exerçant plus en réanimation ? Devraient-ils au contraire rester prisonnier de ce service médical ? Est-il souhaitable de multiplier les diplômes dont la pertinence est très discutable ?

Lorsque l’on a vu les remous créés par la scission desarmir et mir et les inquiétudes syndicales liées à ce bouleversement, il serait dès lors paradoxal, que les sociétés citées plus haut ne puissent comprendre les légitimes et réciproques revendications de la profession IADE vis-à-vis de ce qu’elle considère comme un intrus dans son espace professionnel.

La crise sanitaire ne saurait être un prétexte fallacieux pour entretenir une dualité. Les IADE ont été moteur dans cette crise, souvent cités par le directeur général de la santé.

La profession IADE ne demande le soutien d’aucune société savante médicale, mais elle ne saurait admettre un double langage à travers une société janusienne.

En ne perdant pas de vue, une citation de Jacinto Benavente : “On passe très souvent à l’ennemi pour fuir ses amis !

— -

Recommandations pour une fomation spécifique et une reconnaissance du métier d’infirmier de réanimation
Reçu le 10 janvier 2011, accepté le... même jour. Beau travail de relecture.
Infirmière en réanimation. Une spécialisation ? Lailia Aissani
Recommandations d’organisation des réanimations en prévision d’une nouvelle vague de covid-19 (Fiche ARS) juillet 2020

Les trois quarts des diplômés infirmiers trouvent leur premier emploi en moins d’un mois. (janvier 2019, numéro 1099 Drees)

— -

Les attestations du ministère de l’intérieur au 29 octobre 2020.

Attestation de déplacement dérogatoire (version officielle)
Justificatif de déplacement professionnel (version officielle)

Les textes notamment pour les heures supplémentaires

§§§

AB

"La meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas lui ressembler."

(Marc Aurèle)

Ecrire, produire pour tous.

samedi 17 octobre

La SOFIA a toujours été pour les IADE et leur reconnaissance. Ce n’est pas maintenant que cela changera. Elle est faite par des IADE et pour des IADE.

Aucune autre alternative n’est envisageable ici. Être reconnus par et pour nos compétences dans les registres divers qui font notre spécificité depuis 60 ans.

Au delà des échanges sur les réseaux sociaux avec certaines entités, la SOFIA reste dans son schéma directeur explicité plus haut.

Si la SOFIA ne vous convient pas telle qu’elle est, il vous appartient de l’investir et de la changer de l’intérieur. La profession ne nous appartient pas. Chacun est libre de ses choix. Façonnez la SOFIA comme vous souhaiteriez qu’elle soit.

Et comme toujours, et ce depuis le 1er novembre 2006, les IADE sont appelés à écrire, produire et publier des écrits, des référentiels IADE. Encore faut-il en avoir l’envie.
Les experts ce n’est pas nous, c’est vous.

Ceci ne peut qu’être qu’une opportunité à saisir. Qui offre autant ?

AB

Le coin lecture

mardi 6 octobre

Quelques articles intéressants sur le virus qui est la vedette actuelle...

Why covid-9 silent hypoxemia is baffling to physicians
Vaccins contre le COVID-19 : où en est la recherche clinique fin septembre ? - Medscape - 1er oct 2020.
Une étude démontre que 40 % des professionnels de santé atteints du COVID-19 sont asymptomatiques - Medscape - 5 oct 2020.
Un taux de zinc plasmatique plus faible est associé à un risque accru de décès chez les patients atteints du COVID-19 - Medscape - 6 oct 2020.

N’hésitez pas à nous envoyer tout ce qui vous semble pertinent pour la connaissance de tous et de chacun.

AB

Vide hé ho !

samedi 26 septembre

Pour des raisons de programmation difficile, la vidéo conférence entre les IADE et la SOFIA est reportée. Mais nous serons au rdv bientôt pour échanger avec vous sur nos pratiques et notre vision commune de l’avenir de la profession.

SEGUR 2020, les conclusions

mardi 21 juillet

Suite et fin. Pour certains. Pas pour nous.

Dossier de presse, conclusions du Ségur de la santé
Accord Ségur profession médicale
Accord Ségur professions non médicales

AB