Défibrillateur semi-automatique ou entièrement automatique

Revue du matériel
lundi 5 février 2007
par  Arnaud Bassez
popularité : 33%

Article réactualisé : 30 mars 2017

Il n’y a aucun conflit d’intérêt à la présentation des matériels de cet article. (AB)

HISTORIQUE DE LA DÉFIBRILLATION SEMI-AUTOMATIQUE

  • 1899 1er essais réussis de défibrillation sur l’animal (Prevost et Batelli).
  • 1933 Défibrillation sur l’animal (Hooker Kouwenhoven).
  • 1947 1ère défibrillation humaine au cours d’une intervention chirurgicale (Beck).
  • 1956 1ère défibrillation externe chez l’homme (Zoll).
  • 1962 France : L’utilisation des défibrillateurs est strictement réservée au personnel médical
  • (Circulaire du 6 janvier 1962).
  • 1967 Défibrillateur extra-hospitalier mis en place en Angleterre (Pantridge et Geddes).
  • 1980 1er défibrillateur implantable.
  • 1980 Intérêt de l’association RCP & Défibrillation.
  • 1989 France : Avis favorable du Comité d’Éthique et de l’Ordre National des Médecins pour la manipulation de ces appareils par des "non-médecins" au vu de l’expérimentation de la D.S.A.
  • mise en place par les Docteurs Petit, Prost et Rebreyend-Colin entre les Sapeurs Pompiers de Lyon et le SAMU 69.
  • 1993 France : 1ères communications des résultats montrant l’intérêt de la défibrillation semi-automatique (Revue des SAMU).
  • 1993 France : Autorisation du Ministère de la Santé pour la réalisation d’expérimentations à Lille et à Paris.
  • 1996 France : Avis favorable de l’Académie Nationale de Médecine, sollicitée par le Ministère de la Santé et de l’Action Humanitaire, au vu des différents appareils de défibrillation semi-automatique disponibles sur le marché, pour l’utilisation par des "non-médecins".
  • 1998 France : Parution du décret N° 98-239 du 27 mars 98 qui fixe les catégories de personnes "non-médecins" habilitées à utiliser un D.S.A.
  • 2001 France : Parution de l’Arrêté du 10 septembre 2001 relatif à la formation des secouristes à l’utilisation d’un D.S.A.

Les textes législatifs sur le défibrillateur

L’invention du défibrillateur externe, dans l’article eurékiade

— -

En France, une personne décède toutes les 11 minutes d’un arrêt cardiaque, environ 50.000 décès sont à déplorer tous les ans. Notre taux de survie à la suite d’un malaise cardiaque est l’un des plus faibles des pays développés : 4% contre environ 40% aux USA ou en Allemagne où le défibrillateur automatique s’est largement répandu.

En France le taux d’équipement devrait être d’au moins 1 défibrillateur pour 1 000 habitants, la France devrait disposer d’un total de 500 000 défibrillateurs alors que notre parc n’en compte à ce jour (début 2013) que 90 000 ! Il y a un déficit de plus de 400 000 appareils.

Tandis que certaines administrations ou entreprises s’équipent, elles ne communiquent pas sur l’appareil, la population concernée n’est pas informée de la localisation du défibrillateur, et lorsqu’elle l’est, les témoins d’un arrêt cardiaque ne savent pas réagir ou n’osent pas utiliser l’appareil qui se trouve quelquefois à quelques mètres de la victime.

Il y a de plus en plus de défibrillateurs implantés mais le nombre de victimes d’arrêt cardiaque ne diminue pas au même rythme du fait du manque d’information et de sensibilisation de la population.

Parce que chaque minute compte pour sauver une vie, l’équipement doit donc être impérativement accompagné d’une communication optimale sur l’emplacement des appareils et d’informations et de sensibilisations du grand public afin de les premiers témoins sachent réagir devant une personne victime d’un arrêt cardiaque et pratiquer les gestes de survie.

Si on utilise immédiatement un DAE chez une victime d’arrêt cardiaque par fibrillation ventriculaire, les chances de survie sont les plus élevées. En effet, les taux de survie, dans les études sur l’arrêt cardiaque qui utilisent la défibrillation au cours des toutes premières minutes suivant l’arrêt sont de 85 % voire plus (contre 3 à 5 % si l’on ne fait rien).

Pour chaque minute qui s’écoule après un arrêt cardiaque, les probabilités de survie chutent de 7 % à 10 %. Des études démontrent que peu de patients survivent si le délai écoulé entre la perte de conscience est supérieur à 12 minutes. Si le massage cardiaque est entrepris entre le moment de la perte de conscience et l’arrivée du défibrillateur, il est possible de survivre après un intervalle plus long.

Le point à ce jour : (source samu de France)

- Les secouristes : depuis 2001 sont habilités dans le cadre des formations initiales AFCPSAM (Attestation de Formation Complémentaire aux Premiers Secours avec Matériel ) CFAPSE (Certificat de Formation aux Activités de Premiers Secours en Équipe) et à partir de 2007 PSE1

- Le grand public : Depuis le décret du 4 mai 2007, l’accès à la DEA (défibrillation entièrement automatique) & DSA (défibrillation semi automatique) est accordée au grand public : « Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe répondant aux caractéristiques définies à l’article R.6311-14 »

Renforcé par l’Arrêté du 6 novembre 2009 relatif à l’initiation des personnes non médecins à l’utilisation des défibrillateurs automatisés externes

- Les professions paramédicales : Du 20 juillet 2005 (abrogation) au 3 mars 2006 : les IDE sont formés à la DSA dans leur formation de base, comme aux gestes d’urgence, la DSA fait partie du rôle propre.

défibrillation

depuis le 3 mars 2006

- Tous les professionnels de santé et les personnes travaillant dans un établissement sanitaire ou une structure médico-sociale peuvent être habilités à la DSA dans le cadre des AFGSU 1 et 2 (Attestation de Formation aux Gestes et Soins d’Urgences) en formation initiale ou continue, avec dans ce dernier cas, l’attestation de l’AFGSU correspondante. (arrêté du 3 mars 2006).

- La DAE (défibrillation automatisée externe, incluant DSA (Défibrillateur Semi Automatique et DA (Défibrillateur Automatique (ex DEA Défibrillateur Entièrement Automatique) fait partie des nouvelles compétences des soignants et de tout personnel travaillant dans un établissement de soins, comme le retrait du casque, la pose de collier cervical ou d’attelle, le relevage et l’accouchement inopiné.

- De ce fait les formations continues, prévues tous les 4 ans dans les établissements, doivent contenir la formation à ces nouvelles compétences, incluant la DAE. cette formation se nomme AFGSU (attestation de formation aux gestes et soins d’urgence) et doit être délivrée par des formateurs agréés par le CESU


Chaque année environ 50 000 personnes meurent d’un arrêt cardiaque hors des milieux hospitaliers. L’installation de défibrillateurs dans les lieux publics, contribue à sauver des milliers de vies.

Le défibrillateur est la seule thérapie pour re-synchroniser le cœur de façon à ce qu’il reprenne une activité normale. Alors que 80% des arrêts cardiaques se produisent devant témoins, seulement 23 % bénéficient de gestes de secours, moins de 3% des victimes survivent.
L’absence de défibrillateur à portée de main en est la principale cause.

Les arrêts cardiaques par fibrillation ventriculaire représentent environ 40 %.
D’où l’impérieuse nécessité de disposer de DAE (DEA et DSA) rapidement.

DAE = Défibrillateur Automatisé Externe. De là découle :

- DEA = Défibrillateur entièrement automatique (l’appareil délivre un choc électrique en totale autonomie).

- DSA = défibrillateur semi-automatique (il faut appuyer sur un bouton pour déclencher le choc électrique)

Le Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire et la Fédération Française de Cardiologie, déclarent qu’il n’existe à l’heure actuelle aucune preuve de supériorité de l’un par rapport à l’autre lors d’une utilisation par le public. Sans doute le fait d’appuyer sur un bouton peut perturber le grand public.

En cas d’arrêt cardiaque, le temps est précieux. On estime que chaque minute de perdue représente 10% de chances en moins d’être sauvé.

Gestion des défibrillateurs automatisés externes (juin 2014)

Golden minutes

La chaine de survie

  1. La victime s’écroule. Elle ne réagit pas et ne respire pas normalement. Demandez à quelqu’un de prévenir les secours d’urgence (le 15, le 18 ou le 112) et d’apporter immédiatement un défibrillateur automatisé externe. Faites tout cela vous-même si vous êtes seul.
  2. Débutez la réanimation cardio-pulmonaire ou massage cardiaque en attendant l’arrivée du défibrillateur.
  3. Dès que le défibrillateur est disponible, mettez-le en marche et suivez les instructions de l’appareil. Continuez à suivre les instructions du défibrillateur jusqu’à l’arrivée des secours.

Des données scientifiques montrent que dans les 4 premières minutes qui suivent l’arrêt cardiaque, la réanimation par des compressions thoraciques seules est suffisante (étude SOS, Kanto groupe, Lancet 2007)

Tous les professionnels sont donc aujourd’hui d’accord sur le fait que l’on n’a donc pas besoin du bouche-à-bouche qui constitue un frein énorme à l’intervention du public. D’autant qu’au premier choc électrique, une fibrillation ventriculaire à 70 % de chances de repartir.

C’est pourquoi nous n’avons plus qu’un seul message : « Appeler, Masser, Défibriller  ».

La formation pratique ciblant :

  • 1. la reconnaissance de l’arrêt cardio-respiratoire ; (Ne répond pas aux questions simples, ne respire pas).
  • 2. l’appel immédiat aux unités mobiles ;
  • 3. le massage cardiaque externe le plus continu possible ;
  • 4. l’utilisation aussi précoce que possible du DAE.

Le défibrillateur automatisé externe et ses accessoires

Le défibrillateur automatisé externe (DAE) est un appareil capable

  • D’analyser l’activité électrique du cœur de la victime ;
  • De reconnaître une éventuelle anomalie du fonctionnement électrique du cœur à l’origine de l’arrêt cardiaque ;
  • De se charger automatiquement ;
  • De délivrer (défibrillateur entièrement automatique) ou d’inviter l’opérateur à délivrer (défibrillateur semi-automatique) le choc électrique (information vocale et visuelle), afin de restaurer une activité cardiaque efficace.

Le défibrillateur automatisé externe est composé :

  • D’un haut-parleur qui donne des messages sonores et guide le sauveteur dans son action ;
  • D’un métronome qui rythme les compressions thoraciques du sauveteur (en option) ;
  • D’un accumulateur d’énergie qui permet de réaliser des chocs électriques ;
  • Éventuellement, d’un bouton qui permet d’administrer le choc électrique lorsqu’il est indiqué par l’appareil.

Une fois collées sur la peau du thorax de la victime, les électrodes permettent :

  • De capter et transmettre l’activité électrique cardiaque au défibrillateur ;
  • De délivrer le choc électrique lorsqu’il est indiqué. Plusieurs accessoires sont joints au défibrillateur dont :
  • Une paire de ciseaux, pour couper les vêtements et dénuder la poitrine de la victime ;
  • Des compresses ou du papier absorbant, pour sécher la peau de la poitrine de la victime si elle est mouillée ou humide ;
  • D’un rasoir jetable pour raser les poils de la victime à l’endroit où l’on colle les électrodes.

Le défibrillateur automatisé externe

Actuellement, les DAE équipent tous les services de secours publics et tous les postes de secours tenus par les associations agréées de sécurité civile, lors des manifestations sportives ou de loisirs rassemblant de nombreuses personnes. Ils sont de plus en plus disponibles dans les lieux publics ou recevant du public comme :

  • Les halls d’aéroports et les avions des grandes compagnies aériennes
  • Les grands magasins, les centres commerciaux
  • Les halls de gares, les trains
  • Les lieux de travail
  • Les hôtels
  • Les piscines, stades
  • Les mairies, Préfectures...

La signalisation des défibrillateurs

Afin de faciliter le repérage des défibrillateurs cardiaques externes, le ministère de la Santé a décidé d’uniformiser leur signalétique par un Arrêté du 16 août 2010 fixant les modalités de signalisation des défibrillateurs cardiaques automatisés externes dans les lieux publics .

Il est parfaitement établi que plus on agit vite pour sauver une personne en arrêt cardiaque, plus les chances de survie augmentent. Le but d’une signalisation uniformisée est de permettre à tout individu de facilement localiser la présence d’un défibrillateur pour intervenir le plus rapidement possible.

Il existe des projets de recensement et de géolocalisation des défibrillateurs sur le territoire français afin de faciliter leur accès si besoin.

- Quels sont les différents types de signalétiques ?

La signalisation doit reproduire les modèles fixés par l’arrêté du 16 août 2010, que ce soit en termes de graphisme ou de couleur. Il s’agit d’un logo représentant un cœur blanc sur fond vert avec un éclair vert et une petite croix blanche sur le côté.

La couleur verte est définie par les références quadrichromie suivantes :

  • C : 100
  • M : O
  • J : 56
  • C : 18
    La typographie utilisée doit être la Helvetica Neue.

Selon l’arrêté, les logos suivants peuvent être imprimés sans limites d’agrandissement homothétique :

  • pour le modèle 1, au format minimum de 10 × 15 cm ;
  • pour le modèle 2, au format minimum de 30 × 10 cm ;
  • pour le modèle 3, au format minimum de 10 × 30 cm ;
  • pour le modèle 4, au format minimum de 15 × 10 cm.

Les appareils sont parfois placés dans des armoires vitrées murales repérées par un logo facilement identifiable.
Ces armoires, facilement accessibles, sont proches d’un moyen d’alerte de secours.

- Utilisation du DAE

Déclencher l’alerte en téléphonant au centre 15.

Si un deuxième sauveteur est présent sur les lieux, il peut aller chercher le défibrillateur. le premier secouriste masse sans attendre.

Dès que le défibrillateur est disponible

  • Mettre le défibrillateur en fonction, en appuyant sur le bouton marche/ arrêt.
  • - Suivre impérativement les indications vocales et/ou visuelles données par l’appareil. Elles permettent de réaliser les différentes opérations plus rapidement et en toute sécurité ;
  • - Le DAE demande de mettre en place les électrodes et de les connecter ;
  • - Connecter les électrodes :
  • - Enlever ou couper, à l’aide d’une paire de ciseaux, les vêtements recouvrant la poitrine de la victime si nécessaire ;
  • - Sortir les électrodes de leur emballage ;
  • - L’une après l’autre, enlever les pellicules de protection et coller chaque électrode, en appuyant fermement, sur le thorax nu de la victime .

La position des électrodes doit être conforme au schéma visible sur les électrodes ou sur leur emballage.

adulte

enfant

(NDLR(AB)) Toutefois, et dans l’absolu, si l’électrode devant être sous clavière droite se trouve à la place de celle qui doit être positionnée en médio-axilaire gauche, il ne faut pas les ôter :
- Le gel collera moins
- Cela peut retarder la défibrillation et la rendre moins efficace
- L’onde de choc électrique étant biphasique (voir ci-dessous) cela n’a que peu d’importance.

NB : Si la poitrine de la victime est humide ou mouillée, la sécher en utilisant les compresses ou
le papier absorbant. Si la poitrine de la victime est particulièrement velue, raser la zone où les électrodes seront collées en utilisant le rasoir jetable.

Une fois connecté, le défibrillateur effectue une analyse du rythme cardiaque et demande de ne pas toucher la victime ;.

  • Respecter les recommandations sonores et éventuellement visuelles de l’appareil ;
  • S’assurer que personne ne touche la victime lorsque l’appareil analyse le rythme cardiaque car tout mouvement de la victime pendant cette période peut fausser l’analyse.

Si le choc est nécessaire :

Appuyer sur le bouton si vous avez un DSA (semi automatique)

Sinon, le DAE annonce qu’un choc est indiqué et demande de se tenir à distance de la victime

  • S’assurer que personne ne touche la victime ; pour cela, le sauveteur annonce à haute voix : « écartez- vous !  ».
  • Laisser le DAE déclencher le choc électrique ou appuyer sur le bouton « choc » clignotant quand l’appareil le demande.
  • Débuter ou reprendre sans délai les manœuvres de réanimation cardio-pulmonaire en commençant par les compressions thoraciques. Ne pas retirer les électrodes de défibrillation ;
  • Continuer à suivre les recommandations de l’appareil.

Si le choc n’est pas nécessaire :
Le DAE propose de réaliser les manœuvres de RCP :

  • Débuter ou reprendre immédiatement les manœuvres de réanimation cardio- pulmonaire en commençant par les compressions thoraciques, ne pas retirer les électrodes de défibrillation ;
  • Continuer tout en suivant les recommandations du défibrillateur.

Le défibrillateur peut demander d’arrêter la RCP pour réaliser une nouvelle analyse ou demander de rechercher des signes de vie.

Continuer à suivre les recommandations du DAE jusqu’à :

  • L’arrivée des secours ;
  • L’apparition de signes de vie qui imposeront l’installation de la victime en PLS et la surveillance permanente de sa respiration.

Le défibrillateur automatisé externe doit rester allumé et en place. En aucun cas, le sauveteur ne doit retirer les électrodes de la poitrine de la victime et/ou éteindre le défibrillateur automatisé externe, tant que les secours médicalisés ne sont pas sur place.

source secourisme-defibrillateur.com

Après un choc électrique et en dehors de toute activité motrice spontanée et récupération de la conscience immédiatement après, il faut entreprendre les compressions thoraciques sur un rythme de 100 à 120 par minutes pour palier la période de "no flow". Il n’y a AUCUN risque à masser un cœur battant.


Onde monophasique ou biphasique ?

L’onde de choc « basse énergie » (150 joules adulte, 50 joules enfant) est le meilleur compromis entre obtenir le maximum de bénéfice du choc tout en laissant le moins de séquelles possibles. L’onde basse énergie offre le meilleur résultat tout en limitant les risques de rechute.

C’est l’onde de choc la plus récente et la plus éprouvée à ce jour. L’onde de choc basse énergie est une onde adaptée à l’impédance trans-thoracique du patient. Ce qui signifie qu’elle s’adapte à la morphologie et à la résistance électrique du patient pour administrer toujours 150 joules à 200 joules.

L’onde « haute énergie » est un choc plus puissant (jusqu’à 360 joules). En termes de réanimation les résultats obtenus sont identiques que les résultats obtenus avec une onde « basse énergie », à la différence que, l’onde de choc « haute énergie » brûle plus de cellules myocardique à cause de la puissance délivrée. Il a été prouvé scientifiquement que les risques de rechute étaient plus importants et fréquents avec une onde « haute énergie ».

C’est pourquoi, depuis 2005, tous les organismes scientifiques compétents en la matière recommandent l’onde basse énergie :

- AHA (American Heart Association)
- ERC (European Resuscitation Cuncil)
- SFAR (Société Française des Anesthésistes et Réanimateurs)

Les défibrillateurs délivrant une onde de choc « haute énergie » sont de fabrication ancienne, ils ont été conçus il y a une dizaine d’années et ne sont donc plus adaptés. Voilà pourquoi, dépassé, aucun défibrillateur récent ne délivre cette puissance d’énergie.

Les CEE biphasiques (choc électriques externes) sont plus efficaces (taux plus élevé de succès au 1er CEE avec une moindre énergie) et moins délétère en provoquant moins d’ischémie myocardique post-choc.
La défibrillation biphasique est également plus efficace chez les patients présentant une FV prolongée depuis 10 minutes.

En France la position adoptée est la suivante :
On recommande l’onde biphasique plutôt que l’onde monophasique pour l’ensemble des systèmes de secours y compris pour le grand public. Monophasique biphasique

Une étude de Kramer montre 26 % de chocs inappropriés dans le groupe défibrillation manuelle (sous l’autorité d’un médecin) vs 6 % dans le groupe défibrillation automatique. Ceci étant confirmé par l’emploi de monophasique chez des internes non thésés 33 % d’erreur, contre 21 % pour les paramedics utilisant un DAE.

Comparatif Défibrillateurs DSA : Laerdal Philips HS1 Vs Zoll

Comparatif technique des défibrillateurs

Comparatif de 4 DEA

Défibrillation en 2011. Quelle énergie, quels nouveaux équipements. COPACAMU 2012
Cardioversion transthoracique de la fibrillation auriculaire. Comparaison d’une onde biphasique rectiligne et d’une onde monophasique sinusoïde amortie (revue des samu)

Quel niveau d’énergie ?

Les probabilités de succès pour le premier CEE administrés en fonction des ondes de défibrillation existantes sont les suivantes :

Onde monophasique : 77 à 91 % de succès à 200 Joules. La recommandation est de 360 J au 1er choc.

Onde biphasique

(D’après JP Rifler et all revue des SAMU 2011)

Onde biphasique

  • Onde biphasique exponentielle tronquée (Medtronic, Philips) : 86 à 98 % de succès à 150 J. La recommandation est de 150 J pour le 1er choc.

L’onde biphasique exponentielle tronquée (BET) provient de la décharge de l’énergie stockée dans le condensateur. La capacité du condensateur régit l’amplitude et la vitesse de décharge et donc la pente de l ’onde dans le temps. L’amplitude peut aussi être ajustée par l’appareil en fonction de l’énergie sélectionnée par l’utilisateur.

Dans une grande étude de cohorte de patients victimes d’un arrêt cardiaque extra hospitalier, (Recurrent ventricular fibrillation during advanced life support care of patients with prehospital cardiac arrest. Koster RW, Walker RG, Chapman FW.) les chercheurs ont constaté que le taux de succès du premier choc à 200 Joules est de 92 % versus 61 % seulement lors du second choc à la même énergie. par ailleurs une étude sur le traitement de la fibrillation auriculaire réfractaire a démontré une efficacité croissante lors des chocs successifs atteignant 360 Joules. (Biphasic versus monophasic cardioversion in shock-resistant atrial fibrillation :
Khaykin Y, Newman D, Kowalewski M, Korley V, Dorian P.)

onde biphasique exponentielle tronquée

  • Onde rectiligne biphasique (Zoll) : 85 à 99 % de succès à 120 J. La recommandation est de 120 J pour le 1er choc

On l’appelle aussi l’onde biphasique rectilinéaire (BRL)

Onde biphasique rectiligne

Cette forme d’onde maintient le courant constant par une séquence d’ajustement de la résistance interne au défibrillateur pendant la première phase d’onde qui est reflétée par la forme dentée de l’onde. Cet ajustement plus ou moins rapide en fonction de l’impédance du patient, cause une atténuation du courant disponible et une énergie délivrée au patient souvent plus faible que l’énergie sélectionnée.

  • Onde biphasique multipulsée (Schiller) : 89 % de succès à 120 J. La recommandation est de 120 J pour le 1er choc. Une série de cas,non publiée, a permis la récupération d’un pouls après un CEE unique de 90 J.

Cette onde est une exponentielle tronquée qui subit un découpage rapide. Elle est délivrée lors de plusieurs impulsions individuelles au lieu d’être délivrée en courant continu. Aucun courant ne circule entre les différentes impulsions.

Comme l’onde pulsée applique son courant sur la moitié du temps, il faut pratiquement doubler l’amplitude de son courant initial pour obtenir un courant moyen équivalent à l’onde conventionnelle. Donc l’onde peut être appliquée avec la même énergie, 200 J par exemple, mais avec le double du courant crête. Si elle est appliquée avec la même intensité de courant non pulsé, elle subira une réduction de l’énergie d’environ la moitié, ainsi qu’une diminution de son efficacité. (Porcine defibrillation thresholds with chopped biphasic truncated exponential waveforms, Joseph L. Sullivan, Fred W. Chapman)

La première impulsion d’une série sert d’impulsion de mesure. La valeur mesurée détermine le niveau d’énergie pour les impulsions suivantes. En fonction de la résistance du patient, le courant utilisé pour les impulsions individuelles suivantes est plus ou moins élevé. Grâce à cette procédure, le seuil d’excitation n’est pas dépassé et la durée de 8 à 10 ms est respectée.

Le courant, et non l’énergie délivrée, étant le facteur décisif pour l’efficacité de la défibrillation, les défibrillations pulsées biphasiques sont généralement terminées après environ 8 ms. A ce moment, le myocarde est électriquement neutre grâce à la défibrillation adaptée en fonction du patient et une asystole durant généralement 1 à 2 seconde(s) peut donc être évitée. Le propre rythme cardiaque du patient reprend immédiatement après la défibrillation. (selon la société Schiller)

Par exemple un choc BET de 360 J pour une impédance clinique moyenne, produira un courant crête autour de 20 Ampère. Par ailleurs, une onde monophasique sinusoïdale amortie de 360 J produit un courant crête de 40 A. L’onde pulsée atteint un courant crête qui approche 40 A avec une énergie de 150 J. Les impulsions brèves autant que celles de longue durée, peuvent avoir des effets délétères si l’amplitude de pic de courant est trop élevée.
(Défibrillation biphasique : comprendre les données cliniques:BANVILLE I. ; WALKER R. G. ; CHAPMAN F. W)

NB Les seuls appareils remplissant toutes les normes de la FDA et les recommandations de l’ILCOR, AHA-ACC,et ERC sont ceux dont l’onde de choc est soit la biphasique exponentielle tronquée soit l’onde biphasique rectligne, alors que l’onde dite biphasique pulsée de Schiller a été rejetée plusieurs fois par la FDA.

Énergie croissante ou constante ?

Le circuit électrique de défibrillation comprend le condensateur, la résistance interne du défibrillateur, la forme d’onde, le circuit de renversement de polarité du courant et l’impédance transthoracique du patient. Cette dernière représente la résistance du patient au courant électrique et affecte la forme de l’onde du choc délivré ainsi que son énergie. Pour une énergie donnée, le courant délivré sera moindre pour une impédance élevée et supérieure pour une impédance faible, à moins d’un ajustement automatique de compensation, disponible sur certains défibrillateurs.

Une étude de 2007 montrait une plus grande efficacité en cas d’utilisation d’une énergie croissante par rapport à une énergie constante. (BIPHASIC Trial A Randomized Comparison of Fixed Lower Versus Escalating Higher Energy Levels for Defibrillation in Out-of-Hospital Cardiac Arrest)

- constante : 150 -150-150 J = 25 % de succès de défibrillation

- croissante : 200- 300- 360 J = 37 % de succès de défibrillation.

Mais si ce bénéfice ne s’accompagne pas d’ischémie myocardique post-choc, on ne note pas de différence en terme de survie à un an.

(d’après le dr Daniel Jost, revue des SAMU février 2011)


Comparaison entre une nouvelle forme d’onde de choc biphasique rectiligne et une onde sinusoïde monophasique amortie pour la defibrillation ventriculaire transthoracique

Auteur(s)

MITTAL Suneet (1) ; AYATI Shervin (2) ; STEIN Kenneth M. (2) ; KNIGHT Bradley P. (3) ; MORADY Fred (3) ; SCHWARTZMAN David (3) ; CAVLOVICH Doris (3) ; PLATIA Edward V. (4) ; CALKINS Hugh (5) ; TCHOU Patrick J. (6) ; MILLER John M. (7) ; WHARTON J. Marcus (8) ; SUNG R. J. (9) ; SLOTWINER David J. ; MARKOWITZ S. M. ; LERMAN B. B. ;

Affiliation(s) du ou des auteurs

  • (1) Zoll Medical Corporation, Burlington, Massachussets, ETATS-UNIS
  • (2) University of Michigan Médical Center, Ann Arbor, Michigan, ETATS-UNIS
  • (3) University of Pittsburgh Medical Center, Pittsburgh, Pennsylvania, ETATS-UNIS
  • (4) Washington Hospital Center, Washington, DC, ETATS-UNIS
  • (5) Johns Hopkins University Medical Center, Baltimore, Maryland, ETATS-UNIS
  • (6) Cleveland Clinic Foundation, Clevelant, Ohio, ETATS-UNIS
  • (7) Temple University Medical Center, Philadelphia, Pennsylvania, ETATS-UNIS
  • (8) Duke University Medical center, Durham, North Carolina, ETATS-UNIS
  • (9) Stanford University Hospital, Palo Alto, California, ETATS-UNIS

- Résumé

Objectifs : Les auteurs ont comparé l’efficacité d’une nouvelle forme d’onde de choc biphasique rectiligne consistant dans une première phase en courant stable avec un onde sinusoïdale monophasique amortie pendant la défibrillation transthoracique.

Historique : De nombreuses études ont démontré que lors d’une défibrillation interne la forme d’onde biphasique est d’une plus grande efficacité que la forme d’onde monophasique sinusoïde amortie. Plus récemment, pour la défibrillation ventriculaire transthoracique, une forme d’onde biphasique exponentielle tronquée de 130 J s’est avérée d’une efficacité équivalente à celle d’une onde monophasique sinusoïde amortie de 200 J. Toutefois, la forme d’onde biphasique optimale est inconnue.

Méthodologie : Dans cette étude prospective randomisée et multicentrique, 184 patients soumis à une défibrillation ventriculaire ont été randomisés pour recevoir un choc avec une onde monophasique amortie de 200 J ou un choc biphasique rectiligne de 120 J.

Résultats : L’efficacité du premier choc de la forme d’onde biphasique était de façon significative supérieure à celle de l’onde monophasique (99 % vs 93 % p=0,05) et a été réalisée avec pratiquement 60 % de courant délivré en moins (14 ± 1 vs 33 ± 7 A, p<0,0001). Quoique l’efficacité de l’onde biphasique et de l’onde monophasique ait été comparable sur des patients ayant une impédance <70 Ω (100 % [biphasique] vs 95 % [monophasique], p=NS), la forme d’onde biphasique était de façon significative plus efficace sur des patients ayant une impédance >70 Ω (99 % [biphasique] vs 86 % [monophasique], p=0,02).

Conclusions : Cette étude a démontré une efficacité supérieure des chocs rectilignes biphasiques sur les chocs monophasiques pour la défibrillation ventriculaire transthoracique en particulier pour les patients ayant une impédance transthoracique élevée. Plus important, le choc biphasique défibrille à un courant moindre de 60%. L’association d’un gain d’efficacité avec une réduction de courant nécessaire permet de penser que le choc biphasique est avantageux pour la défibrillation ventriculaire transthoracique par rapport au choc monophasique.

Revue
Médecine d’urgence ISSN 1148-8115
Source 2001, vol. 23, no2, pp. 85-91 (29 ref.)

NDLR (AB) : Il est rappelé que pour un défibrillateur monophasique (les palettes) il faut délivrer un choc à 4 Joules/kg.


Petite revues des matériels mis à la disposition du public et des secouristes.

Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation des produits des différents laboratoires. AB

- Samaritan PAD 300

Le Samaritan PAD utilise la technologie SCOPETM Bi phasique : onde biphasique ascendante optimisée qui compense l’énergie, la pente et l’enveloppe de l’impédance du patient.
- Le niveau de puissance délivré est ascendant : 150 / 150 / 200 Joules.
- Le Samaritan PAD intègre un système d’analyse du patient qui évalue l’ECG afin de déterminer si la défibrillation est nécessaire
- Une mémoire interne permet de sauvegarder 45 minutes d’ECG (complet) et d’enregistrement évènement/incident. La récupération des données se fait via un câble USB relié au PC. Puissance délivrée : 150 / 150 / 200 Joules.
Garantie Constructeur 7 ans
- Témoin de batterie faible (Au moins 10 décharges restantes)

  • Dimensions h x l x p : 200 x 184 x 48 mm
  • Poids : 1,1 kg avec kit PAD-PAK intégrée

- Samaritan Pad 500P Defibrion
samaritan pad 500 P
Muni d’un boitier PadPak comprenant électrodes et bloc piles, l’appareil intègre la technique d’analyse brevetée CGI de HeartSine qui, sans capteurs ou électrodes supplémentaires, fournit les instructions au secouriste et l’informe de l’efficacité de ses gestes à l’aide de messages.

  • dimensions :20 x18,4 x 4,8 cm
  • Poids : 1,1 kg avec PadPak
  • Prix 1734, 20 euros TTC

- Fred easy Schiller
fred easy automatique
Disponible en trois versions (automatique, semi-automatique, Ethernet), le Fred easy dispense une énergie de défibrillaton réduite à impulsion biphasique pulsée. L’écran indique le temps écoulé, le nombre de chocs, l’autonomie, la capacité mémoire, le type d’électrodes et l’affichage de l’ECG (option). Défibrillateur Schiller FRED EASY entièrement automatique - Impulsion de défibrillation biphasique pulsée - Energies configurables de 1 à 150 J (adultes) ou de 1 à 70 J (enfants) - Ecran LCD haute définition - Enregistrement de l’ECG sur mémoire interne ou carte SD - Garantie 7 ans

  • dimensions 23 x 22 x 7
  • poids : 1,5 kg avec pile
  • prix : 1590 euros TTC

NDLR le 7 déc. 2011 Le défibrillateur automatique FRED® Easy cesse d’être commercialisé en raison de dysfonctionnements graves. La fin de la commercialisation du FRED® Easy fait suite à une succession de dysfonctionnements, se traduisant par l’apparition aléatoire et sans raison apparente d’un message bloquant et persistant, relatif à un défaut du système décisionnel . Cette décision pose le problème de l’agrément de ces appareils, et du signalement exhaustif de leurs dysfonctionnements.

Information afssaps 23 novembre 2011 Information afssaps 13 décembre 2011

Toutefois la société Schiller apporte un communiqué

Communiqué officiel de la société SCHILLER

Informations aux Clients utilisateurs de FRED EASY

Non-hospitaliers ou Pompiers

Monsieur,

Je me permets de revenir vers vous concernant l’alerte AFSSAPS qui a été diffusée dans les centres hospitaliers et les SDIS utilisant les FRED EASY.

Notre marquage CE a bien été maintenu par notre Organisme Certificateur (Gmed), qui nous permet d’industrialiser, livrer et utiliser l’ensemble des défibrillateurs automatiques et semi-automatique produits par SCHILLER MEDICAL.

Seule la version « French Fireman » destinée aux Pompiers a été pour le moment suspendue provisoirement.

Je vous confirme que des investigations ont été réalisées en collaboration avec l’AFSSAPS suite aux messages « appuyez ou connectez les électrodes » qui ont pu générer un arrêt de nos livraisons FRED EASY en mesure de précaution (une dizaine de matériovigilances sur 2 ans pour plus de 24 000 poses d’électrodes avec analyses de l’ECG).

Nous avons réalisé un plan courant Octobre qui portait sur plusieurs points et qui suit son cours en respectant le TIMING défini au départ.

La première chose était l’analyse de la compatibilité des électrodes Léonard LANG avec FRED EASY.

Nous avons fait réaliser ces tests au LCIE (labo indépendant) qui se sont avérés totalement bons sur tous nos défibrillateurs et tous les modèles d’électrodes.

La deuxième étude portait sur la mesure de l’impédance réalisée par FRED EASY

Le LCIE a confirmé le bon fonctionnement de celle-ci ainsi que la bonne conception de l’appareil et le tout répondant parfaitement aux normes.

La troisième étude était destinée aux messages délivrés par FRED EASY.

Nous avons réalisé une amélioration des messages délivrés en étant plus précis pour éviter le moindre doute dans l’esprit de l’utilisateur qui pourrait se retrouver devant une impédance élevée.

Nous devons encore réaliser une étude auprès des utilisateurs ou référents validant nos choix (il faut savoir que tous les autres DSA de la concurrence utilisent la même procédure que ce que nous proposons).

Le quatrième point portait sur la plage d’impédance de délivrance de choc.

FRED EASY avait une plage de 25 à 180 ohms, nous avons décidé de la porter de 25 à 260 ohms pour toutes les nouvelles productions ce qui permettrait de garantir un CHOC même si l’impédance semble élevée tout en conservant une parfaite qualité d’analyse de l’ECG et sans brulure.

Le cinquième point portait sur l’acceptation de notre organisme certificateur (GMED/LNE) qui devra valider que l’ensemble de ce que nous avons fait répond exactement aux modèles « qualité » et aux normes en vigueur

Cela a été réalisé par le maintien de notre marquage CE.

Le sixième point portait sur la reprise des livraisons que nous avons repris.

La nouvelle production intégrera la nouvelle version software et hardware avec la plage de 25 à 260 ohms.

L’Afssaps nous a déjà donné leur contentement de la maîtrise de notre plan.

Aucune mesure ne sera prise par la société SCHILLER sur une éventuelle mise à jour des défibrillateurs utilisés dans le « Grand Public ». Car le risque est extrêmement faible, voir quasi nul de rencontrer une impédance élevée comme les Services des Pompiers qui opère dans un environnement d’urgence.

De plus la fréquence d’utilisation est sans aucune mesure.

Néanmoins, lors des maintenances réalisées par la société SCHILLER pour tout client ayant un contrat de maintenance, nous profiterons de notre passage pour faire une mise à jour logicielle vous permettant de bénéficier de toutes les avancées technologiques réalisées par la notre société sur le FRED EASY.

Nous rappelons que cette mise à jour n’a pas de caractère d’urgence selon les propos diffusés dans le paragraphe précédent.

Par ailleurs, je vous informe que seule la société SCHILLER France est habilitée à réaliser les maintenances sur les défibrillateurs FRED EASY de notre marque et que toutes sociétés qui prétendraient le contraire ne s’appuieraient sur aucune légitimité. Toute habilitation délivrée par notre société est annuelle et fait l’objet d’un renouvellement par écrit en janvier de chaque année.

Espérant avoir répondu à vos interrogations légitimes, si vous aviez encore quelques zones peu claires, n’hésitez pas à nous contacter.

Cordialement,

PS : Marquage CE annexé

Christophe LEVEQUE

Directeur Général

Cependant, en date du 6 juin 2012, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ex afssaps), publie :

« 
Des signalements d’incidents ont été rapportés dans le cadre de la matériovigilance. Les anomalies détectées consistent en l’apparition aléatoire de messages bloquants pour l’appareil.
Ceci empêche la délivrance des chocs et représente ainsi un risque de perte de chance pour le patient.
 »

- Fred easyport Schiller
fred easyport
Malgré sa petite taille, le Fred easyport à impulsion biphasique pulsée de technologie Multipulse Biowave (dont l’émission d’énergie de 90 et 120 joules préserve le myocarde) répond aux exigences d’un défibrillateur semi-automatique. Muni d’un écran de 60 x40 mm pour l’affichage du texte et de l’ECG.

  • dimensions : 133 x 126 x 35 mm
  • poids : 490 g (avec les piles)
  • prix : 2000 euros TTC

- Powerheart G3plus Cardiac Science
powerheart G3 plus
Automatique ou semi-automatique, ce défibrillateur intègre la technologie Rescue Coach (instructions orales et écrites) et un métronome permettant de régler le rythme des compressions thoraciques. Auto-tests automatiques journaliers (vérifie la présence et la fonctionnalité des électrodes).

  • dimensions : 31 x 27 x 8 cm
  • poids : 3,1 kg
  • prix : 2212, 60 euros TTC

NDLR : Là encore, ce matériel a eu à subir une campagne de rappel le 8 février 2012

URGENT - Rappel volontaire d’appareils médicaux

Chère cliente, cher client,

Cardiac Science organise le rappel volontaire d’un certain nombre de défibrillateurs automatiques externes (DAE) fabriqués entre le 1 juillet 2011 et le 30 décembre 2011. Les modèles concernés sont les suivants : Powerheart 9300A, 9300E, 9300P, 9390A et 9390E. De plus, certains modèles CardioVive 92532 et 92533 ayant fait l’objet d’une réparation pendant cette période sont également concernés. Ces informations ont été communiquées à l’autorité nationale compétente appropriée.

Les DAE concernés contiennent une carte de circuit imprimé dont un des composants est susceptible de connaître une défaillance en raison d’un défaut de fabrication. Si ce composant venait à connaître une défaillance au cours d’une intervention, il est possible que le DAE n’administre pas de traitement par défibrillation. Ce problème a été identifié dans notre usine Cardiac Science grâce à nos processus standards de contrôle qualité. Nous n’avons reçu aucune information signalant que ce problème ait eu un impact sur une intervention.

Selon nos dossiers, votre établissement a reçu au moins un DAE concerné. Vous trouverez en pièce jointe une liste indiquant le numéro de modèle et le numéro de série des DAE concernés et envoyés à votre établissement. Veuillez noter que ce rappel concerne uniquement les numéros de série répertoriés dans la liste ci-jointe. Si vous possédez d’autres DAE, ces derniers ne sont pas concernés par cette action et peuvent rester en service.

Si les DAE affectés ne sont plus en votre possession, merci de faire parvenir ces informations aux personnes concernées. Il est impératif que tous les utilisateurs finaux possédant des appareils affectés reçoivent ces informations immédiatement.

Que devez-vous faire dans l’immédiat ?

Vous devez nous retourner le ou les DAE affectés aussi vite que possible pour que nous procédions aux réparations nécessaires. Cardiac Science vous enverra du matériel de renvoi prépayé et procédera gratuitement aux réparations nécessaires. Une fois les DAE concernés identifiés, contactez- nous par téléphone au +1 425 402 2482 ou par e-mail à l’adresse suivante aed210@cardiacscience.com pour que nous vous fassions parvenir le matériel de renvoi.

Des instructions détaillées seront fournies avec le matériel de renvoi. Merci de nous retourner uniquement les DAE concernés. Il est inutile de nous renvoyer la batterie, les électrodes ou d’autres accessoires. Vos DAE seront réparés dans notre usine et vous seront retournés rapidement. Nous nous efforcerons de vous renvoyer les DAE réparés dans un délai d’un jour ouvrable suivant le jour de réception de votre DAE dans notre usine.

Visitez le site www.cardiacscience.com/aed210 pour obtenir plus d’informations et accédez à la foire aux questions (FAQ) sur les DAE concernés par cette action corrective.

Merci de votre réactivité concernant ce problème. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée. Pour toute question concernant ce courrier, veuillez nous contacter par téléphone au +44 161 916 0011 ou par e-mail à l’adresse suivante aed210@cardiacscience.com. Vous pouvez également contacter notre représentant autorisé dans l’UE, MDSS GmbH, au +49 511 6262 8630 ou votre représentant Cardiac Science local.

Merci !

Bob Odell

Directeur de l’exploitation

3303 Monte Villa Parkway, Bothell, WA 98021-8969, États-Unis Tél : 425 402 2000 Fax : 425 402 2006 Numéro vert : 800 426 0337 www.cardiacscience.com QS-00628-11 Rév B. Janvier 2012

- CardioVive Cardiac Science

DEA CardioVive 92532

Teste automatiquement la batterie, les composants du système et des électrodes pré connectées quotidiennement. Il effectue également un contrôle mensuel automatique de pleine charge des circuits haute tension. Si l’appareil détecte que l’entretien est requis, il fournit à la fois des signaux visuels et sonores.

Les électrodes préconnectés sont stockés dans le CardioVive ® AT unité AED, en aidant à éliminer la confusion et les erreurs. Les électrodes sont non polarisée, leur permettant d’être utilisé dans n’importe quelle position sur la poitrine d’un patient. Elles peuvent être utilisées en pédiatrie (destiné à être utilisé sur les enfants jusqu’à huit ans ou pesant jusqu’à 27 kg environ).

Avec son seul bouton, le CardioVive AT ® AED est facile à utiliser. Un voyant vert indique à l’utilisateur que l’appareil est prêt. Le guide vocal clair donne des instructions simples et complets pour l’utilisation, en fournissant des instructions pour combiner défibrillation avec la RCP.

La pile au lithium a une durée de vie de trois ans et fournit jusqu’à 290 chocs.

  • Dimensions : LxPxH 27 x 31 x 8 cm
  • poids 3,10 kg, y compris la batterie et des électrodes.
  • prix environ 720 euros TTC

Appareil concerné par le retrait du laboratoire cardiac science.

- Lifeline defibtech
Lifeline
Entièrement automatique, ou semi-automatique le lifeline à onde biphasique exponentielle tronquée, délivre le choc en moins de six secondes avec la batterie DBP-2800 (capacité de 125 chocs ou 8 heures de fonctionnement).

  • dimensions : 22 x 30 x 7 cm
  • poids : 2 kg
  • prix : 1788,02 euros TTC

- Lifeline View Defibtech

Défibrillateur Semi Automatique ayant la particularité d’être équipé d’un écran vidéo couleur LCD Haute résolution - Instructions vocales (90 db) - Métronome intégré - Tests automatiques et manuels. Onde biphasique exponentielle tronquée.
Ce défibrillateur permet un accompagnement total tout au long de l’intervention par des explications en vidéo couleur, en plus des instructions audio et textuelle, comme si un secouriste chevronné était à proximité de l’intervenant.

Le défibrillateur LifeLine VIEW a reçu le Prix de l’Innovation 2011 au Salon des Maires et des Collectivités Locales (Paris, Porte de Versailles).

Le Défibrillateur automatisé externe LifeLine VIEW dispose des caractéristiques suivantes :

  • Conçu à la base pour une utilisation par le grand public
  • Guide VIDEO tout au long de l’intervention et pour l’entretien
  • Temps de charge inférieur à 4 secondes
  • Batterie d’une autonomie de 8 heures en fonctionnement et 4 ans en veille ; 125 chocs
  • Autotests automatiques et réguliers
  • Garantie 5 ans et échange standard sous 24 heures.
  • Matériel conforme au décret N°2007-705 du 4 mai 2007, marqué CE
  • Très performant : agréé par la très stricte FDA
  • Très résistant : résistance aux normes militaires de chocs et IP55
  • Basse énergie avec une onde biphasique exponentielle tronquée adaptée à l’impédance du patient
  • Poids : 1,4 kg
  • dimensions : 18,5 x 24 x 5,8 cm
  • Garantie 5 ans
  • prix 2 171,95 € TTC

- Heartstart HS1 Laerdal
heartstart HS1
Utilisant l’onde Smart biphasique basse energie, l’appareil guide l’utilisateur pour la délivrance du choc et la réalisation de la RCP avec rappel du geste et fréquence du massage. Grâce à la technologie Quick Shock, le DAE délivre un choc 8 secondes après l’arrêt du massage cardiaque.

  • dimensions : 21 x 19 x 7 cm
  • poids : 1,5 kg avec batterie et cartouche d’électrodes.
  • prix : 1657,70 euros TTC

- Heartstart FRX Laerdal
heartstart FRX
Equipé de la technologue Quick Shock, le heartstart FRx est un défibrillateur semi-automatique dont la clé pédiatrique permet de configurer l’appareil pour une utilisation chez l’enfant et le nouveau-né (bien que normalement pas recommandé au moins de 1 an) avec les mêmes électrodes que chez l’adulte.

  • dimensions : 22 x 18 x 6 cm
  • poids : 1,6 kg avec batterie et cartouche d’électrodes.
  • prix : 2153,80 euros TTC

- Meducore easy Weinmann
meducore easy
Associé au nouveau système de ventilation automatique Medumat Easy CPR, ce DSA apporte une prise en charge complète de la RCP.
Fourni avec des accessoires en option dont les fixations murales pour l’installation dans un véhicule.

  • dimensions : 24 x 24 x 9,3 cm
  • poids : 2,6 kg avec piles et patchs
  • prix : 2050 euros TTC

- AED plus Zoll
aed plus
Disponible depuis 2009 en version entièrement automatisée, l’AED Plus est muni d’une paire d’électrodes mono bloc CPR-D qui vise à simplifier sa mise en place sur la victime. Le défibrillateur fournit une évaluation en temps réel de la RCP grâce à la fonction Real CPR Help qui donne des instructions visuelles et vocales.

  • dimensions : 29,2 x 24,1 x 13, 3 cm
  • poids : 3,1 kg
  • prix : 2427,88 euros TTC

- AED pro Zoll
aed pro
L’AED pro se caractérise par sa robustesse et sa résistance qui lui permettent de supporter une chute de 1,5 m de hauteur. En plus de la fonction CPR Help, ce DAE dispose de la technologie See-Thru CPR qui réduit les interruptions de la RCP en filtrant les artefacts de compression.

  • dimensions : 23,9 x 23, 5 x 7,6 cm
  • poids : 2,9 kg avec batteries et électrodes
  • prix : 3229, 20 euros TTC

- Heartsave AS primedic
heartsave AS
Proposé depuis avril 2011, ce défibrillateur est entièrement automatique. Une fois l’appareil ouvert, les électrodes posées, l’utilisateur est guidé par l’intermédiaire de message vocaux bilingues (dans la langue du pays et en anglais)

  • dimensions : 28 x 25 x 9 cm
  • poids : entre 2 et 2, 5 kg (avec ou sans alimentation)
  • prix : 1590 euros TTC

- Saver one Ambi medical
saver-one
Fonctionnant avec des piles ou une batterie rechargeable, le Saver one est un défibrillateur semi-automatique utilisant une onde biphasique trapézoïdale adaptive dont l’énergie de 200 joules en version standard peut être augmentée jusqu’à 360 joules en version power.

  • dimensions : 2-,5 x 21, 5 x 7, 5 cm
  • poids : 1, 85 kg avec piles et 2 kg avec batterie rechargeable
  • prix : 1782 euros TTC

- Colson Def I Dupont Medical
colson def-I
ce défibrillateur semi-automatique est alimenté par une batterie non rechargeable d’une durée d’utilisation de 10 heures pouvant dispenser 200 chocs d’une puissance maximale de 200 joules. Le temps de charge entre deux chocs est de 10 secondes. Auto tests quotidiens et hebdomadaires.

  • dimensions : 22 x 26 x 7 cm
  • poids : 2, 2 kg avec batterie
  • prix : 1399 euros TTC

- AED 10 Welch Allyn
AED10
Utilisant un courant exponentiel biphasique tronqué, cet appareil est muni d’un réducteur d’énergie pédiatrique pour une utilisation sur les enfants de moins de 8 ans ou pesant moins de 25 kg. Le défibrillateur fonctionne avec des électrodes d’autres fabricants. Garanti 5 ans avec programme de prêt gratuit.

  • dimensions : 21 x 17, 5 x 7 cm
  • poids : 1,6 kg
  • prix : 1399 euros TTC

- corpuls³ Weinmann medical technology

Défibrillateur / système de monitorage modulable avec liaison radio pour un monitorage constant des paramètres vitaux

Corpuls3 est un moniteur défibrillateur multiparamétrique disposant des équipements complets pour les services de secours médicaux (SAMU, SMUR, et l’hôpital). Il se compose de 3 modules : le moniteur, le boîtier patient et le défibrillateur.

Vous pouvez utiliser les 3 modules ensemble, par couple, ou seul. Que ce soit sur le lieu de l’intervention, dans le véhicule de secours ou à l’hôpital, l’urgentiste et le personnel soignant peuvent décider au cas par cas sous quelle configuration utiliser le C3. La communication en continu entre chaque module est garantie à tout moment grâce à la télétransmission sécurisée, sans câble gênant.

- Meducore Standard (Weinmann medical technology)

weinmann-meducore

Défibrillation, monitorage et ventilation en une seule main

En réanimation, le défibrillateur assiste les secours en analysant automatiquement le rythme cardiaque, il donne des messages vocaux clairs et dispose d‘un métronome pour le massage cardiaque.

L‘analyse du rythme cardiaque étant simultanée à la recharge de MEDUCORE Standard, le défibrillateur est opérationnel dès la fin de l‘analyse, le “Hand-off-Patient Time” est ainsi réduit à son minimum.

Les utilisateurs expérimentés peuvent bien sûr déclencher manuellement la défibrillation et renoncer ainsi à l‘analyse automatique du rythme cardiaque. Le menu et le système d‘alarmes professionnel garantissent une surveillance et une prise en charge sécurisées. Compact et robuste, MEDUCORE Standard dispose en outre d‘une grande autonomie.

Le grand écran couleur permet à l‘utilisateur de surveiller en permanence l‘ECG et les paramètres importants comme la fréquence cardiaque, la fréquence du pouls et la saturation en oxygène.

Outre un monitorage précis, les patients en situation d‘urgence ont souvent besoin parallèlement d‘une oxygénothérapie ou d‘une prise en charge ventilatoire.

Dès à présent, il est possible avec MEDUCORE Standard de réunir la défibrillation, le monitorage, l‘oxygénothérapie et la ventilation sur un seul système portable. Il suffit simplement d‘intégrer le défibrillateur avec un ventilateur MEDUMAT sur le système de transport LIFE-BASE. MEDUCORE Standard devient ainsi le partenaire idéal pour le transport des patients, les premiers secours et les secours catastrophe, les équipes médicales et l‘hôpital.

(extrait de la plaquette publicitaire)

Meducore standard brochure
  • Prix des défibrillateurs

Les tableaux ci-dessous sont des prix indicatifs susceptibles d’évoluer.

Défibrillateurs automatiques

FabricantNomPrix en euros
Bexen Reanibex 200 1 600 – 1 800
Cardiac Science Powerheart G3 2 200 – 2 400
Cardaid CARDIAID 1 200 – 1 400
Colson i-PAD 1 800 – 1 900
Defibtech Life line 2 200 – 2 300
Philips Heartstart FRx 1 800 – 2 000
Schiller FRED easy 1 700 – 1 900
Welchallyn AED 10 1 400 – 1 600
Zoll AED plus 1 700 – 1 900

Défibrillateurs semi-automatiques

FabricantNomPrix en euros
Colson DEFI 1 900 – 2 100
Hagenuk Heart sign PDU 400 900 – 1 100
Heartsine Samaritan PAD 300 1 400 – 1 600
Heartsine Samaritan 500P 1 700 – 1 900
Medical system DEF-i 1 600 – 1 800
Philips Heartstart HS1 1 500 – 1 700
Primedic DSA Heartsave aed 1 700 – 1 900

Pour apprendre les gestes d’urgence, les fabricants vendent des défibrillateurs pédagogiques.

- FRED Easy Trainer de Schiller

  • 9 scénarios au choix et télécommande infra rouge.
  • Télécommande à distance infrarouge
  • Modes semi automatique, automatique et manuel
  • Prix environ 500 euros

- AED Trainer 2

Le défibrillateur d’entraînement Laerdal AED Trainer 2 a été conçu pour réaliser des formations intensives en priviligiant la durabilité des électrodes et la souplesse de création de scénarios.
Le défibrillateur d’entraînement Laerdal AED Trainer 2 peut être utilisé avec n’importe quel mannequin de RCP grâce à ses électrodes d’enseignement réutilisables. Il offre les caractéristiques suivantes :

  • Electrodes de formation réutilisables une centaine de fois pour une utilisation sur n’importe quel mannequin de RCP.
  • 10 scénarios pré-programmés, création de nouveaux scénarios
  • Batterie d’un défibrillateur parfaitement simulée (alimentée par 6 piles classiques Type C incluses).
  • Livré avec housse souple de qualité pour ranger tous les accesoires.
  • Commande à distance (option ).

- Fonctions de l’AED Trainer 2 :

  • Sélection du scénario
  • Suspendre, arrêter et reprendre scénarios pendant la formation
  • Réglage du volume du haut-parleur
  • Evénements simulés sur l’AED Trainer 2 :
  • Artéfacts
  • Rythmes chocables/non chocables
  • Piles faibles / remplacement des piles
  • Panne de l’appareil
  • Prix environ 500 euros

- Heartstart FRx Trainer de Laerdal.

Les instructions vocales sont conformes à celles du Heartstart FRx.

  • Il est utilisable avec un adaptateur mannequin externe sur mannequin standard ou avec tout mannequin incluant la technologie ’link" permettant à l’instructeur de donner ou non une idée à l’élève de l’emplacement des électrodes.
  • Accepte la clé pédiatrique (vendue séparement).
  • L’aide à la réanimation cardio pulmonaire (RCP) dirige l’élève pour la pratique de la RCP adulte et pédiatrique.
  • Indicateur de bon fonctionnement LED réaliste pour simulation de panne.
  • Il permet des scénarios réalistes.
  • Prix environ 500 euros

Il y a d’autres produits de formation. Vous les trouverez sur les sites vendeurs.

En parallèle aux défibrillateurs, les cardio pompes sont une aide précieuse à la réalisation d’un geste physique.

Ces systèmes sont plus efficaces qu’un massage cardiaque externe manuel.
Une étude opposant le LUCAS et l’AUTOPULSE montrait une supériorité de ce dernier avec un effet semble t-il bénéfique de la large bande thoracique, contre le point central du LUCAS qui entraînerait plus de dommages osseux.

(Retrouvez les données des études en fin de cet article.)

« La possibilité d’obtenir un retour à une circulation spontanée avec des dispositifs de compression thoracique mécaniques est significativement améliorée par rapport aux compressions thoraciques manuelles. Les probabilités de retour à une circulation spontanée avec le dispositif de réanimation cardio-respiratoire à bande était 1,6 fois supérieure à la réanimation cardio-respiratoire manuelle. La robustesse de ces résultats doit être testé par de grands essais cliniques randomisés » (Dr Didier THIERCELIN)

Crit Care Med. 2013 Jul ;41(7):1782-9. doi : 10.1097/CCM.0b013e31828a24e3.

Mechanical versus manual chest compressions in out-of-hospital cardiac arrest : a meta-analysis.

- Cardio-pompe Ambu

Cardiopump

Conçue pour exercer des compressions et décompressions actives du thorax, la cardio-pompe est composée d’une poignée ergonomique, d’une ventouse de 13, 5 cm de diamètre et d’un piston central contenant un ressort dynamométrique. Le dynamomètre permet d’adapter la forces des compressions selon la morphologie de la victime.

  • dimensions : 14,3 cm de hauteur
  • poids : 580 gr
  • prix : 437 euros TTC

A noter que ce système a été approuvé par la FDA américaine le 7 mars 2015. Couplé à un dispositif de seuil d’impédance, nommé ResQPOD ITD 16, il permet un fort taux de récupération et une amélioration notable dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque.

Le ResQPOD est un dispositif qui améliore la perfusion en régulant la pression dans le thorax pendant les états d’hypotension. Le ResQPOD permet une perfusion à la demande (POD Perfusion on Demand) en régulant les compressions thoraciques lors d’états d’hypotension. Ce système à impédance semble donner les résultats suivants, après des études sur l’animal et clinique, pendant la réanimation cardio pulmonaire :

  • Double le flux sanguin vers le cœur
  • Augmente le flux sanguin vers le cerveau de 50%
  • Double la pression artérielle systolique
  • Augmente les taux de survie
  • Augmente la probabilité d’une bonne défibrillation
  • Procure des avantages dans tous les rythmes concomitants à un arrêt cardiaque
  • Améliore la diffusion des médicaments dans le sang

Le dispositif ResQPOD répond aux nouvelles recommandations en RCP (AHA et ERC)
Le dispositif est facile à utiliser. C’est un moyen unique permettant d’augmenter rapidement la circulation sanguine durant une RCP, en améliorant le remplissage cardiaque après chaque compression thoracique.
En outre, le dispositif est doté de voyants lumineux d’aide à la synchronisation.
Ceux-ci fournissent des indications sur les fréquences des compressions et de la ventilation.

- MCE seul : livre environ 15% du flux sanguin normal vers le cœur

- ResQPOD + MCE :ResQPOD double le flux sanguin vers le cœur

- MCE seul livre environ 25% de l’écoulement sanguin normal vers le cerveau

- ResQPOD+ MCE : délivre > 70% de l’écoulement sanguin normal vers le cerveau

- Impact immédiat :

  • le débit sanguin augmente en quelques minutes.
  • Facile à utiliser : Compatible avec une variété d’additifs des voies respiratoires (par exemple, masque, tube, masque laryngé...)
  • Rentable : augmente rapidement la circulation sans médicaments ; moyen le moins coûteux connu pour sauver une vie.
  • Ventilation : Empêche l’hyperventilation et ses effets délétères pendant la réanimation.
Product Information Guide ResQPOD ITD
ResQPOD résumé bibliographie
ResQPOD
Dispositif à seuil d’impédance ResQPOD

- Fonctionnement

Le dispositif ResQPOD est placé soit :

  • entre l’insufflateur manuel (BAVU) et le masque facial patient
  • directement sur la sonde d’intubation pour le spatients intubés
    Le dispositif ResQPOD empêche l’air superflu d’entrer dans la poitrine du patient pendant la RCP.

A mesure que la paroi thoracique recule lors de la compression, le vide (pression négative) dans le thorax augmente. Ce surcroit de vide entraîne davantage de sang vers le coeur, doublant le débit sanguin pendant la RCP. La ventilation et l’expiration du patient ne sont en aucune façon limitées.

Utiliser le ResQPOD sur un masque et insufflateur manuel (BAVU)

  • Connecter le ResQPOD sur le masque patient
  • Ouvrir les voies respiratoires. Placer le masque sur le visage du patient et maintenir une étanchéité faciale tout au long des compressions thoraciques (technique avec serre-tête ou à deux mains)
  • Connecter l’insufflateur au ResQPOD
  • (si vous effectuez une ventilation bouche-à-masque, vous insufflerez à travers le ResQPOD)
  • Pratiquer la RCP selon le ratio de compression-ventilation recommandé (30:2)

Utiliser le ResQPOD sur un tube d’intubation

  • Confirmer le bon positionnement du tube ET et le fixer de façon standard
  • Connecter le ResQPOD au tube ET
  • Connecter la source de ventilation au ResQPOD
  • Effectuer les compressions thoraciques continues selon les recommandations (100/min)
  • Enlever la languette de sécurité et allumer les voyants lumineux d’aide à la synchronisation. Ventiler de façon asynchrone à la vitesse de clignotement des voyants lumineux (10/min)
  • Administrer les médicaments ET directement dans le tube ET.
  • Placer le détecteur EtCO2 entre le ResQPOD et la source de ventilation.

  • ACD CPR = RCP avec compression/décompression active
  • ACD CPR + ITD = RCP avec compression/décompression active + ResQPOD (ITD)
  • STD CPR = RCP Standard
  • STD CPR + ITD = RCP Standard + ResQPOD (ITD)

La combinaison d’utilisation du ResQPOD et d’un système de massage externe de type CardioPump (ResQPump) ou autre système de massage cardiaque automatisé (planche à massage cardiaque automatisé) est idéal et permet d’encore augmenter le volume sanguin vers le cœur et le cerveau.


Active compression decompression CPR (ACD CPR) is recommended in the American Hearth Association Guidelines as an alternative to conventional standard manual CPR.

-References for ACD CPR :

  • 1. Shultz JJ, et al. Evaluation of standard and ACD CPR in an acute human model of ventricular fibrillation. Circulation 1994 ; 89:684-94.
  • 2. Lurie KG, et al. Evaluation of ACD CPR in victims of out-of-hospital cardiac arrest. JAMA 1994 ; 271:1405-11.
  • 3. Plaisance P, et al. A comparison of standard CPR and ACD resuscitation for out-of-hospital cardiac arrest. NEJM 1999 ;341:569-75.
  • 4. Plaisance P, et al. Benefit of ACD CPR as a prehospital advanced life support. A randomized multi-center study. Circulation 1997 ;95(4):955-61.
  • 5. Mauer DK, et al. Effect of ACD CPR on survival : a combined analysis using individual patient data. Resuscitation 1999 ;41:249-56.
  • ACD CPR with an impedance threshold device (ITD) (e.g. ResQPOD®) :
  • 6. Wolcke BB, et al. Comparison of standard CPR versus the combination of ACD CPR and an ITD for out-of-hospital cardiac arrest. Circulation 2003 ;108(18):2201-5.
  • 7. Plaisance P, et al. Inspiratory impedance during ACD CPR : a randomized evaluation in patients in cardiac arrest. Circulation 2000 ;101(9):989-94.
  • 8. Plaisance P, et al. Evaluation of an ITD in patients receiving ACD CPR for out of hospital cardiac arrest. Resuscitation 2004 ;61(3):265-71.
  • 9. Plaisance P, et al. Use of an inspiratory ITD on a facemask and ET tube to reduce intrathoracic pressures during the decompression phase of ACD www.advancedcirculatory.com CPR. Crit Care Med 2005 ;33(5):990-4.

- LUCAS (Lund University Cardiac Arrest System)

Analogue à la cardio pompe Ambu, il s’en distingue par son côté automatique. Disponible dans une version alimentée par air ou par accumulateurs. Le système de compression thoracique LUCAS est conçu pour fournir des compressions continues, efficaces et régulières conformément aux recommandations de l’ERC ; le système de compression thoracique LUCAS est utilisé chez des patients adultes tant en soins externes qu’en contexte hospitalier. La qualité de la réanimation cardio-pulmonaire est uniformisée et les interruptions du massage cardiaque peuvent être minimisées.

De plus, les secouristes ont les mains libres et peuvent se concentrer sur d’autres tâches nécessaires au maintien des fonctions vitales ou requises en situation d’urgence. Il n’est plus nécessaire de faire des compromis entre la sécurité du secouriste et le maintien de la circulation sanguine du patient, par exemple lors du déplacement du patient sur le terrain ou d’un département hospitalier à un autre, ou encore pendant le transport en ambulance car il permet de porter la ceinture de sécurité durant le transport.

Il permet d’éviter certains problèmes de sécurité posés par l’administration d’un massage cardiaque manuel dans une ambulance sans ceinture de sécurité en cas de collision à 30 km/h. (voir la vidéo)

Plus de 50 communications scientifiques attestent de l’efficacité du système.

- Le Cpr Corpuls

Corpuls propose un dispositif de compressions automatiques. Le Cpr Corpuls permet aux secours de réaliser un massage cardiaque optimal tout en se concentrant sur d’autres tâches (ventilations, hémostase, etc.).

Des compressions thoraciques entièrement automatisées qui facilitent l’intervention des secouristes, des équipes paramédicales et médicales. C’est la promesse offerte par le Cpr Corpuls. Doté de deux tampons et d’un bras réglable en hauteur, le dispositif permet de passer du mode manuel à la compression mécanique en moins de dix secondes sans interrompre la réanimation. Générant un flux sanguin de 10 à 40 % plus important que celui induit par les dispositifs de compressions à pompe thoracique employés couramment, l’appareil s’adapte rapidement au corps du patient, et garantit le point de pression optimal tout au long du traitement en vérifiant la position du tampon après chaque cycle de ventilation (ou 100 compressions en mode continu) en compensant un enfoncement de la cage thoracique.

A tout moment de l’intervention, le mode, la profondeur et la fréquence de compression peuvent être ajustés. Avec son cadre ouvert qui offre aux intervenants un accès libre au thorax, le Cpr Corpuls se distingue par une mise en oeuvre aisée, et une utilisation intuitive grâce à son écran couleur et ses touches de fonction programmables. Muni de deux batteries, cet équipement dispose d’une autonomie de trois heures. Fabriqué dans des matériaux radio-transparents, il est utilisable lors de coronographies.

- Cardio First Angel – Assistant pour massage cardiaque (entre 83 et 99€ TTC prix juillet 2017)

Le Cardio First Angel est le complément idéal du défibrillateur. Cet assistant de massage cardiaque constituera une aide précieuse dans le cas d’une réanimation cardio-pulmonaire.

Cet appareil 100% mécanique vous permettra d’effectuer un massage cardiaque efficace même si vous n’êtes pas entraîné à cet exercice.
Le Cardio First Angel vous aide à réaliser un massage cardiaque au bon endroit, avec une bonne pression et à la fréquence nécessaire pour donner le plus de chances possible de survie sans séquelles.


Bilan de la surveillance renforcée des défibrillateurs automatisés externes en 2015/2016

Publié le mardi 25 juillet 2017

source lessentiel-anesthesie-reanimation.fr

L’ANSM publie ainsi le rapport de surveillance renforcée des défibrillateurs automatisés externes (DAE) synthétisant les actions menées, mais également celles attendues de la part des acteurs concernés : fabricants, distributeurs et exploitants.

Rapport de surveillance renforcée des défibrillateurs automatisés externes (DAE) en 2015-2016

Les défibrillateurs automatisés externes (DAE) sont des dispositifs médicaux qui peuvent permettre la réanimation de victimes d’arrêt cardiaque.

La diffusion large de ces équipements dans les lieux publics depuis 2007 a permis de rendre plus facilement disponibles ces appareils et de permettre à tout citoyen de sauver une vie.

Ces dispositifs médicaux étant un maillon essentiel de la chaîne de survie, l’ANSM a décidé en 2015 d’intégrer les DAE dans son programme de surveillance renforcée des dispositifs médicaux, afin d’identifier les actions nécessaires permettant de maintenir les appareils mis à disposition du grand public dans un état fonctionnel.

En premier lieu, l’ANSM a initié un mode de traitement des signalements de vigilance particulier pour ce type de dispositif. Ainsi, la majorité des fabricants de DAE (85 % d’entre eux, soit 15 opérateurs) se sont engagés à produire des rapports périodiques de sécurité (RPS) semestriels afin de transmettre à l’Agence des données de vigilance homogènes et détaillées.

Depuis septembre 2014, 515 signalements d’incident ont été rapportés à l’ANSM : une fois sur deux, le problème a été identifié lors d’une action de contrôle ou de maintenance, c’est-à-dire en dehors de la prise en charge d’un patient. Dans les autres cas, la batterie était déficiente (12 %), le choc n’était pas délivré (11 %), le rythme non analysé (4 %) ou les électrodes non reconnues (4 %).

De l’analyse des incidents (permise notamment par la mémoire électronique de l’appareil), il ressort qu’il peut s’agir notamment de pannes de composant, dans 32 % des cas, ou de batterie, dans 7 % des cas. Cependant, il n’a pas été observé de signaux particuliers concernant la conformité de ces produits dans le cadre de l’analyse des RPS. Toutefois, l’analyse du suivi de la mise en œuvre des actions correctives de sécurité sur les DAE grand public a confirmé les difficultés rencontrées par les fabricants pour les réaliser, notamment pour des raisons de traçabilité des exploitants.

En complément, l’ANSM a mené une campagne d’inspections de 12 opérateurs (fabricants et distributeurs). Des non conformités ont été identifiées pour lesquelles il a été demandé aux opérateurs concernés de procéder aux améliorations des pratiques pour se mettre en conformité avec les exigences demandées.

À l’issue de l’ensemble de ces investigations, l’ANSM a adressé en janvier 2017 une lettre à l’ensemble des fabricants et de leurs représentants en France leur demandant de mettre en œuvre un certain nombre d’actions, notamment vis-à-vis des distributeurs, afin d’améliorer la traçabilité des DAE grand public.

Par ailleurs, l’ANSM a mis à disposition une page dédiée à cette thématique sur son site internet à destination des exploitants, notamment, afin que l’information soit plus accessible. Cette page thématique rappelle notamment les principaux contrôles à réaliser afin de s’assurer que celui-ci reste fonctionnel.

La rédaction avec l’ANSM


Des différences choquantes entre les défibrillateurs externes automatiques

Publié le 03/10/2017

Les tachyarythmies , fibrillation ventriculaires et autres tachycardies ventriculaires sont la cause la plus fréquente de mort subite. Fort heureusement, une défibrillation précoce pratiquée le plus tôt possible par défibrillateur externe automatique (DEA) peut renverser ce sombre pronostic, raison pour laquelle, les petites boîtes vertes fleurissent dans les lieux publics.

Les DEA recourent à un algorithme d’analyse du rythme cardiaque (AARC) afin de différencier les rythme choquables ou non et de guider les professionnels de santé et monsieur ou madame tout le monde dans la conduite à tenir. Ces AARC doivent faire montre d’une haute sensibilité mais aussi d’une haute spécificité, lesquelles peuvent être affectées par des artéfacts liés à la compression thoracique ou bien au véhicule de secours en mouvement sur la route. Les problèmes de sensibilité sont courants allant de 2,7 % (Herlitz et al.) à 19,0 % (MacDonald et al), alors que les problèmes de spécificité seraient classiquement très rares (< 1,0 %). Toutefois, cette rareté a été récemment mise à mal par une étude belge. Quelle est donc la fiabilité de ces équipements, se sont interrogés des auteurs suédois en mesurant la performance clinique des deux différents types de DEA ?

Trois investigateurs ont rétrospectivement relu à l’aide d’un logiciel, 2 938 analyses de rythme faites par des DEA chez 240 patients consécutifs (âge médian 72 ans, âges extrêmes 62–83, 62 % d’hommes) en arrêt cardiaque entre janvier 2011 et mars 2015. Deux types de DEA avaient été utilisés (DEA A n = 105, DEA B n = 135) en intra hospitalier (n = 91) et en extra hospitaliers (n = 149). La plupart des épisodes sont survenus en dehors de l’hôpital (n = 150, 62,5 %). Plus de la moitié des patients avaient une étiologie cardiaque présumée (n = 131, 54,6 %), un quart avaient un rythme initial choquable (n = 60, 25,0 %).

Au regard des recommandations internationales, la sensibilité et la spécificité des 2 DEA étaient acceptables, lesquelles préconisent plus de 90 % de sensibilité pour les fibrillations ventriculaires, plus de 99 % pour les rythmes sinusaux et plus de 95 % pour les autres rythmes choquables. Toutefois, cette étude a démontré des différences notables entre les 2 DEA.

Doués, mais peuvent mieux faire

Parmi les 194 rythmes choquables, 17 (8, 8 %) n’ont pas été reconnus par le DEA A, alors que les DEA B avaient reconnus 100 % (n = 135) des rythmes choquables (sensibilité 91,2 vs 100 %, p < 0,01). Pour le DEA A, 8 (47,1 %) de ces épisodes avaient été considérés comme des erreurs d’algorithmes alors que 9 (52,9 %) avaient été causés par des artéfacts externes. Parmi 1 039 rythmes non choquables, le DEA A avait recommandé le choc chez 11 patients (1,0 %), alors que le DEA B l’avait recommandé chez 63 (4,1 %) des 1 523 épisodes (spécificité 98,9 vs 95,9, p < 0,001). Pour le DEA A, 2 (18,2 %) de ces épisodes avaient été considérés comme des erreurs d’algorithmes (DEA B, n = 40 ; 63,5 %), alors que 9 (81,8 %) avaient été causés par des artéfacts externes (DEA B, n = 23 ; 36,5 %).

Bien que rétrospective et donc sans interprétation causale possible, cette étude a le mérite de rappeler qu’il existe des différences significatives de sensibilité et de spécificité entre les types de DEA, ce qui devrait inciter les fabricants à améliorer plus avant les algorithmes afin de réduire ces différences pour le plus grand bénéfice des personnes en arrêt cardiaque.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Israelsson J et coll. : Sensitivity and specificity of two different automated external defibrillators. Resuscitation 2017 ; 120 : 108–112

Copyright jim.fr

— -

Arnaud BASSEZ

IADE/enseignant CESU

Administrateur


Documents joints

Guide national de référence de formation à (...)
diapo DSA
Les DSA dans les Services Départementaux (...)
La DSA recommandations aux médecins et autres (...)
le défibrillateur implantable. Professeur Jean (...)
DSA : infos Laerdal
Aspects légaux et réglementaires du DSA Nicolas (...)
Comparatif DSA
AED pro guide de l'opérateur
AutoPulse brochure
AutoPulse Clinical review of cardiac arrest, (...)
etude sur l'efficacité de la planche de (...)
Utilisation de la planche de massage cardiaque
Staying alive Bee Gees
Evaluation d'un système mécanique pour le (...)
la prise en charge de l'ACR, nouveaux (...)
LUCAS mode d'emploi
Video pose du LUCAS
système Thumper® de Michigan Instrument
Etude comparative sur la simplicité d'utilisation,

Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 27 octobre 2016
par  Arnaud Bassez

Oxymètrie de pouls

Yves Benisty nous propose une mise à jour sur l’oxymètre de pouls.
A lire comme ses autres publications.
Si vous avez compris la valeur de la publication pour la profession, ce site est fait pour ça.
Arnaud BASSEZ
IADE/enseignant CESU (...)

dimanche 8 novembre 2015
par  Arnaud Bassez

Le système ClearSight ou la pression artérielle non sanglante

Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation du matériel.
Le Système Clear Sight est un système de monitorage de la pression artérielle sanglante non invasif. Par analogie avec celle de la courbe de pression artérielle, l’analyse de la courbe de photo-pléthysmographie d’un doigt au moyen d’une (...)

mercredi 18 mars 2015
par  Arnaud Bassez

Revue de matériel mars 2015

Petit florilège de ce qui me semble intéressant en terme de matériel.
APAD
Moniteur de localisation de l’espace péridural
L’APAD est un moniteur portable révolutionnaire permettant de localiser l’espace péridural au moyen d’un signal sonore et d’un écran de visualisation. Ce dispositif permet la (...)

jeudi 26 septembre 2013
par  Arnaud Bassez

SFAR 2013, les nouveautés

Petite revue des nouveautés qui offrent un intérêt pour la spécialité et notre exercice professionnel. (article totalement subjectif, car basé sur les goûts de l’auteur).
Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation de ces produits ou articles.
Incompatibilités chimiques au cours d’une perfusion (...)

jeudi 7 février 2013
par  Arnaud Bassez

Oxymétrie cérébrale ou NIRS (Near-infrared spectroscopy)

(d’après le dossier innovation euro-pharmat-etsad)
L’oxymétrie cérébrale est une modalité de surveillance neurologique développée dans les années 1970 pour la chirurgie cardiaque adulte et pédiatrique mais dont les champs d’applications s’étendent actuellement en chirurgie non cardiaque en cardiologie, en (...)

dimanche 25 novembre 2012
par  Arnaud Bassez

Le respirateur en anesthésie

Élément incontournable de notre exercice professionnel, le respirateur doit faire l’objet de toute notre attention.
Très souvent, l’IADE est expert de ce matériel qu’il maîtrise parfaitement.
Raison de plus pour aider les étudiants à rejoindre leurs aînés dans ce domaine.
Un topo sur le respirateur en (...)

dimanche 1er avril 2012
par  Arnaud Bassez

Le vigileo

Le moniteur Vigileo™ permet la mesure en continu du débit cardiaque à partir de l’analyse de l’onde de pouls. Il reporte les valeurs de l’index cardiaque (IC), du volume d’éjection (VE) indexé et de la variation du volume d’éjection (VVE) ; relié à un cathéter veineux central d’oxymétrie, il permet la (...)

lundi 13 juin 2011
par  Arnaud Bassez

Via Dolorosa : Analgesia Nociception Index

La société metroDoloris propose l’interprétation de la douleur par une corrélation de l’espace R-R de l’ECG à la stimulation du parasympathique : l’A.N.I (Analgesia Nociception Index)
La surveillance de l’ANI au cours de l’AIVOC permet d’anticiper les épisodes de réactivité hémodynamique liés à une (...)

dimanche 12 juin 2011
par  Arnaud Bassez

Le chariot d’urgence

En l’absence du médecin, l’infirmier décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir le médecin.
Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code
Article R. (...)

mardi 30 mars 2010
par  Arnaud Bassez

Feuille d’anesthésie informatisée

A l’heure du numérique, il serait grand temps que l’hôpital s’équipe de système informatisant totalement le dossier du patient, afin d’éviter d’avoir à disposition un dossier s’apparentant à une archive du Vatican.
Cela faciliterait son transport et sa consultation, entre un examen manquant, ou hors du (...)

dimanche 28 mars 2010
par  Arnaud Bassez

Sirius dépasse les bornes

Le principe des bornes SIRIUS est simple. Le témoin d’un arrêt cardiaque soudain pourra sauver une vie à tout moment, en se saisissant du défibrillateur inclus dans la borne . Celles-ci sont intelligentes", elles préviennent automatiquement les services de secours et de police. Elles sont dotées (...)

mardi 25 août 2009
par  Arnaud Bassez

Le cell saver

C’est une technique qui permet de récupérer le sang du patient durant l’intervention chirurgicale, et à le transfuser au patient après lavage et filtration pour ne garder que les globules rouges.
Elle est indiquée si la chirurgie est à risque hémorragique estimée à plus de 700 à 800 ml de perte. Elle (...)

mardi 16 juin 2009
par  Arnaud Bassez

Le BIS (index bi-spectral) & entropie

L’Entropie
Moniteur de la fonction cérébrale en anesthésie : BIS, EEG, entropie, potentiels évoqués
i conférence
power point
L’entropie : un moyen d’apprécier le défaut d’analgésie ?
E. Dierckensa, M. Fleyfela, E. Robina, A. Legranda, M. Borela, L. Gambierb, B. Valleta and G. Lebuffea, Corresponding (...)

samedi 7 juin 2008
par  Arnaud Bassez

Utilisation et entretien de la sonde d’ ETO

Ce document est un protocole de l’hôpital européen Georges Pompidou, disponible sur le site de l’hôpital.

mardi 6 février 2007
par  Arnaud Bassez

L’intubation difficile

« Les patients ne meurent pas d’un “échec de l’intubation”. Ils meurent, soit du défaut de cesser d’essayer d’intuber soit de l’intubation œsophagienne non diagnostiquée ».
Scott, DB intubation endotrachéale :. Ami ou ennemi Br Med J (Clin Res Ed). 18 janvier 1986 ; 292 (6514) :157-8.
Dernière (...)

lundi 5 février 2007
par  Arnaud Bassez

Défibrillateur semi-automatique ou entièrement automatique

Article réactualisé : 30 mars 2017
Il n’y a aucun conflit d’intérêt à la présentation des matériels de cet article. (AB) HISTORIQUE DE LA DÉFIBRILLATION SEMI-AUTOMATIQUE 1899 1er essais réussis de défibrillation sur l’animal (Prevost et Batelli). 1933 Défibrillation sur l’animal (Hooker (...)

mardi 24 octobre 2006
par  Arnaud Bassez

Pacemaker - Capnographie.

Le pacemaker
Un code international a été établi selon les différents modes de stimulation cardiaque.
Le site de stimulation est défini par la première lettre :
A pour l’oreillette,
V pour le ventricule,
D pour les deux cavités
Le site de détection est défini par la deuxième lettre, d’après le (...)

Brèves

Arrêt cardiaque, lecture continue

jeudi 7 septembre

Retrouvez les articles sur l’arrêt cardiaque dans l’article dédié aux dernières recommandations 2015-2020.

Les quatre derniers articles intéressants de la semaine sont aussi sur le forum.

  • La question de la fréquence optimale de la ventilation pendant la réanimation cardio-respiratoire
  • Les femmes moins performantes pour une réanimation cardiopulmonaire
  • Un an après l’ECMO, comment vont-ils ?
  • Le SAOS protégerait le cerveau en cas d’arrêt cardiaque

Bonne lecture

— -

En relation

AB

Rapport relatif aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015

mardi 12 juillet 2016

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président - M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président-M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

Le rapport présente 434 pages sur les attentats en France en 2015. Et mille pages d’annexes (les auditions).

Parmi les points mis en évidence, le document met clairement en lumière les "ratés " qui ont permis aux terroristes de Paris d’échapper à la surveillance. Ils étaient pourtant connus, à un titre ou un autre, des services judiciaires, pénitentiaires ou de renseignement. Tous avaient été fichés, contrôlés, écoutés ou incarcérés, à un moment de leur parcours de la délinquance à la radicalisation violente.

Voici les principaux constats de la commission :

Pour la création d’une "agence de lutte contre le terrorisme"

Pour éviter de nouvelles attaques, la commission prône notamment la création d’une "agence nationale de lutte contre le terrorisme" placée directement sous l’autorité du Premier ministre, sur le modèle américain du Centre national antiterroriste (NTC) créée après le 11 septembre 2001.

La nécessité de fusionner les trois forces d’élite

Le soir du 13 novembre, "l’intervention des forces d’intervention a été rapide, efficace et a démontré qu’elles étaient capables de collaborer", estime le rapporteur, le député socialiste Sébastien Pietrasanta qui s’interroge toutefois sur "le bien-fondé du maintien de plusieurs forces d’intervention spécialisées" et préconise, à terme, "la fusion des trois forces d’élite" (GIGN, Raid et BRI).

Pas gagné d’avance à mon avis.

Pour la création de "colonnes d’extraction" des victimes

Le principal problème, selon la commission, a été l’évacuation des victimes, qui a pu être retardée par le fait que les secours d’urgence n’avaient pas accès au périmètre des forces d’intervention. Dans ses 39 propositions, la commission préconise ainsi l’instauration de "colonnes d’extraction" des victimes.

L’échec du renseignement

Pour la création d’une agence nationale du renseignement

Des failles dans le renseignement pénitentiaire

L’attaque du Bataclan n’aurait pas pu être évitée

Des doutes sur l’efficacité des dispositifs de sécurisation du territoire

— -

Pour ceux qui voudraient lire les retex, ils sont disponibles sur l’article Les plaies par arme à feu - balistique des armes à feu

A lire Les rapports, les référentiels sur les services d’urgence

AB

Matos news 3

vendredi 24 juin 2016

Les moniteurs de la douleur dont disposent les anesthésistes depuis 2010 surveillent le diamètre de la pupille de l’œil ou la fréquence cardiaque. «  Leur faiblesse vient du fait qu’ils sont basés sur un seul paramètre. L’avantage du nouveau moniteur que nous étudions est qu’il est multiparamétrique  ». Le système nerveux autonome et le système hormonal de l’organisme réagissent aux stimuli douloureux par divers mécanismes qui induisent des changements mesurables.

Le nouveau moniteur dénommé PMD 200 (pain monitoring device) est équipé d’une technologie mise au point par la compagnie Medasense Biometrics Ltd. en Israël. Il se compose d’une petite sonde que l’on pince au bout du doigt du patient. Cette sonde est munie de quatre capteurs. L’un d’entre eux enregistre une courbe de pléthysmographie, qui décrit les variations du volume sanguin au moyen d’une mesure de la pulsatilité des capillaires, ces petits vaisseaux entre les artères et les veines. À chaque battement cardiaque se produit une onde de pulsatilité dans les capillaires. Cette onde de pulsatilité permet de calculer la variabilité de la fréquence cardiaque.

Ce nouveau dispositif surveille continuellement ces paramètres physiologiques qui sont affectés par les stimuli douloureux et par l’administration d’analgésiques. Un algorithme mathématique analyse ces données physiologiques et les convertit en temps réel en un index de douleur appelé Nol (pour nociception level index). Les valeurs de cet index sont représentées sur une échelle de 0 à 100. Une valeur entre 0 et 10 signifie que le patient ne ressent pas de douleur et qu’on peut même alléger un peu les doses d’analgésiques. Une valeur entre 10 et 25 est idéale. Et une valeur dépassant 25 signifie que le patient est en douleur et qu’il faut augmenter les doses.

Lire la suite sur le forum

- Le site medasense

- Les articles sur la douleur

  • Douleur (le point de vue juridique)

AB

Matos news 2

samedi 21 mai 2016

Le laboratoire Dräger publie une alerte sur le remplissage des cuves de desflurane avec le produit du laboratoire Baxter.

Mesures de précaution au remplissage des cuves de desflurane Dräger

A lire et à diffuser autour de nous.

AB

Organisation de l’anesthésie-réanimation obstétricale (recommandations SFAR)

jeudi 4 février 2016

Nouvelle recommandation SFAR..

Les IADE ayant participé au référentiel ont eu quelques difficultés semblerait-il...

Organisation de l’anesthésie-réanimation obstétricale (recommandations SFAR)

Les autres recommandations de la SFAR

— -

Analyse de la sinistralité en anesthésie réanimation obstétricale dans les hôpitaux publics français : données SHAM 2007–2014

Laurie Tran1, Michel Carles1, Frederic Fuz2, Marc Raucoules1, Patrick Niccolai3, Isabelle Rouquette-Vincenti3, Alexandre Theissen3

  • 1 Pôle anesthésie-réanimation, CHU de Nice, Nice, France
  • 2 SHAM, Lyon, France
  • 3 Pôle anesthésie-réanimation, CHPG, Monaco

Available online 10 November 2015

Introduction

La mortalité maternelle et périnatale ainsi que les séquelles neurologiques des nouveaux-nés restent les principaux motifs de réclamations en contexte obstétrical aux États-Unis [1] et en France [2]. Nous présentons les motifs de réclamations en anesthésie obstétricale en France à partir des déclarations SHAM (1er assureur des établissements de santé), entre 2007 et 2014.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective des dossiers de sinistres SHAM entre 2007 et 2014 réglés soit par voie amiable, soit par l’intermédiaire de la CRCI, soit par voie judiciaire.

Résultats

L’anesthésie obstétricale est impliquée dans 99 dossiers sur 3083 sinistres en obstétrique soit 3,2 %. Seuls 4 % des sinistres impliquaient la personne physique, les autres sinistres impliquant l’établissement public soit 81 % (dont 1/3 de CHU et 2/3 de CHG) et privé soit 14 %. Concernant les circonstances cliniques, pour 2 patientes il s’agissait d’une IVG, pour les autres dans 61 % des cas un accouchement par voie basse et dans 39 % des cas une césarienne (d’emblée ou conversion).

Le type d’anesthésie initiale était une APD dans 75 % des cas, une rachianesthésie dans 20 % des cas, une AG dans 3 % des cas et aucune anesthésie chez une parturiente ; le type d’anesthésie concerné par la plainte était l’ALR dans 93 % des cas et l’AG dans 7 % des cas (due donc dans la moitié de ces cas à une AG 2aire à l’ALR). Les réclamations concernant l’ALR étaient en relation avec des complications survenues dans 42 % des cas lors de la pose et dans 81 % des cas pendant l’hospitalisation (> 100 % car signalements cumulés).

Parmi les complications de l’ALR à la pose de type échec ou brèche, 12 cas ont nécessité une AG avec IOT (dont un cas d’arrêt respiratoire sur brèche à la pose de l’APD et un hématome sous dural aigu à j2) ; de plus une AG s’est compliquée d’un choc anaphylactique (succinylcholine) et inhalation sur IOT difficile, avec séquelles neurologiques.

Les réclamations après AG de 1re intention (pas d’ALR) sont liées à deux chocs anaphylactiques dont l’un avec décès et l’autre avec séquelles neurologiques (1 IVG et 1 césarienne respectivement), et une réclamation pour douleur périnéale dans le 3e cas (IVG). En fin d’expertise, 54 séquelles neurologiques (allant de la monoparésie au coma végétatif), 2 décès, 6 préjudices moraux et 37 conséquences autres ont été retenues. Seuls 2 dossiers sur 99 ont fait l’objet d’une condamnation civile, les autres ayant été réglé soit à l’amiable soit ayant fait l’objet d’une indemnisation par l’intermédiaire de la CRCI.

Discussion

Les complications en obstétrique faisant l’objet d’une déclaration de sinistre concernent peu fréquemment l’anesthésie. Les conséquences de l’ALR sont au premier plan et le recours à l’AG secondairement reste une source supplémentaire de complications. Il faut noter le faible nombre de condamnations par rapport à la gravité des préjudices, lié à une information appropriée et tracée ainsi qu’à l’absence de faute médicale patente (aléa thérapeutique).

Auteur correspondant.

Copyright © 2015 Published by Elsevier Masson SAS

AB