On vous donne un Ordre. Faites-le !

mercredi 18 avril 2007
par  Arnaud Bassez
popularité : 3%

Les décrets d’application de l’Ordre Infirmier sont parus.

Évitons de tomber dans la caricature comme sur le site de sud santé Henri Mondor

Comme cela a été le cas pour la création récente d’un ordre des masseurs kinésithérapeute, la fédération SUD Santé Sociaux appellera les infirmières et infirmiers a boycotter cette cotisation et engagera de toutes les façons possibles la lutte contre la mise en place de l’ordre. (on peut remarquer l’efficacité de ce syndicat, car les kinés ont leur Ordre toujours en place),

ou bien de la CGT santé Le gouvernement, et sa majorité UMP-UDF, a publié le décret relatif à la mise en place de l’ordre infirmier avant les élections pour donner satisfaction à un lobbying associatif. (C’est le groupe saint Anne et l’Apoiif qui vont être content, leur puissance est incontournable !)

Il a besoin d’un interlocuteur unique favorable à ses projets de modification du contenu professionnel et de formation, de démantèlement de l’hôpital public et de remise en cause du financement solidaire.

Je crois que l’Ordre ne sera pas favorable à la VAE infirmière. L’Ordre ne peut accepter que des non diplômés puissent exercer la profession infirmière. Quand à être favorable au démantèlement de son propre outil de travail, il y a des arguments qui s’essoufflent d’eux mêmes, à peine proférés.

Cette structure, peu démocratique, (Même pas en place, déjà jugée...il est vrai que les infirmières ont des relents de Stalinisme patentés. La CGT sait de quoi elle parle sans doute)

acte un repli corporatiste, (Comme pour l’Ordre des avocats, des architectes, des médecins, des sage-femmes, des experts-comptables qui Ô horreur et abomination, ne comptent dans leurs rangs que des personnes issues de la profession envisagée ! (on se demande bien pourquoi un boulanger ne siègerait pas dans l’Ordre des cordonniers ou des peintres en bâtiments...)

alors que les professions de santé ont de plus en plus besoin de travailler ensemble. Heureusement, ces professionnels n’ont pas attendu pour décloisonner leur exercice et daigner s’adresser aux autres acteurs de l’hôpital.

L’Ordre existe. Pour ou contre, il faut faire avec. Et lui donner le crédit qu’il mérite avant de critiquer si cela s’avérait nécessaire, cet outil et ceux qui en seront les premiers dirigeants.

L’opposition à l’Ordre infirmier se conçoit aisément. Toutefois, je n’apprécie pas quand l’opposition se transforme en désinformation et en propos mensongés, car elle devient grotesque et dévalorise les opposants qui ont sans doute d’autres arguments plus recevables à faire entendre. La vérité n’est pas toujours aussi tranchée et elle se situe parfois entre les deux camps.
Si nous avons deux oreilles, c’est bel et bien pour entendre ce qui se dit d’un côté et de l’autre afin d’en faire la synthèse.

Il faut souhaiter que le LMD passera à 3 ans pour les IDE, mais qu’il sera au niveau master pour les IADE.

Pour que la voix des IADE soit entendue, il est impératif de se porter candidat à l’édification de l’ordre sur le plan départemental, régional et national. Gageons que les futurs dirigeants sauront entendre toutes les cloches tinter à leurs oreilles et n’en garderont pas que le son de leur chapelle.

L’opposition systématique se donne bien garde de demander quelque chose qu’elle pourrait obtenir, car alors il lui faudrait être contente ; et être contente pour l’opposition, c’est cesser d’être.
(Alphonse Karr)

Arnaud BASSEZ

Administrateur


ajout à cet article

Ordre infirmier : élections le 24 avril 2008

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, annonce que les élections de l’Ordre se tiendront :

- le 24 avril 2008 pour les conseils départementaux

- le 24 juillet 2008 pour les conseils régionaux

- le 25 novembre 2008 pour le conseil national

Roselyne Bachelot indique que c’est "la plus importante opération de vote électronique organisée en France pour un nombre aussi conséquent d’électeurs" (460.000 IDE).

"Un important travail est actuellement effectué par la Direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS) ainsi que par les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS)", explique la ministre qui "souhaite que toutes les conditions soient réunies pour que cela soit une réussite".


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 29 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Nouvelle gouvernance, nouvelle errance ?

L’hôpital ne cesse de se prendre pour le phénix. De son tas de cendre, il renait épisodiquement. Comme nous nous devons d’être des IADE à la page de nos pratiques et de notre environnement professionnel, voici une tentative d’explication de la nouvelle gouvernance.
La nouvelle gouvernance hospitalière (...)

mercredi 20 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

De la DHEA pour la DHOS ?

D’après la direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS), le nombre de professionnel du secteur hospitalier, tout métiers confondus, qui va arrêter son activité d’ici 2015, sera de 383 000. Ce qui représente 55 % de l’effectif total de la fonction publique hospitalière.
D’après (...)

mercredi 20 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Certifié conforme !

Depuis le 21 juillet 2006 et son décret, les médecins doivent suivre une formation afin, tout comme l’établissement qui les emploie, d’être accrédités.
Il est vrai que la médecine est comme l’espace. En perpétuel mouvement, dans une fuite en avant sans fin. Et qu’il convient en professionnel responsable (...)

vendredi 15 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

calendrier 2007

Un calendrier 2007 est disponible.
Version paysage.
Restons soft.

mardi 5 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Chronique d’une mort annoncée

Parodiant Gabriel Garcia Marquez, on peut dire que c’est ce qui attend la SOFIA. Car l’enthousiasme, l’engouement, l’adhésion sur les forums est une chose, mais elle ne se traduit pas par une adhésion au projet comme nous pouvions l’espérer avec le site officiel. Bien sûr, le site n’a pas la célébrité (...)

mercredi 29 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

L’union fait la force

Le nombre d’associations de IADE (ne parlons pas des médecins) est assez important. Sans les citer toutes, elles donnent l’image d’une profession qui cherche à communiquer, à se renouveler, à s’enrichir, se cultiver dans sa pratique professionnelle. Il faut l’avouer, la qualité est très souvent au (...)

dimanche 19 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

California dreamin’

Même en automne, la Californie chauffe ! Il n’est que de lire la dernière newsletter de nos confrères de la CANA (californian association of nurse anesthetists). Voici que là bas aussi, les médecins par le biais d’une association nationale, essaient de retirer par tous les moyens des pratiques qui (...)

dimanche 5 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

Patience et longueur de temps...

Il est à préciser qu’actuellement les statuts et le réglement intérieur de la SOFIA sont à l’état de discussion sur le forum de la SOFIA rubrique grillade.
Alors on n’hésite plus et on se précipite afin de participer activement à la création de cette société qui sera ce que l’on en fera.
Soit une (...)

mardi 31 octobre 2006
par  Arnaud Bassez

Le MAR m’a tuer

Le 48e congrès de la SFAR vient de s’achever, et cette société savante nous fait la grâce et la bonté d’organiser des journées pour les IADE.
Fort louable au demeurant, cette partie détachée du programme de la SFAR, serait idéalement placée pour valoriser la place du IADE et de son partenariat. (...)

Brèves

Covid-19 une chance pour l’hôpital ?

mercredi 20 mai

Et si le covid-19 était une chance pour l’hôpital ?

On l’a vu, la crise sanitaire de la covid-19 (dixit l’académie française) a mobilisé les professionnels de santé, comme on pouvait légitimement s’y attendre, sans hésitation, sans retenue, mais non sans peur.
Au-delà des médecins et soignants dans leur ensemble, c’est aussi les acteurs de l’hôpital qui se sont aussi mobilisés et qu’il ne faut surtout pas oublier à l’heure des bilans inéluctables.

De la secrétaire, en passant par les cuisiniers, les administratifs et les ouvriers, les ambulanciers, les manipulateur radio, les aides-soignantes, les chirurgiens, les internes, les étudiants de toute spécialité, c’est un ensemble qui s’est levé pour faire face à cet orage, mais que d’autres ont transformé en mission.

Sauver des vies.

Est-ce que nous sommes des héros, parce que nous « sauvons des vies » ?
Bien sûr que non. A aucun moment. Nous sommes des professionnels de santé, et nous savons faire le travail. Alors nous le faisons. Et nous sommes payés pour ça.

Et il y aura eu nécessité de cet ouragan viral, pour qu’enfin en haut lieu, on se rende compte du cri des soignants, qui alertent depuis longtemps sur des salaires pas à la hauteur, sur une différence entre d’autres pays où la qualité du système de santé n’est peut-être pas aussi performante que la supposée nôtre, mais qui pourtant font mieux que la France, en rémunérant à leur juste valeur les hommes et femmes qui sont au quotidien auprès des malades. Ces mêmes personnes que l’on retrouve dans les hôpitaux et établissements de soins de France et outre-mer.

Ce cri, tel Munch, résonnait aussi des demandes insistantes en termes de personnels à embaucher, de revalorisation des carrières et des manques de matériels et de dégradation des conditions de travail.

On a vu le fiasco des masques, des casaques, du manque flagrant de matériel, imposant aux soignants des prises de risques inadmissibles et un recours forcené au système D.

Les conséquences et les suites judiciaires ne font que commencer, les débats autour des revalorisations et de la reconnaissance des soignants dont on sait le classement pitoyable selon les données de l’OCDE.
La France se classe 28e sur 33 pays dans le classement des rémunérations des infirmières à l’hôpital par rapport au salaire moyen national. Infirmières et infirmiers sont payés 6 % de moins que la moyenne des travailleurs français.

Ce sera donc un travail de concertation de débats et de combat à entreprendre auprès du gouvernement et du ministère pour réduire cet écart européen inique.
Et il appartient aux organisations syndicales et autres collectifs de faire ce travail.

Il semble donc qu’il ait fallu une catastrophe sanitaire de cette ampleur, imposant un confinement et des mesures drastiques jamais vues auparavant, même pendant les grandes épidémies de peste, où la quarantaine primait mais pas le confinement, pour que le pays s’aperçoive finalement de la chance qu’il avait de posséder des soignants de qualité dans ces hôpitaux dégradés et abattus par des successions de réforme pas vraiment en sa faveur, au fil des ans. Il aura fallu ce virus pour que le gouvernement accède enfin à une simple considération qu’il éteignait sous les gaz lacrymogènes en mars 2019, alors que les demandes ne portaient que sur des postes supplémentaires. Comment dès lors s’étonner des suicides et des départs définitifs de l’hôpital, nouvelle machine à broyer le personnel qui le faisait si bien fonctionner il y a peu, et qui s’épuise maintenant devant une logique financière hors de son ADN.

Qu’en est-il de cette notion de confinement imposée à tous ?

À l’époque, la quarantaine concerne d’abord les lépreux : une ordonnance royale du 21 juin 1321 leur interdit d’entrer dans les villes. Des léproseries apparaissent en périphérie en contrecoup.

Cette quarantaine est due à une observation du père de la médecine. En effet au IVème siècle avant JC, Hippocrate fait le constat que les maladies aiguës durent 40 jours en moyenne, entre les tout premiers symptômes jusqu’à la guérison. Ces quarante jours, donneront le nom de quarantaine à cette période d’éviction qui reste la référence de nos jours.

La quarantaine à titre préventif date de 1377. C’est dans la ville de Raguse, (l’actuelle Dubrovnik), que l’interdiction sera faite aux bateaux en provenance d’une zone infestée par la peste de rentrer dans son port. Venise, la sérénissime, adopte la même mesure. La quarantaine s’exportera ensuite à Marseille en 1383, Barcelone, en 1458 ou Édimbourg en 1475.

La première quarantaine terrestre en France, se fera en 1720, pour empêcher l’épidémie de peste, qui a commencé à Marseille, de se propager dans tout le pays. C’est le conseil du Roi qui prendra la décision de placer toute la Provence en quarantaine, elle sera de ce fait coupée du reste de la France durant deux ans. Elle fera 120.000 morts dans cette région.

L’épidémie de choléra débutant le 26 mars 1832 à Paris, et s’achevant en septembre-octobre fit environ 100 000 victimes.

La covid-19 elle, en est à 325 712 au 20 mai 2020, d’après les données du John Hopkins university.

Il est dommage d’avoir eu à en arriver là, pour peut-être sauver l’hôpital. Peut-être, car en la matière, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

AB

AFGSU et covid-19

lundi 4 mai

Il est évident que la formation afgsu doit s’adapter à la situation sanitaire actuelle.
Le port d’un masque, la vérification de la respiration, les divers contacts sur les mannequins doivent être prévus et anticipés pour une sécurité accrue.

Communiqué ANCESU-avril-2020

AB

Réflexion post covid-19

samedi 18 avril

La crise sanitaire majeure que nous traversons, aura des répercussions.

La SOFIA dans sa démarche de recherche mais aussi de questionnements multiples, diffuse tout travail qui va en ce sens réflexif. Sans aucun parti pris.


PNG

Le Groupe d’Étude sur le Risque d’Exposition des Soignants aux agents infectieux (GERES) s’est constitué en association loi de 1901 en 1991.

Il est soutenu notamment par la Direction Générale de la Santé (DGS), l’Agence Nationale de Santé Publique, l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS).
Il réunit des compétences pluridisciplinaires (épidémiologistes, infectiologues, virologues, chirurgiens, médecins du travail, cadres hygiénistes, infirmiers, spécialistes en législation du travail et en prévention du risque professionnel…)

ENQUÊTE SUR LES CIRCONSTANCES DES CONTAMINATIONS PROFESSIONNELLES DES PERSONNELS DE SANTE PAR LE COVID-19

L’objectif général du GERES (Groupe d’Etude sur le Risque d’Exposition des Soignants aux agents infectieux) est de contribuer à l’amélioration de la prévention des risques infectieux pour le personnel soignant et donc à sa protection. Pour cela, et pour toute pathologie émergente comme pour le COVID-19, nous avons besoin de connaitre au mieux les situations à risque de transmission pour les soignants et nous vous remercions d’avance de votre participation à cette enquête.


DEMAIN, QUEL SYSTÈME DE SANTÉ VOULEZ-VOUS ?

La SOFIA, vecteur fort de la parole des IADE de France et outre-mer n’est pas un syndicat, mais en tant que société savante IADE, elle se positionne aussi hors des sentiers battus, pour apporter une vision différente, décalée et porteuse de renouveau.

Ce questionnaire est à l’initiative du Comité pour le développement durable en santé, de l’agence Primum Non Nocere et de BVM Communication, qui fédèrent et accompagnent depuis plus de 10 ans un millier d’établissements sanitaires et médico-sociaux publics, privés, espic, engagés dans une démarche de développement durable.

— -

AB

COVID-19

mardi 17 mars

L'amour est plus fort que la mort

La SOFIA actualise les données sur le COVID-19 et les diffuse sur les liens que vous trouvez ci-dessous. Pour l’information de tous.


Recommandations sanitaires pour les voyageurs 2020 (à l’attention des professionnels de santé)
Le Covid-19 ayant émergé après la rédaction des recommandations par le Haut Conseil de la santé publique, vous ne trouverez pas de chapitre sur la pandémie.

Les règles du déconfinement du 28 avril 2020


Note du conseil scientifique COVID-19, enfants, écoles et environnement familial dans le contexte de la crise COVID-19 14 avril 2020
Estimating the burden of SARS-CoV-2 in france
covid-19 Foire aux questions pour les agents hospitaliers sur les sujets RH récurrents (16 avril 2020) Ministère de la santé
Avis relatif à la gestion de l’épidémie de Covid-19 en cas d’exposition de la population à des vagues de chaleur (Haut conseil de la santé publique)

L’État prend la main sur l’achat de 3 curares et 2 hypnotiques par crainte de pénurie

Déjà le laboratoire MSD nous appelait mi-mars pour nous signaler des commandes de sugammadex et de rocuronium dépassant le ratio normal, ce sur le territoire français.

Approviionnement des établissements de santé pour certains médicaments prioritaires (ministère des solildarités et de la santé 20 avril 2020)

Lire les explications sur le forum


« extrait du bulletin épidémiologique du 14 mai 2020 »
Surveillance des professionnels des établissements de santé
Cette surveillance a été mise en place le 22 avril 2020 et a pour objectif de recenser les professionnels salariés d’un établissement de santé (ES) d’hospitalisation, public ou privé, ayant été infectés par le SARS-CoV-2 depuis le 1 er mars 2020.
Les cas sont définis comme tout professionnel travaillant en établissement de santé dont l’infection par SARS-CoV-2 est confirmée par PCR, mais également les cas probables (clinique, historique de contact ou imageries évocatrices), reconnus comme infectés par la cellule « COVID-19 » ou l’infectiologue référent de l’ES.
Ces professionnels font partie d’une population particulièrement exposée au SARS-CoV-2.
Depuis le 1er mars, 25 337 cas ont été rapportés par 1 091 établissements répartis dans les 17 régions françaises

  • Parmi les 25 337 cas, 21 500 (85%) étaient des professionnels de santé et 2 420 (10%) des professionnels non soignants. Pour 5% des cas, la catégorie professionnelle n’était pas renseignée.
  • Une grande partie des cas était des infirmiers (28%) ou des aides-soignants (26%) (Tableau 8).
  • Parmi ces 25 337 cas, 13 décès liés à l’infection à SARS-CoV-2 ont été rapportés depuis le 1er mars 2020, dont 4 médecins, 3 aides-soignants, 1 professionnel de santé « autre » et 5 professionnels non soignants.
COVID19 Point épidémiologique du 14 mai 2020 (santé publique France)

« La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. »
(Albert Einstein)

RÉFLEXIONS ET HYPOTHÈSES

Les derniers axes de réflexions avancés par plusieurs chercheurs ou médecins sont proposés à la lecture. Ce sont des hypothèses, ou des faits basées sur l’observation et la connaissance. Ils sont proposés à la lecture de façon tout à fait neutre, pour que chacun se fasse son opinion.

Nouvelles pistes physiopathologiques (12 avril 2020) auteur inconnu
Protocole MUZARD reanimation COVID version 3 (11 avril 2020)
COVID grave : et si l’intubation n’était pas la solution ? - Medscape - 10 avr 2020.
Covid-19 does not lead to a typical acute respiratory distress syndrome (Gattinoni- Coppola- Cressoni- Busana- Rossi- Chiumello)
Tableau de bord,COVID-19, cellule de crise du 7 avril 2020 APHP
Renforcement de la surveillance épidemiologique et de la réponse à l’épidémie de covid-19 (Piarroux, Boelle)
Démarrage mardi 14 avril de l’essai randomisé contrôlé versus placebo PREP COVID de l’AP-HP testant la prévention de l’infection COVID chez les soignants par l’hydroxychloroquine et par l’azithromycine
covid-19 - le-masque-et-la-plume-17 avril 2020
Vous trouverez d’autres documents sur le site de la SFAR à ce sujet
Recommandations pour la sécurité́ des patients dans le cadre de la crise épidémique covid-19. Leçons tirée de l’expérience italienne

— -

Question : When Covid presents as an acute abdomen, the diagnosis can be hard to make

Family of New York woman blames hydroxychloroquine combo for fatal heart attack

Les publications mondiales sur le covid-19, actualisées toutes les 24h.

Do COVID-19 Vent Protocols Need a Second Look ?
transcription de l’échange du dr John Whyte, MPH et du dr Cameron Kyle-Sidell

— -


Face à cette pandémie, il faut actualiser ses connaissances, voila quelques sites (en plus de la SOFIA) pour y voir un peu clair.


COVID-19 propositions du groupe de travail pénurie. Optimisation de l’utilisation des thérapeutiques en période de crise sanitaire (groupe de travail APHP)
Préconisations sur les curares en réanimation (PEC des ARDS) dans le cadre de la crise COVID 27 mars 2020 Préconisations Crise sanitaire
Message d’Alerte Rapide Sanitaire (MARS) Centre de crise sanitaire ministère de la santé DGS. Consigne pour faire face aux contraintes d’approvisionnement des EPI 3 avril 2020
COVID-19. Attacks the 1-Beta Chain of Hemoglobin and Captures the Porphyrin to Inhibit Human Heme Metabolism
Complications COVID et Anesthésie pédiatrique

LA PRESSE

Retrouvez des informations de la presse sur le forum.


HYDROXYCLHOROQUINE


RÉANIMATION

Handbook of COVID-19 Prevention and Treatment (Compressed)-French

La définition de Berlin distingue les SDRA selon le rapport PaO2/FiO2 en

  1. SDRA légers (200 < PaO2/FiO2 ≤ 300 mmHg),
  2. SDRA modérés (100 < PaO2/FiO2 ≤ 200 mmHg)
  3. SDRA sévères (PaO2/FiO2 ≤ 100 mmHg).

- Interprétation :

  • Ce rapport est un index de sévérité d’une hypoxie lors de troubles du rapport ventilation/perfusion au niveau pulmonaire donnant lieu à un effet shunt.
  • La valeur normale est de 95mmHg / 21% = 452.
  • Une valeur inférieure à 300 traduit une altération sévère des échanges gazeux au sein des poumons.
  • Une valeur inférieure à 200 traduit une altération très sévère des échanges gazeux comme à l’occasion d’un Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë.

DOCUMENTS ACTUALISÉS


AIDE SANITAIRE

  • Le ministère du Travail mobilise les crédits du PIC pour venir en aide aux hôpitaux d’Île-de-France Ce sont 9 000 élèves-infirmiers qui vont être appelés en renfort, dont 4 500 pour les hôpitaux de l’AP-HP et 4 500 pour les autres hôpitaux publics et privés franciliens.
    Les indemnités de stage versées aux élèves infirmiers par la région Île-de-France, qui sont aujourd’hui de 112€/mois pour les élèves de 1e année, 152€/mois pour les élèves de 2e année et 200€/mois pour les élèves de 3e année, pourront ainsi fortement être revalorisées : les élèves infirmiers pourront être rémunérés environ 1 400 euros par mois.

ATTESTATIONS

Ne concerne que l’ïle-de-France

C’est la nouvelle attestation dont il faut se munir à partir du 11 mai 2020 en Île-de-France, pour se déplacer dans les transports en commun aux heures de pointe
« entre 6 h 30 et 9 h 30 et entre 16 heures et 19 heures  »

Attestation de déplacement professionnel en transport public collectif en île-de-France

Depuis le déconfinement national du 11 mai 2020, ces attestations ne sont plus nécessaires.
Les attestations de déplacements et de l’employeur (certifiées d’origine, prises sur le site interieur.gouv.fr) Annulent et remplacent les précédentes.

Attestation de déplacement dérogatoire
Attestation de déplacement professionnel

LA LÉGISLATION

Communiqué de presse du 15 avril 2020, prime exceptionnelle pour tous les professionnels hospitaliers
  • Arrêté du 28 mars 2020 portant diverses dispositions relatives à l’indemnisation des professionnels de santé en exercice, retraités ou en cours de formation réquisitionnés dans le cadre de l’épidémie covid-19
  • Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire
  • Arrêté du 6 mars 2020 autorisant par dérogation la mise à disposition sur le marché et l’utilisation temporaires de certains produits hydro-alcooliques utilisés en tant que biocides désinfectants pour l’hygiène humaine
  • AVIS relatif au traitement du linge, au nettoyage des locaux ayant hébergé un patient confirmé à 2019-nCoV et à la protection des personnels (Société française d’hygiène hospitalière SF2H)
    AVIS SF2H Prise en charge linge et locaux 2019 nCoV 7 février 2020
  • Instruction MINSANTE/CORRUSS n 2020_20 sur la conduite à tenir pour l’utilisation de masques FFP2 avec une date de péremption dépassée
    Instruction MINSANTE/CORRUSS n°2020_20 sur la conduite à tenir pour l’utilisation de masques FFP2 avec une date de péremption dépassée

— -

Pour s’en souvenir...

- Indemnités pour travaux dangereux, incommodes, insalubres ou salissants : 3 taux de primes pondérées en fonction des missions et lieu d’affectation. L’indemnité est versée par 1/2 journée de présence selon trois taux distincts.

Elles sont soumises au Décret n°67-624 du 23 juillet 1967 fixant les modalités d’attribution et les taux des indemnités pour travaux dangereux, insalubres, incommodes ou salissants, et à l’Arrêté du 30 août 2001 fixant les taux de base des indemnités pour travaux dangereux, insalubres, incommodes ou salissants

Ces indemnités sont classées en trois catégories :

  • 1ère catégorie : indemnité pour l’exécution de travaux présentant des risques d’accidents corporels ou des lésions ...
  • 2ème catégorie : indemnité pour l’exécution de travaux présentant des risques d’intoxication ou de contamination
  • 3ème catégorie : indemnité pour l’exécution de travaux incommodes ou salissants.

Un arrêté fixe, par ministère, la liste des travaux retenus et leur classement dans l’une des trois catégories. Ces indemnités sont allouées par demi-journée de travail effectif. Elles ne sont pas cumulables avec des indemnités de risques ou de sujétions spéciales, sauf pour travaux ouvrant droit aux taux de 1ère catégorie qui est réduit de 50 %.

Les taux moyens sont actuellement les suivants :

1ère catégorie 1,03 € par demi journée
2ème catégorie 0,31 € par demi journée
3ème catégorie 0,15 € par demi journée

extrait de l’article comment lire votre fiche de paie ?



SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

L’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé) a annoncé le 24 mars 2020 qu’elle allait proposer son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique pour venir en aide aux soignants éprouvés par l’épidémie de coronavirus.

Avec le soutien de plusieurs acteurs institutionnels, du Groupe Profession Santé (dont fait partie Le Généraliste) et son collectif COVID-19 Presse pro, l’association a lancé une application Asso SPS téléchargeable gratuitement sur smartphone via Apple Store (iOS) ou Google Play Store (Android).

Les soignants peuvent également appeler le numéro vert 08 05 23 23 36, joignable 24h/24 et 7j/7, pour s’entretenir avec l’un des 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte ou s’adresser en téléconsultation ou lors de consultations à l’un des 1 000 psychologues, médecins généralistes et psychiatres qui composent le réseau national du risque psychosocial.

«  Il est primordial de soutenir et écouter ces professionnels sur-sollicités et en proie à l’inquiétude, de les accompagner pour qu’ils puissent mener à bien leur mission et travailler dans de bonnes conditions », souligne l’association présidée par le Dr Eric Henry, généraliste à Auray.

source : le généraliste.fr

COVID-19

Soutien psychologique aux soignants

- Numéro vert du gouvernement, ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 :
0800 130 000

Cette plateforme téléphonique (appel gratuit depuis un poste fixe en France) permet d’obtenir des informations sur le Covid-19.

- Numéro vert du service d’entre aide et de soutien psychologique de la Croix Rouge française :
09 70 28 30 00 ou 0800 858 858

Des bénévoles sont disponibles 7 jours sur 7, de 10h à 22h en semaine, de 12h à 18h le week-end
Appels anonymes et confidentiels.

- Médecine du travail

AVIS relatif à l’éviction des personnels de soins prenant en charge des patients à risque ou contaminés par le SARS-COV2

AVIS relatif à l’éviction des personnels de soins prenant en charge des patients à risque ou contaminés par le SARS-COV2 (10 mars 2020)

Site du Centre national de ressources et de résilience (CN2R) : ressources, fiches et recommandations pour préserver les équipes

— -

COVID19. dispositifs de gardes d’enfants pour le personnel de l’APHP (14 mars 2020)

AB

Les IPA mieux considérés que les IADE

samedi 14 mars

On traite de nos jours par le mépris ce qui mérite souvent respect et considération.
Samuel Ferdinand-Lop ; Les nouvelles pensées et maximes (1970)

— -

Alors que les IADE sont sollicités en pleine crise du COVID-19 pour être en première ligne pour couvrir les blocs, les SSPI, les smur et les réanimations, le gouvernement publie un décret qui donne une grille indiciaire aux infirmiers de pratiques avancées (IPA) que les IADE ont légitimité à prétendre depuis des années.

Décret n° 2020-245 du 12 mars 2020 relatif à l’échelonnement indiciaire du corps des auxiliaires médicaux exerçant en pratique avancée de la fonction publique hospitalière

Décret n° 2020-244 du 12 mars 2020 portant statut particulier du corps des auxiliaires médicaux exerçant en pratique avancée de la fonction publique hospitalière

Docilité ne signifie pas esclavage.

AB