Ségo, Sarko : égaux ?

samedi 28 avril 2007
par  Arnaud Bassez
popularité : 2%

Vu sur le JIM (journal international de médecine) qui publie une interview des deux prétendants au trône de France.

C’est le docteur Jean-Marie Le Guen député de la neuvième circonscription de Paris qui répond à la place de Ségolène Royal, tandis que Nicolas Sarkozy s’exprime par lui même.
Je ne garde de l’interview que les propos qui nous concerne directement.

(Entretien réalisé par Aurélie Haroche)

JIM : Quelles sont vos propositions quant à la revalorisation de la profession d’infirmière ?

Jean-Marie Le Guen : Il faut, comme pour tous les professions de santé, assurer la pleine reconnaissance de ce métier, quel qu’en soit le mode d’exercice. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, malgré de multiples promesses. Ce chantier doit être ouvert, dans la transparence.

Nicolas Sarkozy : Les infirmières souffrent de trois problèmes : les conditions de travail, le pouvoir d’achat et la reconnaissance sociale. Les trois sujets sont liés. Les conditions de travail ont été dégradées par les 35 heures et le pouvoir d’achat s’en est trouvé limité.

La reconnaissance au niveau bac +3 me semble incontournable. A l’hôpital, je veux permettre à celles qui veulent travailler plus pour gagner plus de le faire. Enfin, je faciliterai la possibilité pour les infirmières de devenir médecin.

JIM : Quelle est votre position sur les 35 heures à l’hôpital ?

Jean-Marie Le Guen : Elles ont provoqué des difficultés mais il ne faut pas, pour autant, céder à la démagogie, car certains secteurs rencontrent de réelles difficultés de recrutement : les personnels, largement mobilisés, n’aspirent pas, loin s’en faut, à travailler encore plus. Ils sont plutôt désireux de travailler mieux et dans de meilleures conditions.

Nicolas Sarkozy : Les 35 heures à l’hôpital ont été catastrophiques. Elles ont désorganisé les services et gelé les salaires de personnels déjà peu rémunérés.

Je veux donner aux établissements hospitaliers une souplesse dans la gestion des personnels et à ces derniers, la possibilité de travailler plus pour gagner plus lorsqu’ils le souhaitent.

JIM : La maîtrise des dépenses de santé vous semble-t-elle possible ? Pensez-vous qu’il faille mettre en place une franchise laissée à la charge du patient ? Si oui, selon quelles modalités ?

Jean-Marie Le Guen : La franchise est techniquement inepte, comme l’indiquent les économistes, y compris les plus libéraux. Elle engendrerait surtout une grave régression sociale et sanitaire. C’est sans doute pourquoi M. Sarkozy n’a cessé de changer de définition en la matière.

Non à la franchise, mais une réflexion doit s’engager sur les meilleurs modes de prise en charge

Dans l’ensemble, nous savons que les dépenses de santé sont appelées à augmenter : il faut donc réfléchir aux meilleurs modes de prise en charge, fondés sur le service médical rendu mais aussi, et d’abord, agir sur les recettes par une politique de croissance riche en emplois.

Nicolas Sarkozy : Je veux sortir de la confusion entre politique de santé et gestion des comptes de l’assurance-maladie. Je veux que nous ayons d’abord une politique de santé publique, ensuite une politique d’équilibre financier. Nous allons dépenser plus en matière de santé. C’est pourquoi il faut dépenser mieux.

Chacun doit assumer une petite part des dépenses de soins

Je n’accepte pas des gaspillages et des abus de l’ordre de sept à quinze milliards d’euros, plus que le déficit actuel de l’assurance-maladie. Je souhaite que chacun assume une petite part de ses dépenses de soins, de l’ordre de quelques euros par mois. Pour deux raisons : rappeler à chacun que si la santé n’a pas de prix, elle a un coût et sortir de la relation souvent consumériste entre les patients et les professionnels de santé créée par la gratuité des soins ; lutter contre les gaspillages en rendant chaque Français responsable de ce bien précieux qu’est la Sécurité sociale. Nos aînés nous l’ont laissée. Nous devrons la laisser à nos enfants.

JIM : Pensez-vous que la réforme hospitalière engagée par Jean-François Mattei doit aller à son terme ? Sur quel point en particulier, souhaitez-vous la modifier ? Quelle est notamment votre position sur la réorganisation des hôpitaux en pôles ?

Jean-Marie Le Guen : Comme souvent depuis 2002, ces réformes ont manqué de continuité et de moyens pratiques ; la seule « ligne » a consisté à étrangler financièrement les établissements au prétexte d’une course déraisonnable à la convergence tarifaire avec le secteur privé. En outre, la concertation s’est déroulée à une échelle des plus réduites. Ce n’est pas ma conception de la réforme et ce n’est pas ainsi que la modernisation pourra être conduite.

Nicolas Sarkozy : La réforme de l’hôpital est une priorité. Il souffre aujourd’hui d’un fonctionnement trop bureaucratique, des conséquences désastreuses des 35 heures et d’un manque d’objectifs clairs.

Je veux poursuivre la réforme de la carte hospitalière en mettant davantage en réseau les hôpitaux locaux et les grands pôles hospitaliers. Je souhaite que les établissements soient beaucoup plus autonomes, qu’ils soient dotés à leur tête d’un vrai pilote pour éviter les gaspillages et mieux répondre aux besoins sanitaires de la population, que l’on cesse d’inonder les professionnels de circulaires et qu’on leur fasse confiance pour apporter les meilleurs soins. Enfin, je veux désengorger les services d’urgences des pathologies les moins graves en favorisant leur prise en charge par la médecine de ville.

JIM : Etes-vous favorable à la fermeture des maternités réalisant moins de 300 accouchements par an ?

Jean-Marie Le Guen : Il existe désormais des normes de sécurité sanitaire qu’il faut respecter.

Nicolas Sarkozy : Oui, pour des raisons médicales évidentes. Les spécialistes de santé publique affirment que la mortalité infantile et les risques d’accidents médicaux augmentent en dessous de 300 accouchements par an.

En revanche, je ne fermerai pas les structures concernées. Je veux leur donner un autre rôle grâce à leur mise en réseau avec les établissements plus importants.

JIM : Pour finir, quelle différence par rapport à l’autre candidat voulez-vous mettre en avant vis-à-vis des professionnels de santé ?

Jean-Marie Le Guen : Je leur tiens le langage de la vérité et de l’estime. Le candidat de l’UMP se préoccupe des spécialistes les mieux rémunérés et propose d’aller encore plus loin dans le sens des dépassements tarifaires, tandis que les usagers, y compris les rmistes, se verraient de nouveau taxés, cette fois avec une franchise. Ségolène Royal a proposé un pacte de confiance aux professionnels de santé et a clairement indiqué son attachement d’une part, à un service public hospitalier fort, d’autre part à une médecine de première ligne digne d’un grand pays, fondée sur l’égalité d’accès aux soins.

Nicolas Sarkozy : Je veux rétablir la confiance des professionnels de santé dans la capacité des responsables politiques à proposer une vraie politique de santé publique, avec moins de contraintes inutiles, plus d’autonomie et de liberté pour les professionnels.

Il y aura du travail, beaucoup de travail. Travail en médecine de ville, travail à l’hôpital, travail dans les laboratoires de recherche, travail dans les zones sous-médicalisées… Mais ceux qui travaillent toucheront le fruit de leurs efforts.

N’oubliez pas le 6 mai. Aux urnes citoyens.

Arnaud BASSEZ

Administrateur


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 12 février 2019
par  Arnaud Bassez

IADE et profession intermédiaire

La SOFIA propose à la lecture, un travail du bureau sur la pratique avancée et la profession intermédiaire pouvant concerner les IADE de France et dom-tom.
Vous pouvez répondre et argumenter ce travail sur la boite mail
sofia.iade.france chez gmail.com remplacez chez par @
Inscrivez-vous en (...)

vendredi 18 mars 2011
par  Arnaud Bassez

L’appel de Cochin

Il est des heures graves dans l’histoire d’une profession où sa sauvegarde tient toute dans sa capacité de discerner les menaces qu’on lui cache.
La profession que nous attendions et désirions, dans laquelle pourrait s’épanouir une France digne et forte, cette exercice professionnel, nous savons qu’on (...)

samedi 18 septembre 2010
par  Arnaud Bassez

Un sondage bien profond

L’enquête nationale IADE a été publiée, il convient de la mettre en lumière car elle recèle des éléments qui méritent une analyse et une discussion. Il faut saluer ici, l’initiative de cette enquête, toujours difficile à mettre en place.
Les auteurs auraient pu y insérer le total des réponses, ce qui (...)

dimanche 12 septembre 2010
par  Arnaud Bassez

Compression, pince, hémostase, tracé plat.....

Voici les établissements publics ayant moins de 1500 séjours en chirurgie en moyenne sur les années 2007 à 2009 et donc pouvant être concernés par les "compressions de sites", surlignés en vert ceux qui sont très proches du seuil et qui ont donc un sursis, car pouvant encore raisonnablement espérer (...)

mercredi 3 février 2010
par  Arnaud Bassez

Premiers résultats de l’enquête 2009 sur le burn out en anesthésie-réanimation

Article du magazine Réanoxyo n° 3 de décembre 2009. Cette revue, de très bonne tenue, est celle éditée par le club des anesthésistes-réanimateurs et d’urgentistes militaires.
Article issu du CARUM (Le Club des Anesthésistes-Réanimateurs et Urgentistes Militaires) et du JIM. 
Les infirmiers et médecins (...)

samedi 11 octobre 2008
par  Christophe Leroy

Synthèse du Rapport d’évaluation d’impact du LMD pour les professions paramédicales

Ce texte est une synthèse du rapport (volumineux)d’évaluation d’impact du LMD pour nos professions. Je me suis efforcé de rester objectif et de ne pas avoir oublié de notions importantes dans ce dédales de propositions, souhaits,volontés, et références à d’autres textes ou missions antérieures. De ce (...)

vendredi 25 avril 2008
par  Arnaud Bassez

Passage ONIveau

Le 24 avril 2008, à 12 heures, s’est achevée la première consultation pour l’élection départementale de l’Ordre infirmier.
Ce sont 68 370 professionnels infirmiers qui se sont exprimés sur un total de 498 020 inscrits au fichier ADELI au 31 décembre 2007. Ce qui porte le taux de participation à 13,73 %. (...)

mercredi 3 octobre 2007
par  Arnaud Bassez

Carabins et carabines en ligne de mire

Les internes sont en grève afin de protester contre le projet de la réduction de la liberté d’installation sur le territoire français.
Nb : pour en savoir plus sur le conflit
libération
challenges
AFP
les échos
la tribune
isnih (syndicat des internes)
isnar (autre syndicat des internes) (...)

lundi 1er octobre 2007
par  Arnaud Bassez

ONI soit qui mal y pense

L’ordre national infirmier (ONI) engendre des espoirs d’un côté et des désespoirs de l’autre.
Essayons de faire le tour des ordres professionnels plus anciens, par le prisme de l’Histoire, seule digne de foi.
L’Ordre infirmier sera traité en dernier, car le dernier en date.
NB : les titres de chaque (...)

mercredi 26 septembre 2007
par  Arnaud Bassez

Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2008

(Version présentée par le Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique le 24 septembre 2007)

samedi 15 septembre 2007
par  Arnaud Bassez

TVA sociale

Les rapports concernant la TVA sociale et notre système de protection sociale
Source : portail de Matignon et celui de la Cour des comptes
Arnaud BASSEZ
IADE
Administrateur
Formateur AFGSU

vendredi 18 mai 2007
par  Arnaud Bassez

Mise sous tutelle

Voici les ministres concernés à divers titres, par le dossier LMD et IDE dans son ensemble.
Mme Christine LAGARDE, ministre de l’économie, des finances et de l’emploi
Mme Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales
M. Xavier BERTRAND, ministre du (...)

samedi 28 avril 2007
par  Arnaud Bassez

Ségo, Sarko : égaux ?

Vu sur le JIM (journal international de médecine) qui publie une interview des deux prétendants au trône de France.
C’est le docteur Jean-Marie Le Guen député de la neuvième circonscription de Paris qui répond à la place de Ségolène Royal, tandis que Nicolas Sarkozy s’exprime par lui même. Je ne garde (...)

mercredi 18 avril 2007
par  Arnaud Bassez

On vous donne un Ordre. Faites-le !

Les décrets d’application de l’Ordre Infirmier sont parus.
Évitons de tomber dans la caricature comme sur le site de sud santé Henri Mondor
Comme cela a été le cas pour la création récente d’un ordre des masseurs kinésithérapeute, la fédération SUD Santé Sociaux appellera les infirmières et infirmiers a (...)

lundi 9 avril 2007
par  Arnaud Bassez

Un ordre, désordre.

Le Groupe Sainte Anne, est un collectif qui rassemble l’ensemble des organisations favorables à la création d’une instance ordinale dédiée aux infirmièr(e)s.
Groupe Sainte Anne 46 Associations et Syndicats Infirmiers 1 Élections des conseillers de l’Ordre National des Infirmiers Mode d’emploi.
Son (...)

mercredi 21 mars 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : Le Menu Détaillé

Le LMD est au cœur de la profession infirmière, et de son évolution. Toutefois, pour certains, le LMD reste une nébuleuse opaque et floue. Voici donc une tentative de réponse.
La réforme du LMD (Licence, Master, Doctorat) vise à restructurer l’ensemble des diplômes universitaires pour harmoniser et (...)

jeudi 15 mars 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : La Meilleure Division ?

Alors qu’hier les infirmières sous l’appel de la CNI ont envahis la place de la Bastille à Paris, un nouvel appel est lancé par la CGT qui a vu le succès du mouvement. La date retenue par la CGT est le 29 mars pour un rassemblement de tous les fonctionnaires (dans le tas, il y aura bien quelques (...)

dimanche 11 mars 2007
par  Arnaud Bassez

Des sous pour payer les sous payés

Les élections actuelles, mettent à jour le malaise des solutions que nos candidats envisagent pour l’hôpital dans son ensemble et son personnel soignant en particulier.
Le relâchement du numerus clausus actuel envoie un trop grand nombre d’étudiants dans les facultés de médecine, qui après un double (...)

dimanche 4 mars 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : Le Malaise Débute !

Ca devait bien arriver. À force de nous prendre pour des chaises, le ministre ne devra pas s’étonner s’il s’assoit à côté !
Car la révolte gronde au sein de masses ! C’est véritablement un scandale et probablement une contrepéterie (Pierre Desproges).
Toutefois, derrière ce trait d’humour, perce le trait (...)

mardi 20 février 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : La Missive Dérangeante

Voici une lettre écrite par un collègue IADE.
Vous pouvez la télécharger ci-dessous et l’envoyer au ministère * Ministre de la santé et des solidarités - Xavier Bertrand
MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES 14, avenue Duquesne 75007 PARIS
aux corps constitués (Sénat, Assemblée Nationale, (...)

lundi 19 février 2007
par  Arnaud Bassez

LMD : Le Ministre Dédaigneux

Xavier Bertrand, porte-parole du candidat UMP Nicolas Sarkozy et ministre de la santé et des solidarités, vient de déclarer que le LMD était passé par pertes et profits pour la profession infirmière dans son ensemble.
Alors qu’il s’était engagé à porter à ce projet européen (accords de Bologne) toute (...)

mercredi 14 février 2007
par  Arnaud Bassez

Hôpital 2012

Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, a présenté les principales lignes du plan Hôpital 2012. Doté de 10 milliards d’euros sur cinq ans, dont 5 milliards d’euros versés par l’État.
Il y a quatre priorités.
améliorer les conditions de travail du personnel (création de crèches dans les hôpitaux pour (...)

jeudi 25 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

Lettre à Oxymag

On me demande la lettre publiée dans Oxymag n° 91 de novembre/décembre 2007.
la voici :
Les infirmiers anesthésistes français manquent d’une représentation professionnelle non syndicale efficace et sont loin de se sentir considérés à la juste hauteur de leurs compétences et des responsabilités qu’ils (...)

mercredi 17 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

SOFIA, j’ai les noms !

les homonymes de la SOciété Française des Infirmier(e)s Anesthésistes
vu sur http://www.thefreedictionary.com/ le site de référence
SOFIA Society of Film Archivists
SOFIA South Florida Information Access
SOFIA State of World Fisheries and Aquaculture
SOFIA Stratospheric Observatory for (...)

mercredi 17 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

IADE quoi ?

Vous l’avez compris, l’idée des rubriques repose sur la répétition en suffixe de notre acronyme IADE. (d’ailleurs IADE au pluriel ne prend pas de S, un acronyme étant invariable)
Pour ceux qui ne se sont pas posés la question de ce que veulent dire les rubriques à l’origine, voici un bref aperçu (...)

Brèves

SOFIA 2019 en chiffres

mardi 8 janvier

Le site de la SOFIA recense au 8 janvier 2019

  • 550 Articles
  • 1306 Brèves
  • 11350 documents publiés.
    Dont
  • 5538 images
  • 5608 PDF
  • 98 Power Point
  • 43 Séquences vidéos
  • 8 Bandes-son
  • Autres regroupant : Binary Data, tableaux Excel, HTML, des documents Word et RTF, des Zip
  • 16 rubriques
  • La rubrique Triade comportant 114 sous-rubriques recensant plus de 2500 références législatives.
  • La rubrique Olympiade comporte 6 sous-rubriques, 114 articles pour l’anesthésie-réanimation, 46 articles pour la bibliothèque, 20 articles relatifs au matériel, 24 articles pour la pharmacie, 10 articles pour le préhospitalier, 11 articles pour l’utilitaire.
  • 67 TIP sont répertoriés dans la sous-rubrique dédié aux travaux des étudiants.
  • Enfin, récemment, la rubrique Les experts de la SOFIA s’est dotée de 16 sous-rubriques qui n’attendent que votre engagement et votre implication. Être expert c’est détenir une connaissance, une compétence éprouvée dans un domaine de notre activité protéiforme. Venez nous faire profiter de vos connaissances en devenant référent expert dans les domaines cités.

Ce travail de compilation est unique pour notre profession. Le site est une référence incontournable et dépasse les frontières de l’hexagone depuis longtemps.

Le bureau travaille à l’édification de notre société professionnelle, mais seul il ne pourra pas tout.

Le JEPU sera une date de rencontre. Nous nous y préparons et vous invitons dès maintenant à penser à nous envoyer des questions si vous le souhaitez, sur le projet et son évolution.
Nous verrons comment organiser une rencontre entre nous tous.

Inscrivez-vous en ligne

Ou par le QR code

La SOFIA n’est pas un syndicat. Son but est de fédérer les IADE autour de la connaissance, de la pratique et de tous les aspects qui peuvent nous concerner.

Retrouvez-nous sur

Tout en gardant bien à l’esprit qu’il n’y aura pas d’autres tentatives de la part du bureau actuel. Soit les IADE s’emparent de leur société, soit ils donnent leur avenir à d’autres.

AB

Ensemble pour l’avenir de chacun d’entre tous

mardi 1er janvier

Une société savante IADE ne se fait pas sans ses acteurs principaux.
Venez rejoindre ce qui nous unit et nous unira.

Voeux 2019 de la SOFIA

Le bureau de la SOFIA

La SOFIA dans la presse professionnelle

jeudi 20 décembre 2018

Le magazine actusoins, publie une interview à propos de la SOFIA.

Au delà des corrections que l’on souhaite toujours apporter après lecture et relecture, et pour imparfaite que l’on considère la retranscription de ses propos, l’essentiel est dit.

Dont acte.

AB

4eme dimension

dimanche 28 octobre 2018

Nous ne vivons décidément pas dans le même monde. d’un côté les USA qui valorisent les CRNA et les nurses.

De l’autre la France, et son classement mondial laborieux et européen catastrophique.

Toutefois, il faut noter pour la première fois depuis longtemps, un tassement des rémunérations des infirmières et des auxiliaires américaines.

Le revenu des infirmières pourrait être en baisse, selon l’enquête de Medscape menée en 2018 auprès de 5011 infirmières autorisées (IA) et de 2002 d’infirmières auxiliaires autorisées (IAA). En 2017, pour la première fois, le salaire annuel moyen des infirmières et les taux de rémunération horaires n’ont pas augmenté de manière significative. Après ajustement pour tenir compte de l’inflation, les revenus pourraient même chuter, selon les auteurs du rapport.

Le pourcentage d’IA (56%) et d’IAA (46%) qui estimaient avoir été rémunérés équitablement pour leur travail a légèrement diminué par rapport à l’année précédente.

Au cours des années précédentes, la rémunération a légèrement augmenté, mais de façon constante. Le revenu annuel brut moyen des infirmières auxiliaires était de 81 000 $ en 2017, comparativement à 80 000 $ en 2016. Le revenu annuel des IAA s’élevait à 46 000 $ en 2017 et 2016. En 2017, le salaire horaire était de 37 $ pour les IA à temps plein, contre 22 $ pour les IA à temps plein.

Les infirmières diplômées des États-Unis vivant dans la région du Pacifique (Alaska, Californie, Hawaï, Oregon et Washington) affichaient le revenu annuel moyen le plus élevé (102 000 dollars par an), tandis que celles de la région Est-Centre-Sud (Alabama, Kentucky, Mississippi, et Tennessee) ont enregistré le plus bas (69 000 dollars par an) - une différence de 33%. Les infirmières auxiliaires autorisées dans la région de la Nouvelle-Angleterre (Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, New York, Rhode Island et Vermont) ont déclaré le salaire annuel le plus élevé, à 56 000 dollars par an, contre 42 000 dollars dans la région du centre-sud.

Parmi les IA, le revenu était le plus élevé chez les personnes travaillant dans les hôpitaux et dans les établissements de santé professionnels / employés (84 000 $) et le plus faible chez celles travaillant dans les services de santé scolaires / collégiaux (66 000 $). Les infirmières auxiliaires autorisées travaillant dans des établissements de soins infirmiers spécialisés ou d’autres établissements de soins de longue durée ont déclaré le revenu annuel le plus élevé, soit 48 000 $, contre 37 000 $ par an pour les IAA travaillant dans les services de santé scolaires / collégiaux.

I had a dream...

AB

Concerto à quatres mains

samedi 27 octobre 2018

Une équipe d’anesthésistes améliore les résultats chez les patients opérés par rapport à un anesthésiste indépendant. Une étude observationnelle

(traduction de l’abstract ci-dessous par Google translate... utilisé par d’autres qui en voudraient le crédit)

  • CONTEXTE
    En anesthésiologie, peu d’attention a été accordée au rôle des infirmièr.e.s en anesthésiologie en tant que personnel de soutien sur la qualité des soins.
  • OBJECTIFS
    Comparer l’impact de l’anesthésie pratiquée par un médecin anesthésiste seul (médecin anesthésiste solo) ou en combinaison avec un.e infirmièr.e anesthésiste (équipe de soins d’anesthésie) sur la mortalité postopératoire de 30 jours et la durée du séjour en hôpital.
  • RÉSULTATS
    L’anesthésie a été réalisée par des médecins anesthésistes solos chez 2832 patients et par une équipe de soins en anesthésie chez 2842 patients. Les deux groupes étaient comparables en ce qui concerne le sexe et la durée de l’anesthésie, mais différaient notamment selon l’âge, l’état physique et le type d’intervention chirurgicale de l’American Society of Anesthesiologists. L’appariement des scores de propension a été effectué par régression logistique pour tenir compte des différences de base entre les deux groupes et 2095 paires de patients parfaitement appariés ont été formées. Ce dernier a révélé un taux de mortalité à 30 jours significativement plus faible pour l’équipe de soins d’anesthésie que pour les médecins anesthésiologistes seuls (0,76 vs. 1,56 %, P = 0,0014). La durée du séjour à l’hôpital était également réduite de façon significative lorsqu’un.e infirmièr.e anesthésiste était présente (4,9 ± 10,1 vs 5,6 ± 11,5 jours, P = 0,0011).
  • CONCLUSION
    L’anesthésie administrée par la combinaison d’un médecin anesthésiste et d’un.e infirmièr.e anesthésiste est associée à une diminution de la mortalité postopératoire de 30 jours et à une durée de séjour plus courte que celle d’un médecin anesthésiste seul. Même s’il n’y a aucune preuve de causalité, cela souligne les avantages du modèle de l’équipe d’anesthésie.

Anaesthesia care team improves outcomes in surgical patients compared with solo anaesthesiologist : An observational study

Dony, Philippe ; Seidel, Laurence ; Pirson, Magali ; Forget, Patrice
European Journal of Anaesthesiology (EJA) : October 8, 2018 - Volume Publish Ahead of Print - Issue - p
doi : 10.1097/EJA.0000000000000891
ORIGINAL ARTICLE : PDF Only

Abstract
Author Information
Article Metrics

BACKGROUND In anaesthesiology, little attention has been drawn to the role of anaesthesia nurses as support personnel on quality of care.

OBJECTIVES To compare the impact of anaesthesia by an anaesthesiologist alone (solo anaesthesiologist) or in combination with an anaesthesia nurse (anaesthesia care team) on 30-day postoperative mortality and hospital length of stay.

RESULTS Anaesthesia was performed by solo anaesthesiologists in 2832 patients and by an anaesthesia care team in 2842 patients. The two groups were comparable in respect of sex and duration of anaesthesia but differed notably for age, American Society of Anesthesiologists’ physical status score and type of surgery. Propensity score matching was performed by logistic regression to adjust for baseline differences between the two groups and 2095 pairs of perfectly matched patients were formed. The latter evidenced a significantly lower 30-day mortality rate for the anaesthesia care team compared with solo anaesthesiologists (0.76 vs. 1.56%, P = 0.0014). Length of hospital stay was also significantly reduced when an anaesthesia nurse was present (4.9 ± 10.1 vs. 5.6 ± 11.5 days, P = 0.0011).

CONCLUSION Anaesthesia given by the combination of an anaesthesiologist and an anaesthesia nurse is associated with decreased 30-day postoperative mortality and shorter length of stay when compared with a solo anaesthesiologist. Even if without any demonstration of causality, this emphasises the benefits of the anaesthesia care team model.

TRIAL REGISTRATION CCB 325201730849.

source : https://journals.lww.com/ejanaesthesiology/Abstract/publishahead/Anaesthesia_care_team_improves_outcomes_in.98523.aspx

AB