Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2008

mercredi 26 septembre 2007
par  Arnaud Bassez
popularité : 1%

(Version présentée par le Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique le 24 septembre 2007)


Documents joints

Projet de loi de financement de la sécurité (...)

Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 29 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Nouvelle gouvernance, nouvelle errance ?

L’hôpital ne cesse de se prendre pour le phénix. De son tas de cendre, il renait épisodiquement. Comme nous nous devons d’être des IADE à la page de nos pratiques et de notre environnement professionnel, voici une tentative d’explication de la nouvelle gouvernance.
La nouvelle gouvernance hospitalière (...)

mercredi 20 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

De la DHEA pour la DHOS ?

D’après la direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS), le nombre de professionnel du secteur hospitalier, tout métiers confondus, qui va arrêter son activité d’ici 2015, sera de 383 000. Ce qui représente 55 % de l’effectif total de la fonction publique hospitalière.
D’après (...)

mercredi 20 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Certifié conforme !

Depuis le 21 juillet 2006 et son décret, les médecins doivent suivre une formation afin, tout comme l’établissement qui les emploie, d’être accrédités.
Il est vrai que la médecine est comme l’espace. En perpétuel mouvement, dans une fuite en avant sans fin. Et qu’il convient en professionnel responsable (...)

vendredi 15 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

calendrier 2007

Un calendrier 2007 est disponible.
Version paysage.
Restons soft.

mardi 5 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Chronique d’une mort annoncée

Parodiant Gabriel Garcia Marquez, on peut dire que c’est ce qui attend la SOFIA. Car l’enthousiasme, l’engouement, l’adhésion sur les forums est une chose, mais elle ne se traduit pas par une adhésion au projet comme nous pouvions l’espérer avec le site officiel. Bien sûr, le site n’a pas la célébrité (...)

mercredi 29 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

L’union fait la force

Le nombre d’associations de IADE (ne parlons pas des médecins) est assez important. Sans les citer toutes, elles donnent l’image d’une profession qui cherche à communiquer, à se renouveler, à s’enrichir, se cultiver dans sa pratique professionnelle. Il faut l’avouer, la qualité est très souvent au (...)

dimanche 19 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

California dreamin’

Même en automne, la Californie chauffe ! Il n’est que de lire la dernière newsletter de nos confrères de la CANA (californian association of nurse anesthetists). Voici que là bas aussi, les médecins par le biais d’une association nationale, essaient de retirer par tous les moyens des pratiques qui (...)

dimanche 5 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

Patience et longueur de temps...

Il est à préciser qu’actuellement les statuts et le réglement intérieur de la SOFIA sont à l’état de discussion sur le forum de la SOFIA rubrique grillade.
Alors on n’hésite plus et on se précipite afin de participer activement à la création de cette société qui sera ce que l’on en fera.
Soit une (...)

mardi 31 octobre 2006
par  Arnaud Bassez

Le MAR m’a tuer

Le 48e congrès de la SFAR vient de s’achever, et cette société savante nous fait la grâce et la bonté d’organiser des journées pour les IADE.
Fort louable au demeurant, cette partie détachée du programme de la SFAR, serait idéalement placée pour valoriser la place du IADE et de son partenariat. (...)

Brèves

Le passé prend racine dans l’avenir

samedi 30 janvier

Le secrétaire général de la SOFIA sollicite la profession dans une réflexion sur les IPA et les IADE, le schéma qu’il faut penser. Vous pouvez répondre sur la page Facebook de la SOFIA.

Le post circule également sur les réseaux sociaux IADE.

C’est le moment de faire entendre votre voix, notre voix.

“Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser l’imperfection et l’atteindre.”
Bertrand Russell

AB

Visio conférence SOFIA et les IADE

samedi 23 janvier

Après une tentative annulée, pour raisons de planning, la SOFIA vous proposera dans quelques temps, une visio conférence afin de discuter ensemble de l’avenir de la profession et de la vision que nous avons tous autour des projets que d’autres dessinent et décident pour nous.

Cette visio se fera certainement via la chaîne youtube de la SOFIA afin de permettre un échange par chat, bien plus simple et facile à gérer.

A bientôt

AB

Dans quel état j’erre ?

samedi 16 janvier

Avis du conseil scientfique du 8 janvier 2021 Prorogation de l’état d’urgence sanitaire

LOI n° 2020-1379 du 14 novembre 2020 autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire et portant diverses mesures de gestion de la crise sanitaire

— -

Le gouvernement souhaite prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021, ce, par un nouveau projet de loi. Ce dispositif d’exception doit prendre fin le 16 février 2021 mais il est probable qu’il soit prolongé.

Présenté mercredi 13 janvier en Conseil des ministres, ce texte sera débattu au Parlement les 18 et 25 janvier 2021.

Non content de repousser jusqu’au 1er juin la fin de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement pense poursuivre jusqu’au 30 septembre le régime transitoire de sortie de l’état d’urgence (restrictions sanitaires - fermeture des établissements accueillant du public, couvre-feu voire confinement).

A suivre...

AB

2021 et ses lendemains

vendredi 1er janvier

La SOFIA souhaite une bonne et fructueuse année 2021 à la profession IADE

Que cette année soit enfin l’année de notre reconnaissance, pleine et entière, de ce que nous faisons dans tous les secteurs d’activité liés à l’anesthésie-réanimation, urgences, enseignement.

Pour le bureau de la SOFIA

AB

Mêmes joueurs jouent encore

vendredi 30 octobre 2020

Fuir n’est pas une solution. Il faut savoir s’imposer

(Alice Parizeau)

— -

Retour vers le futur. On prend les mêmes et on recommence. Mais au delà de la seconde vague, ou de la remontée de la première selon, les IADE doivent nécessairement se poser la question de l’après et du projet de loi que proposent un groupe de député LREM, porté par la députée Rist.

Proposition de loi 3470, visant à améliorer le système de sant par la confiance et la simplification

Ce projet de loi doit être pris à bras le corps par la profession, car on décide sans nous concerter. Être profession médicale définie oui, mais pas sous contrainte ou contrôle excessif qui ne ferait pas évoluer notre profession, mais la cantonnerait dans une dépendance niant le quotidien des IADE de France.

En attendant, les "infirmiers de réanimation" comme l’a écrit l’auteur des textes du président Macron, vont retourner auprès des réanimations dont les gérants, médecins intensivistes éloignés de l’exercice anesthésique, veulent officialiser un métier qui n’existe pas ; l’infirmier de réanimation impliquant la naissance de la FNIR

Derrière cet acronyme, se trouve la Fédération Nationale des Infirmiers de Réanimation qui rassemble des infirmiers DE de réanimation de différentes associations professionnelles et collectifs :

  • la Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR)
  • la Société de Réanimation de Langue Française (SRLF)
  • la Société Française des Infirmiers de Soins Intensifs (SFISI)
  • le Groupe Francophone de Réanimation et d’Urgences Pédiatriques (GFRUP)
  • le Collège Inter régional des Réanimateurs du Nord Est (CIRNE)
  • l’association Infirmier en REAnimation Diplômé d’Etat (IREADE)
  • le groupe Infirmiers de Réanimation

Les objectifs de la fédération sont :

  • la promotion de la qualité et de la sécurité des soins infirmiers en réanimation ;
  • la validation par les pouvoirs publics et les tutelles d’une formation diplômante pour accéder au statut d’infirmier de soins critiques / réanimation ;
  • l’instauration et le maintien d’un ratio d’infirmiers diplômés spécialisés en réanimation, comme élément de contrainte à l’autorisation d’exercer une activité de réanimation pour l’ensemble des services ;
  • la mise en place par les pouvoirs publics d’une valorisation financière des infirmiers de réanimation basée sur le diplôme d’infirmier de soins critiques réanimation et conditionnée au suivi de formation continue en réanimation.

La SFAR et la SRLF s’engagent avec la FNIR.

Parlons législation puisque c’est en général le langage que tiennent les sociétés savantes médicales à l’encontre des IADE, quand ceux-ci tentent de se faire entendre.

  1. Il n’y a pas de diplôme d’Etat d’infirmier de réanimation.
  2. Il n’y a pas de d’infirmier(e) de réanimation, seulement des infirmiers qui y travaillent, et sur une durée qui n’excède pas quelques années, par effet d’usure, de lassitude, ou pour en savoir plus en faisant le concours IADE !

Le décret du 29 juillet 2004 du code de la santé publique définit l’ensemble des soins infirmiers. Suite aux exigences européennes, la profession a élaboré un référentiel de formation, par l’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier.

Il va falloir que la SFAR nous explique, pourquoi elle soutient les infirmiers affectés en réanimation, quand elle se fait un devoir de s’opposer dès que les IADE tentent simplement de faire reconnaître leur travail et existence au quotidien.

Il va falloir que la SRLF nous explique l’intérêt des infirmiers de réanimation, quand les IADE ont compétences pour gérer ce type d’exercice qui fait partie de leur formation de 2 ans, à laquelle aucun infirmier de réanimation ne peut prétendre, car « le livret d’adaptation à l’emploi proposé par la SRLF est une base de travail proposée aux différentes équipes de réanimation. Il pourra être utilisé comme référence mais n’est pas une garantie de formation égale dans chaque unité. cette garantie ne pourra être obtenue qu’à partir de la reconnaissance officielle de la nécessité absolue de cette formation et des moyens nécessaires pour la mener à bien dans les services. La formation déclinée dans le livret correspond à une durée d’adaptation à l’emploi de huit semaines pour un infirmier sans expérience de réanimation (équivalent du stage pré-professionnel, soit 280 heures). » peut-on lire dans les « Recommandations pour une formation spécifique et une reconnaissance du métier d’infirmier de réanimation ».

280 heures, à comparer avec les 2 années pleines et les 3290 heures de cours et apprentissages des IADE.

De plus, le ministère et donc la France n’auraient aucun intérêt à investir sur ce type de formation, car le personnel qui travaille dans les réanimations n’y reste pas suffisamment pour pérenniser les acquis. En effet, quel est l’âge moyen des IDE de réanimation en France ? Combien de mère de famille sont encore dans ces structures après la naissance de leurs enfants ? A l’échelle nationale, dans les services de réanimation, le turn-over est de deux ans en moyenne.

Les IADE sont les seul(e)s ayant compétences en anesthésie, en soins d’urgence (appelé critiques) et ranimation. (selon le terme de ranimation et pas de réanimation qui suppose que l’on ré-anime à nouveau.) La réanimation n’étant qu’une appellation d’un service de l’hôpital dans lequel exerce des infirmiers diplômés d’État, qui peuvent avoir pris leur premier poste, ou venir de médecine, de gériatrie, de pédiatrie, de pneumologie, de psychiatrie... En somme toutes les spécialités médicales divisées en services.

- Mais en tant que spécialités infirmière, il n’y en a que trois.

  1. Infirmier(e) anesthésiste diplômé d’État
  2. Infirmier(e) de bloc opératoire diplômé d’État
  3. Infirmier(e) puériculteur(rice) diplômé d’État

Chacune ayant ses spécificités et ses domaines de compétences et d’exercice, au même titre qu’un médecin gastro-entérologue ne serait se prétendre compétent pour délivrer un acte médical d’anesthésie. Sinon, il nous semble qu’une certaine société à acronyme à 4 lettres, se ferait largement entendre, via son bras armé syndical, et pas que.

Il ne peut être délivré un diplôme d’État à une profession qui ferait doublon avec une autre, qui le possède depuis le Décret n°91-1281 du 17 décembre 1991, mais qui exerce ces fonctions depuis 71 ans (voir histoire des IADE).

De plus, qu’adviendrait-il de ces infirmier(e)s qui quitteraient le giron de la réanimation par fatigue, lassitude ou envie de s’améliorer en ayant réussi le concours infirmier anesthésiste diplômé d’État ? Quid de ces professionnels du soin occupant un poste dans une autre spécialité ? Devraient-ils abandonner leur diplôme d’État, car n’exerçant plus en réanimation ? Devraient-ils au contraire rester prisonnier de ce service médical ? Est-il souhaitable de multiplier les diplômes dont la pertinence est très discutable ?

Lorsque l’on a vu les remous créés par la scission desarmir et mir et les inquiétudes syndicales liées à ce bouleversement, il serait dès lors paradoxal, que les sociétés citées plus haut ne puissent comprendre les légitimes et réciproques revendications de la profession IADE vis-à-vis de ce qu’elle considère comme un intrus dans son espace professionnel.

La crise sanitaire ne saurait être un prétexte fallacieux pour entretenir une dualité. Les IADE ont été moteur dans cette crise, souvent cités par le directeur général de la santé.

La profession IADE ne demande le soutien d’aucune société savante médicale, mais elle ne saurait admettre un double langage à travers une société janusienne.

En ne perdant pas de vue, une citation de Jacinto Benavente : “On passe très souvent à l’ennemi pour fuir ses amis !

— -

Recommandations pour une fomation spécifique et une reconnaissance du métier d’infirmier de réanimation
Reçu le 10 janvier 2011, accepté le... même jour. Beau travail de relecture.
Infirmière en réanimation. Une spécialisation ? Lailia Aissani
Recommandations d’organisation des réanimations en prévision d’une nouvelle vague de covid-19 (Fiche ARS) juillet 2020

Les trois quarts des diplômés infirmiers trouvent leur premier emploi en moins d’un mois. (janvier 2019, numéro 1099 Drees)

— -

Les attestations du ministère de l’intérieur au 29 octobre 2020.

Attestation de déplacement dérogatoire (version officielle)
Justificatif de déplacement professionnel (version officielle)

Les textes notamment pour les heures supplémentaires

§§§

AB

"La meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas lui ressembler."

(Marc Aurèle)