DGOS : Direction Générale de l’Offre de Soins (ex DHOS)

jeudi 18 mars 2010
par  Arnaud Bassez
popularité : 1%

Décret n° 2010-271 du 15 mars 2010 portant organisation de la direction générale de l’offre de soins
JORF n°0063 du 16 mars 2010 page texte n° 36

Arrêté du 15 mars 2010 portant organisation de la direction générale de l’offre de soins en sous-directions et en bureaux


La direction générale de l’offre de soins participe à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique de santé. Elle est chargée de l’élaboration, du pilotage et de l’évaluation de la politique de l’offre de soins en fonction des objectifs et des priorités de la politique de santé.

A ce titre, en liaison avec les autres directions et services concernés du ministère et des autres départements ministériels, les caisses d’assurance maladie et les organismes publics et privés intervenant dans le domaine de l’offre de soins :

- Elle assure le respect de la dignité et des droits des usagers de l’offre de soins.

- Elle est responsable de la régulation de l’offre de soins, notamment des établissements de santé. Elle assure, à cet effet, l’égal accès aux soins ainsi que la qualité et la sécurité des soins en veillant à réduire les inégalités territoriales. Elle est compétente pour toute question relative à la détermination et à l’emploi des ressources nécessaires à l’offre de soins, notamment en matière de ressources humaines, de régulation financière ou d’organisation territoriale.

- Elle contribue à la mise en oeuvre des plans de santé publique qui intéressent l’offre de soins.

- Elle définit et évalue les politiques relatives à l’accès aux soins de premier recours, à la prise en charge continue des malades ainsi qu’à l’adaptation des parcours de soins, notamment ceux des malades chroniques, et veille à la cohérence des politiques d’offre de soins développées dans les champs sanitaire et médico-social.

- Elle est chargée de la réglementation relative aux pharmacies et aux laboratoires de biologie médicale et veille à son application.

- Elle est responsable de l’organisation de l’offre de soins au bénéfice des personnes détenues et retenues.

- Elle est chargée des questions relatives à la déontologie, aux règles d’organisation et d’exercice et à la démographie des professions de santé. Elle organise et anime le dialogue social avec les professionnels de santé et définit les modalités de leur représentation. Elle détermine les conditions d’exercice et les besoins de formation des professions médicales et paramédicales, en liaison avec les ministères chargés de l’enseignement supérieur et de la recherche, ainsi que l’usage des titres relevant du ministère chargé de la santé.

- Elle oriente et anime les politiques de ressources humaines des établissements publics de santé et des établissements sociaux et médico-sociaux, en lien pour ces derniers avec la direction générale de la cohésion sociale, y compris s’agissant de la prévention des risques professionnels. Elle élabore les règles relatives à la fonction publique hospitalière et aux praticiens hospitaliers ainsi qu’au personnel hospitalo-universitaire pour ce qui concerne leur mission hospitalière et veille à leur application.

- Elle assure la conception, la mise en œuvre et le suivi des règles de tarification et de régulation financière des établissements de santé, publics et privés. Elle est consultée sur les conditions de rémunération des structures et des professionnels de santé exerçant en dehors des établissements de santé.

- Elle est responsable du pilotage de la performance des acteurs de l’offre de soins, qu’ils exercent en cabinet ou en structure de soins, à titre libéral ou salarié, ou dans des établissements. Elle concourt à l’élaboration, au contrôle et à l’évaluation des règles et des procédures garantissant la qualité et la sécurité des soins et leur efficience médico-économique. Elle promeut le développement des coopérations et des mutualisations entre les acteurs de l’offre de soins. Elle élabore les mesures d’organisation et de fonctionnement applicables aux activités de soins des établissements de santé. Elle élabore les règles relatives à l’organisation générale et à la gestion des établissements publics de santé.

- Elle veille à l’expression des besoins d’information de l’ensemble des acteurs de l’offre de soins et à la définition des normes et des règles de gestion de l’information médicale et médico-économique ainsi qu’au développement de l’utilisation efficiente des systèmes d’information par les professionnels et les établissements de santé.

- Elle définit les principes d’organisation permettant de garantir le haut niveau des activités de soins et de recherche associées aux activités de formation universitaire, en lien avec les ministères chargés de l’enseignement supérieur et de la recherche.

- Elle contribue à la définition des priorités de la recherche, en particulier sur le champ clinique, et veille à la conduite d’études prospectives sur l’offre de soins. Elle favorise et oriente le développement et la diffusion des processus de soins et des produits de santé innovants.

- Elle assure la tutelle d’établissements publics nationaux et d’organismes nationaux exerçant leur activité dans le domaine de l’offre de soins.

- Elle participe à la définition de la position française au sein des instances européennes et internationales pour les questions relatives à l’offre de soins, notamment s’agissant de la qualité et de la sécurité des soins, et celles concernant les professionnels de santé.


Documents joints

organigramme DGOS
Un cahier central explicitant de manière plus (...)

Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 18 mars 2010
par  Arnaud Bassez

DGOS : Direction Générale de l’Offre de Soins (ex DHOS)

Décret n° 2010-271 du 15 mars 2010 portant organisation de la direction générale de l’offre de soins JORF n°0063 du 16 mars 2010 page texte n° 36
Arrêté du 15 mars 2010 portant organisation de la direction générale de l’offre de soins en sous-directions et en bureaux
La direction générale de l’offre de (...)

Navigation

Articles de la rubrique

  • DGOS : Direction Générale de l’Offre de Soins (ex DHOS)

Brèves

Astreinte, la nouvelle donne selon la curia

samedi 24 février 2018

Cour de justice de l’Union européenne (CJUE)

  • Rôle : veiller à ce que la législation de l’UE soit interprétée et appliquée de la même manière dans tous les pays de l’UE ; garantir que les pays et les institutions de l’UE respectent la législation européenne.
  • Membres :
    - Cour de justice : un juge par État membre et 11 avocats généraux
    - Tribunal : 47 juges. En 2019, leur nombre sera porté à 56 (2 juges par État membre).
  • Création : 1952
  • Siège : Luxembourg
  • Site web : https://curia.europa.eu/jcms/jcms/j_6/fr/

Les rapports entre le droit communautaire et le droit français : Le principe de primauté du droit communautaire

Deux grands principes sont issus de décisions de la CJCE.

Le principe de primauté du droit communautaire énonce que le droit communautaire dans son ensemble (traités, règlements, directives) a une valeur supérieure au droit national dans son ensemble (Constitution, lois, règlement, etc.)

Ce principe de primauté a été posé dans un arrêt de 1964.

La CJCE a décidé que le droit communautaire devait l’emporter systématiquement sur le droit national et ce, quelle que soit la norme communautaire (traité, accords conclus par la communauté, droit dérivé, jurisprudence…). L’essence même de la communauté est d’avoir un droit communautaire supérieur aux droits nationaux.

Le droit européen primaire (traités et principes généraux du droit européen) et dérivé (règlements, directives, décisions) l’emporte sur toute disposition contraire du droit national : c’est le principe de primauté. La déclaration 17 relative à la primauté, annexée à l’Acte final du traité de Lisbonne, précise que « les traités et le droit adopté par l’Union sur la base des traités priment le droit des États membres ».

source : https://europa.eu

Dès lors, le jugement de la Cour européenne sur les astreintes, s’impose.

Cour de justice européenne. Communiqué de presse numéro 14-18 du 21 février 2018
Jugement de la Cour européenne sur les astreintes, qui rappelle que celles-ci sont bien du travail. Avec tout ce qui en découle.

AB

Le bonheur n’est pas dans le pré

samedi 18 mars 2017

Le rectificatif de notre nouveau décret est paru.

Rectificatif au Journal officiel n° 0061 du 12 mars 2017, texte n° 6, à l’article 1er :

- Au c du 1° du B du I de l’article R. 4311-12, au lieu de : « Réanimation préopératoire », lire : « Réanimation per-opératoire » ;

- Au 3° du B du I de l’article R. 4311-12, au lieu de : « réanimation préopératoire », lire : « réanimation per-opératoire ».

Rectificatif au Journal officiel n° 0061 du 12 mars 2017, texte n° 6, à l’article 1er

AB

Nouveau décret IADE

dimanche 12 mars 2017

Décret n° 2017-316 du 10 mars 2017 relatif aux actes infirmiers relevant de la compétence des infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat

— -

NB : Une chose me questionne

L’article R. 4311-12 du code de la santé publique est remplacé par les dispositions suivantes :

[...]

« B. - L’infirmier ou l’infirmière, anesthésiste diplômé d’Etat est, dans ces conditions, seul habilité à :

[...]

« c) Réanimation préopératoire ;

C’est moi ou je ne vois pas de peropératoire ?

Décret n° 2017-316 du 10 mars 2017 relatif aux actes infirmiers relevant de la compétence des infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat

Il s’agirait d’une coquille... C’est ennuyeux sur un décret. La correction serait apportée d’ici le 19 mars au JO.

A suivre...

AB

Du haut vers le bas

lundi 23 janvier 2017

JORF n°0017 du 20 janvier 2017
texte n° 26

Rapport au Président de la République relative à l’ordonnance n° 2017-50 du 19 janvier 2017 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le domaine de la santé

Rapport au Président de la République relative à l’ordonnance n° 2017-50 du 19 janvier 2017 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le domaine de la santé

Ordonnance n° 2017-50 du 19 janvier 2017 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le domaine de la santé

[...]

"La carte professionnelle européenne concerne uniquement trois professions de santé ; pharmacien, infirmier de soins généraux et masseur-kinésithérapeute."

Pour le moment...

AB

Parcours professionnels, carrières et rémunérations pour la fonction publique

mardi 24 mai 2016

Parcours professionnels, carrières et rémunérations pour la fonction publique ou PPCR

Les textes en date du 19 mai 2016, sont parus au JO. Ils sont à consulter sur l’article dédié avec les explications.

Voir aussi en complément l’article sur la Retraite-Grilles indiciaires-NBI-Arrêt Griesmar-Achat des années d’études-Cumul emploi retraite

— -

Afin d’harmoniser les déroulements de carrières dans les trois branches de la Fonction publique, deux textes -l’un pour les paramédicaux de catégorie A, l’autre pour ceux qui sont restés en catégorie active- instaurent à compter du 22 mai 2016 un cadencement unique d’avancement d’échelon, mettant fin au système des réductions d’ancienneté. Ils modifient les modalités d’avancement entre les échelons ainsi que leur nombre. Ces décrets mentionnent également les règles de reclassement des agents concernés dans les nouvelles grilles indiciaires au 1er janvier 2017.

- Pour les paramédicaux de catégorie A

Revalorisations indiciaires

Ces nouvelles grilles, fixées par le Décret n° 2016-647 du 19 mai 2016 et un arrêté, entrent en vigueur de façon rétroactive au 1er janvier 2016. Les revalorisations sont échelonnées entre 2016 et 2019.

Au 1er janvier 2019 :

  • Les Iade démarreront à l’IB 506 pour finir leur carrière à l’IB 821.
  • Une Iade gagnera 2027,4€ brut par mois en début d’exercice (+161,51€) et 3129,45€ en fin d’exercice (+156,99€).
  • les Iade bénéficieront d’une hausse mensuelle de 119,03€ en 2019

- Pour ceux restés en catégorie active lors du droit d’option

  • Iade : 433-761 au 1er janvier 2019.

NB : Une partie des gains indiciaires est destinée à relever le niveau des pensions de retraite, via la transformation de primes en point d’indices, actée par le Décret n° 2016-588 du 11 mai 2016 portant mise en œuvre de la mesure dite du « transfert primes/points » . C’est en 2017 que se verront les réelles hausses de salaires.

Enfin la valeur mensuelle du point d’indice majoré passe à 4,65, contre 4,63 depuis juillet 2010.

Texte de l’accord relatif à l’avenir de la fonction publique. La modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations

AB