Choc anaphylactique

lundi 23 mars 2009
par  Arnaud Bassez
popularité : 3%

Fiche SFAR prise en charge d’un choc anaphylactique
Prise en charge d’une réaction anaphylactique (urgences pratiques 2007)
fiche SMUR choc anaphylactique
Etats de choc JJ Rouby
Complications anaphylactiques et anaphylactoïdes de l’anesthésie générale (Mertes-Dewachter-Laxenaire)
Quand l’enfer médical est pavé de bonnes intentions ( Jean Louis DABAN (urgences pratiques 2008)
Alors que l’on a tendance à privilégier le retour des gélatines, il faudrait peut-être lire cet article.
Prévention du risque allergique peranesthésique
Réalité du risque allergique en anesthésie, incidence, morbidité, mortalité, substances responsables, tableaux cliniques (SFAR)
Comment réduire les risques d’anaphylaxie au cours de l’anesthésie (Malinovsky et al)
Démarche diagnostique de l’allergie aux médicaments utilisant les tests cutanés en anesthésie (Y. Benoit-I Topenot)
Produits iodes et allergie

A lire, l’article sur l’allergie (latex, curares et autre)

Vous trouverez d’autres documents (pas forcément en lien avec le sujet présent), en consultant les "best of" de la SOFIA ainsi que les différents congrès publiés ici.

— -

Curares et choc anaphylactique : 4 % de mortalité en France

25.09.14

Les réactions anaphylactiques aux curares sont associées à un taux de mortalité de plus de 4% en France, selon une étude présentée le 18 septembre 2014 au congrès de la Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar) à Paris.

Réactions anaphylactiques aux curares : 4% de mortalité en France

A partir de la base de données du système national de pharmacovigilance, Marie Reitter du CHU de Nancy et ses collègues ont sélectionné les cas de réactions anaphylactiques aux curares, survenus entre janvier 2000 et décembre 2011, et déterminé le taux de mortalité associé et les facteurs de risque de décès.

L’analyse a porté sur 2 022 cas de réaction d’hypersensibilité à un curare, dont 84 se sont avérés mortels. Le taux de mortalité moyen s’élevait à 4,1%. Parmi les cas examinés, 1 247 cas de réaction sévère (grade 3 et 4) ont été retenus afin d’identifier les facteurs de risque de décès.

Aucun curare en particulier n’était identifié comme facteur de risque de surmortalité, même si le curare le plus souvent incriminé était le suxamethonium (65,4%), suivi de l’atracurium (14,5%), puis du rocuronium (8,4%), du cisatracurium (7,5%) et du vecuronium (Norcuron*, MSD) (1,8%).

Le sexe féminin était protecteur contre le risque de décès, avec une probabilité de décès significativement réduite de 60%. Le contexte d’urgence augmentait significativement la probabilité de décès d’un facteur 2,6, l’obésité d’un facteur 2,4, un antécédent d’hypertension artérielle (HTA) d’un facteur 2,5, un antécédent de maladie cardiovasculaire autre d’un facteur 4,4 et l’utilisation d’un bêta-bloquant au long cours d’un facteur 4,2.

Le délai moyen de survenue du premier symptôme d’anaphylaxie était de 2,1 minutes et le délai moyen d’injection du premier bolus d’adrénaline de 3,4 min, avec une dose totale injectée de 15 mg en bolus. Il n’y avait aucune différence significative de prise en charge entre les décès "précoces" (survenus immédiatement ou après mise en place d’une assistance cardiocirculatoire) et "tardifs" (liés à une défaillance multiviscérale secondaire à l’arrêt cardiovasculaire récupéré).

La prise en charge des cas mortels était conforme aux recommandations internationales, avec un délai court pour la mise en oeuvre des thérapeutiques spécifiques, soulignent les auteurs. On peut donc supposer qu’il existe une résistance à l’adrénaline. Il est donc nécessaire de développer de nouvelles approches thérapeutiques, concluent-ils.

— -

source : http://www.chu-rouen.fr/

LE PATIENT ALLERGIQUE A LA CONSULTATION ANESTHÉSIQUE

Jean-Marc Malinovsky

Département d’Anesthésie-Réanimation

Hôtel-Dieu, 44093, Nantes

La notion d’antécédents allergiques, de quelque nature qu’ils soient, est retrouvée chez 15 à 20 % des patients interrogés avant une anesthésie. Connaissant le risque allergique propre et le potentiel histaminolibérateur des médicaments anesthésiques et des autres agents utilisés pendant l’anesthésie, on peut se demander si un patient qui se dit allergique n’a pas plus de risque de faire une réaction « allergique » d’origine immunologique (= anaphylaxie) ou non (= histaminolibération non spécifique) pendant l’anesthésie.

En fait, l’incidence des réactions anaphylactoïdes peranesthésiques est très faible : 1 réaction anaphylactoïde pour 3.500 anesthésies (anaphylaxie + histaminolibération non spécifique), 1 réaction anaphylactique vraie pour 13.000 anesthésies. Ceci est sans commune mesure avec l’incidence élevée de l’allergie dans la population française en général, où l’atopie est présente chez 20 à 25 % des gens, l’allergie médicamenteuse chez 15 %, l’allergie alimentaire chez 10 %, la sensibilisation au latex chez 3 à 40 % suivant les catégories de patients. Le lien entre les antécédents allergiques et le risque anesthésique n’est pas évident à établir sur ces données.

Par ailleurs, chez les patients qui ont fait une réaction anaphylactoïde peranesthésique, on ne retrouve pas toujours une incidence plus élevée d’antécédents allergiques que dans la population normale, à l’exception de certains groupes de patients chez qui une stratégie de prévention doit être instituée dès la consultation d’anesthésie.

1 Quels sont les patients allergiques à risque de réaction anaphylactoïde peranesthésique ?

1.1. Patients allergiques à risque d’anaphylaxie peranesthésique :

1.1.1. Patient réputé allergique à un des médicaments de l’anesthésie (curares avant tout) ou produits susceptibles d’être administrés pour l’anesthésie ou l’analgésie postopératoire (antibiotique, substitut du plasma, latex, chlorhexidine, aprotinine, paracétamol…..), le diagnostic ayant été déjà établi par un bilan allergologique.

1.1.2. Patient ayant manifesté une réaction « allergique » lors d’une anesthésie antérieure (érythème, urticaire, bronchospasme, collapsus) et n’ayant pas fait l’objet d’un bilan allergologique diagnostique.

1.1.3. Patient présentant des signes d’intolérance au contact du latex (urticaire, œdème, rhinite, conjonctivite, asthme) ou étant allergique à certains fruits (banane, kiwi, avocat, châtaigne….)

1.1.4. Enfants multiopérés et notamment pour spina bifida, myéloméningocèle en raison de la fréquence importante de la sensibilisation au latex et de l’incidence élevée des chocs anaphylactiques au latex.

1.2. Patients allergiques ou supposés tels, dont le risque d’anaphylaxie peranesthésique n’a pas été prouvé :

· atopie (asthme, rhinite, dermatite, conjonctivite),

· allergie à un médicament et/ou un produit qui ne sera pas utilisé au cours de l’anesthésie,

· intolérance à l’aspirine et aux AINS, conservateurs (métabisulfites, parabens), antibiotiques, analgésiques….., désinfectants, colorants, produits ménagers, produits capillaires,

· allergie de type retardé (24 à 72 h) aux médicaments (antiseptiques, antibiotiques, héparine….), métaux, caoutchouc, pommades diverses,

· réaction anaphylactoïde aux produits de contraste iodés,

· mastocytose,

· œdème angioneurotique héréditaire ou acquis,

· allergie ou intolérance alimentaire à l’arachide, soja, crustacés, légumes, poissons, alcool…..

Il n’y a actuellement aucun argument scientifiquement prouvé et publié pour considérer que ces catégories de patients sont sensibilisés aux agents de l’anesthésie et pourraient faire un choc anaphylactique peranesthésique. En revanche, certaines précautions dans les gestes anesthésiques sont à prendre chez les patients ayant un asthme (risque d’aggraver l’hyperréactivité bronchique), une mastocytose et un œdème angioneurotique héréditaire.

2 Indications du bilan allergologique préanesthésique

2.1. Une consultation allergologique est à réaliser, en période préanesthésique uniquement chez les patients allergiques définis dans le paragraphe 1 : « patients allergiques à risque d’anaphylaxie peranesthésique » (1-1).

Les investigations allergologiques pratiquées auront pour but de vérifier si les symptômes allégués sont liés à une sensibilisation et de détecter le produit responsable afin de l’éliminer du protocole anesthésique ultérieur. L’allergologue testera les produits que le patient avait reçu, ce qui oblige l’anesthésiste à fournir le protocole de l’époque. Il s’agit d’un bilan diagnostique d’une réaction antérieure. En aucune façon, ce bilan ne doit être étendu aux anesthésiques prévus pour l’anesthésie future à la recherche d’une sensibilisation latente ignorée du sujet (= bilan prédictif). On ne connaît en effet pas la valeur prédictive positive et négative des tests cutanés et/ou biologiques dans la population générale. La pratique du bilan prédictif représente une fausse sécurité.

2.2. Il n’y a pas lieu de pratiquer un bilan allergologique préanesthésique chez les patients dont les antécédents allergiques ou supposés tels, ne constituent pas un risque d’anaphylaxie peranesthésique (paragraphe 1-2). Ce bilan correspondrait à un bilan prédictif dont la pratique est à bannir dans l’ignorance actuelle des valeurs prédictive positive et négative dans la population allergique. Tout comme une valeur faussement négative, une valeur faussement positive peut avoir des conséquences néfastes en matière d’anesthésie en induisant un changement de technique non nécessairement adapté. De ce fait, le rapport bénéfice/risque d’une telle pratique est inconnu.

3 Conduite du bilan allergologique préopératoire et choix de la technique anesthésique

31 = Chez les patients connus allergiques à un des médicaments de l’anesthésie ou produits susceptibles d’être administrés pour l’anesthésie ou l’analgésie postopératoire (paragraphe 1.1.1.), les conclusions du bilan allergologique antérieur sont à garder. S’il s’agit d’une allergie à un curare, on peut actualiser le bilan en testant les curares nouvellement commercialisés.

32 = Chez les autres patients allergiques à risque d’anaphylaxie peranesthésique (paragraphe 1.1.2.) :

En situation réglée, l’anesthésiste doit rechercher le protocole anesthésique suspect d’être à l’origine de la réaction pour le transmettre à l’allergologue qui réalisera les tests.

· Si le protocole est inconnu, il ne faut tester que les curares et le latex (par tests cutanés ± IgE spécifiques) ;

· Si le protocole est identifié, il faut tester tous les médicaments du protocole ancien et le latex (tests cutanés ± IgE spécifiques) ;

· S’il s’agit d’anesthésiques locaux : l’allergologue pratiquera un test de réintroduction en milieu hospitalier, après s’être assuré que les tests cutanés avec cet anesthésique local étaient négatifs.

Chez la femme enceinte suspecte d’intolérance aux anesthésiques locaux et candidate à une analgésie péridurale pour le travail, les anesthésiques locaux sont testés par l’allergologue en IDR. En cas de négativité, le test de réintroduction peut être pratiqué par l’anesthésiste en salle de naissance (0,5 à 1 ml de solution d’adrénaline non diluée et non adrénalinée par voie sous-cutanée). Le test est négatif si aucune réaction de type allergique n’est survenue pendant les 30 min suivant l’injection.

En situation d’urgence : le principe de précaution fait exclure le latex de l’environnement du patient, utiliser une anesthésie locorégionale ou une anesthésie générale en évitant les curares et les médicaments histaminolibérateurs.

33 = Chez les patients suspects d’être sensibilisés au latex (paragraphes 1.1.3. et 1.1.4.), l’allergologue pratiquera des prick-tests au latex ± des IgE spécifiques du latex. Il n’y a pas de raison de rechercher une sensibilisation aux anesthésiques et aux curares.

4 Prévention et prémédication du patient allergique

41 Prévention

La seule prévention efficace de l’anaphylaxie consiste en l’identification de l’allergène responsable et en son éviction définitive afin d’éviter les accidents allergiques à répétition. En cas d’allergie aux curares et aux antibiotiques, l’éviction concernera aussi les molécules qui partagent le même épitope (= allergie croisée).

Pour détecter les patients sensibilisés aux médicaments anesthésiques et/ou les produits qui seront administrés pendant l’anesthésie, le principe de la dose-test par voie intraveineuse est à proscrire dans la mesure où une très faible dose d’allergène peut déclencher une anaphylaxie chez le sujet allergique à ce produit.

Pour les patients allergiques au latex, un environnement opératoire exempt de latex est à instituer, dans les salles d’intervention, les SSPI, les secteurs d’hospitalisation. Une check-liste de prise en charge du patient est conseillée, à commencer dès la consultation d’anesthésie. Elle suivra le patient allergique jusqu’à sa sortie de l’hôpital.

Le principe de la check-liste peut aussi être appliquée aux patients allergiques ou intolérants aux médicaments administrés en période périopératoire (antibiotique, aspirine, AINS, antalgiques, désinfectants…..).

42 Prémédication

Il n’existe aucune médication antiallergique qui s’opposera au déclenchement d’un choc anaphylactique, que ce soit les anti-H1 seuls ou associés aux anti-H2 et/ou les corticoïdes. Il s’agit donc d’une fausse sécurité chez les patients allergiques à risque d’anaphylaxie peranesthésique (groupe 1-1).

En revanche, une prescription par un anti-H1 seul ou associé à un anti-H2 semble prévenir le bronchospasme et les variations hémodynamiques secondaires à une histaminolibération non spécifique. On pourrait ainsi la réserver aux patients atopiques et asthmatiques, à ceux qui font de l’urticaire ou érythème après absorption d’aliments ou médicaments réputés histaminolibérateurs.

Références :

1 Prévention du risque allergique peranesthésique. Recommandations pour la Pratique Clinique, SFAR-ANAES 2001.

Texte court : www.sfar.org ; Textes longs : Ann Fr Anesth Réanim 2002 ;21 (suppl 1) : 1-180.

2 Réanimation des arrêts cardiocirculatoires de l’adulte. Conférence d’experts, SFAR 1995 (www.sfar.org).

— -

QUEL TYPE D’ANESTHESIE GENERALE EN URGENCE CHEZ LE PATIENT ALLERGIQUE ?

Claude Meistelman

Service d’Anesthésie-réanimation, Hôpital de Brabois, rue du Morvan, 54511 Vandœuvre

Peu de sujets ont entraîné autant d’avis divergents que la prise en charge anesthésique du patient allergique. Les prises de position nombreuses mais ne reposant pas toujours sur des preuves scientifiques ont pu faire croire à certains anesthésistes que le risque allergique serait majeur en oubliant que les complications d’une intubation difficile ou d’une inhalation lors de l’induction font courir au patient un risque au moins aussi important. La Société Française d’Anesthésie et de réanimation a organisé et présenté en 2001 des recommandations pour la pratique clinique sur la « Prévention du risque allergique peranesthésique » (1). Ces recommandations ont pour principal but de standardiser le diagnostic et la prise en charge en cas de réaction allergique peranesthésique. D’autre part, la conférence de consensus de juillet 1999 a fait le point sur les effets et les indications de la curarisation en anesthésie. Elle recommande sans aucune ambiguïté l’utilisation des techniques de « crash induction » avec la succinylcholine en cas d’anesthésie générale chez le patient à l’estomac plein. La difficulté majeure reste le cas du patient allergique ou présumé allergique, présentant un estomac plein et devant être opéré en urgence. Après avoir présenté les différents types de réactions allergiques et les agents incriminés, nous envisagerons plusieurs cas de figure en fonction des médicaments en cause et du terrain.

1. Mécanismes

Les réactions anaphylactiques observées avec les agents anesthésiques sont liés à la présence d’IgE spécifiques qui vont venir se fixer sur les récepteurs spécifiques membranaires des mastocytes et des basophiles circulants ainsi que sur les plaquettes en cas d’exposition à l’agent concerné. Les réactions cliniques observée en anesthésie ont une traduction clinique nette en raison de l’administration intraveineuse des agents anesthésiques ce qui entraîne une libération majeure de médiateurs tels l’histamine, la tryptase, les prostaglandines et les leucotriènes. Le choc anaphylactique est la forme la plus grave de l’anaphylaxie.

De nombreux produits utilisés en anesthésie sont capables de produire des anticorps IgE. Il peut s’agir des curares 62 %) quels qu’ils soient, des agents anesthésiques intraveineux voire des benzodiazépines ou des morphinomimétiques (2 ;3). En dehors des agents anesthésiques proprement dits, on peut citer les gélatines, l’aprotinine, la protamine et les antibiotiques. Ces derniers sont impliqués de plus en plus souvent et ce quel que soit le pays concerné, la fréquence variant de 8 % (3) à 24 % (4). Une explication serait le développement de l’antibioprophylaxie dans de nombreux types de chirurgie, l’antibiotique étant administré en intraveineux dans les minutes précédant ou suivant l’induction de l’anesthésie. Enfin la responsabilité du latex est régulièrement retrouvée avec un fréquence comprise entre 12 et 16%. L’existence de réactions croisées entre curares, y compris de familles chimiques différentes, ou entre antibiotiques s’explique par l’existence d’une partie allergénique commune entre différentes substances (2). Plus récemment c’est la chlorhexidine qui a été reconnue responsable de plusieurs accidents anaphylactiques peranesthésiques (5). Elle serait même la première cause d’accident allergique peropératoire au Danemark (6).

A l’opposé, l’histaminolibération non spécifique n’est qu’une exagération de l’effet pharmacologique du produit utilisé. Cette réaction non liée aux anticorps peut avoir lieu en dehors de toute exposition préalable à l’agent. Bien que discuté, il semblerait que l’histaminolibération puisse être plus marquée en cas de terrain atopique. En revanche, la vitesse d’administration ou la dose utilisée influencent l’importance de l’histaminolibération (1). L’histaminolibération pharmacologique entraîne des signes cliniques moindres que ceux rencontrés lors d’un accident allergique vrai. Les signes peuvent aller d’une simple rougeur ou d’une éruption urticarienne le long de la veine à une éruption généralisée, un collapsus cardiovasculaire ou un bronchospasme. Les agents le plus souvent en cause sont les curares de la famille des benzylisoquinolines (atracurium, mivacurium), le thiopental, le propofol, la morphine et les gélatines. Il faut garder à l’esprit qu’un agent responsable d’histaminolibération non spécifique peut être à l’origine d’un accident allergique lié aux IgE.

L’activation du complément n’est que rarement en cause lors des accidents anesthésiques. Elle peut se rencontrer avec les dextrans, la protamine ou les produits iodés de contraste.

2. Epidémiologie

En France, les curares restent à l’origine de la majorité des accidents allergiques liés aux IgE mais il faut cependant noter que leur part est passée de 81% dans les années 1984-1989 à 69 % lors de la dernière enquête nationale réalisée entre 1997 et 1998. La deuxième cause d’accidents allergiques per anesthésiques est liée au latex avec un pourcentage de 12 % lors de cette même enquête. Les antibiotiques apparaissent en troisième position, ils sont impliqués dans 8 % des accidents alors qu’ils ne représentaient que 2 % des cas dans les années 1984-1989. Le développement de l’antibioprophylaxie et les conférences de consensus sur ce sujet expliquent en partie au moins l’augmentation de fréquence des accidents liés aux antibiotiques. Les hypnotiques arrivent ensuite avec 3,7 % des cas. Il est également intéressant de noter que 467 accidents allergiques ont été colligés en 24 mois de janvier 1997 à décembre 1998 alors que 1030 accidents avaient été enregistrés en 30 mois entre 1992 et 94 et 734 de juillet 1994 à décembre 1996 (2 ;7). Ces chiffres sont à rapprocher de ceux observés en Australie ou les curares occupent la première place avec 56% des cas suivis par les antibiotiques (23,6%) puis les agents anesthésiques intraveineux (8%) et les produits de remplissage (7%) (4).

L’enquête épidémiologique « 3 jours d’anesthésie » a montré que 2,4 millions de patients anesthésiés étaient curarisés par an (8) alors qu’environ 180 cas d’allergie aux curares sont observés par an. En utilisant ces résultats, la fréquence des cas d’allergie aux curares est d’approximativement 1 cas pour 13 300 patients curarisés. Il n’existe actuellement aucun argument scientifique pour attribuer une fréquence plus importante aux accidents allergiques liés aux curares. Il est à noter qu’une telle fréquence est proche de celle des hyperthermies malignes après administration d’agents halogénés dont personne ne remet en cause l’utilisation anesthésique !

Un des principaux problèmes reste de savoir si un patient présentant des antécédents allergiques est plus exposé à un accident allergique peranesthésique. Bien qu’il n’y ait pas de réponse définitive à ce problème, la fréquence des antécédents allergiques ne semble pas plus importante chez des patients ayant présenté un accident allergique peranesthésique que dans une population témoin. Ainsi 17% des patients ayant présenté un cas d’allergie aux curares avaient des antécédents allergiques alors que dans la population contrôle 15% des patients présentaient des antécédents allergiques. En revanche 27% des patients ayant développé un accident allergique peranesthésique lié aux antibiotiques avaient des antécédents allergiques. En dehors des accidents liés au latex ou un terrain atopique (asthme, rhume des foins) est retrouvé dans 55% des cas, l’atopie ne semble pas être un facteur favorisant la survenue d’une accident allergique à un curare ou à un antibiotique (2) (1). En résumé, un patient allergique à un médicament et/ou un produit qui ne sera pas utilisé au cours de l’anesthésie ne sera pas considéré à risque d’anaphylaxie peranesthésique (1)

Deux point méritent enfin d’être soulignés la fréquence des allergies croisées que l’on peut rencontrer avec les antibiotiques ou les curares, la fréquence atteignant 70% sans que l’on puisse préciser à l’avance les autres curares responsables d’allergie chez un patient donné. L’existence d’accidents allergiques aux curares chez des patients n’ayant jamais été anesthésiés (17 à 30 % des cas) pourrait s’expliquer par une sensibilisation préalable aux ammoniums quaternaires par contacts répétés avec de produits comme certains cosmétiques ou les produits de nettoyage tels les lessives.

3. Conduite de l’anesthésie

Plusieurs situations très différentes peuvent se rencontrer lors de l’anesthésie en urgence d’un patient présentant un estomac plein. On peut schématiquement séparer le patient ayant présenté un accident allergique peranesthésique à un agent qui a été identifié, le patient allergique vrai à des agents étrangers à l’anesthésie et enfin le patient suspect d’allergie.

3.1 allergie à un agent anesthésique

La première situation est celle d’un patient présentant une allergie vraie aux curares avec une carte précisant les agents en cause. Il s’agit donc d’un patient qui a été testé. A partir du moment ou la succinylcholine n’apparaît pas dans les agents responsables d’allergie, celle ci peut être employée dans le cadre d’une « crash induction » typique telle qu’elle est recommandée dans la conférence de consensus sur la curarisation. En cas de doute on peut envisager en raison du terrain allergique une anesthésie loco-régionale si elle est possible techniquement et acceptée par le patient. Cette technique n’est pas une parade absolue en raison du risque d’hypotension et/ou de malaise vagal à l’origine de vomissements. La sédation intraveineuse sera proscrite.

En cas d’allergie à la succinylcholine, l’alternative recommandée est l’association propofol-alfentanil ou propofol-rémifentanil tout en sachant qu’il faut une dose minimale de respectivement 30 µg/kg d’alfentanil ou 2 µg/kg de rémifentanil pour obtenir des conditions d’intubation à 1 minute proches de celles procurées par la succinylcholine (9). Il faut savoir que le recours à cette technique va entraîner une baisse d’au moins 20% de la pression artérielle et un certain degré d’incompétence des voies aériennes supérieures pouvant durer plus d’une heure (10). Cette technique qui n’a jamais été évaluée dans le cadre de l’estomac plein n’est pas exempte de risques vu l’effet émétisant de l’alfentanil ou du rémifentanil. Si le patient est en mauvais état général (ASA 3 ou 4) une intubation première sous contrôle fibroscopique peut être envisagée tout en sachant qu’il n’est pas toujours facile de disposer du matériel dans le cadre de l’urgence et que cette technique nécessite une pratique régulière. Certains ont proposé l’utilisation de rocuronium qui permet d’obtenir de bonnes conditions d’intubation dans un délai proche de celui observé avec la succinylcholine (60 à 90 secondes). Il faut garder en mémoire que le risque majeur est celui d’une intubation difficile imprévue sur un estomac plein. Cette technique est à réserver, à priori, aux patients ayant déjà eu des anesthésies générales sans problèmes. Heier a récemment attiré l’attention sur le risque de bronchospasme lié à la précipitation du thiopental par l’administration simultanée de rocuronium (11). Cette technique ne doit être retenue que de façon exceptionnelle, il est impératif de bien rincer la ligne d’administration après le thiopental et avant l’injection de rocuronium. Dans la dernière série française, le rocuronium serait plus souvent en cause dans la survenue d’accidents allergiques que les autres curares (3), ce qui n’est pas été confirmé par les séries australiennes (12) et danoises (6)

Une situation plus difficile est celle d’un patient informant qu’il a présenté un accident allergique lors d’une précédente anesthésie et ne se souvenant pas de l’agent en cause. Si le patient ne se souvient pas de l’agent précis en cause mais évoque une allergie au curare, il est licite d’éviter la succinylcholine à l’induction en raison du risque d’allergies croisées. Plusieurs solutions peuvent être envisagées. Si une technique d’anesthésie loco-régionale est possible elle sera proposée et recommandée au patient tout en se méfiant des vomissements possibles après anesthésie rachidienne d’où l’abstention d’une sédation complémentaire. Quand une anesthésie générale est rendue nécessaire par le geste chirurgical ou le terrain du patient (anesthésie rachidienne et prise d’anticoagulants), on utilisera l’association propofol-alfentanil, propofol-rémifentanil voire une intubation première sous contrôle fibroscopique. Si les tests cutanés étaient négatifs aux curares, le risque allergique est faible et la succinylcholine peut être employée (13). Dans tous les en urgence, quand il n’existe pas d’agent causal clairement identifié il est plus prudent de travailler dans un environnement sans latex (1), voire d’éviter toute utilisation d’agents histaminolibérateurs et de chlorhexidine.

3.2 notion d’allergie à un médicament non impliqué en anesthésie

En revanche les antécédents allergiques, en dehors des agents employés en anesthésie, ne sont pas une contre indication à l’utilisation de succinylcholine car le pourcentage d’allergie aux curares n’est pas plus élevé dans une population d’allergiques que dans une population témoin. Comme le souligne les recommandations pour la pratique clinique, un patient atopique et/ou allergique à un produit qui ne sera pas utilisé pendant l’anesthésie ne doit pas être considéré comme à risque d’anaphylaxie peranesthésique. Il est cependant recommandé d’aborder le problème au cas par cas. Le patient allergique à une seule substance ou un seul médicament pourra bénéficier d’une « crash induction » conventionnelle. En revanche en cas de terrain polyallergique, avec mise en cause de plusieurs familles médicamenteuses, il est recommandé de considérer le sujet comme à risque et d’éviter si possible la succinylcholine en recourant aux techniques alternatives précédemment discutées. L’attention peut être attirée par une notion d’eczéma de contact ou d’éruption cutanée au contact d’agents cosmétiques, de produits d’entretien ménagers ou de lessive. De tels antécédents peuvent faire évoquer une allergie aux ammoniums quaternaires et une éventuelle allergie aux curares

En cas de patient ne se souvenant pas avec précision s’il est allergique, combien de patients parlent d’allergie, en cas de simple intolérance à un médicament, il peut être recommandé après un interrogatoire soigneux de se rapporter à la conduite recommandée au paragraphe précédent.

Au total, ce qui est demandé à l’anesthésiste dans ce type de situation c’est d’apprécier le rapport bénéfice-risque de chaque technique anesthésique. Ainsi on ne blâmera jamais un anesthésique qui a décidé chez un patient allergique à des agents non anesthésiques d’avoir employé de la succinylcholine. En effet le risque allergique aux curares de 1/13000 est probablement inférieur à celui du risque de survenue d’une inhalation ou de vomissements favorisés par une stimulation répétée des structures pharyngo-laryngées sans même évoquer le risque de lésions dentaires. De nombres études ont d’ailleurs clairement démontré que le risque d’inhalation pouvait atteindre 15% en cas d’intubation par une technique autre que la « crash induction » chez le patient à l’estomac plein (14). En revanche chez un patient polyallergique la prudence s’impose et toutes les alternatives à la « crash induction » devront être envisagées en terme de rapport bénéfice-risque. Il est également recommandé à l’anesthésiste de justifier dans la feuille pré anesthésique les éléments l’ayant amené à retenir une technique donnée par rapport à une autre.

RÉFÉRENCES :

(1) Prévention du risque allergique peranesthésique. Ann Fr Anesth Reanim 2002 ; 20:fi 56-fi 69.

(2) Laxenaire MC. Epidémiologie des réactions anaphylactoides peranesthésiques. Quatrième enquète multicentrique (juillet 1994-décembre 1996). Ann Fr Anesth Reanim 1999 ; 18:796-809.

(3) Laxenaire MC, Mertes PM. Anaphylaxis during anaesthesia. Results of a two-year survey in France. Br J Anaesth 2001 ; 87:549-558.

(4) Fisher MM, Baldo BA. Mast cell tryptase in anaesthetic anaphylactoid reactions [see comments]. Br J Anaesth 1998 ; 80:26-29.

(5) Stephens R, Mythen M, Kallis P, Davies DW, Egner W, Rickards A. Two episodes of life-threatening anaphylaxis in the same patient to a chlorhexidine-sulphadiazine-coated central venous catheter. Br J Anaesth 2001 ; 87:306-308.

(6) Garvey LH, Roed-Petersen J, Menne T, Husum B. Danish Anaesthesia Allergy Centre - preliminary results. Acta Anaesthesiol Scand 2001 ; 45:1204-1209.

(7) Laxenaire MC. Substances responsables des chocs anaphylactiques peranesthésiques. Troisième enquète multicentrique française (1992-94). Ann Fr Anesth Reanim 1996 ; 15:1211-1218.

(8) Clergue F, Auroy Y, Pequignot F, Jougla E, Lienhart A, Laxenaire MC. French survey of anesthesia in 1996. Anesthesiology 1999 ; 91:1509-1520.

(9) Scheller MS, Zornow MH, Saidman LJ. Tracheal intubation without the use of muscle relaxants : a technique using propofol and varying doses of alfentanil. Anesth Analg 1994 ; 75:788-793.

(10) Sundman E, Witt H, Sandin R, Kuylenstierna R, Boden K, Ekberg O et al. Pharyngeal function and airway protection during subhypnotic concentrations of propofol, isoflurane, and sevoflurane : volunteers examined by pharyngeal videoradiography and simultaneous manometry. Anesthesiology 2001 ; 95:1125-1132.

(11) Heier T, Guttormsen AB. Anaphylactic reactions during induction of anaesthesia using rocuronium for muscle relaxation : a report including 3 cases [In Process Citation]. Acta Anaesthesiol Scand 2000 Aug ;44 :775 -81 44:775-781.

(12) Rose M, Fisher M. Rocuronium : high risk for anaphylaxis ? Br J Anaesth 2001 ; 86(5):678-682.

(13) Thacker MA, Davis FM. Subsequent general anaesthesia in patients with a history of previous anaphylactoid/anaphylactic reaction to muscle relaxant. Anaesth Intensive Care 1999 ; 27:190-193.

(14) Li J, Murphy-Lavoie H, Bugas C, Martinez J, Preston C. Complications of emergency intubation with and without paralysis. Am J Emerg Med 1999 ; 17:141-143.


Pas assez longue, l’aiguille du stylo d’adrénaline ?

Le traitement de l’anaphylaxie repose sur l’administration d’adrénaline. La voie intramusculaire permet d’atteindre une concentration plasmatique plus élevée et plus rapidement que la voie sous-cutanée.

Les recommandations européennes préconisent l’injection dans le muscle vastus lateralis (vaste externe) dans la partie antéro-latérale de la cuisse.

L’obésité du patient peut cependant empêcher l’injection intramusculaire, comme le montre une étude menée au Royaume-Uni sur un échantillon de 28 patients à qui un stylo d’adrénaline avait été prescrit.

La profondeur du muscle par rapport à la peau (STMD) a été mesurée par échographie au niveau de la partie antérolatérale et antérieure de la cuisse.

Trois mesures ont été prises par un seul radiologue à chaque site et la moyenne a été calculée.

Les patients (23 femmes et 5 hommes) étaient âgés de 18 à 75 ans et avaient un indice de masse corporelle (IMC) de 18 à 44 kg/m2.

La STMD au niveau de la cuisse antéro-latérale était de 6,6 mm à 33,5 mm.

Chez 19 patients (68 %), la profondeur jusqu’au muscle s’est avérée plus grande que la longueur de l’aiguille du stylo d’adrénaline (15,02 mm).

Ce nombre était réduit de moitié lorsque on évaluait la SMTD dans la zone antérieure de la cuisse.

Une association a été constatée entre le sexe féminin et une augmentation de la STMD avec 87 % des femmes ayant une profondeur du muscle supérieure à la longueur de l’aiguille au niveau de la partie antéro-latérale de la cuisse comparativement à 0 % des hommes (P = 0,0003).

Les femmes avaient un IMC plus élevé que les hommes mais même à IMC équivalent, les femmes avaient une STMD plus importante que les hommes.

Un IMC élevé était associé avec une augmentation de la STMD avec seulement une personne sur 16 ayant un IMC supérieur à 30 et une STMD inférieure à la longueur de l’aiguille du stylo d’adrénaline dans la partie antéro-latérale de la cuisse (P = 0,04).

Les femmes sont donc particulièrement à risque, même avec un IMC normal ainsi que les patients ayant un IMC supérieur à 30.

Il s’avère que la plus grande profondeur du muscle par rapport à la peau se trouve au niveau du site recommandé dans la partie antéro-latérale de la cuisse.

Ce travail porte sur un petit nombre de patients et une grande majorité de femmes. Il devrait être confirmé sur une population plus grande. Une attention toute particulière est cependant de mise chez les patients obèses et chez les femmes.

Dr Geneviève Démonet (jim.fr)

Référence : Johnstone J et coll. : Excess subcutaneous tissue may preclude intramuscular delivery when using adrenaline autoinjectors in patients with anaphylaxis. Allergy 2015 ; 70 : 703–706

§§§

Arnaud BASSEZ

IADE/ Enseignant CESU-formateur AFGSU

Administrateur


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 15 juillet 2017
par  Arnaud Bassez

Opioid free anesthesia (OFA) ou anesthésie sans morphinique

Sujet à la mode, controverse ou choix délibéré, l’opioid free anesthesia (OFA), est de plus en plus discuté dans le milieu de notre spécialité.
Au delà de nos convictions, il apparait important de colliger certaines données afin au moins, d’en avoir la notion, si ce n’est la pratique.
Tout en ayant bien (...)

samedi 22 octobre 2016
par  Arnaud Bassez

Faites ce que je dis, et pas ce que je fais

La communication envers le patient, au bloc opératoire, est essentielle. Souvent, parce que le patient est stressé, dans l’inconnu, entouré de professionnels en tenue de bloc, masqués, dans un environnement de haute technicité, froid, peu accueillant, et qui représente le "saint des saints" de (...)

jeudi 12 novembre 2015
par  Arnaud Bassez

La musique adoucit la douleur

Anxiété et douleurs périopératoires : intérêt confirmé de la musique
Publiée dans The Lancet, une analyse croisée de 73 études randomisées confirme l’intérêt de la musique en périopératoire pour diminuer la douleur, l’anxiété et l’usage d’antalgiques.
Ces effets positifs sont observés quelque soit le choix (...)

samedi 17 octobre 2015
par  Arnaud Bassez

Réanimation cardio respiratoire guidelines ILCOR-ERC 2015-2020

Cet article est maintenant celui qui fera référence à la prise en charge de l’arrêt cardio-respiratoire sur la période 2015-2020.
Les articles en anglais seront publiés au même titre que les articles en français. (Master oblige).
Bibliographie Tous les articles actualisés en lien avec l’arrêt cardio (...)

mercredi 3 décembre 2014
par  Yves Benisty

Analogie entre la plongée et l’anesthésie

Yves Benisty, IADE dans un CHU parisien, nous propose l’analogie entre plongée et l’anesthésie.
Il n’est pas rare de trouver de vrais fondus de plongée dans notre milieu professionnel.
Comme souvent avec Yves, les choses compliquées s’avèrent faciles, grâce à son sens de la pédagogie par analogie.
A (...)

vendredi 4 avril 2014
par  Arnaud Bassez

West side story

En physiologie respiratoire, les zones de West, sont des localisations du poumon suivant le rapport ventilation/perfusion.
Au niveau sanguin, la pression hydrostatique est plus importante à la base qu’au sommet du poumon. L’air alvéolaire appui sur les capillaires de fait la pression hydrostatique (...)

mardi 4 février 2014
par  Arnaud Bassez

Anesthésie pour oesophagectomie

Chirurgie exigeante, pour équipe entrainée, l’œsophagectomie nécessite une bonne collaboration entre l’équipe anesthésique et chirurgicale.
L’intervention consiste à enlever une partie ou la totalité de l’œsophage (œsophagectomie) et à le remplacer par l’estomac. L’estomac est ainsi ascensionné dans le (...)

jeudi 26 septembre 2013
par  Arnaud Bassez

Aviation et anesthésie : analogie, principe, oxygène dans un avion

Souvent l’anesthésie est comparée à l’aviation, pour sa similitude de phase
décollage
croisière
atterrissage
pour sa sécurité, (les HRO High Reliability Organizations, ou HFO pour haute fiabilité organisationnelle) pour sa check-list, et pour le côté "high tech".
Le passager qui embarque dans un (...)

mercredi 19 juin 2013
par  Arnaud Bassez

Prise en charge des patients suspects d’infections dues au nouveau coronavirus (HcoV-EMC, ou NCoV)

Le « nouveau coronavirus » (NCoV) est une souche jamais encore détectée chez l’homme avant les premiers cas confirmés par l’OMS en 2012. Bien que le nouveau coronavirus soit génétiquement assez différent du virus à l’origine du SRAS selon l’OMS, celui-ci est particulièrement grave : 16 cas mortels sur 34 (...)

jeudi 13 septembre 2012
par  Arnaud Bassez

ECMO (Extra Corporeal Membrane Oxygenation, Oxygénation par membrane extra-corporelle)

Revenu sur le devant de la scène au cours de l’épidémie de grippe H1N1, l’ECMO fait partie de la sphère des IADE. À ce titre, cet article recense quelques éléments essentiels à la compréhension de chacun.
« Le choc cardiogénique réfractaire est la cause de très nombreux décès dans les services de soins (...)

vendredi 1er juin 2012
par  Arnaud Bassez

Enquête : Quelle utilisation faites-vous du protoxyde d’azote ?

Quelle utilisation faites-vous du protoxyde d’azote ?
Compte rendu de l’enquête sur les pratiques des anesthésistes réalisé par Brigitte Postel (source webanesthésie)
Quels mélanges gazeux avez-vous l’habitude d’utiliser pour l’entretien d’une anesthésie chez l’adulte ?
L’utilisation du protoxyde (...)

dimanche 18 mars 2012
par  Arnaud Bassez

Débit cardiaque, remplissage vasculaire, exploration hémodynamique et angiographie cardiaque, bio réactance

Le remplissage vasculaire est une technique consistant à perfuser une solution de remplissage via une voie veineuse pour corriger une hypovolémie
QU’EST-CE QUE LA VOLEMIE ?
La volémie est le volume sanguin total de l’organisme (plasma et éléments figurés du sang). La valeur normale de la volémie est (...)

jeudi 9 février 2012
par  Arnaud Bassez

Le cytochrome P450

Le cytochrome P450
Les cytochromes sont des enzymes présentes dans divers tissus et qui interviennent dans le métabolisme de substances endogènes et exogènes, notamment de nombreux médicaments.
Quelques isoenzymes assurent le métabolisme de la plupart des médicaments
Le cytochrome P450 est un (...)

jeudi 9 février 2012
par  Arnaud Bassez

Le syndrôme atropinique

Le syndrome atropinique en bref
Le syndrome atropinique (alias anticholinergique) est lié soit à une intoxication par des plantes (telles que la belladone) ou des produits industriels, soit à des médicaments. Les médicaments ayant des effets atropiniques (alias parasympatholytiques, alias (...)

samedi 14 janvier 2012
par  Arnaud Bassez

Les interventions chirugicales

Pas toujours expliquées dans les écoles IADE, ni par les professionnels de terrain, voici une modeste tentative de colliger des articles en lien avec les interventions chirurgicales.
Cet article ne prétend à aucune exhaustivité, et tient ses renseignements des sites chirurgicaux.
Les techniques (...)

vendredi 23 décembre 2011
par  Arnaud Bassez

Bases Générales en Anesthésie et en Réanimation

Les pré requis. Et les références. Pour les MAR et les IADE. Bases Générales en Anesthésie et en Réanimation

lundi 30 mai 2011
par  Arnaud Bassez

Anesthésie de l’obèse

Anesthésie de l’obèse ou anesthésie pour la chirurgie bariatrique
Étymologie du mot bariatrique
(XXe siècle) Composé du grec βάρος baros (« poids ») et ἰατρός, iatros (« médecin » → voir -iatrie).
I - Généralités :
BMI :

mardi 19 avril 2011
par  Arnaud Bassez

ALRIV (Anesthésie Locale intraVeineuse)

Depuis l’avènement de l’échographie pour les blocs plexiques, l’anesthésie loco-régionale a bien évolué, passant du neurostimulateur à une vision du nerf, annihilant tout mouvement algique.
Pourtant, il reste une technique simple, fiable peu onéreuse et aisément reproductible, qui est l’anesthésie (...)

samedi 23 octobre 2010
par  Arnaud Bassez

Réanimation cardio-repiratoire : guidelines 2010-2015

Retrouvez en fin de cet article, l’actualité des articles sur l’arrêt cardiaque, mise en ligne au fil des publications.
Les nouvelles recommandations 2015-2020 sont disponibles depuis le 15 octobre 2015
En attendant le 15 octobre 2015, voici ce que l’on peut déjà définir des futures recommandations (...)

jeudi 24 septembre 2009
par  Arnaud Bassez

Le xénon : sweet dreams

Le xénon, un gaz rare, a fait son entrée depuis quelques temps comme anesthésiant dans les blocs opératoires.
Les premières recherches sur l’utilisation du xénon comme anesthésiant remontent aux années 50. Il est utilisé en Russie depuis une dizaine d’années.
Le gaz médical LENOXe d’Air Liquide, à base (...)

samedi 13 juin 2009
par  Arnaud Bassez

AIVOC (Anesthesie intraveineuse à objectif de concentration)

AIVOC
Anesthésie Intra-veineuse à Objectif de Concentration
cliquez sur l’image pour voir l’animation
I Définition
Prescrire une concentration plasmatique cible pour obtenir l’effet recherché et modifier le niveau d’anesthésie en ajustant cette concentration cible au niveau du plasma ou (...)

lundi 23 mars 2009
par  Arnaud Bassez

Choc anaphylactique

A lire, l’article sur l’allergie (latex, curares et autre)
Vous trouverez d’autres documents (pas forcément en lien avec le sujet présent), en consultant les "best of" de la SOFIA ainsi que les différents congrès publiés ici.
Docs en stock
Docs en stock 2 Anesthésie-Cardiologie-Femme (...)

Brèves

Lépine l’arrose

mardi 8 mai 2018

Le concours Lépine 2018 récompense le « MedPack », une station de travail médicale

Cette station de travail médicale a été repérée par le service de Santé des Armées...

Le « MedPack », une station de travail médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier.

Le 117e concours Lépine a récompensé lundi soir le « MedPack », une station de travail médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier, un infirmier urgentiste aux Pompiers de Paris.

C’est à force d’intervenir au quotidien sur le terrain, de se rendre compte combien l’hygiène pouvait poser problème que Samuel Mercier a conçu, au bout de six ans, son prototype. « Cela faisait un siècle que l’on n’avait pas évolué, avec des conditions de travail inchangées » pour le personnel de santé intervenant en situation difficile, expliquait jeudi l’infirmier à l’AFP.

Une station de travail compacte pesant 7 kg

Ainsi, racontait-il, quand l’infirmier arrive sur un lieu d’accident ou d’attentat, «  il découvre son environnement de soin et souvent il n’est pas adapté, voire insalubre : il n’y a pas d’éclairage, pas de plan de travail etc. ». Sans compter que si l’on doit transfuser le patient, il faut compter sur un collègue pour tenir la perfusion, que les produits et autres seringues sont posés à même le sol puis jetés par terre…

Fort de son expérience, Samuel Mercier a donc conçu une station de travail compacte, pesant 7 kg et transportable à l’épaule, qui se déplie en trois secondes. Une fois stabilisé sur son trépied, le « MedPack » devient un « espace de travail emménagé » : poubelles pour le tri sélectif des déchets, pied à transfusion télescopique, ampoule éclairant la zone accidentée, plateau d’intubation intégré, mini-pharmacie sécurisée et même possibilité d’accrocher un parapluie !
Le « MedPack » bientôt déployé au Liban ?

Une cinquantaine de « MedPack » ont déjà été fabriqués et sont utilisés par les pompiers, ainsi que par des CHU en Suisse et en Belgique. Il doit prochainement être déployé au Liban auprès des militaires français. « D’autres utilisations en zones difficiles sont envisageables : lors d’interventions en montagne, à la campagne par des vétérinaires ou même en maison de retraite par des infirmiers libéraux  », selon Samuel Mercier.

Grâce à cette invention, l’infirmier urgentiste à obtenu la plus prestigieuse récompense du concours Lépine, le prix du président de la République, sous la forme d’un vase en porcelaine de Sèvres.

[...]

Source : 20minutes.fr Vanessa Rodrigues Biague

AB

Arrêt cardiaque, lecture continue

jeudi 7 septembre 2017

Retrouvez les articles sur l’arrêt cardiaque dans l’article dédié aux dernières recommandations 2015-2020.

Les quatre derniers articles intéressants de la semaine sont aussi sur le forum.

  • La question de la fréquence optimale de la ventilation pendant la réanimation cardio-respiratoire
  • Les femmes moins performantes pour une réanimation cardiopulmonaire
  • Un an après l’ECMO, comment vont-ils ?
  • Le SAOS protégerait le cerveau en cas d’arrêt cardiaque

Bonne lecture

— -

En relation

AB

Rapport relatif aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015

mardi 12 juillet 2016

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président - M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président-M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

Le rapport présente 434 pages sur les attentats en France en 2015. Et mille pages d’annexes (les auditions).

Parmi les points mis en évidence, le document met clairement en lumière les "ratés " qui ont permis aux terroristes de Paris d’échapper à la surveillance. Ils étaient pourtant connus, à un titre ou un autre, des services judiciaires, pénitentiaires ou de renseignement. Tous avaient été fichés, contrôlés, écoutés ou incarcérés, à un moment de leur parcours de la délinquance à la radicalisation violente.

Voici les principaux constats de la commission :

Pour la création d’une "agence de lutte contre le terrorisme"

Pour éviter de nouvelles attaques, la commission prône notamment la création d’une "agence nationale de lutte contre le terrorisme" placée directement sous l’autorité du Premier ministre, sur le modèle américain du Centre national antiterroriste (NTC) créée après le 11 septembre 2001.

La nécessité de fusionner les trois forces d’élite

Le soir du 13 novembre, "l’intervention des forces d’intervention a été rapide, efficace et a démontré qu’elles étaient capables de collaborer", estime le rapporteur, le député socialiste Sébastien Pietrasanta qui s’interroge toutefois sur "le bien-fondé du maintien de plusieurs forces d’intervention spécialisées" et préconise, à terme, "la fusion des trois forces d’élite" (GIGN, Raid et BRI).

Pas gagné d’avance à mon avis.

Pour la création de "colonnes d’extraction" des victimes

Le principal problème, selon la commission, a été l’évacuation des victimes, qui a pu être retardée par le fait que les secours d’urgence n’avaient pas accès au périmètre des forces d’intervention. Dans ses 39 propositions, la commission préconise ainsi l’instauration de "colonnes d’extraction" des victimes.

L’échec du renseignement

Pour la création d’une agence nationale du renseignement

Des failles dans le renseignement pénitentiaire

L’attaque du Bataclan n’aurait pas pu être évitée

Des doutes sur l’efficacité des dispositifs de sécurisation du territoire

— -

Pour ceux qui voudraient lire les retex, ils sont disponibles sur l’article Les plaies par arme à feu - balistique des armes à feu

A lire Les rapports, les référentiels sur les services d’urgence

AB

Matos news 3

vendredi 24 juin 2016

Les moniteurs de la douleur dont disposent les anesthésistes depuis 2010 surveillent le diamètre de la pupille de l’œil ou la fréquence cardiaque. «  Leur faiblesse vient du fait qu’ils sont basés sur un seul paramètre. L’avantage du nouveau moniteur que nous étudions est qu’il est multiparamétrique  ». Le système nerveux autonome et le système hormonal de l’organisme réagissent aux stimuli douloureux par divers mécanismes qui induisent des changements mesurables.

Le nouveau moniteur dénommé PMD 200 (pain monitoring device) est équipé d’une technologie mise au point par la compagnie Medasense Biometrics Ltd. en Israël. Il se compose d’une petite sonde que l’on pince au bout du doigt du patient. Cette sonde est munie de quatre capteurs. L’un d’entre eux enregistre une courbe de pléthysmographie, qui décrit les variations du volume sanguin au moyen d’une mesure de la pulsatilité des capillaires, ces petits vaisseaux entre les artères et les veines. À chaque battement cardiaque se produit une onde de pulsatilité dans les capillaires. Cette onde de pulsatilité permet de calculer la variabilité de la fréquence cardiaque.

Ce nouveau dispositif surveille continuellement ces paramètres physiologiques qui sont affectés par les stimuli douloureux et par l’administration d’analgésiques. Un algorithme mathématique analyse ces données physiologiques et les convertit en temps réel en un index de douleur appelé Nol (pour nociception level index). Les valeurs de cet index sont représentées sur une échelle de 0 à 100. Une valeur entre 0 et 10 signifie que le patient ne ressent pas de douleur et qu’on peut même alléger un peu les doses d’analgésiques. Une valeur entre 10 et 25 est idéale. Et une valeur dépassant 25 signifie que le patient est en douleur et qu’il faut augmenter les doses.

Lire la suite sur le forum

- Le site medasense

- Les articles sur la douleur

  • Douleur (le point de vue juridique)

AB

Matos news 2

samedi 21 mai 2016

Le laboratoire Dräger publie une alerte sur le remplissage des cuves de desflurane avec le produit du laboratoire Baxter.

Mesures de précaution au remplissage des cuves de desflurane Dräger

A lire et à diffuser autour de nous.

AB