Chirurgiens et anesthésistes : le grand désamour

dimanche 28 février 2016
par  Arnaud Bassez
popularité : 2%

« Les chirurgiens et les anesthésistes ont une relation à la fois curieuse et sadomasochiste » affirme Malcolm Fisher.

Au fait, l’amour et la haine dans cette relation sont régis par deux vérités indiscutables : sans chirurgiens, les anesthésistes seraient de vrais chômeurs. D’autre part, tout progrès chirurgical est rendu possible grâce à l’anesthésie car sans anesthésie, le patient préférerait garder sa vésicule biliaire ou son appendice au lieu de sentir le martyr !

Comme la chirurgie a bien évolué, la fonction de l’anesthésiste est passé de fournir des conditions de travail confortables au chirurgien, à sauver le patient du chirurgien !

Le premier aperçu de cette relation m’est venu à la tête quand j’ai changé de spécialité ; d’un résident en chirurgie en résident en anesthésie.

Lors de mon premier jour, j’ai appris les bases de la part de quelqu’un qui, malgré qu’il était inconnu dans le cadre scientifique, est considéré comme un philosophe en anesthésie. Au cours de mes premières cinq minutes, il m’a dévoilé les trois règles fondamentaux en anesthésie :

  1. Il faut toujours vérifier l’alimentation en oxygène.
  2. Toujours identifier le patient et l’opération.
  3. Haïr tous les chirurgiens.

Je fus un peu surpris mais très vite j’ai appris que ces règles, comme beaucoup d’autres choses dont il m’a parlé, étaient essentiels pour la survie !

Le deuxième jour, il m’a éduqué sur les trois lois de la chirurgie :

  1. La chirurgie engendre la chirurgie.
  2. Le réglage de la scialytique est un signal immédiat pour le chirurgien pour qu’il place sa tête dans le point focal.
  3. Aucune substance n’est plus opaque que la tête d’un chirurgien

Après trois semaines, je croyais que j’ai bien maîtrisé l’anesthésie, jusqu’à ce que j’ai interrogé un chirurgien sur la différence entre un résident en anesthésie de trois semaines et un anesthésiste de 20 ans d’expérience. « La différence est infime » A-t-il répondu brutalement. La seule différence c’est que quand quelque chose tourne mal et c’est un junior qui anesthésie, je le sais, et quand c’est un consultant qui anesthésie, j’apprend qu’il est dans le salon de thé quand tout est fini. »

Alors j’ai confronté le philosophe en anesthésie avec cette information troublante, et là, j’ai appris la leçon la plus importante !

Ne jamais dire quoi que ce soit au chirurgien. Il ne peut rien faire. Il va paniquer c’est tout !
Il y a seulement quatre choses qu’il dira en temps de crise.

  1. « S’il vous plaît tenez l’écarteur hors du cœur. »
  2. « Pourriez-vous arrêter le saignement et m’aider pour que je puisse me rattraper ? »
  3. « Pourriez-vous faire un massage cardiaque. »
  4. « Vous pouvez arrêter maintenant – il est mort. »

Ensuite, je suis allé chercher les complexes qui régissent la relation chirurgien-anesthésiste.

J’ai entendu parler de la fameuse Jones technique de l’anesthésie, où l’anesthésiste est situé au pied de la table et dit au chirurgien comment opérer, alors que l’assistant du chirurgien tient le patient sur la table.

J’ai appris que la compétence en anesthésie est un terme qui n’a aucun sens ; toute personne qui pourrait allonger un patient, est forcément compétente, mais l’aptitude à la chirurgie est une question entièrement différente. La compétence en chirurgie peut être gérée par un téléphone en demandant qui est le chirurgien, où va le patient après, et c’est quoi l’opération.

J’ai appris à comprendre les complexes prima donna du chirurgien et de reconnaître quand l’opération ne va pas :

  • *Tous les chirurgiens suivent la même procédure.
  • *Réglez les écarteurs
  • *Repositionner l’assistant
  • *Faire une plus grande incision
  • *Changer de côté
  • *Demander à plusieurs reprises les ajustements de la lumière
  • *Demander plus de détente
  • *Insulter l’infirmière, le résident, la Commission de la santé, le gouvernement, l’anesthésiste..
  • *extraire l’organe et fermer.

Après quelques années, j’ai appris deux autres choses très importantes, que chaque anesthésiste devrait connaitre :

Tous les manuels chirurgicaux listent les causes de l’hémorragie durant une opération. Ils incluent toujours une incompatibilité lors d’une transfusion sanguine, une transfusion massive, mauvaise position, l’halothane, l’éther, patient trop maigre, organes profonds, hypoxie, hypercapnie et ainsi de suite. On ne mentionne jamais le bistouri, la rupture d’un vaisseau…

En fait, quand un chirurgien vous jette un regard noir et vous dit « Pouvez-vous faire quelque chose pour arrêter le saignement ? » la meilleure réponse est « Certainement, mais qui va s’occuper du patient ? »

Il y a aussi une liste de grands mensonges chirurgicaux que chaque anesthésiste devrait reconnaître.

  1. « installez le pour l’endormir , je viendrai dans cinq minutes. »
  2. « Il est vieux, mais il est en forme. »
  3. « Je n’ai pas du sang cross-matché, on en aura pas besoin »
  4. « Je vais juste ouvrir, jeter un œil, et fermer. »
  5. « Elle va mourir si je ne fais rien. »
  6. « Je vais terminer en dix minutes. »

Les chirurgiens apprécient un certain nombre de mensonges « anesthésiques » comme ils apprécient la loi qui dit que la compétence en chirurgie est universellement proportionnelle au temps de la journée. Et les chirurgiens se méfient quand ils entendent :

  • « La pression artérielle est 123/72. »
  • « Le patient est au maximum détendu et il ne pourra pas respirer pendant une semaine si je lui donne plus. »
  • « Il n’est pas cyanosé, c’est juste l’effet de l’éclairage. »

L’implication subliminale des mensonges doit être appréciée par les deux membres. C’est dans intérêt du patient. Et peut-être le plus grand avantage qui se cache derrière l’allongement de la durée des cours du troisième cycle est de donner aux chirurgiens et anesthésistes débutants le temps d’apprécier les particularités de l’autre.

source actumedecine.com


Une synergie entre anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens déterminante pour réduire la mortalité

Publié le mercredi 9 mars 2016 Yasmine ZIAT, lessentiel-anesthesie-reanimation.fr

Suite à la séance du 10 février 2016 à l’Académie Nationale de Chirurgie (ANC), Philippe Marre, secrétaire général de l’ANC, a expliqué le choix d’une séance portant sur les relations entre anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens.

De son côté, Claude Ecoffey, président de la Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR), a détaillé la nécessité d’une entente entre ces deux spécialités médicales pour une meilleure qualité des soins.

« Le rôle de l’académie est de promouvoir l’éthique et le savoir de la chirurgie française. Transversale, elle accompagne et fédère l’ensemble des spécialités chirurgicales et valorise les découvertes, progrès et innovations », décrit Philippe Marre. Elle joue un rôle de catalyseur en abordant les diverses problématiques d’actualité en santé, tel que les questions inhérentes à la coopération entre anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens, « leur entente est indispensable pour le bien du patient, mais cette relation n’est pas toujours facile », explique-t-il.
Anesthésistes-Réanimateurs et Chirurgiens, rôles et responsabilités - Séance du 10 février 2016

Actuellement, la mortalité anesthésique en peropératoire est de 1/140 000, témoignant des progrès médicaux réalisés depuis la décennie 80. Toutefois le nombre de décès en postopératoire reste 1000 fois plus important. Claude Ecoffey, détaille l’importance d’une action synergique des anesthésistes-réanimateurs et des chirurgiens pour relever le défi de réduction de la mortalité postopératoire.

« 11,5 millions d’anesthésies sont réalisées chaque année en France (contre 3 millions en 1980 et 8 millions en 1996). La chirurgie représente à elle seule 50 % des besoins anesthésiques. Compte-tenu de l’évolution des indications chirurgicales et de l’augmentation du nombre d’anesthésies à faire, il convient de définir les rôles de chacun, anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens, pour une meilleure prise en charge des patients, afin d’influer sur la mortalité postopératoire », indique-t-il.

« Selon l’étude Henderson WG et al. J Am Coll Surg, 2007, réalisée aux États-Unis, la mortalité à 30 jours est de l’ordre de 2 - 2,5 % toutes chirurgies confondues, associée à un rapport de 1/1000 entre la mortalité peropératoire et la mortalité postopératoire à 30 jours », décrit-t-il. « Une étude européenne, Pearse RM et al. Lancet 2012, a montré que pour la France, la mortalité toutes chirurgies confondues à 30 jours est de l’ordre de 3 %, indiquant que des progrès restent à faire », reprend-il. « 50 % des décès surviennent dans les cinq premiers jours postopératoires. Il faut donc concentrer l’action des médecins dans le peropératoire immédiat avec des actions préventives plus importantes. »

Qui impliquer dans le suivi postopératoire ?

« Le pivot reste le couple chirurgien et anesthésiste-réanimateur », souligne Claude Ecoffey. La SFAR, au cours des Etats Généraux de l’Anesthésie-Réanimation en 2010, précise que l’anesthésiste-réanimateur doit rester impliqué dans la médecine périopératoire. « Ceci est encore plus vrai depuis la démarche de réhabilitation rapide après chirurgie, où l’intrication des 2 spécialités et la collaboration avec le personnel soignant est déterminante. La communication entre spécialités doit perdurer, de la consultation préopératoire jusqu’au suivi postopératoire, ce qui permettra une meilleure qualité des soins et la réduction du risque de mortalité », conclut-il.


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 22 octobre 2016
par  Arnaud Bassez

The sound of silence

Top des phrases chirurgicales et médicales. Où on devrait tourner plusieurs notre langue dans notre bouche, avant que de l’ouvrir.
Prenez un patient lambda (stressé donc). Allongez-le sur une table d’opération. Conduisez-le dans une salle froide, entouré par du personnel masqué. Vous voulez rire ? (...)

jeudi 5 mai 2016
par  Arnaud Bassez

T’en veux ??

On ne sait pas à quoi ils carburent, de la kétamine super dosée ou du proto à 80 %, mais c’est de la bonne !!
Edit vidéo supprimée par youtube
Arnaud BASSEZ
IADE/enseignant CESU
Administrateur

dimanche 28 février 2016
par  Arnaud Bassez

Chirurgiens et anesthésistes : le grand désamour

« Les chirurgiens et les anesthésistes ont une relation à la fois curieuse et sadomasochiste » affirme Malcolm Fisher.
Au fait, l’amour et la haine dans cette relation sont régis par deux vérités indiscutables : sans chirurgiens, les anesthésistes seraient de vrais chômeurs. D’autre part, tout progrès (...)

jeudi 25 juin 2015
par  Arnaud Bassez

Sac de plage 2

Parce que les vacances sont essentielles, il faut savoir les préparer en amont.
Valable pour les campings, les hôtels, les locations, les trekking et tout autre façon de passer du bon temps, loin de l’hôpital.
Arnaud BASSEZ
IADE/formateur afgsu-enseignant cesu (...)

samedi 6 juin 2015
par  Arnaud Bassez

kit de survie 3

Pas toujours de bon goût, ni très fines, ces blagues doivent figurer dans tout bloc opératoire ou smur qui se respecte. Histoire de perpétuer la légende qui veut qu’une journée sans rire est une journée perdue.
§§§
On demande à un ingénieur et à un étudiant en médecine d’apprendre l’annuaire par coeur. (...)

jeudi 11 décembre 2014
par  Arnaud Bassez

Conduite à tenir

TOP 30 des erreurs à éviter en arrivant dans un service
source ajar-online.fr/631/
Pour le profane, le monde hospitalier est un bien grand mystère. Pour l’Anesthésiste-Réanimateur c’est un monde exigeant dans lequel la moindre faute de conduite peut mener à la catastrophe : 6 mois d’hostilités pour (...)

lundi 3 novembre 2014
par  Arnaud Bassez

Ration de survie

Pour les gardes, les week end et autres joyeusetés qui font notre bonheur professionnel.
Certaines sont d’un goût douteux. D’où l’impérieuse nécessité de les afficher !

mercredi 21 mai 2014
par  Arnaud Bassez

Avocat mayonnaise et poulet au vinaigre

Ce qui suit provient d’un livre intitulé : Désordre dans les Cours de justice d’Amérique et sont des choses qui ont vraiment été dites en Cour, mot pour mot
AVOCAT : Quelle est la première chose que votre mari vous a dit ce matin-là ?
TÉMOIN : Il a dit "Où est-ce que je suis, Cathy ?"
AVOCAT : Et (...)

jeudi 24 octobre 2013
par  Arnaud Bassez

MAR tôt piqueur

Les liens ne sont plus actualisés On peut le regretter. Erik E se produit sur scène en tant que chanteur. Vous trouverez ses vidés sur internet.
Erik Eisenberg, MAR à Clermont Ferrand, très connu pour trimbaler sa guitare dans les congrès, notamment celui de l’afarcot, a le bon goût de ne pas se (...)

mercredi 26 juin 2013
par  Arnaud Bassez

Proverbe et contre rien

Les grands classiques
« Primum non nocere. » (« D’abord ne pas nuire. »)
« Mieux vaut prévenir que guérir. »
« Que ta nourriture soit ton médicament et ton médicament ta nourriture. » Hippocrate
« Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose compte. » (...)

jeudi 21 février 2013
par  Arnaud Bassez

Docteur Maison

Sympa. Si on néglige certaines fautes d’orthographe.
AB

dimanche 10 février 2013
par  Arnaud Bassez

Les IBODE ont de l’humour (Surtout une)

A suivre ce site sympa fait par une IBODE qui a de l’humour. Dès lors pourquoi se priver ? (il semble que le site ne soit pas réactualisé. Dommage).
extraits :
Quand tu déranges l’iade pendant sa pause café
Quand l’Interne te demande des steri-strips
Quand l’iade joue avec le pied a perf´
Quand tu (...)

lundi 26 novembre 2012
par  Arnaud Bassez

Circulaire y’a rien à voir

Quand la direction sort des circulaires, il est du devoir de l’agent de réagir de façon adaptée.
§§§
(extrait du comprimé, le journal de la faculté de pharmacie de Strasbourg)
Le document ci-dessous recense quelques pages de différents journaux. (...)

samedi 28 janvier 2012
par  Arnaud Bassez

Abécédaire non abcédé

Fruit de l’imagination florissante d’un infirmier qui se dit « fatigué, mais on va quand même s’en sortir », c’est un inventaire à la Prévert fait par Didier Morisot, qui nous offre son abécédaire personnel de l’hôpital. On lui dit M.E.R.C.I. !
A - ANESTHÉSIE. Un centre hospitalier pratique quatre types (...)

mercredi 11 janvier 2012
par  Arnaud Bassez

MAR aux canards

Ce qui distingue et différencie définitivement les anesthésistes des réanimateurs.
§§§
La semaine de l’anesthésiste, 1ere partie
<
La semaine de l’anesthésiste, 2e partie
§§§
A suivre ce site sympa fait par une IBODE qui a de l’humour. Dès lors pourquoi se priver ?
extraits :
Quand tu déranges (...)

vendredi 14 octobre 2011
par  Arnaud Bassez

Anne ma soeur âne...

En free style, on a parfois le vertige des abysses. Le néant se fait jour sous nos yeux.
Il vaut mieux être assis pour les profs...
Ô ral, ô désespoir !

jeudi 11 août 2011
par  Arnaud Bassez

Au coin !

Pour aider ceux qui sont dans le besoin...
Oui je sais, la finesse n’est pas toujours de mise...
AB

vendredi 27 mai 2011
par  Arnaud Bassez

Le festival de Kahn

DSK la vraie histoire
Les sources de la SOFIA sont formelles.
Voici ce qui s’est vraiment passé au Sofitel.
Yes he Kahn ! Ils font fort chez CITROËN !
On ne peut plus les arrêter !
Après la DS 3 en alu
Après la DS 4 en titane
Après la DS 5 en carbone
Bientôt la DS K en taule
§§§
Arnaud (...)

dimanche 1er mai 2011
par  Arnaud Bassez

Jack ass

Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir.
Pierre Dac
On ne dit pas "un balcon" mais "une soirée nulle"
On ne dit pas "un pinailleur" mais "un mari volage"
On ne dit pas (...)

dimanche 17 avril 2011
par  Arnaud Bassez

Dico minute

Derniers rajouts au Larousse...
Autobus : Véhicule qui roule deux fois plus vite quand on court après que quand on est assis dedans.
Taser : Instrument utilisé afin de mieux faire passer le courant entre la police et la jeunesse.
Horloge Murale : Seul objet impossible à voler dans une (...)

mercredi 24 novembre 2010
par  Arnaud Bassez

Les meilleurs ennemis

Source SMUR d’Argenteuil
À utiliser à ses risques & périls…
En intervention
Comment énerver son IADE !
Accueillir l’infirmier(e) en lui demandant quand son/sa collègue est de garde.
Lui dire juste avant : "c’est encore toi ?".
Médicaliser systématiquement les VSAB.
Faites-lui faire un (...)

mardi 1er juin 2010
par  Arnaud Bassez

Les perles s’enfilent (comme les haricots)

Lu sur le site Carlif (Club Anesthésie Réanimation Libérale Français)
Vous êtes donc le médecin radiesthésiste ? (Non, mais je peux le faire ça sera plus cher et sans feuille..)
Poids ? 82kg, Taille ? XL….
Votre dentier en haut ou en bas ? dans le tiroir du haut de la table de nuit…(carte chance (...)

Brèves

SAMU à louer

samedi 2 juin 2018

Les temps sont durs pour le SAMU...

SAMU à louer

AB

Dodo

samedi 18 juin 2016

Quand la base priméa interprète notre pensée mieux que nous ne saurions le faire envers l’opérateur...

Et puis quand on est spécialiste du sommeil, il faut bien vendre sa boutique. Là, la publicité n’est pas flagrante...

AB

Et pendant ce temps...

jeudi 10 septembre 2015

AB

La loi c’est la loi

mardi 4 août 2015

Les lois les plus insolites encore en vigueur en France

source : topito.com et linternaute.com

Certains textes datent du Moyen Âge, d’autres de la Révolution française, ou encore du régime de Vichy. Tous sont parfaitement légaux aux yeux de la loi française, et ce malgré la volonté de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNDH) d’épurer cet énorme “bordel législatif” qui regorge de lois plus désuètes les unes que les autres, mais demeurées dans les textes parce que personne n’a pris la peine (et le temps) de les abroger. Nul n’est censé ignorer la loi. On vous aura prévenu :

  • Il est interdit à tout propriétaire d’appeler son cochon Napoléon
    (Mais vous avez le droit de l’appeler Jean-Marie.)
  • Tous les citoyens se doivent d’avoir chez eux une botte de foin, juste au cas où le roi passerait avec son cheval
    (Ne fonctionne qu’avec le roi. Tant qu’on aura un président de la République comme boss, pas de soucis, personne ne vous emmerdera.)
  • Les soucoupes-volantes sont interdites à Avignon.
    (C’est un arrêté municipal des années 50, rédigé sans doute après une nuit trop arrosée.)
  • Il est interdit de s’embrasser sur les rails d’un train
    (Et d’y poser des explosifs. Petit rappel jamais inutile.)
  • Le propriétaire d’un bien immobilier l’est également du "dessus et du dessous", c’est-à-dire qu’il possède légalement l’espace aérien de son bien ainsi que l’espace souterrain. La loi 1804-01-27 promulguée le 6 février 1804 indique en effet que "la propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous".
    (Si toutefois vous vous aventuriez dans la formidable aventure de la recherche pétrolière, sachez toutefois que vous devez bénéficier d’une autorisation de l’État pour le faire...Pas con les mecs.)
  • Toute femme désirant s’habiller en homme doit en demander l’autorisation officielle auprès de la Préfecture de police
    (Pas sûr toutefois qu’on leur accorde ce privilège. Vont finir par nous bouffer celles-là.)
  • De 8 heures à 20 heures, les radios françaises sont dans l’obligation de passer sur leurs ondes 70% de musique exclusivement française
    (Quoi, vous pensiez que Kenza Farah passait en radio parce qu’elle avait un talent hors norme ?)
  • À Paris, une poubelle est considérée comme une arme mortelle par les autorités locales
    (Les éboueurs sont des sortes de démineurs ambulants, en fait. Gloire à eux.)
  • Aucune boisson alcoolisée n’est officiellement autorisée sur le lieu de travail. Mis à part la bière, le poiré, le cidre et le vin
    (C’est la fameuse exception culturelle française qui protège notre patrimoine gastronomique.)
  • « Ceux qui meurent à Cugneaux seront sévèrement sanctionnés. »
    (Une double absurdité qui cache un problème réel : la crise du logement dans les cimetières.)
  • Depuis 1999, certains pâturages de Saint-Gemmes-sur-Loire sont gratuitement mis à disposition des rennes du Père Noël.
    (Histoire de ne pas froisser le barbu et d’éviter les retards de livraison.)
  • La Saint-Glinglin, ça existe ! Lorsque la justice a dû se prononcer sur un différend entre un prêteur et son débiteur qui avait rédigé un contrat sur lequel il s’engageait à rembourser sa dette le jour de la Saint-Glinglin, elle a rendu cette décision :
    "Attendu que la Saint-Glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu’il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n’ont pu y trouver place ; Attendu, en conséquence, qu’il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint-Glinglin. Par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, le débiteur est condamné à payer la somme réclamée avant le 1er novembre."

Eugène sue

dimanche 24 mai 2015

Merci à Nathalie pour cet envoi.

Quand le chirurgien dit qu’il a chaud, il faut peut-être le croire...

AB