Les antibiotiques

jeudi 9 juin 2016
par  Arnaud Bassez
popularité : 9%

Utilisés "larga manu", les antibiotiques montrent leurs limites. Les recommandations tendent à harmoniser les prescriptions. Ainsi, il n’est plus rare de ne pas administrer d’antibiothérapie sur des actes de chirurgie sans facteurs de risques.

- Pharmacodynamie

Par pharmacodynamie, on entend l’effet de la substance sur l’organisme. Une inter action de ce type peut se produire en cas d’association de deux substances avec les mêmes propriétés ou effets indésirables. Ceci peut être un effet recherché, par exemple en associant deux antihypertenseurs, mais peut être délétère, telle par exemple l’association de la ciprofloxacine et du méthotrexate : le premier augmente les concentrations plasmatiques du second par inhibition compétitive de la sécrétion tubulaire rénale, augmentant ainsi le risque de réaction toxique sur méthotrexate.

- Pharmacocinétique

Par pharmacocinétique, on entend l’effet de l’organisme sur la substance administrée.

Une interaction peut survenir au niveau de l’absorption, de la distribution, de la métabolisation et de l’excrétion.

- Absorption

La prise alimentaire, des changements du pH ou de la motilité gastrique, une compétition au niveau des transporteurs dans la paroi gastrique ou intestinale, peuvent, entre autres, influencer la vitesse d’absorption et/ou la quantité absorbée. La présence de calcium dans l’estomac, par ingestion de produits laitiers par exemple, diminue considérablement l’absorption des quinolones comme la ciprofloxacine et la norfloxacine. Ces deux substances doivent être prises une heure avant ou deux heures après l’ingestion de produits riches en calcium.

- Distribution

La liaison aux protéines plasmatiques et la compétition entre deux substances fortement liées peuvent influencer l’exposition à un médicament. Les antibiotiques sont peu touchés par ce problème.

- Métabolisme

L’exemple le plus connu est probablement le système enzymatique des cytochromes p450, présents surtout dans le foie, mais aussi dans la paroi intestinale. Ces enzymes métabolisent d’innombrables substances que nous absorbons tous les jours, mais également une multitude de médicaments, en les rendant hydrosolubles pour permettre leur élimination par voie rénale principalement. Si plusieurs substances sont métabolisées par le même cytochrome, il peut y avoir compétition pour un même substrat. Certaines substances sont des inhibiteurs, d’autres des inducteurs enzymatiques, diminuant ou augmentant ainsi le métabolisme d’autres médicaments. Les antibiotiques qui influencent les cytochromes sont listés dans le tableau 1.

(NDLR : la nouvelle version de spip, supportant ce site, ne permet plus de grossir les images en cliquant dessus. Regrettons le, mais pour vous permettre toutefois une lecture des tableaux, ceux-ci sont rattachés dans le document pdf ci-joint.)

Tableaux antibiotiques

La rifampicine, inducteur enzymatique puissant, peut accélérer considérablement l’élimination de certaines substances, telles les coumariniques (Sintrom), les anticalciques, les inhibiteurs de la pompe à protons, entre autres. Une augmentation de la posologie, parfois considérable, peut être nécessaire, sans oublier de réadapter cette posologie à l’arrêt de la rifampicine pour éviter des effets toxiques.

Parfois, l’introduction d’un inhibiteur enzymatique puissant nécessite l’arrêt d’une autre substance : la clarithromycine (Klacid) peut, par exemple, augmenter la toxicité de certaines statines substrats du 3A4 par effet inhibiteur sur cet enzyme, (tableau 1). Il est recommandé dès lors de suspendre certaines statines (atorvastatine, simvastatine) durant le traitement de clarithromycine.

Le jus de grapefruit est un inhibiteur du 3A4. Il diminue la biodisponibilité de la clarithromycine et de l’itraconazole , probablement via un effet sur l’absorption.

Il existe d’autres enzymes impliqués dans le métabolisme médicamenteux, comme la glucuronyl-transférase. Ces enzymes sont moins sujets aux interactions avec les antibiotiques, à l’exception de la rifampicine (inducteur).

Une autre forme de métabolisation accrue est l’inactiva tion de l’érythromycine par l’acidité gastrique. Ce médicament doit être pris avec de l’eau (pour neutraliser le liquide gastrique) une heure avant ou deux heures après les repas.

- Elimination

L’élimination des substances se fait avant tout par voies rénale et fécale. Une altération de la fonction rénale peut évidemment ralentir l’élimination d’un médicament et induire une toxicité par accumulation. Certains antibiotiques (par exemple : aminoglycosides) ont un potentiel néphrotoxique et nécessitent des contrôles de la fonction rénale.

Dans le rein existent des systèmes de transporteurs qui excrètent certaines substances activement, comme par exemple la p-glycoprotéine qui excrète la digoxine. La clarithromycine inhibe cette protéine et peut donc provoquer une intoxication à la digoxine.

- Aliments et médicaments

L’acidité gastrique, la vidange gastrique, le contenu en graisse de la nourriture, l’utilisation de transporteurs en commun entre médicament et éléments nutritifs, des réactions chimiques entre éléments et médicaments, peuvent influencer la cinétique de certains médicaments et aussi des antibiotiques. Le tableau 2 résume les interactions les plus importantes.

- Alcool et antibiotiques

Si l’effet « antabuse » du métronidazole a été décrit dans les années 70 déjà, il persistait néanmoins un doute quant au mécanisme. Un travail expérimental récent apporte une nouvelle explication : le métronidazole n’influence pas, comme supposé auparavant, l’acétaldéhyde déshydrogénase mais augmente le taux de sérotonine dans le cerveau, effet déjà connu de l’alcool. Selon les auteurs, les symptômes désagréables déclenchés par l’association de métronidazole et d’alcool pourraient être l’expression d’un syndrome sérotoninergique. L’intolérance à l’alcool provoquée par le kétoconazole, non testée dans cette étude, passerait-elle par le même mécanisme ?

L’érythromycine augmente la vitesse d’absorption et la biodisponibilité de l’éthanol en accélérant la vidange gastrique. La dégradation de l’alcool dans l’estomac, par l’alcool déshydrogénase, est donc diminuée, avec un pic d’alcoolémie plus précoce et une exposition accrue.

Certaines céphalosporines administrées par voie parentérale (ceftriaxone = Rocéphine, céfamandole = Mandokef, céfazoline = Kefzol) peuvent provoquer un effet « antabuse » en raison de leur ressemblance structurelle avec le disulfirame (Antabus).

Un effet additif sur le système nerveux central est théoriquement possible, bien que l’évidence clinique demeure incertaine, entre l’éthanol et la ciprofloxacine, la norfloxacine, la méfloquine et la chloroquine.

Les auteurs de l’article de 1996 dans Médecine et Hygiène concluent que la fréquence des interactions entre éthanol et antibiotiques est probablement sous-estimée, mais laissent au prescripteur la décision de déconseiller la consommation d’alcool durant le traitement d’antibiotiques ou une attitude plus libre, mais en évitant les substances considérées à risque d’interactions.

- Anticoagulation orale et antibiotiques

Un nombre considérable de patients bénéficie d’une anti coagulation orale. Les substances utilisées en Suisse pour l’anticoagulation orale thérapeutique sont pour l’instant les coumariniques : l’acénocoumarol (Sintrom) et la phen procoumone (Marcoumar). Métabolisées via les cytochromes, ces deux substances sont à risque d’interactions multiples, notamment à cause de leur marge thérapeutique étroite.

Le tableau 3 énumère les interactions les plus fréquentes avec les antibiotiques oraux.

La plupart se font par une inhibition enzymatique (d’où augmentation de l’effet anticoagulant) ou, plus rarement, par une induction enzymatique (avec diminution, voire perte de l’effet anticoagulant). L’amoxicilline/acide clavulanique (Augmentin) peut augmenter l’effet anticoagulant, probablement par une diminution de l’absorption de la vitamine K. La clarithromycine (et l’érythromycine) augmente l’INR par un mécanisme pas encore clair : la voie des cytochromes est probable, mais il y a également des exemples de potentialisation de la warfarine (coumarine non commercialisée en Suisse) par l’azithromycine (un autre macrolide) qui n’inhibe pas les cytochromes.

Une prédiction précise de l’effet d’une substance sur l’anticoagulation par les coumarines n’est malheureusement souvent pas possible. De ce fait, un contrôle étroit de l’INR lors de l’introduction ou de l’arrêt d’un traitement est nécessaire, tout en s’efforçant d’anticiper la posologie de la coumarine.

- Antibiotiques et contraception orale

C’est un sujet délicat ! Même si l’évidence scientifique n’est pas toujours solide, les fabricants conseillent souvent de considérer une contraception autre qu’hormonale en cours de traitement par antibiotiques. Il faut probablement y voir une certaine peur de devoir assumer la paternité... Des rapports de diminution de l’effet de la contraception orale sous antibiotiques existent néanmoins. Un mécanisme suspecté est la perturbation de la flore intestinale par les antibiotiques qui influencerait l’absorption hormonale ; une implication des cytochromes est également possible avec certains antibiotiques.

Selon le Compendium suisse des médicaments, le co-trimoxazole pourrait diminuer l’efficacité de la contraception orale. Une étude a pourtant montré qu’un traitement court de co-trimoxazole n’a probablement pas d’influence.

- Que penser ?

Dans une étude rétrospective Helms et coll. ont montré en 1997 qu’une antibiothérapie par tétracyclines, pénicillines et céphalosporines chez des femmes sous contraception orale, n’augmente pas le nombre de grossesses de ma nière significative par comparaison à des femmes sous contraception orale sans antibiothérapie. Une revue de la littérature de 2001 arrive aux mêmes conclusions (la rifampicine mise à part, qui diminue clairement l’effet des contraceptifs oraux), mais suggère néanmoins la prudence, car il existe des différences individuelles non prévisibles.

Le tableau 4 énumère, de manière prudente, les antibiotiques sensés diminuer l’efficacité d’une contraception orale.

La ciprofloxacine ne semble pas avoir d’influence sur la contraception orale.

La prescription de médicaments contre-indiqués pendant la grossesse (doxycycline, clarithromycine, érythro my cine, métronidazole, fluconazole) pose moins de problèmes puisqu’il faut, dans ces cas, s’assurer d’une contraception efficace, soit de mesures contraceptives additionnelles.

- Autres interactions significatives

Toutes les interactions théoriquement possibles ne sont pas forcément cliniquement significatives. Une substance avec une marge thérapeutique étroite comme la digoxine ou le lithium nécessite néanmoins une attention particulière. L’Augmentin et les macrolides, très fréquemment prescrits, augmentent la digoxinémie par des mécanismes différents et peuvent ainsi provoquer une toxicité digitalique. Le prescripteur doit demeurer attentif.

Les sulfamidés (par exemple : Bactrim) peuvent induire des hypoglycémies qui sont clairement aggravées sous anti diabétiques oraux. Le risque de rhabdomyolyse secondaire à la prise d’une statine est augmenté en l’associant avec un macrolide ou l’acide fucidique. Durant une telle antibiothérapie, la statine devrait être arrêtée temporairement. D’autres interactions sont listées dans le tableau 5.

- Conclusion

Prescrire un antibiotique n’est jamais un geste anodin. Outre l’indication, le bon choix de la substance, la posologie et la durée du traitement, il faut également se poser la question des éventuelles interactions médicamenteuses ou alimentaires, qui sont nombreuses. En respectant certaines règles et en utilisant intelligemment les outils à sa disposition, le praticien peut néanmoins éviter certains pièges et assurer une prise en charge adéquate.

Tous les noms de marque, indiqués entre parenthèses dans le texte et les tableaux, sont donnés à titre d’exemple et ne sont pas exclusifs.

source :revmed.ch

Cet article en pdf

Antibiothérapie, interactions médicamenteuses et alimentaires

— -

  • Les recommandations

Cette page liste les conférences de consensus, conférences d’experts et recommandations sur l’utilisation des anti-infectieux issues de sociétés savantes et d’agences de l’état.

  • Nosobase sur les BMR et BHRe Fermeture du site NosoBase à compter du 23/04/2019. Consulter désormais la base documentaire du RéPias. (Les CClin et Arlin deviennent les CPias, 17 centres régionaux d’appui pour la prévention des infections associées aux soins. Le site nosobase renvoie sur cpias.fr)
  • Infectiologie.com . Cette page liste les conférences de consensus, conférences d’experts et recommandations sur l’utilisation des anti-infectieux issues de sociétés savantes et d’agences de l’État.
Antibiothérapie curative 2016. Protocoles et fiches techniques
Classification des antibiotiques
classification et mode d’action des antibiotiques
Famille d’antibiotiques
Les antibiotiques, mode d’action
Les antibiotiques
Rapport Antibiotiques Critiques Novembre 2013
Consommation d’antibiotiques et résistance aux antibiotiques en France. Nécessité d’une mobilisation déterminée et durable (novembre 2015)
CDC. Antibiotic resistance threats in the United States. 2013
Prévention de la transmission croisée des bactéries hautement résistantes aux antibiotiques émergentes (BHRe)
Précautions spécifiques BHRe. (Patients infectés ou colonisés) Fiche CClin Ouest 2013
Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle patients adultes). Actualisation 2010
Antibioprophylaxie en chirurgie et médecine interventionnelle (patients adultes) RFE SFAR 2017
AntiBio Guide 2016
Guide antibiotherapie empirique-chuv mai 2016

Famille antibiotique tableau

— -

BMR, BHRe, SARM, E-BLSE, PARC, ABRI, ERG

- Définitions

BMR : Bactérie Multi Résistante
Bactéries sensibles qu’à un petit nombre d’antibiotiques, par des mécanismes de résistance acquis.

- Principales bactéries concernées

  • SARM : Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticilline
  • E-BLSE : Entérobactérie productrice de Béta Lactamase à Spectre Etendu
  • PARC : Pseudomonas Aeruginosa Résistant à la Ceftazidime
  • ABRI : Acinetobacter Baumanii Résistant à l’Imipenem (et à l’ensemble des β lactamines)
  • ERG : Enterococcus faecalis Résistant aux Glycopeptides

BHRe : Bactérie Hautement Résistante émergente (« nouvelle BMR »)
Bactéries commensales du tube digestif et résistantes à de nombreux antibiotiques. Leurs mécanismes de résistance aux antibiotiques sont transférables entre bactéries, et peut conduire à des impasses thérapeutiques.

- Principales bactéries concernées

  • EPC : Entérobactéries Productrices de Carbapénémases. En France, ce sont les espèces Klebsiella pneumoniae et Escherichia coli qui prédominent pour la plupart avec un seul mécanisme de résistance. Les génotypes type OXA 48 et OXA 48 like sont majoritaires mais d’autres peuvent circuler en France comme : NDM, KPC et VIM.
  • ERG : Enterococcus faecium Résistant aux Glycopeptides soit génotype VAN A ou soit génotype VAN B.

- Conséquences pour le patient

Les BMR/BHRe peuvent être à l’origine d’infection, de colonisation ou de portage sain.
Dans cette dernière situation, elles peuvent persister plusieurs mois sous forme d’un portage sain digestif ou nasal, ne justifiant pas de traitement antibiotique.

[...]

source : cerballiance.fr

Dr Krystel DECRUCQ - Biologiste médical
Cerballiance Hauts-de-France


USA : une bactérie résistante à un antibiotique de dernier recours

Une bactérie ultrarésistante, responsable d’une infection urinaire chez une patiente américaine, s’est révélée insensible à l’action de la colistine, un antibiotique de dernier recours, d’après une étude publiée le 25 mai 2016 dans une revue médicale américaine. Cette découverte renforce l’inquiétude concernant l’antibiorésistance, véritable problème mondial de santé publique.

Une femme de 49 ans s’est présentée dans un hôpital américain avec une infection urinaire. L’analyse du prélèvement d’urine a révélé une souche bactérienne d’Escherichia coli (E. coli) résistante à un grand nombre d’antibiotiques, y compris à la colistine, antibiotique de dernier recours dans ce genre de cas, selon une étude publiée dans la revue médicale Antimicrobial Agents and Chemotherapy, jeudi 26 mai 2016. Les chercheurs n’ont pas identifié comment la pateinte avait pu être contaminée par cette souche.

E. Coli est une bactérie du tube digestif très commune, qui peut facilement contaminer le conduit urinaire à cause de la proximité entre l’anus et l’urètre et déclencher des infections. Ici la souche de la bactérie s’est révélée être mutante, c’est-à-dire qu’elle possèdait différents gènes de résistance lui permettant de déjouer un grand nombre des stratégies d’attaque de différentes classes d’antibiotiques. Parmi eux figurait, pour la première fois aux Etats-Unis, le gène de la résistance à la colistine (gène mcr-1), un des antibiotiques utilisés en dernier recours . La bactérie restait néanmoins sensible aux carbapénèmes, une autre famille d’antibiotiques utilisée en cas de multirésistance.

Le recours à la colistine inefficace

La colistine est un vieil antibiotique. Commercialisé en 1959, il avait été abandonné dans les années 1980 car jugé trop toxique pour les reins. Depuis peu, il est à nouveau utilisé, en dernier recours, pour combattre les infections à bactéries multi-résistantes. La raison de son efficacité : sa faible utilisation n’a pas permis un contact régulier avec les bactéries et donc le développement de résistance (voir encadré).

Cet antibiotique avait cependant continué à être utilisé pour le bétail et certaines bactéries ont tout de même pu développer des résistances. La gène mcr-1 avait déjé été repéré en Europe et en Chine, le scénario se répète à présent aux USA.

La détection de cet agent pathogène présentant le gène mcr-1 "est un signe avant coureur de l’émergence d’une bactérie résistante à tous les antibiotiques" alertent les auteurs de l’étude. En effet, les bactéries s’adaptent à leur environnement et peuvent acquérir facilement des gènes de résistance en s’échangeant des plasmides, petits morceaux d’ADN circulaire potentiellement porteurs des ces gènes (voir encadré).

Si l’une d’elles acquiert tous les gènes de résistance aux antibiotiques, y compris celui de la colistine, un scénario catastrophe dans lequel n’existerait plus aucune molécule pour traiter l’infection se profile. Avec un taux de mortalité pouvant aller jusqu’à 50 %, ce type de bactérie est considérée par les Centres de contrôle et de prévention des maladies comme l’une des plus grandes menaces de santé publique.

"Une personne mourra toutes les 3 secondes si l’on ne fait rien"

"En 2050, une personne mourra toutes les 3 secondes dans le monde à cause d’une infection à bactéries multirésistantes si l’on ne fait rien", prévient Jim O’Neill dans un récent rapport sur la conduite à tenir face à l’antibiorésistance en Grande-Bretagne.

En France, depuis 2001, les campagnes de sensibillisation contre la surconsommation et le mésusage des antibiotiques ont permis de faire baisser la consommation. Mais, depuis 5 ans, elle repart à la hausse et la prescription reste innapropriée dans 60% des cas en ville et dans 40% des cas à l’hôpital.

"Il faut utiliser les antibiotiques de manière raisonnée que ce soit à l’hôpital ou en ville", explique le Dr Béatrice Demoré, pharmacien hospitalier au CHU Brabois de Nancy. "Et uniquement contre les infections bactériennes, poursuit-elle, contre les virus ils n’ont aucune action à part participer à la sélection des bactéries résistantes". Pour ne pas se retrouver sans armes contre les infections, il est nécessaire de continuer à éduquer les médecins et les patients mais il faut aussi miser sur la recherche. "Il est crucial de développer de nouvelles classes d’antibiotiques, d’explorer d’autres stratégies antibactériennes comme la phagothérapie ou de développer d’autres technologies capables de s’attaquer à ces bactéries multirésistantes."

Source : Patrick McGann, Erik Snesrud, Rosslyn Maybank, Brendan Corey, Ana C. Ong, Robert Clifford, Mary Hinkle, Timothy Whitman, Emil Lesho and Kurt E. Schaecher. Escherichia coli Harboring mcr-1 and blaCTX-M on a Novel IncF Plasmid : First report of mcr-1 in the USA. Antimicrobial Agents and Chemotherapy, 2016 ; DOI : 10.1128/AAC.01103-16

Qu’est ce que l’antibiorésistance ?

L’antibiorésistance est la capacité des bactéries à résister à l’action des antibiotiques. Alexander Fleming, lors de la remise de son Prix Nobel en 1945 pour la découverte de la pénicilline, prévenait déjà du danger de développement de résistances par les bactéries.

Ces micro-organismes sont capables de s’adapter à leur environnement et de se défendre contre des agresseurs potentiels et les antibiotiques en font partie. En effet, les bactéries peuvent posséder des gènes qui les rendent résistantes au mode d’action des antibiotiques. Ces gènes peuvent être présents de manière innée ou être acquise grâce à des mutations spontanées de leur ADN. Ils entraînent, par exemple, la modification de la structure des parois des bactéries qui les rend en quelque sorte "imperméables" aux antibiotiques.

Il existe toutefois bien d’autres stratégies qui sont susceptibles d’empêcher les antibiotiques d’agir. Comme ces transformations génétiques sont favorables à leur survie, elles les conservent. Elles peuvent aussi s’échanger facilement ces gènes de résistance grâce à des petits bouts d’ADN appelés plasmides.

source : francetvinfo.fr


Qui sont ces bactéries résistantes aux antibiotiques ?

source figaro.fr

AVIS D’EXPERT- Le problème des bactéries résistantes aux antibiotiques a pris une ampleur significative en France depuis les années 2010-2011, explique le Dr Christian Cattoen*.

La montée en puissance des bactéries résistantes aux antibiotiques de dernière génération constitue un problème de santé publique à l’échelle de la planète. Les bactéries mutent en permanence pour tenter d’échapper à l’action des antibiotiques, développés pour les combattre. Plus on utilise des molécules puissantes, dites « à large spectre », plus le risque augmente de voir apparaître des bactéries qui leur résistent. Repérer ces germes de façon aussi rapide que fiable pour limiter les risques d’épidémie est le rôle des biologistes médicaux. Dans cette véritable course contre la montre, les nouvelles techniques de biologie moléculaire jouent un rôle clé.

Dans les années 1980 sont apparus les premiers germes producteurs de bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE), des enzymes qui rendent les bactéries insensibles à l’action des antibiotiques de la famille des bêta-lactamines (comme les pénicillines et les céphalosporines de première, deuxième et troisième générations). On recense aujourd’hui des centaines de BLSE différentes, apparues au fil de mutations successives. Elles sont toutes produites par des entérobactéries, des microbes présents pour l’essentiel au niveau du tube digestif.

Ce sont les premiers responsables d’infections à l’hôpital, mais aussi en ville où l’on voit émerger depuis quelques années des souches d’Escherichia coli, qui font partie des entérobactéries, productrices de BLSE. Cette résistance croissante pousse à utiliser des antibiotiques à plus large spectre, ce qui augmente le risque de sélectionner des souches encore plus résistantes.

Des possibilités de traitement réduites

Pour surmonter cet écueil, les chercheurs ont commencé à développer, il y a une vingtaine d’années, une nouvelle famille d’antibiotiques : les carbapénèmes. Il s’agit en quelque sorte d’antibiotiques de dernier recours, pour faire face aux entérobactéries productrices des BLSE. Sans surprise, la réponse bactérienne ne s’est pas fait attendre : dès les années 2000, les microbiologistes découvraient les premières entérobactéries productrices de carbapénèmases (EPC). Elles sont résistantes à l’ensemble des carbapénèmes, à des niveaux différents (inefficacité totale ou partielle). Elles le sont aussi très souvent à d’autres antibiotiques parmi les plus puissants, comme les céphalosporines de troisième génération. Autant dire qu’une infection à EPC réduit drastiquement les possibilités de traitement.

En France, le premier épisode impliquant des EPC a été signalé à l’Institut de veille sanitaire (InVS) en 2004. À l’époque, le problème était vraiment mineur, mais il a pris une ampleur significative en 2010-2011. Fin 2015, l’InVS avait enregistré un total de 2 026 épisodes impliquant des EPC, avec une forte augmentation en 2014 (650 signalements) et 2015 (582 à la fin de l’été). Un épisode peut recouvrir des situations très diverses : une personne simplement porteuse de la bactérie, une personne infectée par la bactérie ou une véritable épidémie de personnes infectées. En France, la plus grande épidémie recensée à ce jour a concerné plus de 180 patients.

Dans la plupart des cas, les EPC signalées dans l’Hexagone ont été contractées lors d’un voyage ou d’une hospitalisation dans un autre pays, où la présence de ces super-bactéries est beaucoup plus forte. La prévalence des EPC est très importante dans tout le pourtour méditerranéen, au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Égypte, mais aussi en Turquie, en Grèce et en Italie.

Enquête

Rechercher une bactérie multirésistante n’est cependant pas si simple. Deux méthodes coexistent en effet pour rechercher les EPC. La première repose sur la mise en culture d’un prélèvement rectal, réalisé chez le patient. Le résultat est obtenu en 48 heures. La seconde utilise la biologie moléculaire et consiste à rechercher les gènes qui codent pour les différentes carbapénèmases. Elle peut être réalisée directement à partir du prélèvement rectal, et son résultat obtenu dans la journée.

La mobilisation des biologistes ne s’arrête pas là, puisque repérer une EPC chez un patient déclenche une véritable enquête, afin d’identifier tous les patients qui ont été en contact avec lui. Cela peut représenter plusieurs centaines de personnes. Les biologistes médicaux hospitaliers qui exercent dans un laboratoire dépourvu d’équipement de biologie moléculaire peuvent bénéficier, outre le soutien de leurs confrères, de l’expertise d’un Centre national de référence (CNR).

La bataille contre les super-bactéries s’organise également sur le terrain de la prévention. Pour réussir, nous devons impérativement remporter deux victoires. La première, c’est une hygiène rigoureuse des mains. La seconde, c’est le bon usage des antibiotiques, dans l’espèce humaine mais aussi chez les animaux d’élevage. Administrer larga manu des antibiotiques à des poules ou à des vaches, c’est risquer de sélectionner des bactéries multirésistantes dans leur flore intestinale et de retrouver ces mêmes bactéries dans notre assiette ! C’est ainsi que les BLSE ont émergé.

* Christian Cattoen est chef du service de microbiologie du centre hospitalier de Valenciennes, président du collège de bactériologie, de virologie et d’hygiène des hôpitaux

§§§

Arnaud BASSEZ

IADE/Enseignant CESU

Administrateur


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 13 juillet 2016
par  Arnaud Bassez

Les antihypertenseurs

Hypertension artérielle
L’hypertension artérielle est la pathologie intercurrente la plus fréquente dont souffrent les malades adressés en milieu chirurgical. La finalité de la prise en charge de ces malades est de préserver leur pronostic fonctionnel afin de ne pas compromettre leur espérance de (...)

jeudi 9 juin 2016
par  Arnaud Bassez

Les antibiotiques

Utilisés "larga manu", les antibiotiques montrent leurs limites. Les recommandations tendent à harmoniser les prescriptions. Ainsi, il n’est plus rare de ne pas administrer d’antibiothérapie sur des actes de chirurgie sans facteurs de risques.
Pharmacodynamie
Par pharmacodynamie, on entend l’effet (...)

mercredi 6 mai 2015
par  Arnaud Bassez

Déficit en G6PD

FAVISME (déficit en G6PD)
Le déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD) est le plus fréquent des déficits héréditaires enzymatiques des érythrocytes. L’affection est fréquente : elle affecte 0,5 à 26 % de la population et on estime à 420 millions le nombre d’individus atteints dans le monde.
Le (...)

samedi 15 février 2014
par  Arnaud Bassez

Répertoire des médicaments

Le répertoire des médicaments représente une partie de l’information officielle sur les spécialités pharmaceutiques ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM), qu’elles soient commercialisées ou non.
Trois types d’information sont disponibles :
L’extrait : ensemble d’informations (...)

jeudi 30 janvier 2014
par  Arnaud Bassez

Les médicaments cardiovasculaires utiles en peropératoire

Catécholamines
Bien qu’il y ait peu d’évidence scientifique pour justifier le choix d’un agent particulier comme routine, il est important de sélectionner les agents inotropes en fonction de la situation clinique et de leur profil pharmacologique. Qu’elles soient naturelles (dopamine, adrénaline, (...)

mardi 12 février 2013
par  Arnaud Bassez

Mélange équimolaire protoxyde d’azote-oxygène (MEOPA) et protoxyde d’azote

MEOPA : commercialisé en France sous le nom : ANTASOL, ENTONOX, KALINOX, OXYNOX
Le protoxyde d’azote N2O est un puissant gaz à effet de serre ayant un pouvoir de réchauffement global (PRG) sur 100 ans 310 fois plus élevé qu’une masse équivalente de dioxyde de carbone CO2. Agence de l’Environnement et (...)

jeudi 9 février 2012
par  Arnaud Bassez

Médicaments qui abaissent le seuil de convulsion

Médicaments qui abaissent le seuil de convulsion
Une crise convulsive est une conséquence d’une décharge hypersynchrone anormale et excessive partant d’un groupe neuronal du système nerveux central.
Facteurs de survenue
Un médicament entraîne d’autant plus de crises convulsives que d’autres (...)

jeudi 9 février 2012
par  Arnaud Bassez

Torsades de pointes médicamenteuses

On appelle torsades de pointes un type particulier de tachycardie ventriculaire, potentiellement mortelle, correspondant à un tracé électrocardiographique caractéristique, et associée à un allongement de l’intervalle QT de l’électrocardiogramme.
Les torsades de pointes sont souvent fugaces, mais elles (...)

jeudi 9 février 2012
par  Arnaud Bassez

Les sympathomimétiques

Les sympathomimétiques
Les substances sympathomimétiques ont des effets similaires à ceux produits par la stimulation du système sympathique, alias adrénergique.
Les trois substances sympathomimétiques physiologiques sont l’adrénaline, la noradrénaline, et la dopamine. Ce sont des catécholamines. (...)

vendredi 23 décembre 2011
par  Arnaud Bassez

Compatibilités des médicaments

Des tableaux fort utiles et très bien fait. Félicitons les auteurs pour ce remarquable travail. Cliquez sur les images.
Compatibilité de deux médicaments dans la même seringue
Compatibilité des médicaments injectables
Incompatibilités chimiques au cours d’une perfusion
Congrès Hopipharm (congrès (...)

vendredi 4 septembre 2009
par  Arnaud Bassez

Les solutés

Le Ringer lactate
est un des solutés les plus utilisés en France.
Il convient de connaitre quelques principes de précautions qui s’appliquent à ce type de vecteur hydrique.
CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas de :
hyperhydratation à prédominance extracellulaire, (...)

samedi 31 mai 2008
par  Arnaud Bassez

Les antalgiques, les morphiniques

Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille. Tu réclamais le soir ; il descend, le voici : Une atmosphère obscure enveloppe la ville, Aux uns portant la paix, aux autres le souci.
Les Fleurs du Mal (1857)
Charles Baudelaire
Podcast interuniversitaires
Les Morphiniques en (...)

mardi 15 janvier 2008
par  Arnaud Bassez

Les héparines : principes et règles d’utilisation

Le site du CHU de Besançon
si le lien devient mort, le document pdf reprend le topo
A lire
Arnaud BASSEZ
IADE/ formateur AFGSU
Administrateur

samedi 31 mars 2007
par  Arnaud Bassez

Les anesthésiques locaux, toxicité, douleur postopératoire, utilisation en IV

Anna FROGER nous propose un travail sur les anesthésiques locaux, leurs répercussions physiologiques et les techniques d’ALR.
Un autre article de sa part, sur les équilibres acido-basiques est consultable ici
Comme toujours, du travail de qualité.
Merci.
ps : faites comme Anna, envoyez vos (...)

vendredi 2 mars 2007
par  Arnaud Bassez

Interactions médicamenteuses

Dernière actualisation 25 juin 2019
Documents de l’ansm sur les interactions médicamenteuses
Mode d’utilisation du Thesaurus
L’interaction est définie par un couple de protagonistes "a + b" qui peuvent être :
une substance active, désignée par sa dénomination commune internationale (DCI) ou (...)

jeudi 25 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

Les hypnotiques, dexmédétomidine : pharmacocinétique, pharmacodynamique

Podcast interuniversitaires
Les Hypnotiques ; L Barvais
Une vidéo conférence à suivre
Un bon site sur les hypnotiques et l’histoire de l’anesthésie
Le diprivan c’est dangereux...la preuve.
Pour y échapper
A lire sur le propofol et les douleurs à l’injection
et la méta analyse (en anglais)
§§§ (...)

jeudi 25 janvier 2007
par  Arnaud Bassez

Les curares, les antagonistes, le monitorage

LA BONNE GESTION DES CURARES ET DES MOYENS DE SURVEILLANCE.
Article réactualisé 21 août 2019
La celocurine augmente de 0,5 à 1mEq/litre de bicarbonates
L’esméron® à 1,2 mg/kg permet une intubation en 1 minute en cas de contre-indication à la célocurine®.
On utilise le muscle sourcilier pour intuber (...)

lundi 11 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

Référentiel national des interactions médicamenteuses

Actualisation des référentiels
L’ ANSM met à la disposition des professionnels de santé l’ensemble des interactions médicamenteuses identifiées par le Groupe de Travail ad hoc et regroupées dans un Thesaurus
L’objet de ce Thesaurus est d’apporter aux professionnels de santé une information de référence, (...)

samedi 2 décembre 2006
par  Arnaud Bassez

La kétamine

Arrêté du 22 mai 2017 modifiant l’arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants
Arrêté du 19 janvier 2017 modifiant l’arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances classées comme stupéfiants
Arrêté du 31 juillet 2003 portant application de la réglementation (...)

mardi 7 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

La SFAR veut nous en faire voir de toutes les couleurs !

Nouvelle recommandation de la SFAR, concernant la « Prévention des erreurs médicamenteuses en anesthésie » en date de Novembre 2006.
Maintenant, nos éminences grises se sont penchées sur l’identification des seringues qui gisent au fond du plateau de drogues.
Les IADE en général, sont les plus (...)

lundi 6 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

Conservation des médicaments

Actifs jusqu’à 30 ans après la date d’expiration !
C’est une bien étrange découverte qu’ont faite récemment Lee Cantrell et ses collègues de l’université de San Diego (Californie) en analysant le contenu de huit médicaments retrouvés chez un pharmacien qui avaient expiré depuis 28 à 40 ans. Ils ont montré (...)

dimanche 5 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

Les Halogénés

A lire en complément
La pollution au bloc opératoire
Les TIP des étudiants sur l’écologie
Podcast interuniversitaires
Les agents halogénés ; L.J. Van Obbergh
Une vidéo conférence à suivre.
Ami anesthésiste, tu peux sauver le climat !
Vas-y mollo sur les gaz…
Docteur Green | 9 février 2018 | Adrien (...)

jeudi 2 novembre 2006
par  Arnaud Bassez

intoxication et antagonisme

TOXIDROMES
= présentation clinique orientant le diagnostic vers une intoxication par une classe particulière de toxique
1. Syndrome opioïde
dépression respiratoire, voire apnée
simple sédation, voire coma
myosis serré bilatéral
nausées, vomissements, iléus
prurit
bradycardie sinusale, (...)

Brèves

Lépine l’arrose

mardi 8 mai 2018

Le concours Lépine 2018 récompense le « MedPack », une station de travail médicale

Cette station de travail médicale a été repérée par le service de Santé des Armées...

Le « MedPack », une station de travail médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier.

Le 117e concours Lépine a récompensé lundi soir le « MedPack », une station de travail médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier, un infirmier urgentiste aux Pompiers de Paris.

C’est à force d’intervenir au quotidien sur le terrain, de se rendre compte combien l’hygiène pouvait poser problème que Samuel Mercier a conçu, au bout de six ans, son prototype. « Cela faisait un siècle que l’on n’avait pas évolué, avec des conditions de travail inchangées » pour le personnel de santé intervenant en situation difficile, expliquait jeudi l’infirmier à l’AFP.

Une station de travail compacte pesant 7 kg

Ainsi, racontait-il, quand l’infirmier arrive sur un lieu d’accident ou d’attentat, «  il découvre son environnement de soin et souvent il n’est pas adapté, voire insalubre : il n’y a pas d’éclairage, pas de plan de travail etc. ». Sans compter que si l’on doit transfuser le patient, il faut compter sur un collègue pour tenir la perfusion, que les produits et autres seringues sont posés à même le sol puis jetés par terre…

Fort de son expérience, Samuel Mercier a donc conçu une station de travail compacte, pesant 7 kg et transportable à l’épaule, qui se déplie en trois secondes. Une fois stabilisé sur son trépied, le « MedPack » devient un « espace de travail emménagé » : poubelles pour le tri sélectif des déchets, pied à transfusion télescopique, ampoule éclairant la zone accidentée, plateau d’intubation intégré, mini-pharmacie sécurisée et même possibilité d’accrocher un parapluie !
Le « MedPack » bientôt déployé au Liban ?

Une cinquantaine de « MedPack » ont déjà été fabriqués et sont utilisés par les pompiers, ainsi que par des CHU en Suisse et en Belgique. Il doit prochainement être déployé au Liban auprès des militaires français. « D’autres utilisations en zones difficiles sont envisageables : lors d’interventions en montagne, à la campagne par des vétérinaires ou même en maison de retraite par des infirmiers libéraux  », selon Samuel Mercier.

Grâce à cette invention, l’infirmier urgentiste à obtenu la plus prestigieuse récompense du concours Lépine, le prix du président de la République, sous la forme d’un vase en porcelaine de Sèvres.

[...]

Source : 20minutes.fr Vanessa Rodrigues Biague

AB

Arrêt cardiaque, lecture continue

jeudi 7 septembre 2017

Retrouvez les articles sur l’arrêt cardiaque dans l’article dédié aux dernières recommandations 2015-2020.

Les quatre derniers articles intéressants de la semaine sont aussi sur le forum.

  • La question de la fréquence optimale de la ventilation pendant la réanimation cardio-respiratoire
  • Les femmes moins performantes pour une réanimation cardiopulmonaire
  • Un an après l’ECMO, comment vont-ils ?
  • Le SAOS protégerait le cerveau en cas d’arrêt cardiaque

Bonne lecture

— -

En relation

AB

Rapport relatif aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015

mardi 12 juillet 2016

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président - M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président-M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

Le rapport présente 434 pages sur les attentats en France en 2015. Et mille pages d’annexes (les auditions).

Parmi les points mis en évidence, le document met clairement en lumière les "ratés " qui ont permis aux terroristes de Paris d’échapper à la surveillance. Ils étaient pourtant connus, à un titre ou un autre, des services judiciaires, pénitentiaires ou de renseignement. Tous avaient été fichés, contrôlés, écoutés ou incarcérés, à un moment de leur parcours de la délinquance à la radicalisation violente.

Voici les principaux constats de la commission :

Pour la création d’une "agence de lutte contre le terrorisme"

Pour éviter de nouvelles attaques, la commission prône notamment la création d’une "agence nationale de lutte contre le terrorisme" placée directement sous l’autorité du Premier ministre, sur le modèle américain du Centre national antiterroriste (NTC) créée après le 11 septembre 2001.

La nécessité de fusionner les trois forces d’élite

Le soir du 13 novembre, "l’intervention des forces d’intervention a été rapide, efficace et a démontré qu’elles étaient capables de collaborer", estime le rapporteur, le député socialiste Sébastien Pietrasanta qui s’interroge toutefois sur "le bien-fondé du maintien de plusieurs forces d’intervention spécialisées" et préconise, à terme, "la fusion des trois forces d’élite" (GIGN, Raid et BRI).

Pas gagné d’avance à mon avis.

Pour la création de "colonnes d’extraction" des victimes

Le principal problème, selon la commission, a été l’évacuation des victimes, qui a pu être retardée par le fait que les secours d’urgence n’avaient pas accès au périmètre des forces d’intervention. Dans ses 39 propositions, la commission préconise ainsi l’instauration de "colonnes d’extraction" des victimes.

L’échec du renseignement

Pour la création d’une agence nationale du renseignement

Des failles dans le renseignement pénitentiaire

L’attaque du Bataclan n’aurait pas pu être évitée

Des doutes sur l’efficacité des dispositifs de sécurisation du territoire

— -

Pour ceux qui voudraient lire les retex, ils sont disponibles sur l’article Les plaies par arme à feu - balistique des armes à feu

A lire Les rapports, les référentiels sur les services d’urgence

AB

Matos news 3

vendredi 24 juin 2016

Les moniteurs de la douleur dont disposent les anesthésistes depuis 2010 surveillent le diamètre de la pupille de l’œil ou la fréquence cardiaque. «  Leur faiblesse vient du fait qu’ils sont basés sur un seul paramètre. L’avantage du nouveau moniteur que nous étudions est qu’il est multiparamétrique  ». Le système nerveux autonome et le système hormonal de l’organisme réagissent aux stimuli douloureux par divers mécanismes qui induisent des changements mesurables.

Le nouveau moniteur dénommé PMD 200 (pain monitoring device) est équipé d’une technologie mise au point par la compagnie Medasense Biometrics Ltd. en Israël. Il se compose d’une petite sonde que l’on pince au bout du doigt du patient. Cette sonde est munie de quatre capteurs. L’un d’entre eux enregistre une courbe de pléthysmographie, qui décrit les variations du volume sanguin au moyen d’une mesure de la pulsatilité des capillaires, ces petits vaisseaux entre les artères et les veines. À chaque battement cardiaque se produit une onde de pulsatilité dans les capillaires. Cette onde de pulsatilité permet de calculer la variabilité de la fréquence cardiaque.

Ce nouveau dispositif surveille continuellement ces paramètres physiologiques qui sont affectés par les stimuli douloureux et par l’administration d’analgésiques. Un algorithme mathématique analyse ces données physiologiques et les convertit en temps réel en un index de douleur appelé Nol (pour nociception level index). Les valeurs de cet index sont représentées sur une échelle de 0 à 100. Une valeur entre 0 et 10 signifie que le patient ne ressent pas de douleur et qu’on peut même alléger un peu les doses d’analgésiques. Une valeur entre 10 et 25 est idéale. Et une valeur dépassant 25 signifie que le patient est en douleur et qu’il faut augmenter les doses.

Lire la suite sur le forum

- Le site medasense

- Les articles sur la douleur

  • Douleur (le point de vue juridique)

AB

Matos news 2

samedi 21 mai 2016

Le laboratoire Dräger publie une alerte sur le remplissage des cuves de desflurane avec le produit du laboratoire Baxter.

Mesures de précaution au remplissage des cuves de desflurane Dräger

A lire et à diffuser autour de nous.

AB