Pour les professionnels de santé

lundi 16 novembre 2015

Message lu par le Directeur général lors de la minute de silence le 16 Novembre 2015

« 
Nous voilà, à nouveau, hélas, réunis pour une minute de silence, en cette journée de deuil national, comme nous l’étions en janvier dernier.

Nous pleurons les victimes des attentats, terriblement nombreuses – les morts, les blessés – comme toute la France pleure aujourd’hui, atteinte dans sa chair, visée dans sa jeunesse, frappée en son cœur, sidérée en son âme.

Se réunir, c’est marquer notre attachement aux valeurs de la République, manifester notre entière solidarité avec toutes celles et tous ceux qui ont été frappés, faire part de notre émotion, signifier notre détermination à résister face à ceux qui cherchent à semer la terreur.

Vous réunir, c’est aussi vous rendre hommage et vous exprimer notre reconnaissance.

L’ensemble de l’Assistance-Publique s’est mobilisée de manière extraordinaire, face à une situation dont l’ampleur n’avait jamais été atteinte. Sa réaction a été à la hauteur de l’événement. Sans cette mobilisation, le nombre de victimes à déplorer aurait été encore pire. Cette mobilisation, qui résulte à la fois d’un état d’esprit et d’une préparation comme en témoigne l’exercice réalisé le matin même, a sauvé des vies, a évité un malheur encore plus considérable. Il n’y a pas un seul maillon de la chaîne qui a faibli. Chacune et chacun s’est senti pleinement investi et a perçu immédiatement qu’il n’y avait qu’une seule place pour les braves : au front, au chevet, au soutien, en appui. 

Nous avons pu voir au cours de ces 72 heures terribles le remarquable sens du devoir de tous. Le premier réflexe a été de dire « présent », chacune et chacun ayant pleinement conscience de ce que signifie une communauté hospitalière. C’est notre vocation intime. Elle déploie sa force dans les circonstances les plus tragiques.

Cette force, ces valeurs, personne ne peut les détruire : aucune kalachnikov, aucune grenade, aucune bombe, aucune arme. Au contraire, elles se briseront contre notre détermination, contre notre unité, contre notre solidarité.

Vous avez fait magnifiquement votre devoir, mais vous avez fait bien plus que votre devoir. En organisant la mobilisation des équipes, en soignant les blessés, en accueillant les familles, vous avez accompli, chacune et chacun d’entre vous, un acte de résistance collectif contre la terreur et la barbarie, contre la violence, froide et aveugle

Je vous remercie, par cette minute de silence, de marquer notre souffrance, notre solidarité, notre peine, mais aussi notre détermination pleine et entière à porter haut les valeurs humaines qui scellent notre société et forgent notre destin commun. »

 Martin Hirsch

Directeur général

Assistance Publique-Hôpitaux de Paris


Publié le 16/11/2015 Communiqués de presse

A 17h00 aujourd’hui :

Prise en charges des victimes et de leur famille

Depuis vendredi soir, les hôpitaux de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris ont pris en charge 433 personnes dans le cadre des attaques terroristes.

La quinzaine de personnes supplémentaires vues aujourd’hui sont pour la plupart des « personnes impliquées » - en état de choc psychologique - qui se sont présentées spontanément dans les hôpitaux de l’AP-HP.

A 17h aujourd’hui, pour les personnes prises en charge à l’AP-HP depuis vendredi :

- Sur les 80 personnes admises le 13 novembre 2015 en situation d’urgence absolue :

  • 48 personnes ne relèvent pas ou plus aujourd’hui d’une surveillance intensive en service de réanimation,
  • 29 personnes sont toujours en service de réanimation,
  • 3 personnes sont décédées
  • 268 personnes sont déjà sorties des hôpitaux de l’AP-HP.

Pour mémoire, d’autres victimes ont été prises en charge par les hôpitaux inter-armées et d’autres hôpitaux franciliens.

 



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade

Les experts de la SOFIA