Au temps pour moi

jeudi 18 décembre 2008

Dans la nuit du 9 au 10 juin 2007, les vingt-sept pays membres de l’Union européenne parvenaient enfin à un accord sur une question discutée depuis longtemps : la durée de travail hebdomadaire maximale autorisée dans l’UE. En vertu de ce texte, la durée légale demeurait de 48 heures, mais des dispositifs permettaient à toute personne le souhaitant de renoncer à ce quota afin de travailler jusqu’à 65 heures, tandis que les professionnels soumis à des gardes et astreintes régulières pouvaient voir leur temps de travail grimper (volontairement) jusqu’à 78 heures.

Par ailleurs, pour la première fois, le texte reconnaissait, sauf dispositions nationales contraires, la possibilité d’établir des distinctions entre périodes de gardes inactives et périodes de gardes actives ; les premières pouvant ne pas être totalement considérées comme du temps de travail.

Ces dispositions avaient suscité l’inquiétude d’une majorité de professionnels de santé à travers l’Europe. Les praticiens et infirmiers hospitaliers étaient d’ailleurs nombreux à manifester hier devant le Parlement européen à Strasbourg, tandis que les euro députés examinaient le texte.

Ces derniers ont choisi de rejeter massivement la directive et ont demandé que les États membres modifient les dispositions autorisant de si importantes dérogations à la durée maximale autorisée.

AB

source JIM



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade