Démographie infirmière : état des lieux

mercredi 1er décembre 2010

Document proposé par la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) début novembre sur la démographie infirmière (source infirmiers.com)

La profession infirmière : Situation démographique et trajectoires professionnelles
Ce document de travail dresse un constat détaillé de la situation démographie actuelle de la profession infirmière. Il analyse le comportement des infirmiers sur le marché du travail : depuis la formation, le choix de la région d’installation, mais aussi les changements de mode ou de région d’exercice en cours de carrière, jusqu’à la cessation d’activité. Pour chaque aspect de la démographie de la profession, la source de données la plus adaptée a été identifiée et exploitée afin de rendre ce constat le plus fidèle à la réalité.

- Un âge moyen stable

Le répertoire Adeli permet d’estimer à 491 100 le nombre d’infirmiers actifs au 1er janvier 2009, avec une incertitude de l’ordre de +/- 3 %.
La profession est essentiellement féminine (88 % en 2006). Contrairement à un sentiment assez répandu, l’âge moyen reste plutôt stable : 40,2 ans en 2006 contre 40,8 en 1999. La part des infirmiers de plus de 50 ans augmente (22 % en 2006 contre 18 % en 1999), mais celle des moins de 30 ans aussi : de 16 à 20 % sur la même période.

- Prédominance massive du secteur hospitalier public

En ce qui concerne le mode d’exercice, les auteurs choisissent de se fier aux données du recensement, ce qui donne au 1er janvier 2006 :

* libéraux : 57 800 (12 % - nombre proche de celui obtenu par l’Assurance maladie : 58 700 environ)

* hospitaliers : 303 200 (63 %)

* en établissements pour personnes âgées : 19 200 (4 %)

* non hospitaliers et autres structures : 100 100 (21 %).

Le recensement ne permet pas de distinguer entre hôpital public et privé, mais les données du répertoire Adeli et des enquêtes Emploi concordent pour montrer la très grande prédominance du secteur public (en gros, 3 infirmiers hospitaliers sur 4). Il montre également que les salariés hospitaliers sont plus jeunes que les salariés non hospitaliers et que les libéraux. Pour les auteurs de la Drees, « ceci découle directement de la législation qui impose aux infirmiers nouvellement diplômés d’exercer sous l’autorité d’un cadre de santé. »

Densité professionnelle en augmentation

La population infirmière s’accroît chaque année plus vite que la population générale (+ 0,7 % pour celle-ci), de 1,3 % (Enquête Emploi) à 3,1 % (Adeli) sur la période 2000-2008, portant à 782 le nombre d’infirmiers de moins de 65 ans pour 100 000 habitants en 2009 (Adeli).

Densité infirmière en France

Les auteurs font remarquer que « les fortes réévaluations du nombre de places offertes en instituts de formation en soins infirmiers ne se sont pas traduites par une hausse brutale des effectifs », « l’évolution naturelle des effectifs » étant « largement déterminée par la pyramide des âges des infirmiers en activité et donc par les quota des 40 années précédentes. »

Hausse du nombre des infirmiers spécialisés

Le répertoire Adeli et le recensement ne concordent pas sur le nombre d’infirmiers spécialisés, sans que l’un puisse être considéré comme plus fiable que l’autre. Pour le premier, 8,5 % des infirmiers en activité sont spécialisés, 3 % étant diplômés en puériculture, 1,6 % en anesthésie, 1,2 % exerçant en bloc opératoire et 2,7 % étant cadres.

Mais pour le second, en 2006, 14,5 % sont spécialisés, les cadres représentant 8,1 % de la profession. Quoiqu’il en soit, les effectifs des infirmiers spécialisés augmentent indéniablement chaque année.

Concilier vie familiale et vie professionnelle

En 2008, 27 % des infirmiers de plus de 40 ans travaillent à temps partiel, contre 18 % des infirmiers âgés de moins de 40 ans. Près d’un infirmier sur trois travaille de nuit. C’est la conciliation avec la vie de famille qui est ici en jeu : « 62 % des infirmières salariées déclarent avoir choisi ce mode d’exercice pour pouvoir s’occuper de leurs enfants. »

Une répartition territoriale très inégale

La répartition des infirmiers sur le territoire est très inégale : « entre deux régions, les densités peuvent être multipliées par 1,7 », voire plus pour les libéraux : de 1 à 5 ! Il n’y a d’ailleurs aucune corrélation entre densité d’infirmiers salariés et densité de libéraux : les régions les moins pourvues des premiers le sont aussi des seconds, et réciproquement.

Répartition des infirmiers en France

En ce qui concerne les libéraux, à un niveau plus fin d’analyse que la région, les inégalités sont restées stables de 2000 à 2009. Cependant «  la répartition géographique des infirmiers libéraux est légèrement mieux en adéquation avec celles des personnes de plus de 60 ans qu’avec l’ensemble de la population. »



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade