Exception culturelle française

mardi 19 février 2013

Après plusieurs autres institutions, dont l’Académie de médecine, le Centre d’analyse stratégique* (CAS) déplore dans un avis rendu public publié le 19 février 2013, que moins d’un Français sur cinq soit aujourd’hui capable de dispenser les gestes de premier secours (lorsqu’ils sont témoins par exemple d’un arrêt cardiaque), contre 95 % des Norvégiens ou 80 % des Autrichiens.

Dans la ville de Seattle, aux États-Unis, le taux de survie en cas d’arrêt cardiaque hors de l’hôpital et devant témoin a dépassé les 50%, alors qu’il ne dépasse pas les 5% dans le reste du pays. Ces résultats sont le fruit des efforts de formation de la population : en 2008, 79 % de la population affirmait avoir suivi un cours de gestes de premier secours.

Le système de formation, qui repose d’une part sur le volontariat dans le cadre des loisirs, d’autre part sur des incitations ou des obligations dans les sphères professionnelles ou scolaires, ne parvient pas à toucher l’ensemble de la population.

La dispensation des bons gestes immédiatement après un arrêt cardiaque peut doubler, voire tripler les chances de survie. 4 victimes sur 5 qui y survivent ont d’ailleurs bénéficié de gestes de premiers secours réalisés par un témoin de la scène. Pourtant, moins d’un Français sur cinq, témoin d’un arrêt cardiaque, pratique les gestes de premiers secours.

En France, les secours (pompiers et services médico-urgent) arrivent en moyenne en 14 minutes ; or, en cas d’urgence médicale, les premiers instants se révèlent cruciaux. Ainsi, l’alerte et l’intervention rapide d’un témoin avant leur arrivée peuvent non seulement améliorer le pronostic vital mais aussi réduire le risque de lourdes séquelles.

Des politiques volontaristes ont été menées ces dernières années ; elles ont contribué à construire un environnement et des formations propres à favoriser davantage l’action du citoyen en cas d’urgence. Toutefois, des progrès sont encore possibles : le Centre d’analyse stratégique, à travers sa note d’analyse émet 7 propositions pour rendre ces politiques plus efficaces et effectives.

Il s’agit de donner à chacun les moyens d’agir en cas d’urgence, en veillant bien à ne pas faire peser un poids trop important sur sa personne. En effet, les situations d’urgence sont très difficiles à appréhender, d’autant plus que les victimes sont souvent des proches.

Renforcement de la sensibilisation du grand public, formation d’une heure aux gestes de premier secours dans la préparation au permis de conduire pour généraliser les connaissances de base dans ce domaine, ainsi qu’aux jeunes parents au sein des maternités, formations moins techniques et plus accessibles (qui pourraient par exemple bénéficier d’un crédit d’impôt) et mise en place d’une carte interactive recensant la localisation de tous les défibrillateurs semi-automatiques font partie des principales propositions de la CAS pour améliorer la situation en France.

Par ailleurs, le CAS regrette que tous les élèves arrivant en fin de troisième ne reçoivent pas de formation aux premiers secours, comme le prévoit pourtant la loi.

Cette formation qui prend sept heures en moyenne, coûte près de 60 euros.

S’ils étaient mieux connus, les gestes de premiers secours permettraient de réduire la mortalité des accidentés de la vie courante, qui causent chaque année 19 000 morts. Ceci représente 4 % des décès annuels, et est la troisième cause de mortalité après les cancers et les maladies cardio-vasculaires.

En attendant, on peut consulter les différents articles sur le secourisme publiés sur le site de la SOFIA et aller s’inscrire pour apprendre à sauver des vies.

* Le Centre d’analyse stratégique (CAS) a été remplacé par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective le 23 avril 2013.

Secourisme (PSC1, PSC 2, PSE1, PSE2, PAE1, PAE2, PAE3, PAE4, PHTLS, ATLS, BLS, ACLS, SST)

AFGSU

Défibrillateur semi-automatique ou entièrement automatique

Réanimation cardio-repiratoire nouveaux guidelines 2010-2015

Le premier massage cardiaque de l’Histoire

L’invention du défibrillateur externe

L’invention de la réanimation cardio pulmonaire

Les applications smartphones dédiées aux gestes d’urgence

Le registre des arrêts cardiaque (reac)

AB



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade

Les experts de la SOFIA