Abécédaire non abcédé

samedi 28 janvier 2012
par  Arnaud Bassez
popularité : 2%

Fruit de l’imagination florissante d’un infirmier qui se dit « fatigué, mais on va quand même s’en sortir », c’est un inventaire à la Prévert fait par Didier Morisot, qui nous offre son abécédaire personnel de l’hôpital. On lui dit M.E.R.C.I. !

A - ANESTHÉSIE. Un centre hospitalier pratique quatre types d’anesthésie. Dans un premier groupe, nous trouvons l’anesthésie locale pour les petites interventions, l’anesthésie locorégionale lorsque l’on veut insensibiliser un membre ou la partie inférieure du corps et l’anesthésie générale dans les opérations classiques. Les effets secondaires inhérents à ces pratiques médicales sont bien identifiés : allergie éventuelle, réveil difficile, nausées, asthénie, céphalées… Le deuxième groupe est constitué d’une seule technique, en pleine expansion, l’anesthésie administrative. Elle consiste à endormir le personnel avec un management approprié. L’encadrement utilise des méthodes diverses, mais très éprouvées : promesse de titularisation, groupe de travail où l’heureux participant se sent valorisé, système de notation en lien avec une prime de service, recueil d’informations sur les collègues par le biais d’agents en quête de promotion… Ce système, qui emprunte beaucoup au monde de la politique, occasionne cependant de nombreux effets secondaires : aigreurs d’estomac, soupe à la grimace, absentéisme, mouvements sociaux…

B - BRANCARD. Sorte de lit à roulettes servant au transport d’un patient, ou lui permettant de se reposer entre deux examens. On s’est aperçu que, pour un individu donné, le temps passé dessus est inversement proportionnel au statut social de l’intéressé. S’il est de plus en plus long pour le commun des mortels, il est bizarrement très réduit dans certaines cliniques privées. L’hôpital du Val de Grâce, pourtant établissement public, fait lui aussi exception, de façon inexplicable... Les personnalités (politiques, entre autres) qui y sont soignées, n’attendent jamais dessus (une après-midi entière) qu’un médecin soit disponible pour les ausculter.

C - CONCERTATION. Élément essentiel de la démocratie participative dans nombre d’entreprises, l’hôpital public ne faisant pas exception. Cette concertation offre au personnel l’occasion de donner son avis au sein des groupes de travail chargés de monter des projets ou de résoudre certains problèmes. Ainsi, lors de la construction, ou de la rénovation d’un service, l’avis des infirmières ou des aides-soignantes est primordial. Elles peuvent influencer le débat et choisir, par exemple, la décoration murale de certaines pièces. Je veux parler des toilettes, bien sûr, pas du hall d’accueil…

D - DÉAMBULATEUR. Pièce maîtresse de la prochaine réforme des retraites à l’hôpital. Afin d’allonger la durée d’activité du personnel soignant en accompagnant le déclin de son potentiel physique, toute personne qui en fera la demande se verra offrir un déambulateur afin de la soutenir dans son effort. Les plus fatiguées se verront attribuer un fauteuil roulant.

E - ÉCRITS INFIRMIERS. Partie administrative du métier. Les écrits infirmiers (transmissions ciblées, rapports d’activités, recueils d’informations…) sont en progression constante. Développés dans un souci de rigueur et d’efficacité, ils sont censés également réduire les temps de consigne orale entre professionnels. Bonjour la convivialité… En fait, ils participent activement à la dissolution des vocations infirmières (voir lettre W) en dénaturant la nature de la profession. Ils font par ailleurs la joie d’un nombre croissant d’avocats, formés à l’école anglo-saxonne.

F - FORMATION PERMANENTE. A l’hôpital, les finances allouées à ce secteur d’activité présentent la même dynamique que la calotte polaire... elles fondent à vue d’œil. Mais, contrairement à cette dernière qui subit les conséquences du réchauffement climatique, la formation permanente souffre d’un phénomène inverse, à savoir le gel des crédits.

G - GROSSESSE. Heureux événement en perspective, pour le commun des mortels. Cependant, il représente un réel problème dans certains milieux professionnels. Lorsqu’il concerne une infirmière, une aide-soignante… c’est un gros mot à ne pas prononcer devant un cadre hospitalier, et encore moins en présence d’un DRH. La grossesse est au planning infirmier ce que la bombe atomique est à Hiroshima ! (un peu fort, je l’admets...).

H - HÉRISSON. Avec l’oursin, le hérisson est la mascotte du ministère de la santé. Par l’intermédiaire de l’Agence Régionale d’Hospitalisation, celui-ci place ces charmants animaux dans la poche des directeurs d’hôpitaux. De cette manière, l’accès à leur porte-monnaie se fait très difficilement.

I - INFORMATIQUE. Outil extrêmement précieux dans le traitement des urgences, mais très bête s’il est utilisé tel quel. Lors du crash du mont Saint-Odile en 1992, les secours (guidés par satellite) sont ainsi arrivés sur les lieux du drame après les journalistes (renseignés par les gens du cru). Dans un autre domaine, chacun se souvient de la canicule de 2003 et de l’Institut de veille sanitaire, sans réactions particulières. Les préposés de garde, dans leurs pièces climatisées, ne se sont rendus compte de rien. Les ordinateurs étaient en effet programmés afin de signaler une épidémie de variole, un tremblement de terre, le débarquement des martiens… mais pas pour dire qu’il faisait chaud dehors… L’informatique est très utile pour l’infirmière qui peut ainsi se détendre face à un écran (merci !) après qu’elle se soit battue avec les paperasses habituelles...

J - JAUNISSE. Pathologie particulièrement répandue chez les DRH hospitaliers, surtout lorsqu’on prononce certains gros mots devant eux (se référer à la lettre G).

K- KLEENEX. Objet très utilisé chez les infirmières après l’annonce d’une grossesse dans une équipe soignante (se référer toujours à la lettre G).

L - LANCE - PIERRES. Ustensile avec lequel de nombreuses personnes sont rémunérées dans le monde de la santé (personnel auxiliaire, médecins étrangers, infirmières en clinique…).

M - MÉDECINS. Catégorie professionnelle en voie de raréfaction depuis une ou deux décennies. Cette population se maintient toutefois dans quelques milieux ; région parisienne, midi méditerranéen, métropoles régionales… ou certaines cliniques privées. L’hôpital du Val de Grâce qui, pourtant, est un établissement public, échappe de façon inexplicable à ce phénomène national. Cette exception culturelle a déjà été évoquée à la lettre B. Des contacts sont pris avec la République populaire de Chine afin de profiter de son savoir-faire en matière d’espèces protégées. Sa connaissance du panda (toujours au bord de l’extinction) et son programme de reproduction en captivité, seraient une aide précieuse afin de redresser la démographie médicale française.

N - NOTATION. Outil administratif permettant à l’hôpital de porter un jugement sur son personnel. Cet archaïsme (annuel) peut osciller entre le paternalisme bon enfant et l’investigation malsaine, selon la personnalité de l’encadrement. Les limites du système sont atteintes lorsque l’agent concerné obtient la note maximale. Comme il n’a pas toujours le tact de s’effacer à ce moment-là (démission, départ en retraite, décès…), l’administration sort de son chapeau des histoires de classe supérieure ou d’échelon exceptionnel afin de le faire patienter sans qu’il s’énerve trop.

O - ORDRE INFIRMIER. Invention politique participant à l’anesthésie administrative (lettre A). Lorsqu’un corps de métier, ou une catégorie sociale, rencontre certains problèmes, les gouvernements concernés essayent de trouver des solutions. En France, on préfère créer des groupes de réflexion, des associations de professionnels… afin de faire semblant d’être efficace. L’observatoire des prisons, la commission d’études sur le fret ferroviaire, les rapports ministériels sur la réforme de l’éducation… offrant un bel exemple d’immobilisme décisionnel.
L’Ordre infirmier relève donc de cette même logique... peu question de rechercher les causes réelles de la dégradation des conditions de travail, mais plutôt de noyer le poisson en faisant croire aux professionnels qu’ils prennent leur destin en main.

P - PRÉVISIONS (du ministère de la santé). Les dysfonctionnements de plus en plus criants de notre système de santé semblent avoir trouvé une explication. Apparemment, les pouvoirs publics n’ont pas imaginé qu’un certain nombre de français était dans une dynamique de vieillissement et que cela pouvait avoir un impact en terme de consommation médicale. Ils n’ont pas anticipé, non plus, une pénurie de médecins prévisible depuis au moins deux décennies. Et ne parlons pas des fermetures d’IFSI… En fait, il semblerait que les notions de démographie et de statistiques ne soient pas au programme des étudiants de l’École Nationale d’Administration. Il est question de réintroduire ces matières au sein de la prestigieuse école, en proposant aux sujets les plus en difficulté un soutien en mathématiques élémentaires (additions, multiplications…).

Q - « QUI PEUT FAIRE LE WEEK-END ? ». Interrogation hospitalière souvent liée à une explosion de planning. Bizarrement, cette question récurrente devient de moins en moins amusante après quelques années de pratique.

R - RAPPORT (ADMINISTRATIF). Le rapport administratif est un élément essentiel du système hospitalier. Il peut prendre différentes formes ; ainsi, en cas de dysfonctionnement dans un service de soins (emploi d’une tronçonneuse sur un patient ayant pris racine en salle d’attente, sondage gastrique ne recueillant que 20% d’opinions favorables, chambre inondée suite à une erreur de dosage dans l’administration d’un diurétique…), l’infirmière est tenue de rédiger un rapport afin d’expliquer les raisons du problème. La rédaction d’un tel document n’est pas sans conséquences pour l’intéressée. Si l’administration dégage sa propre responsabilité, l’infirmière pourra être mise en cause pénalement. Il est amusant de noter que, parfois, le rapport administratif se rapproche beaucoup du rapport sexuel. Dans ces deux contextes, en effet, on se fait b... à coup sûr…

S - SOINS PALLIATIFS. Ces soins sont destinés à des personnes qui s’éloignent du monde des vivants. Dans leur cas, il s’agit d’un accompagnement discret permettant de réduire la souffrance, de rendre le quotidien supportable, et d’apporter, si possible, un peu de réconfort. Si les soins palliatifs sont assez développés au niveau social (revenu minimum d’insertion, allocation adulte handicapé, minimum vieillesse…), beaucoup reste à faire à l’hôpital. Selon les équipes en place, les personnes en fin de vie peuvent en effet être confrontées à l’acharnement thérapeutique ou à un possible abandon moral de la part de certains soignants.

T - TÉLÉPHONE. Cet ustensile incontournable a été inventé afin de pourrir la vie des hospitaliers ; avec les papiers il constitue pour les infirmières un instrument de torture au quotidien. En cas d’explosion de planning, il poursuit même les professionnels à domicile…

U - USAGER. Nouveau terme employé afin de nommer les personnes recevant des soins à l’hôpital. Il remplace les mots « malade » ou « patient » tout à fait démodés. Il est d’ailleurs question d’aller plus loin dans cette réforme linguistique et de remplacer bientôt « usager » par « client », jugé mieux approprié. Dans cette même veine, les infirmières deviendront des prestataires de service encadrées par des managers formés au marketing, au rendement optimal et à la réduction des coûts de fonctionnement.

V - VALIDATION (des acquis de l’expérience). Cette procédure, récemment instaurée, permet à des professionnels de faire reconnaître leurs compétences acquises sur le terrain et de se voir ainsi délivrer un diplôme équivalent. Par ce biais, de nombreuses infirmières peuvent envisager une seconde carrière et devenir diplomate, casque bleu, psychologue, ouvrière à la chaîne, secrétaire, réceptionniste, punching-ball, hôtesse d’accueil…

W - WHITE-SPIRIT. Produit utilisé comme solvant afin d’éliminer certaines matières indésirables (peinture, cambouis…). Afin de dissoudre une vocation d’infirmière, il vaut mieux travailler dans un établissement maîtrisant l’anesthésie administrative et les sévices téléphoniques (lettres A et T).

X - (rayons « X »). On utilise l’imagerie médicale afin de déterminer la masse cérébrale d’un individu. Cet examen sert au recrutement des informaticiens dans des secteurs très pointus. Si le cerveau représente 30 % du volume de la boîte crânienne, le sujet est orienté vers l’Institut de veille sanitaire. S’il dépasse les 50 %, il lui est proposé d’intégrer les services préfectoraux s’occupant du plan ORSEC). Pour plus d’explications, se référer à la lettre I.

Y - YETI (ou abominable homme des neiges). Le yéti est l’archétype du médecin anesthésiste en fin de garde ; il grogne sans arrêt, fait peur aux infirmières, et lorsqu’on le cherche, personne n’arrive à l’attraper (même si tout le monde l’a aperçu).

Z - ZÉBU Nom masculin ; bœuf domestique, propre à l’Asie, à l’Afrique tropicale et à Madagascar, descendant d’une espèce indienne d’aurochs, caractérisée par une bosse graisseuse au niveau du garrot. Le zébu est élevé pour son lait et sa viande, et comme animal de trait. Accessoirement, cet animal est une référence pour l’encadrement hospitalier : il est rustique, travailleur, docile, silencieux et ne réclame pas d’augmentation. Quelque part, il est l’emblème de l’infirmière idéale ; personne n’a jamais vu un zébu manifester.

Didier MORISOT

Infirmier à Mâcon

Source infirmiers.com


Articles publiés dans cette rubrique

samedi 22 octobre 2016
par  Arnaud Bassez

The sound of silence

Top des phrases chirurgicales et médicales. Où on devrait tourner plusieurs notre langue dans notre bouche, avant que de l’ouvrir.
Prenez un patient lambda (stressé donc). Allongez-le sur une table d’opération. Conduisez-le dans une salle froide, entouré par du personnel masqué. Vous voulez rire ? (...)

jeudi 5 mai 2016
par  Arnaud Bassez

T’en veux ??

On ne sait pas à quoi ils carburent, de la kétamine super dosée ou du proto à 80 %, mais c’est de la bonne !!
Edit vidéo supprimée par youtube
Arnaud BASSEZ
IADE/enseignant CESU
Administrateur

dimanche 28 février 2016
par  Arnaud Bassez

Chirurgiens et anesthésistes : le grand désamour

« Les chirurgiens et les anesthésistes ont une relation à la fois curieuse et sadomasochiste » affirme Malcolm Fisher.
Au fait, l’amour et la haine dans cette relation sont régis par deux vérités indiscutables : sans chirurgiens, les anesthésistes seraient de vrais chômeurs. D’autre part, tout progrès (...)

jeudi 25 juin 2015
par  Arnaud Bassez

Sac de plage 2

Parce que les vacances sont essentielles, il faut savoir les préparer en amont.
Valable pour les campings, les hôtels, les locations, les trekking et tout autre façon de passer du bon temps, loin de l’hôpital.
Arnaud BASSEZ
IADE/formateur afgsu-enseignant cesu (...)

samedi 6 juin 2015
par  Arnaud Bassez

kit de survie 3

Pas toujours de bon goût, ni très fines, ces blagues doivent figurer dans tout bloc opératoire ou smur qui se respecte. Histoire de perpétuer la légende qui veut qu’une journée sans rire est une journée perdue.
§§§
On demande à un ingénieur et à un étudiant en médecine d’apprendre l’annuaire par coeur. (...)

jeudi 11 décembre 2014
par  Arnaud Bassez

Conduite à tenir

TOP 30 des erreurs à éviter en arrivant dans un service
source ajar-online.fr/631/
Pour le profane, le monde hospitalier est un bien grand mystère. Pour l’Anesthésiste-Réanimateur c’est un monde exigeant dans lequel la moindre faute de conduite peut mener à la catastrophe : 6 mois d’hostilités pour (...)

lundi 3 novembre 2014
par  Arnaud Bassez

Ration de survie

Pour les gardes, les week end et autres joyeusetés qui font notre bonheur professionnel.
Certaines sont d’un goût douteux. D’où l’impérieuse nécessité de les afficher !

mercredi 21 mai 2014
par  Arnaud Bassez

Avocat mayonnaise et poulet au vinaigre

Ce qui suit provient d’un livre intitulé : Désordre dans les Cours de justice d’Amérique et sont des choses qui ont vraiment été dites en Cour, mot pour mot
AVOCAT : Quelle est la première chose que votre mari vous a dit ce matin-là ?
TÉMOIN : Il a dit "Où est-ce que je suis, Cathy ?"
AVOCAT : Et (...)

jeudi 24 octobre 2013
par  Arnaud Bassez

MAR tôt piqueur

Les liens ne sont plus actualisés On peut le regretter. Erik E se produit sur scène en tant que chanteur. Vous trouverez ses vidés sur internet.
Erik Eisenberg, MAR à Clermont Ferrand, très connu pour trimbaler sa guitare dans les congrès, notamment celui de l’afarcot, a le bon goût de ne pas se (...)

mercredi 26 juin 2013
par  Arnaud Bassez

Proverbe et contre rien

Les grands classiques
« Primum non nocere. » (« D’abord ne pas nuire. »)
« Mieux vaut prévenir que guérir. »
« Que ta nourriture soit ton médicament et ton médicament ta nourriture. » Hippocrate
« Tout est poison, rien n’est poison, seule la dose compte. » (...)

jeudi 21 février 2013
par  Arnaud Bassez

Docteur Maison

Sympa. Si on néglige certaines fautes d’orthographe.
AB

dimanche 10 février 2013
par  Arnaud Bassez

Les IBODE ont de l’humour (Surtout une)

A suivre ce site sympa fait par une IBODE qui a de l’humour. Dès lors pourquoi se priver ? (il semble que le site ne soit pas réactualisé. Dommage).
extraits :
Quand tu déranges l’iade pendant sa pause café
Quand l’Interne te demande des steri-strips
Quand l’iade joue avec le pied a perf´
Quand tu (...)

lundi 26 novembre 2012
par  Arnaud Bassez

Circulaire y’a rien à voir

Quand la direction sort des circulaires, il est du devoir de l’agent de réagir de façon adaptée.
§§§
(extrait du comprimé, le journal de la faculté de pharmacie de Strasbourg)
Le document ci-dessous recense quelques pages de différents journaux. (...)

samedi 28 janvier 2012
par  Arnaud Bassez

Abécédaire non abcédé

Fruit de l’imagination florissante d’un infirmier qui se dit « fatigué, mais on va quand même s’en sortir », c’est un inventaire à la Prévert fait par Didier Morisot, qui nous offre son abécédaire personnel de l’hôpital. On lui dit M.E.R.C.I. !
A - ANESTHÉSIE. Un centre hospitalier pratique quatre types (...)

mercredi 11 janvier 2012
par  Arnaud Bassez

MAR aux canards

Ce qui distingue et différencie définitivement les anesthésistes des réanimateurs.
§§§
La semaine de l’anesthésiste, 1ere partie
<
La semaine de l’anesthésiste, 2e partie
§§§
A suivre ce site sympa fait par une IBODE qui a de l’humour. Dès lors pourquoi se priver ?
extraits :
Quand tu déranges (...)

vendredi 14 octobre 2011
par  Arnaud Bassez

Anne ma soeur âne...

En free style, on a parfois le vertige des abysses. Le néant se fait jour sous nos yeux.
Il vaut mieux être assis pour les profs...
Ô ral, ô désespoir !

jeudi 11 août 2011
par  Arnaud Bassez

Au coin !

Pour aider ceux qui sont dans le besoin...
Oui je sais, la finesse n’est pas toujours de mise...
AB

vendredi 27 mai 2011
par  Arnaud Bassez

Le festival de Kahn

DSK la vraie histoire
Les sources de la SOFIA sont formelles.
Voici ce qui s’est vraiment passé au Sofitel.
Yes he Kahn ! Ils font fort chez CITROËN !
On ne peut plus les arrêter !
Après la DS 3 en alu
Après la DS 4 en titane
Après la DS 5 en carbone
Bientôt la DS K en taule
§§§
Arnaud (...)

dimanche 1er mai 2011
par  Arnaud Bassez

Jack ass

Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir.
Pierre Dac
On ne dit pas "un balcon" mais "une soirée nulle"
On ne dit pas "un pinailleur" mais "un mari volage"
On ne dit pas (...)

dimanche 17 avril 2011
par  Arnaud Bassez

Dico minute

Derniers rajouts au Larousse...
Autobus : Véhicule qui roule deux fois plus vite quand on court après que quand on est assis dedans.
Taser : Instrument utilisé afin de mieux faire passer le courant entre la police et la jeunesse.
Horloge Murale : Seul objet impossible à voler dans une (...)

mercredi 24 novembre 2010
par  Arnaud Bassez

Les meilleurs ennemis

Source SMUR d’Argenteuil
À utiliser à ses risques & périls…
En intervention
Comment énerver son IADE !
Accueillir l’infirmier(e) en lui demandant quand son/sa collègue est de garde.
Lui dire juste avant : "c’est encore toi ?".
Médicaliser systématiquement les VSAB.
Faites-lui faire un (...)

mardi 1er juin 2010
par  Arnaud Bassez

Les perles s’enfilent (comme les haricots)

Lu sur le site Carlif (Club Anesthésie Réanimation Libérale Français)
Vous êtes donc le médecin radiesthésiste ? (Non, mais je peux le faire ça sera plus cher et sans feuille..)
Poids ? 82kg, Taille ? XL….
Votre dentier en haut ou en bas ? dans le tiroir du haut de la table de nuit…(carte chance (...)

Brèves

SAMU à louer

samedi 2 juin 2018

Les temps sont durs pour le SAMU...

SAMU à louer

AB

Dodo

samedi 18 juin 2016

Quand la base priméa interprète notre pensée mieux que nous ne saurions le faire envers l’opérateur...

Et puis quand on est spécialiste du sommeil, il faut bien vendre sa boutique. Là, la publicité n’est pas flagrante...

AB

Et pendant ce temps...

jeudi 10 septembre 2015

AB

La loi c’est la loi

mardi 4 août 2015

Les lois les plus insolites encore en vigueur en France

source : topito.com et linternaute.com

Certains textes datent du Moyen Âge, d’autres de la Révolution française, ou encore du régime de Vichy. Tous sont parfaitement légaux aux yeux de la loi française, et ce malgré la volonté de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNDH) d’épurer cet énorme “bordel législatif” qui regorge de lois plus désuètes les unes que les autres, mais demeurées dans les textes parce que personne n’a pris la peine (et le temps) de les abroger. Nul n’est censé ignorer la loi. On vous aura prévenu :

  • Il est interdit à tout propriétaire d’appeler son cochon Napoléon
    (Mais vous avez le droit de l’appeler Jean-Marie.)
  • Tous les citoyens se doivent d’avoir chez eux une botte de foin, juste au cas où le roi passerait avec son cheval
    (Ne fonctionne qu’avec le roi. Tant qu’on aura un président de la République comme boss, pas de soucis, personne ne vous emmerdera.)
  • Les soucoupes-volantes sont interdites à Avignon.
    (C’est un arrêté municipal des années 50, rédigé sans doute après une nuit trop arrosée.)
  • Il est interdit de s’embrasser sur les rails d’un train
    (Et d’y poser des explosifs. Petit rappel jamais inutile.)
  • Le propriétaire d’un bien immobilier l’est également du "dessus et du dessous", c’est-à-dire qu’il possède légalement l’espace aérien de son bien ainsi que l’espace souterrain. La loi 1804-01-27 promulguée le 6 février 1804 indique en effet que "la propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous".
    (Si toutefois vous vous aventuriez dans la formidable aventure de la recherche pétrolière, sachez toutefois que vous devez bénéficier d’une autorisation de l’État pour le faire...Pas con les mecs.)
  • Toute femme désirant s’habiller en homme doit en demander l’autorisation officielle auprès de la Préfecture de police
    (Pas sûr toutefois qu’on leur accorde ce privilège. Vont finir par nous bouffer celles-là.)
  • De 8 heures à 20 heures, les radios françaises sont dans l’obligation de passer sur leurs ondes 70% de musique exclusivement française
    (Quoi, vous pensiez que Kenza Farah passait en radio parce qu’elle avait un talent hors norme ?)
  • À Paris, une poubelle est considérée comme une arme mortelle par les autorités locales
    (Les éboueurs sont des sortes de démineurs ambulants, en fait. Gloire à eux.)
  • Aucune boisson alcoolisée n’est officiellement autorisée sur le lieu de travail. Mis à part la bière, le poiré, le cidre et le vin
    (C’est la fameuse exception culturelle française qui protège notre patrimoine gastronomique.)
  • « Ceux qui meurent à Cugneaux seront sévèrement sanctionnés. »
    (Une double absurdité qui cache un problème réel : la crise du logement dans les cimetières.)
  • Depuis 1999, certains pâturages de Saint-Gemmes-sur-Loire sont gratuitement mis à disposition des rennes du Père Noël.
    (Histoire de ne pas froisser le barbu et d’éviter les retards de livraison.)
  • La Saint-Glinglin, ça existe ! Lorsque la justice a dû se prononcer sur un différend entre un prêteur et son débiteur qui avait rédigé un contrat sur lequel il s’engageait à rembourser sa dette le jour de la Saint-Glinglin, elle a rendu cette décision :
    "Attendu que la Saint-Glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu’il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n’ont pu y trouver place ; Attendu, en conséquence, qu’il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint-Glinglin. Par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, le débiteur est condamné à payer la somme réclamée avant le 1er novembre."

Eugène sue

dimanche 24 mai 2015

Merci à Nathalie pour cet envoi.

Quand le chirurgien dit qu’il a chaud, il faut peut-être le croire...

AB