AG ile de France du 21 octobre 2010 : compte-rendu

vendredi 22 octobre 2010

17 H 45 Bourse du travail, Paris.

22 IADE représentant 13 établissements se retrouvent sur les bancs de la salle Varlin de la bourse du travail
(Pitié, Henri Mondor, KB, Bichat, St Louis, Beaujon, Trousseau, Tenon, Robert Debré, Ambroise Paré, Hôtel-dieu, Argenteuil, Longjumeau)

On aurait dû prendre une carte d’abonnement dès le mois de février. Il avait sûrement des miles à gagner pour les aficionados des AG.

Les débats sont menés par Olivier Youinou et Bruno Franceschi qui pourraient faire le tour du globe s’ils avaient eux aussi une carte d’abonnement.

Le SNIA été représenté au téléphone par Marie-Ange Saget, qui était au travail.

La province reste bien plus mobilisée que l’île de France.
Les actions sur le national vont du très dur à l’inexistant.

Il est rappelé l’article 37 annulé par une subtilité des sénateurs de gauche et du centre, provoquant l’annulation de la non reconnaissance de la pénibilité et donc de la notion de sédentaire de la profession infirmière.
Mais une commission mixte paritaire (comprenant moitié sénateur, moitié député) devra se pencher à nouveau sur les dispositions et validera les volontés gouvernementales à n’en pas douter.
Mais la faille est réelle, et il faut continuer à l’exploiter.

La province est demandeuse d’une nouvelle journée d’action nationale.

Le 26 octobre 2010 la 1ere réunion sur la masterisation au ministère de l’enseignement supérieur aura lieu. Le CEEIADE est invité ainsi que des présidents d’université.

SUD boycotte la réunion, estimant que les conditions de négociation n’y sont pas, puisque l’équipe du ministère est sur le départ. La CGT quant à elle y sera, ne voulant pas que les décisions soient prises sans contrôle de la profession. La réunion inaugurale orientera les choses.
Les positions de deux centrales pourront s’adapter selon l’évolution des réunions à venir.
Les revendications seront celles de la plateforme dijonnaise.
- pas de VAE possible, (référence à l’article 51 de la loi HPST)
- Revalorisation
- Master
- Exclusivité de compétence maintenue

Les IADE ayant refusé les assignations n’auront pas de sanction mais un rappel à l’ordre. Vu que les assignations n’étaient pas légales, on voit mal comment il pourrait en être autrement.

Les dates attendues :
- les 18 novembre 9h30 pour l’un, et 1er décembre 2010 à 9h pour les deux autres, comparution de nos trois collègues de Colmar, Rouen et Vannes, à la 23e chambre au TGI de Paris.

- Après la nomination du successeur de la ministre de la santé, une réunion devrait être organisée au ministère (deux semaines après environ) où les centrales syndicales rediront que madame Bachelot n’a pas réglé le dossier IADE.

Concernant nos collègues, Sébastien, Laurent et Fabrice, incriminés pour agression à agent de la force publique, la décision d’une action ne sera prise qu’avec leur accord le plus formel.
Cette action pourrait être
-  rien, car ils pourraient préférer la discrétion à toute manifestation quelle qu’elle soit.
-  un rassemblement silencieux
-  Un regroupement devant la place du tribunal
-  …

Il est demandé à l’ensemble des IADE de faire un geste de soutien et de solidarité envers nos trois collègues. Une cotisation par établissement sous forme de chèque (unique pour chaque hôpital) à envoyer à l’adresse suivante :

FEDERATION SANTE ET ACTION SOCIALE CGT

263, rue de Paris

Case 538

93515 MONTREUIL Cedex

chèques à l’ordre de

"iade poursuivis"

A ce jour, 600 euros ont été collectés. La profession peut faire mieux. Ceci pour payer les frais d’avocats et les frais annexes (déplacements sur Paris et autre)

Un des collègues a décrit ses conditions de garde à vue, qui a duré 25 heures. Le peu qui en a été relaté fait froid dans le dos.
Nos collègues ont été considérés comme des malfrats.

Ne serait-ce que pour les soutenir, car cela aurait pu être nous, il est bon de se montrer solidaire. 5 euros par IADE n’obèreront pas le budget familial de chacun d’entre nous.

Donnons pour montrer que nous sommes avec eux.

Des personnalités politiques de premier plan, sont disposées à venir prêter leur concours le jour de la comparution, si nécessaire.

La stratégie de défense appartient aux avocats et à nos collègues. Elle sera par conséquent la nôtre.

Le SNIA, SUD et la CGT, ainsi que FO (un des IADE inculpé est adhérant) aideront à payer une partie des frais.

Une AG est arrêtée le 4 novembre prochain. Même lieu, vers 17h30.

La réunion s’achève à 19 h 45.

Ce qu’il nous faut faire :
- des actions locales selon les possibilités (débrayage de 59 minutes (évitant ainsi tout prélèvement, cf circulaire Ralite), se déclarer grévistes et avoir des assignations (même volontaires)

- se préparer au 18 novembre, où même si nos collègues préfèrent ne pas recevoir d’appui visible, la journée pourrait être une journée de « relâche ». Informez les responsables des blocs et du programme.

- Action à réitérer pour le 1er décembre pour l’autre comparution au TGI de Paris.

La proposition du ministère ne convient pas aux IADE. Il nous faut donc rester vigilant, actifs et déterminés.

Chacun doit s’y employer dans la mesure de nos moyens locaux, départementaux, régionaux.

AB

NB : Une petite coquille s’est glissée dans la présentation et le document PDF de la CGT. En attendant la correction demandée à Bruno Franceschi, il faut lire le 18 novembre et pas le 8.



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade