Make our planet great again...

mardi 13 février

Un article publié récemment par Andrea MacNeill, Robert Lillywhite et Carl Brown dans le Lancet Planetary Health, montre que l’empreinte écologique des blocs opératoires est loin d’être négligeable. En cause, notamment, certains gaz utilisés en anesthésie, dont l’impact sur le réchauffement climatique est catastrophique.

Parmi les facteurs expliquant ce chiffre, les auteurs de l’étude mettent en évidence un coupable principal : le desflurane, gaz anesthésique au potentiel de réchauffement global 2 500 fois plus élevé que celui du dioxyde de carbone et pouvant expliquer plus de la moitié de l’empreinte carbone de deux des trois établissements étudiés.

Mettre les gaz (ou pas)

A lire sur l’article dédié aux halogénés.

A l’heure où les respirateurs sont branchés AINOC, il faut peut-être penser AIVOC totale, pour s’affranchir de toute répercussion néfaste à l’environnement.

AB



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade