Le chariot d’urgence

dimanche 12 juin 2011
par  Arnaud Bassez
popularité : 20%

En l’absence du médecin, l’infirmier décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir le médecin.
- Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code

  • Article R. 4311-9
    L’infirmier ou l’infirmière est habilité à accomplir sur prescription médicale écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, les actes et soins suivants, à condition qu’un médecin puisse intervenir à tout moment :-…-

7° Utilisation d’un défibrillateur manuel ;
- (celui-ci n’est pas un acte médical pur, comme on le croit. Les IDE peuvent l’utiliser en présence d’un médecin.)

Les infirmières, les kinésithérapeutes et les manipulateurs d’électroradiologie médicale sont habilités à utiliser le DSA après une formation spécifique (décret n° 98-239 du 27/03/1998 (abrogé par le Décret n°2005-840 du 20 juillet 2005 relatif à la sixième partie (Dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code. – arrêté du 04/02/1999),

Le décret de compétence professionnelle des infirmières (décret n° 2002-194 du 11/02/2002) abrogé par le Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code, autorise l’usage du DSA dans leur rôle propre, et l’apprentissage de son utilisation est intégré à leur formation initiale.

  • Article R. 4311-10
    L’infirmier ou l’infirmière participe à la mise en œuvre par le médecin des techniques suivantes :-…

- 5° Actions mises en œuvre en vue de faire face à des situations d’urgence vitale ;

  • Article R. 4311-14
    En l’absence d’un médecin, l’infirmier ou l’infirmière est habilité, après avoir reconnu une situation comme relevant de l’urgence ou de la détresse psychologique, à mettre en œuvre des protocoles de soins d’urgence, préalablement écrits, datés et signés par le médecin responsable. Dans ce cas, l’infirmier ou l’infirmière accomplit les actes conservatoires nécessaires jusqu’à l’intervention d’un médecin. Ces actes doivent obligatoirement faire l’objet de sa part d’un compte rendu écrit, daté, signé, remis au médecin et annexé au dossier du patient.—En cas d’urgence et en dehors de la mise en œuvre du protocole, l’infirmier ou l’infirmière décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir un médecin. Il prend toutes mesures en son pouvoir afin de diriger la personne vers la structure de soins la plus appropriée à son état.
  • Article R. 4311-15
    - Selon le secteur d’activité où il exerce, y compris dans le cadre des réseaux de soins, et en fonction des besoins de santé identifiés, l’infirmier ou l’infirmière propose des actions, les organise ou y participe dans les domaines suivants :—

1° Formation initiale et formation continue du personnel infirmier, des personnels qui l’assistent et éventuellement d’autres personnels de santé ;-
Il participe également à des actions de secours, de médecine de catastrophe et d’aide humanitaire, ainsi qu’à toute action coordonnée des professions de santé et des professions sociales conduisant à une prise en charge globale des personnes.

- Article R. 4312-10 du Code de la Santé Publique
- Article R. 4312-15 du CSP
- Article R. 4312-29 du CSP

Le chariot d’urgence ou de réanimation, a pour objectif de rassembler en un même lieu :
- matériel
- traitement

Afin d’agir sans délai et pallier à une ou plusieurs fonctions vitales d’un patient. Il n’existe aucun texte réglementaire sur le chariot d’urgence, mais quelle que soit sa forme, il doit répondre à certains critères invariables

URGENCE VITALE -> AGIR VITE !

- Équipe avertie, organisée, entraînée
- Pouvoir demander de l’aide et du matériel adapté RAPIDEMENT

DONC LE CHARIOT D’URGENCE DOIT ÊTRE

- mobile
- facile d’accès
- près d’un branchement électrique
- connu de tous
- ergonomique, le dessus doit pouvoir servir de plan de travail.
- rationnel, un nombre de tiroirs limité à 5 ou 6, de profondeur limitée, facile à ouvrir, avec des butoirs en extrémité de course
- facile à nettoyer et à désinfecter.
- entretenu et vérifié régulièrement
- Scellé afin d’éviter la tentation de « taper dedans »

CONTENU ET AGENCEMENT

Urgence vitale

→ à chaque symptôme = un geste

→ à chaque geste = un tiroir avec le matériel nécessaire

Toutefois, le chariot d’urgence n’est pas une réserve ; Il doit pouvoir prendre en charge deux urgences maximum.
Les tiroirs ne doivent pas déborder, et doivent pouvoir s’ouvrir sans bloquer l’ouverture.

Plusieurs possibilités de rangement sont offertes.
- Le système ABC américain (Airway, Breathing, Circulation) basé sur le Basic Life Support

Le système ABC est en réalité ABCDEF

  1. A = AIRWAY = Assurer la liberté des voies aériennes
  2. B = BREATHING = rétablir une ventilation efficace
  3. C = CIRCULATION = Rétablir une circulation tissulaire
  4. D = DRUGS = drogues de réanimation
  5. E = ECG = contrôler l’activité cardiaque et l’efficacité du MCE
  6. F = FIBRILLATION = Pallier aux troubles de la conduction par le DSA

- Le système de couleur couramment employé dans les SMUR français (bleu = ventilation, rouge = circulation, jaune ou blanc ou gris = divers).

Au niveau des médicaments, on peut proposer un classement alphabétique
(adrénaline, loxen, natispray…) sans doute le plus pratique

ou un classement par activité médicamenteuse
(tonicardiaque, vasopresseur, anti arythmique…) plus compliqué à mémorisé en cas d’urgence.

Il n’y a pas de chariot idéal et le nombre ainsi que le type de médicament sera laissé à l’appréciation du médecin responsable en relation avec l’équipe soignante qui doit être partie prenante de ce chariot et participer à son élaboration.

La vérification des chariots d’urgence doit être HEBDOMADAIRE

pour s’assurer de l’intégrité de leur contenu.

  • La vérification est faite par un(e) IDE
  • Les nouveaux arrivants doivent être formés à la maintenance, la vérification et l’utilisation de ces chariots d’urgence.
  • Une vérification complète est OBLIGATOIRE après chaque utilisation (si possible par l’utilisateur.), avec réassortiment des produits ou dispositifs utilisés.
  • Les chariots d’urgence sont scellés par un cadenas à usage unique ouvrable à l’aide d’une paire de ciseaux accrochée à côté (gage de fiabilité et de sécurité).
  • Le défibrillateur situés sur le chariot fait l’objet d’une vérification journalière par l’un(e) des infirmier(e)s et d’une maintenance préventive annuelle systématique par le service biomédical du Centre hospitalier

FORMATION AFGSU

Parler du chariot d’urgence sans maîtriser les gestes qui sauvent est un non sens.

Les IFSI ont l’obligation de faire passer à leurs étudiants, l’AFGSU (Attestation de Formation aux Gestes d’Urgence).

Le personnel soignant a la possibilité de passer cette formation qui doit être dispensée par des formateurs AFGSU agréés par le CESU du département de l’IFSI.

Cette AFGSU est valable 4 ans. Il faut la réactualiser

Il appartient au cadre du service de soins de favoriser les sessions de remise à jour (et de se former aussi). Mais le soignant a pour devoir de solliciter ces formations

Arnaud BASSEZ

IADE

Formateur AFGSU/NRBC

Administrateur

chariot d’urgence SFAR
chariot urgence inventaire
Exemple de contenu (chariot type ALLIBERT) Le chariot d’urgence exemple de fonctionnement, Comité Régional du Médicament et des Dispositifs médicaux (CRMDM), ARH Centre, CHRU de Tours, juillet 2003
procedure de vérification du chariot d’urgence
Référentiel d’auto-évaluation du chariot d’urgence, AP-HP, Groupe hospitalier Pitié Salpêtrière (Direction de la qualité), septembre 2000
Réanimation des arrêts cardiorespiratoires de l’adulte, SFAR, Conférence d’experts 1995 _modifié le 27 janvier 2010_
Prendre les urgences vitales en charge à l’hôpital

Articles publiés dans cette rubrique

jeudi 27 octobre 2016
par  Arnaud Bassez

Oxymètrie de pouls

Yves Benisty nous propose une mise à jour sur l’oxymètre de pouls.
A lire comme ses autres publications.
Si vous avez compris la valeur de la publication pour la profession, ce site est fait pour ça.
Arnaud BASSEZ
IADE/enseignant CESU (...)

dimanche 8 novembre 2015
par  Arnaud Bassez

Le système ClearSight ou la pression artérielle non sanglante

Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation du matériel.
Le Système Clear Sight est un système de monitorage de la pression artérielle sanglante non invasif. Par analogie avec celle de la courbe de pression artérielle, l’analyse de la courbe de photo-pléthysmographie d’un doigt au moyen d’une (...)

mercredi 18 mars 2015
par  Arnaud Bassez

Revue de matériel mars 2015

Petit florilège de ce qu’il me semble intéressant en terme de matériel.
APAD
Moniteur de localisation de l’espace péridural
L’APAD est un moniteur portable révolutionnaire permettant de localiser l’espace péridural au moyen d’un signal sonore et d’un écran de visualisation. Ce dispositif permet la (...)

jeudi 1er mai 2014
par  Arnaud Bassez

Perfusion intra osseuse

Voie intra osseuse
En 1922, Cecil K. Drinker confirme que des substances perfusées dans le sternum se retrouvent rapidement dans la circulation générale. (Drinker CK et al. The circulation in the mammalian bone marrow. Am J Physiol 1922 ;62:1–92.) American Journal of Physiology Published 1 (...)

jeudi 26 septembre 2013
par  Arnaud Bassez

SFAR 2013, les nouveautés

Petite revue des nouveautés qui offrent un intérêt pour la spécialité et notre exercice professionnel. (article totalement subjectif, car basé sur les goûts de l’auteur).
Il n’y a aucun conflit d’intérêt dans la présentation de ces produits ou articles.
Incompatibilités chimiques au cours d’une perfusion (...)

jeudi 7 février 2013
par  Arnaud Bassez

Oxymétrie cérébrale ou NIRS (Near-infrared spectroscopy)

(d’après le dossier innovation euro-pharmat-etsad)
L’oxymétrie cérébrale est une modalité de surveillance neurologique développée dans les années 1970 pour la chirurgie cardiaque adulte et pédiatrique mais dont les champs d’applications s’étendent actuellement en chirurgie non cardiaque en cardiologie, en (...)

dimanche 25 novembre 2012
par  Arnaud Bassez

Le respirateur en anesthésie

Élément incontournable de notre exercice professionnel, le respirateur doit faire l’objet de toute notre attention.
Très souvent, l’IADE est expert de ce matériel qu’il maîtrise parfaitement.
Raison de plus pour aider les étudiants à rejoindre leurs aînés dans ce domaine.
Un topo sur le respirateur en (...)

dimanche 1er avril 2012
par  Arnaud Bassez

Le vigileo

Le moniteur Vigileo™ permet la mesure en continu du débit cardiaque à partir de l’analyse de l’onde de pouls. Il reporte les valeurs de l’index cardiaque (IC), du volume d’éjection (VE) indexé et de la variation du volume d’éjection (VVE) ; relié à un cathéter veineux central d’oxymétrie, il permet la (...)

lundi 13 juin 2011
par  Arnaud Bassez

Via Dolorosa : Analgesia Nociception Index

La société metroDoloris propose l’interprétation de la douleur par une corrélation de l’espace R-R de l’ECG à la stimulation du parasympathique : l’A.N.I (Analgesia Nociception Index)
La surveillance de l’ANI au cours de l’AIVOC permet d’anticiper les épisodes de réactivité hémodynamique liés à une (...)

dimanche 12 juin 2011
par  Arnaud Bassez

Le chariot d’urgence

En l’absence du médecin, l’infirmier décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir le médecin.
Décret n° 2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires) du code de la santé publique et modifiant certaines dispositions de ce code
Article R. (...)

mardi 30 mars 2010
par  Arnaud Bassez

Feuille d’anesthésie informatisée

A l’heure du numérique, il serait grand temps que l’hôpital s’équipe de système informatisant totalement le dossier du patient, afin d’éviter d’avoir à disposition un dossier s’apparentant à une archive du Vatican.
Cela faciliterait son transport et sa consultation, entre un examen manquant, ou hors du (...)

dimanche 28 mars 2010
par  Arnaud Bassez

Sirius dépasse les bornes

Le principe des bornes SIRIUS est simple. Le témoin d’un arrêt cardiaque soudain pourra sauver une vie à tout moment, en se saisissant du défibrillateur inclus dans la borne . Celles-ci sont intelligentes", elles préviennent automatiquement les services de secours et de police. Elles sont dotées (...)

mardi 25 août 2009
par  Arnaud Bassez

Le cell saver

C’est une technique qui permet de récupérer le sang du patient durant l’intervention chirurgicale, et à le transfuser au patient après lavage et filtration pour ne garder que les globules rouges.
Elle est indiquée si la chirurgie est à risque hémorragique estimée à plus de 700 à 800 ml de perte. Elle (...)

mardi 16 juin 2009
par  Arnaud Bassez

Le BIS (index bi-spectral) & entropie

L’Entropie
Moniteur de la fonction cérébrale en anesthésie : BIS, EEG, entropie, potentiels évoqués
i conférence
power point
L’entropie : un moyen d’apprécier le défaut d’analgésie ?
E. Dierckensa, M. Fleyfela, E. Robina, A. Legranda, M. Borela, L. Gambierb, B. Valleta and G. Lebuffea, Corresponding (...)

samedi 7 juin 2008
par  Arnaud Bassez

Utilisation et entretien de la sonde d’ ETO

Ce document est un protocole de l’hôpital européen Georges Pompidou, disponible sur le site de l’hôpital.

mardi 6 février 2007
par  Arnaud Bassez

L’intubation difficile

« Les patients ne meurent pas d’un “échec de l’intubation”. Ils meurent, soit du défaut de cesser d’essayer d’intuber soit de l’intubation œsophagienne non diagnostiquée ».
Scott, DB intubation endotrachéale :. Ami ou ennemi Br Med J (Clin Res Ed). 18 janvier 1986 ; 292 (6514) :157-8.
Dernière (...)

lundi 5 février 2007
par  Arnaud Bassez

Défibrillateur semi-automatique ou entièrement automatique

Article réactualisé : 30 mars 2017
Il n’y a aucun conflit d’intérêt à la présentation des matériels de cet article. (AB) HISTORIQUE DE LA DÉFIBRILLATION SEMI-AUTOMATIQUE 1899 1er essais réussis de défibrillation sur l’animal (Prevost et Batelli). 1933 Défibrillation sur l’animal (Hooker (...)

mardi 24 octobre 2006
par  Arnaud Bassez

Pacemaker - Capnographie.

Le pacemaker
Un code international a été établi selon les différents modes de stimulation cardiaque.
Le site de stimulation est défini par la première lettre :
A pour l’oreillette,
V pour le ventricule,
D pour les deux cavités
Le site de détection est défini par la deuxième lettre, d’après le (...)

Brèves

Lépine l’arrose

mardi 8 mai

Le concours Lépine 2018 récompense le « MedPack », une station de travail médicale

Cette station de travail médicale a été repérée par le service de Santé des Armées...

Le « MedPack », une station de travail médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier.

Le 117e concours Lépine a récompensé lundi soir le « MedPack », une station de travail médicale extra-hospitalière mise au point par Samuel Mercier, un infirmier urgentiste aux Pompiers de Paris.

C’est à force d’intervenir au quotidien sur le terrain, de se rendre compte combien l’hygiène pouvait poser problème que Samuel Mercier a conçu, au bout de six ans, son prototype. « Cela faisait un siècle que l’on n’avait pas évolué, avec des conditions de travail inchangées » pour le personnel de santé intervenant en situation difficile, expliquait jeudi l’infirmier à l’AFP.

Une station de travail compacte pesant 7 kg

Ainsi, racontait-il, quand l’infirmier arrive sur un lieu d’accident ou d’attentat, «  il découvre son environnement de soin et souvent il n’est pas adapté, voire insalubre : il n’y a pas d’éclairage, pas de plan de travail etc. ». Sans compter que si l’on doit transfuser le patient, il faut compter sur un collègue pour tenir la perfusion, que les produits et autres seringues sont posés à même le sol puis jetés par terre…

Fort de son expérience, Samuel Mercier a donc conçu une station de travail compacte, pesant 7 kg et transportable à l’épaule, qui se déplie en trois secondes. Une fois stabilisé sur son trépied, le « MedPack » devient un « espace de travail emménagé » : poubelles pour le tri sélectif des déchets, pied à transfusion télescopique, ampoule éclairant la zone accidentée, plateau d’intubation intégré, mini-pharmacie sécurisée et même possibilité d’accrocher un parapluie !
Le « MedPack » bientôt déployé au Liban ?

Une cinquantaine de « MedPack » ont déjà été fabriqués et sont utilisés par les pompiers, ainsi que par des CHU en Suisse et en Belgique. Il doit prochainement être déployé au Liban auprès des militaires français. « D’autres utilisations en zones difficiles sont envisageables : lors d’interventions en montagne, à la campagne par des vétérinaires ou même en maison de retraite par des infirmiers libéraux  », selon Samuel Mercier.

Grâce à cette invention, l’infirmier urgentiste à obtenu la plus prestigieuse récompense du concours Lépine, le prix du président de la République, sous la forme d’un vase en porcelaine de Sèvres.

[...]

Source : 20minutes.fr Vanessa Rodrigues Biague

AB

Arrêt cardiaque, lecture continue

jeudi 7 septembre 2017

Retrouvez les articles sur l’arrêt cardiaque dans l’article dédié aux dernières recommandations 2015-2020.

Les quatre derniers articles intéressants de la semaine sont aussi sur le forum.

  • La question de la fréquence optimale de la ventilation pendant la réanimation cardio-respiratoire
  • Les femmes moins performantes pour une réanimation cardiopulmonaire
  • Un an après l’ECMO, comment vont-ils ?
  • Le SAOS protégerait le cerveau en cas d’arrêt cardiaque

Bonne lecture

— -

En relation

AB

Rapport relatif aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015

mardi 12 juillet 2016

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président - M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 M. Georges FENECH Président-M. SÉBASTIEN PIETRASANTA Rapporteur

Le rapport présente 434 pages sur les attentats en France en 2015. Et mille pages d’annexes (les auditions).

Parmi les points mis en évidence, le document met clairement en lumière les "ratés " qui ont permis aux terroristes de Paris d’échapper à la surveillance. Ils étaient pourtant connus, à un titre ou un autre, des services judiciaires, pénitentiaires ou de renseignement. Tous avaient été fichés, contrôlés, écoutés ou incarcérés, à un moment de leur parcours de la délinquance à la radicalisation violente.

Voici les principaux constats de la commission :

Pour la création d’une "agence de lutte contre le terrorisme"

Pour éviter de nouvelles attaques, la commission prône notamment la création d’une "agence nationale de lutte contre le terrorisme" placée directement sous l’autorité du Premier ministre, sur le modèle américain du Centre national antiterroriste (NTC) créée après le 11 septembre 2001.

La nécessité de fusionner les trois forces d’élite

Le soir du 13 novembre, "l’intervention des forces d’intervention a été rapide, efficace et a démontré qu’elles étaient capables de collaborer", estime le rapporteur, le député socialiste Sébastien Pietrasanta qui s’interroge toutefois sur "le bien-fondé du maintien de plusieurs forces d’intervention spécialisées" et préconise, à terme, "la fusion des trois forces d’élite" (GIGN, Raid et BRI).

Pas gagné d’avance à mon avis.

Pour la création de "colonnes d’extraction" des victimes

Le principal problème, selon la commission, a été l’évacuation des victimes, qui a pu être retardée par le fait que les secours d’urgence n’avaient pas accès au périmètre des forces d’intervention. Dans ses 39 propositions, la commission préconise ainsi l’instauration de "colonnes d’extraction" des victimes.

L’échec du renseignement

Pour la création d’une agence nationale du renseignement

Des failles dans le renseignement pénitentiaire

L’attaque du Bataclan n’aurait pas pu être évitée

Des doutes sur l’efficacité des dispositifs de sécurisation du territoire

— -

Pour ceux qui voudraient lire les retex, ils sont disponibles sur l’article Les plaies par arme à feu - balistique des armes à feu

A lire Les rapports, les référentiels sur les services d’urgence

AB

Matos news 3

vendredi 24 juin 2016

Les moniteurs de la douleur dont disposent les anesthésistes depuis 2010 surveillent le diamètre de la pupille de l’œil ou la fréquence cardiaque. «  Leur faiblesse vient du fait qu’ils sont basés sur un seul paramètre. L’avantage du nouveau moniteur que nous étudions est qu’il est multiparamétrique  ». Le système nerveux autonome et le système hormonal de l’organisme réagissent aux stimuli douloureux par divers mécanismes qui induisent des changements mesurables.

Le nouveau moniteur dénommé PMD 200 (pain monitoring device) est équipé d’une technologie mise au point par la compagnie Medasense Biometrics Ltd. en Israël. Il se compose d’une petite sonde que l’on pince au bout du doigt du patient. Cette sonde est munie de quatre capteurs. L’un d’entre eux enregistre une courbe de pléthysmographie, qui décrit les variations du volume sanguin au moyen d’une mesure de la pulsatilité des capillaires, ces petits vaisseaux entre les artères et les veines. À chaque battement cardiaque se produit une onde de pulsatilité dans les capillaires. Cette onde de pulsatilité permet de calculer la variabilité de la fréquence cardiaque.

Ce nouveau dispositif surveille continuellement ces paramètres physiologiques qui sont affectés par les stimuli douloureux et par l’administration d’analgésiques. Un algorithme mathématique analyse ces données physiologiques et les convertit en temps réel en un index de douleur appelé Nol (pour nociception level index). Les valeurs de cet index sont représentées sur une échelle de 0 à 100. Une valeur entre 0 et 10 signifie que le patient ne ressent pas de douleur et qu’on peut même alléger un peu les doses d’analgésiques. Une valeur entre 10 et 25 est idéale. Et une valeur dépassant 25 signifie que le patient est en douleur et qu’il faut augmenter les doses.

Lire la suite sur le forum

- Le site medasense

- Les articles sur la douleur

  • Douleur (le point de vue juridique)

AB

Matos news 2

samedi 21 mai 2016

Le laboratoire Dräger publie une alerte sur le remplissage des cuves de desflurane avec le produit du laboratoire Baxter.

Mesures de précaution au remplissage des cuves de desflurane Dräger

A lire et à diffuser autour de nous.

AB