Les IADE ne sont pas des "sous IDE" !

vendredi 17 juin 2016

Les mobilisations des IADE ont-elles aboutit à quelque chose ? Gérald Delarue nous répond

22 juin 2016

Comme prévu, Gérald Delarue, Président de L’ANEIA au CHRU de Lille, a rencontré hier le Conseiller Santé de L’Elysée. Rappelons qu’en Mars dernier, une vague bleue a déferlé paris : c’était la quatrième mobilisation de la profession en seulement une année. Dans ce qui suit, on vous présente le compte rendu de la réunion qui a eu lieu hier.

« Hier, le 21 juin 2016, nous avons pu nous entretenir avec le Conseiller Santé de L’Elysée. Il était convenu de rencontrer le Conseiller Travail, Social, mais pour des raisons qui lui appartiennent, il n’a pu être présent » introduit Gérald Delarue.

Les membres reçus à l’Elysée ont exposé la situation sur les plans statutaire , indiciaire et des exercices ( anesth et Smur ). Ils ont également insisté pour obtenir une nouvelle passerelle pour les IADE de la grille active et pour un traitement identique de la situation des IADE du privé.

« Une entrevue prochaine est à l’étude même si le travail de fond est déjà amorcé avec son cabinet. Les axes principaux du dossier IADE ont été revus et défendus en insistant sur les parties indiciaires et statutaires, mais aussi la partie consacrée à l’exercice. Tous les IADE ont été représentés et tous sont concernés par le désir d’évolution. » confie t-il.

« Bien qu’il soit difficile de n’avoir aucune décision officielle à transmettre, il est important de noter le caractère efficace du vecteur qu’est L’Elysée sur le dossier IADE. Les IADE apportent des éléments fiables. » ajoute il.

Mr. Gérald affirme aussi que le Conseiller de L’Elysée tient à préserver le rôle de chacun dans ce dossier, ainsi il laissera le soin aux Ministres d’apporter avec leurs cabinets les réponses aux IADE. Cela dit, les contacts à destination des ministères vont se multiplier les prochains jours selon le Conseiller.

« Le travail de fond continue de manière certaine, l’Elysée compte entretenir les échanges avec l’ANEIA pour améliorer la considération de L’Avenir IADE. Nous les reverrons bientôt dans l’intérêt de vous tous. Je remercie une fois de plus Erwan Hespel et Samuel Robert de bien avoir voulu être à mes côtés lors de cette entrevue. Nous allons porter les IADE aussi loin que nécessaire et construire un avenir honorable pour une profession honorable. » conclut il


La délégation nous explique ce qu’il s’est dit ci-dessus

Revendications : Les IADE seront reçus à l’Elysée le 21 Juin 2016

Une délégation composée d’un infirmier anesthésiste, d’un étudiant infirmier anesthésiste ainsi que du président de l’ANEIA (Association Nationale des Etudiants Infirmiers Anesthésistes), sera reçue à l’Elysée le 21 Juin. Objectif : évoquer une fois de plus l’évolution de la profession IADE. Les professionnels espèrent des réponses et des résultats.

"Le dossier avance mais nous voulons accélérer les choses pour conclure et nous rassurer avant l’été. Il faut aussi conditionner la rencontre avec le ministère de la Santé qui aura lieu deux jours après cette entrevue à l’Elysée" explique Gérald Delarue, président de l’ANEIA.

Reçue une nouvelle fois - les IADE avaient déjà été reçus en mars dernier à l’Elysée - par le Pr Olivier Lyon-Caen, conseiller santé et recherche médicale de la Présidence de la République ainsi que par Michel Yahiel, conseiller travail, emploi et protection sociale, la délégation compte bien faire entendre ses revendications.

"Les revendications restent fidèles aux dernières défendues par l’intersyndicale" explique Gérald Delarue. Avec une concertation des différents syndicats IADE amont du rendez-vous, il s’agira pour lui, d’aborder les principaux axes de promotion et de défense de la profession D’infirmier Anesthésiste.

Vers une reconnaissance de l’autonomie ?

Tout d’abord, la délégation réclamera de nouveau la reconnaissance d’une "juste place dans l’arbre des Professions de santé, en regard des Études, de l’Exercice vis à vis des autres professions de niveau Master de la fonction publique hospitalière". Les IADE demandent notamment une meilleure reconnaissance de la profession : corps spécifique de métier intermédiaire niveau profession master, reconnaissance de l’autonomie des IADE, grille indiciaire et salariale réévaluées.

A l’heure actuelle, les IADE appartiennent au corps de métier des Infirmiers dits "spécialisés". L’autonomie réclamée leur permettrait de se détacher de cette filière et d’obtenir le statut de profession intermédiaire (comme les infirmiers de pratique avancée).

Outre ces revendications majeures, les IADE souhaiteraient que leur place dans le système d’urgence (notamment pré-hospitalière) soit réaffirmée et que la reconnaissance de la pénibilité - supprimée lors du passage en catégorie A de la profession - soit restaurée.

"Il y a urgence, l’attente est terrible"

La délégation est claire. Elle insistera à l’Elysée, sur "le caractère urgent des demandes de réponses adaptées et justes", précise Gérald Delarue.
" Je le dis depuis des mois, les Infirmiers Anesthésistes iront jusqu’au bout, aussi loin que nécessaire pour aboutir sur cette justice. La pression est à son paroxysme, l’attente est terrible. Nous ne sommes pas loin de renouveler un mouvement social qui risquerait d’en générer d’autres au niveau hospitalier. Le dossier IADE doit se finaliser sur la réponse aux attentes légitimes d’une profession essentielle à la sécurité et santé des Français" explique Gérald Delarue, qui n’exclut pas une nouvelle mobilisation.

En Mars dernier, les IADE avaient manifesté massivement dans les rues de Paris. C’était la 4e mobilisation de la profession en une année.

Rédaction ActuSoins



Pléiade

Myriade

iliade

Triade

Jiade

Œillade

Olympiade

Grillade

Jérémiade

Naiade

Anchoiade

Riade

Universiade

Fusillade

i.ade